Les Enfants de la Baleine – Tome 4

Hey les matous ! On se débrouille déjà bien mieux sur la mer de sable, n’est-ce pas ? En plus, nous commençons à connaître un peu mieux les habitants de la Baleine de Glaise, c’est chouette ^^ Vous êtes prêt pour un nouveau voyage vers l’île-navire ?

 

« Les Enfants de la Baleine »

 

couv_288759

6€90 – Seinen – 192 pages

 

Au plus fort de la guerre contre les troupes apathoïa, les enfants-combattants de la “Baleine de glaise” tombent les uns après les autres, emportant avec eux leur détermination, leurs espoirs et leurs promesses.
Alors qu’une tempête de sable fait rage, dans un coin de ce triste champ de bataille, deux “folies” sont sur le point de s’affronter…

 

 

Ce  tome 4, toujours des éditions Glénat, nous emmène dans la guerre contre les troupes apathoïa dès les premières pages, nous l’avions quittée dans le tome précédent et la vivons de nouveau de plein fouet comme les malheureux habitants qui se battent pour pouvoir vivre. Le caporal nous montre une nouvelle fois ses capacités au combat face à Leodari qui fait preuve d’un trop plein d’émotions.

Oui, cet apathoïa possède des émotions et ne sait pas les gérer. Il est le seul des siens à être ainsi, le seul à vivre avec cette fournaise émotionnelle et dans un monde où cela est interdit il ne les comprend pas réellement. Après tout, tout ceux faisant partie des apathoïa vivent sans elles et cela fait de Leodari un être à part des autres. Seuls les habitants de la Baleine de Glaise pourraient le comprendre, mais tout ce que désire le jeune homme est les voir souffrir.

Du côté de Chakuro et du petit groupe, ils se trouvent toujours sur le Noûs Skylos où certains d’entre eux sont tombés au combat dans le tome précédent. La souffrance est belle et bien présente et ne fera que s’accentuer au fil du temps au point qu’Ohni deviendra bien plus dangereux. Cette dangerosité changeant même la loi établie dans le corps du Noûs.

Le travail sur les personnages est bel et bien présent, nous les voyons dans le passé et le présent et nous vivons les événements avec eux. La souffrance que l’on ressent en leur compagnie est bien réelle, la crainte également et pourtant les voir changer petit à petit est également une bonne chose, un moyen parfait de faire avancer l’histoire et ce, même, si certains personnages auxquels nous nous attachons meurent encore et toujours face à nous.

Les différentes émotions sont réellement bien retranscrites à l’aide des paroles des personnages et du dessin d’Abi Umeda. La peine, la peur, le soulagement, la joie ne sont que des exemples pouvant apparaître de temps en temps et qui font que nous pouvons nous retrouver dans tel ou tel personnage sans trop de problème en fonction de la situation. Mais il n’y a pas que pour nous montrer ce que ressentent les protagonistes que le dessin est magnifique, il l’est également pour les décors et les personnages en eux-mêmes (malgré l’éternelle question : « Tu es un garçon ou une fille ? » qui me taraudera à vie lors d’apparition). C’est onirique et en même temps tragique à cause des différents événements survenant sur la Baleine de Glaise, mais nous ne pouvons nous empêcher de contempler les planches présentes, de regarder chacun des détails se trouvant sur une case ou une page.

Ce quatrième volume m’aura réellement captivée, rendue triste, donné envie d’hurler et en même temps rendue légèrement nostalgique en apprenant le passé de certains des habitants de Phaleina. La curiosité m’aura également assaillie, me faisant me demander ce qu’il se serait produit si tel ou tel choix avait été choisit à ce moment là ou sur divers éléments restant énigmatiques. Oui, Les Enfants de la Baleine est l’un des mangas qui n’arrête pas de me donner envie de lire la suite dans la seconde qui suit, d’imaginer ce qu’il serait capable de se passer tout en sachant pertinemment que ce à quoi je penserai n’aura probablement aucune chance de se produire. Tout est possible, tout est fait pour nous retenir dans l’univers.

Vous l’aurez comprit, j’aime vraiment Les Enfants de la Baleine et ce malgré le papier assez fin faisant que le manga se plie avec une extrême facilité (Oui, oui, j’ai testé en vérifiant comment réagissait un autre manga au « pliage ») Par contre… On m’explique pourquoi il est toujours marqué « Marqué » pour Suoh ? Il me semblait qu’il ne l’était pas ou alors j’ai raté un élément sans m’en rendre compte. (Ce qui est possible aussi…)

Et vous les matous qu’en pensez-vous de cette série ? Où en êtes-vous ? Que préférez-vous ?

Site de l’EditeurExtrait du tome 1

Publicités

Une réflexion sur “Les Enfants de la Baleine – Tome 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s