Le Berceau des Mers – The Cradle of the Sea – Tome 1

Recoucou les matous ! On se retrouve pour parler, encore, d’un titre sorti aux éditions Komikku qui avait d’ailleurs intrigué Thiboutsu lorsque j’en avais parlé sur Twitter durant une des nombreuses discussions par tweet. Depuis, je voulais en parler et nous allons pouvoir nous lancer dans peu de temps.

Cette série c’est terminée il y a peu du haut de ses 4 tomes, mais je dois encore aller me procurer le volume final ce qui sera sûrement fait mardi si tout va bien. Nous allons de ce fait rejoindre, aujourd’hui, le tome 1 du manga…

« Le Berceau des Mers – Cradle of the Sea »

le-berceau-des-mers-tome-1-607938-264-432

7€90 – Shônen – 182 pages

Dans l’Angleterre de la révolution industrielle, Monica, une jeune fille pauvre, est engagée comme femme de chambre dans la grande villa d’un riche gentleman, qui lui donne pour mission de veiller sur Evan, son nourrisson. Mais suite à la disparition en haute mer de son protecteur, Monica est chassée de la villa, et doit retourner vivre dans les bas-quartiers. Un an après ce revers de fortune, Monica retrouve le petit Evan et découvre avec stupeur que la tombe de son ancien maître est vide. Remplie d’espoir que son bienfaiteur est encore en vie, Monica décide de se lancer à sa recherche et embarque sur un bateau à vapeur avec Evan dans les bras. Mais l’aventure semble semée d’embûches…

Par où commencer pour parler de ce titre que j’ai été acheter un jour alors que j’étais à l’université en train de m’ennuyer – les longs temps de midi qui durent des heures – et de désespérer – des résultats à deux balles – ce qui provoqua le craquage par rapport à l’achat. Ni un, ni deux… J’ai pris les trois tomes qui étaient sortit à l’époque pour mon plus grand bonheur et le malheur de portemonnaie-chan.

Résultat des courses, je l’ai débuté dans l’un des nombreux coins tranquilles de la faculté et je me suis mise à rêver d’aventure. D’aventure mais également de bateaux ! Moi qui adore cela, à l’origine, j’étais aux anges de pouvoir découvrir cela durant la révolution industrielle anglaise. Parce que oui, nous sommes en Angleterre mes petits matous matelots ! Là où Arte se déroule en Italie et nous permet de découvrir la Renaissance, ici nous découvrirons un autre pays Européen à une autre époque tout aussi intéressante.

Comme beaucoup, j’apprécie énormément l’Angleterre – même si ce n’est pas mon pays préféré – et un manga mêlant navigation et révolution industrielle, je ne pouvais pas passer à côté (ce qui était le cas avant pourtant, mais vous connaissez ma drôle de logique maintenant) et ce même si l’histoire en elle-même n’est pas la plus originale du monde. Pourtant, elle garde des mystères que l’on désire élucider en compagnie des personnages.

Pourquoi dis-je que l’histoire en elle-même n’est pas si originale que cela ? Bah, un personnage féminin qui devra se faire passer pour un homme ne venez pas me dire que ce n’est pas fréquent, mais cela n’empêche pas le récit d’être maitriser et de nous donner envie de suivre Monica. La jeune femme vit une vie assez difficile depuis que son maître à disparu en mer et c’est le hasard qui la ramènera près d’Evans, un petit bout – Oui, encore un enfant mais il me semble un peu plus jeune que Somali de Somali et l’Esprit de la Forêt – qu’elle avait promit de protéger.

Monica est un personnage assez optimiste en soi, au cœur d’or et fidèle à ses principes, à sa parole. C’est ce qui lui permettra de prendre certaines décisions sans faillir jusqu’à se travestir en homme s’il le faut. Pour ce qui est d’Evans, étant plus jeune, il s’avère principalement curieux comme tous les enfants et donne une touche toute mignonne et choupi à l’univers… Hm ? Comment ça je m’égare ? Ah oups… A leur côté apparaîtra un troisième personnage – en plus de l’équipage – qui est Louis Mac Farren, un personnage assez taciturne ayant déjà pas mal souffert de part le passé. Pourtant, pour une certaine raison, il se retrouvera mêlé à la même galère que Monica et Evans.

Mais Le Berceau des Mers ne serait pas ce qu’il est sans tout ce qui touche à la mécanique d’un navire ou la fameuse comptine que l’on découvre assez rapidement : « The cradle is gently rocking around ». Malheureusement, il faudra attendre le tome deux pour être réellement en mer et ce n’est pas l’endroit pour en parler de ce fait, il faudra que vous soyez patient les matous ! Parce que oui, ce premier volume se veut introductif afin de nous donner envie de suivre Monica afin de réaliser sa promesse tout en découvrant les raisons poussant Louis à être aussi intrigué par la jeune femme.

Pour ce qui est des graphismes j’étais emportée par ceux présent dans ce premier tome, je voulais monter sur un bateau et voguer sur l’eau. J’avais envie de papoter avec certains personnages tant ils semblaient, à leurs manières, réalistes. J’ai seulement eu un peu de mal avec la scène de la chaufferie, comme beaucoup, mais après plusieurs relectures cela va bien mieux à présent. Je suis bien moins perdue et je m’y retrouve bien plus facilement durant ce petit passage. D’ailleurs, pour ceux appréciant les planches en couleur, nous en retrouvons au début du tome et les tonalités sont harmonieuses. Elles nous mettent, de ce fait, directement dans le bain.

Je pense que vous l’aurez comprit, ce tome un a été un véritable coup de foudre (oui, oui) et m’avait bien changé les idées. Il m’a fait voyager, un peu, et m’a surtout bien changer les idées tout en me faisant un peu découvrir la révolution industrielle anglaise. J’avais envie de fredonner la mélodie également, mais étant dans la fac j’avais préféré éviter à ce moment là. Et comme vous vous doutez dès que j’ai eu fini la lecture de ce premier tome je me suis lancée sur le second, mais ça c’est une autre histoire !

Et vous les matous l’avez-vous lu ? Comptez-vous l’essayez ? Qu’en pensez-vous si vous l’avez déjà lu ?

 

Site de l’Editeur – Extrait

Advertisements

4 réflexions sur “Le Berceau des Mers – The Cradle of the Sea – Tome 1

  1. Thiboutsu dit :

    Une histoire qui m’a l’air fort passionnante ma foi. Des mangas sur l’Angleterre ou même sur la navigation, ça ne court pas les rues ! Si mon libraire a le premier volume en stock, c’est avec plaisir que je l’essaierai, tu m’as vraiment donné envie (*porte-feuille-dono me regarde de travers, ne parlons pas des tomes suivants tant qu’il est encore là…). Ravi d’avoir découvert cette licence et je t’en remercie !

    Bon courage pour tes écrits suivants ! =)

    Aimé par 1 personne

    • Neko dit :

      Ravie de voir que je t’ai donné envie de l’essayer ^o^ En plus c’est une série courte 🙂 (… Courage ;_; Les portemonnaies sont contre nous) Mais de rien, je suis contente de te l’avoir fait découvrir 🙂

      Ahaha, merci *regarde l’horaire de sa semaine de cours et pleure d’avance xD*

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s