Minuscule – Tome 1

Coucou les matous, comment allez-vous ? Prêt pour une nouvelle journée et une nouvelle semaine ? Je l’espère ! Avant de débuter l’article en lui-même j’aimerais vous parler d’un forum, sauf que cette fois c’est celui que je gère en compagnie d’une autre personne ~ Il se nomme Projet Matrice et permet aux personnes s’inscrivant de jouer autant un personnage de jeux vidéo (les créatures sont comprises dans le lot ainsi que les personnages secondaires) ou un Humain faisant partie de Matrice, mais pouvant ne pas être en total accord avec les principes de ce groupe… Le tout dans notre monde, ce faisant les avatars sont des personnalités [acteurs, chanteurs, cosplayeurs, etc, etc] C’est un RP par mois sans limite de mots ! Pour allez voir, n’hésitez pas à cliquer sur le logo juste en-dessous.

bouton 1

Et le contexte en teaser :

** Teaser du contexte **

Tu te relèves… Tu titubes… Tes derniers souvenirs sont ceux d’un portail, qui t’a aspiré, attiré dans cet endroit inconnu… Les formes sont différentes, les couleurs… Tu te retiens de tomber un seconde fois, tremblant… Tu en as vu, pourtant, des choses… Mais là… Là. C’était différent… Comment vas-tu réagir ? Que vas-tu faire ?

Réveillés d’entre les Morts… Enlevés à une vie paisible… Héros ou vilain… PNJ ou personnage secondaire… Tous sont logés à la même enseigne ! Tous ont été pris dans le portail créé par l’Homme. Ils ont fini ici, sur Arkadia… Pourquoi ? Comment ? Tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils revoient des ennemis morts il y a si longtemps, des compagnons perdus, des héros s’étant sacrifiés pour les autres. Que leur corps est différent. Que leur monde est différent. Leur appréhension, leur vie… Rien n’est plus pareil…

Sur ce partons à présent sur…

« Minuscule »

61t5t86xfnl._sx210_

212 pages – 8€50

Hakumei et Mikochi mesurent 9 centimètres et vivent dans la forêt. Elles habitent dans un tronc d’arbre, se déplacent à dos de scarabée et construisent des tentes avec des feuilles de mandarinier… C’est fou tout ce qu’on peut réaliser quand on n’est pas plus haut que trois pommes ! Venez partager leurs aventures à la fois simples, paisibles et attendrissantes. Ces minuscules personnages et leurs amis à fourrure vont enchanter votre quotidien !

L’un des mangas que j’avais cherché durant un bon moment et que j’avais un mal fou à trouver ! Il faut savoir que j’apprécie tout ce qui est lié au petit peuple, qu’enfant j’adorais les Minipouces et que, du coup, lorsque j’avais entendu parler de « Minuscule » j’étais réellement curieuse de voir ce que cela allait donner. Une fois le manga trouvé et embarqué, de longues années après sa sortie, je me suis plongée dedans et je peux vous dire que j’ai passé un doux moment.

Comme tout premier tome, on découvre les personnages, on nous les présente et on nous plonge dans cet univers remplit de douceur. Un monde miniature, lié à la nature, où les animaux coexistent avec ce petit peuple pour le moins adorable. Adorable et pourtant nous faisant réfléchir car ce Slice of Life possède un petit côté plus mature, même si on n’y pense pas spécialement en le prenant vu la rondeur des traits. Il ne faut pas oublier qu’il ne faut jamais se fier à ce que l’on voit en premier lieu. Il n’est d’ailleurs pas difficile de se rendre compte que chaque personnage est différent, à sa manière d’être, ses aspirations, ses rêves, ses goûts et c’est un plaisir de les découvrir au fil des pages, des tomes.

Les dessins, bien que tout en délicatesses, nous plongent dans cet univers, ce monde qui pourrait être celui se trouvant juste là, dehors, et que nous ne connaissons pas car nous sommes incapables de les voir. J’adorais me perdre dans les planches, observer les décors, les éléments apparaissant petit à petit. Je n’ai pas eu de souci à reconnaître qui était qui, un peu plus à retenir leurs noms, mais ça c’était normal… et habituel. Je l’ai à chaque fois du coup, il ne faut pas s’en faire.

Des personnages qui évoluent à leur rythme, qui peuvent s’opposer, ne pas être en accord, comme dans la vie de tous les jours. Des êtres qui possèdent leurs propres visions et qui doivent faire des choix, qui avancent doucement, mais sûrement. Certains d’entre eux sont énergiques alors que d’autres seront plus posés et c’est tout à fait logique, normal, de retrouver tout cela dans cet univers. J’ai réellement apprécié les voir prendre vie sur les pages, se faire connaître petit à petit.

Pour l’histoire en elle-même, vous vous doutez que l’on est dans du slice of life comme je l’ai mentionné plus haut. Cela signifie que l’on suit la vie des personnages, ce qu’il s’y passe et que si vous recherchez de l’action à plein régime… Eh bien… il faudra vous tourner vers autre chose… Parce que ce n’est pas ce que vous trouverez ici, non… Mais des moments de douceurs, un temps où se poser, se ressourcer en compagnie de tout ce beau monde, de la nature les environnant.

Pour moi, ce fut un coup de cœur. Réellement. Le seul souci étant la difficulté à trouver les tomes, à mettre la main dessus… C’est dommage car le titre pourrait plaire à ceux recherchant ce genre d’univers, mais il disparaît si vite des rayons que c’en est difficile hormis en passant par internet. J’ai enchaîné les tomes que j’ai pu trouver et maintenant… je cherche la suite car mes boutiques ne les ont pas, mais je ne baisse pas les bras, je remettrai la main dessus et je compléterai petit à petit la série.

Et vous l’avez-vous lu ?

Maison d’édition – Extrait –  Soutien

Rafnas – Tome 1

Coucou les matous, comment allez vous ? Bon, finalement ce ne sera pas le « Monstre et cuisine/gastronomie » mentionné hier car je n’ai pas ma clef USB avec le document sous la patte (Je l’ai rangée dans un autre sac… pas douée comme je suis). Mais cela ne m’empêche pas de tout de même vous mettre quelque chose aujourd’hui et, au lieu d’un titre découvert en librairie, ce sera du Service Presse. L’autre article arrivera, de ce fait, dans le courant de la semaine

Nous allons donc nous aventurer, cette fois, dans un diptyque qui nous fera découvrir une nouvelle planète possédant une gravité bien différente de chez nous. Je remercie également les éditions Komikku pour l’envoi et Babelio pour la découverte de ce titre J’en profite pour m’excuser du retard lié à l’état de santé dans lequel j’étais. Comme mentionné ici, je ne désire pas en parler. Prêt pour le voyage, les matous ?

« Rafnas »

rafnas-1-komikku

16€ – Seinen – 224 pages

Il y a bien longtemps, les hommes ont colonisé la planète Rafnas qui n’est pas soumise à la gravité. Au contact de son atmosphère, ils ont évolué et peuvent aujourd’hui flotter dans les airs. C’est dans cet univers unique que deux êtres vont se rencontrer : la phénoménale Lima qui surveille les courants rocheux aériens et qui est dotée d’un champ de force inouï et Ragi, un des rares humains originels dépourvus de l’antigravité. Tout les oppose, mais ensemble, ils vont essayer de sauver les humains d’un futur cataclysme engendré par l’un de ces courants rocheux devenu incontrôlable. Parviendront-ils à surmonter les lois de la nature malgré leurs différences ?

Une véritable œuvre de science-fiction au souffle épique ! Une épopée SF incroyable sur une planète apocalyptique qui n’est pas sans rappeler MAD MAX ou encore DUNE.

Prix spécial du jury au Japan Media Arts Festival – 2015
Série en 2 tomes !!

Rafnas est un manga présent dans la collection Horizon de Komikku, là où l’on retrouve également La Photographe dont j’ai déjà parlé sur le blog, faisant que la taille du manga est plus grande que de coutume. L’ayant sous les yeux avec le tome 27 de Magi posé dessus, cela se voit réellement sans difficulté. Mais de quoi ce manga en deux tomes – dont je ne parlerai que du tome 1 actuellement – de Yumiko Shirai nous parle ? Bon, je sais, vous avez sûrement lu le résumé plus haut, mais ce n’est pas une raison pour que je n’en refasse pas un comme à mon habitude n’est-ce pas ?

Alors, alors… Nous nous trouvons sur une autre planète colonisée, il y a déjà de nombreuses années, par les humains. Ce lieu très différent de la Terre a fait en sorte qu’ils ont évolué et peuvent à présent flotter dans les airs même si une petite partie de la population n’est pas touchée par cela. Ces derniers sont les « Originels », des êtres comme vous et moi,  et ceux-ci doivent vivre dans un espace s’avérant être une bulle protectrice ou munit de masques qu’ils doivent obligatoirement entretenir. Ragi est l’un de ces « Originels » et il rencontrera Lima, une personne ayant un prodigieux champ de force malgré la gemme l’aidant à canaliser celui-ci. Malheureusement, un cataclysme semble approcher à cause de courants rocheux – eux aussi flottant tranquillement dans l’air – devenant incontrôlable. Que va-t-il se passer pour nos personnages ?

Comme vous le voyez, nous nous trouvons dans un univers assez différent de la Terre et dans lequel nous retrouvons, pourtant, certains éléments grâce aux Originels. Rafnas est un lieu où il ne ferait pas bon vivre pour nous si nous ne possédions pas de masque comme Ragi ou si nous ne nous trouvions pas dans la « bulle ». Dans mon cas, je pense que je me serais penchée sur le masque car j’aurais bien aimé vagabonder un peu, être en dehors de cet endroit bien trop sécurisé et ce malgré les dangers présents à l’extérieur. Ce monde, je l’ai trouvé magnifique personnellement avec ce côté futuriste, mais également naturel par rapport aux courants rocheux.

Ces courants rocheux s’avèrent extrêmement dangereux pour les personnes se retrouvant prises à l’intérieur. Dans la majeure partie des cas, le malheureux n’y survit pas à moins de posséder un puissant champ protecteur – tel que Lima – et de savoir comment se déplacer à l’intérieur ou ce qu’il faut faire. Certaines personnes doivent d’ailleurs veiller par rapport à cela, vérifier s’il n’y a aucun danger et ces êtres sont les Vigies. Vous l’aurez comprit, là où Ragi est un Originel, Lima est quant à elle une Vigie.

Les explications par rapport à tout cela arrivent au fil des pages et nous découvrons cette nouvelle société, ses mœurs et ses différences. Je me demande juste les raisons faisant qu’une partie du peuple Rafnien (… Non, je ne suis pas sûre qu’ils s’appellent comme ça…) n’a pas évolué et est resté tel les Terriens d’antan. Peut-être ai-je raté l’explication ou peut-être vient-elle dans le tome suivant, c’est bien possible !

Du côté des personnages, ils étaient relativement traditionnels en soi au niveau des caractères bien que dans certains cas cela soit expliqué par rapport à leur passé, leurs vécus. Ils sont différents les uns des autres, prennent des décisions à leurs manières et possèdent leurs propres blessures. Des blessures ayant, souvent, laissés des traces même si elles ne sont pas visibles à l’œil nu. Comme nous tous, en réalité, car nous avons tous nos propres cicatrices, nos peines, nos douleurs et nos peurs. Malheureusement, je ne me suis pas très attachée à eux durant ma lecture…

Les dessins sont assez doux, je trouve, même s’ils ne plairont probablement pas à tout le mondeCe n’était pas le cas de Maman Neko par exemple – mais ils trouveront à coup sûr leur public. Pour ma part, j’ai comme à mon habitude chercher les petits détails, les éléments me faisant voyager à leur manière lors la découverte du titre. Ce fut un franc succès malgré tout et je n’ai pas hésité à revenir sur l’une ou l’autre page pour observer un peu plus. Et puis, il était réellement dynamique lorsqu’il le fallait.

Pour ce qui est de l’édition en elle-même, j’ai été surprise du sens de lecture au début, mais j’ai vite reprit mes esprits pour me lancer dans le récit malgré l’impression de ne pas être dans le bon sens. Oui, cela m’arrive parfois. Pour le reste, les pages me semblaient assez épaisses pour ne pas ressembler à du papier à cigarette ou pour que je ne voie de l’autre côté quant à l’encre, elle est restée à sa place sur les trames et ce sans aller dans les bulles de dialogues ou en faisant de grosses traces. L’ayant relu, je n’ai pas vu de coquilles dans la traduction réalisée par Ryoko Akiyama.

La lecture ne fut pas un coup de cœur, mais je n’ai pas passé un moment désagréable non plus à découvrir ce titre. Ma curiosité me pousse tout de même à découvrir le deuxième volume afin de savoir comment cela se terminera, ce qu’il adviendra des habitants de Rafnas et pour retrouver le coup de crayon ainsi que l’univers de Yumiko Shirai que j’apprécie réellement.

Rafnas - Tome 1

Et vous les matous, l’avez-vous lu ? Comment avez-vous trouvé ce titre ?

Note nekoïenne : Il se peut que d’autres modifications apparaissent dans les futurs articles, je ne suis pas encore certaine à 100% de la manière de faire. J’ai noté les différentes idées dans mon petit carnet alors ne soyez pas surprit si, plus tard, vous voyez des différences avec les précédents 🙂 Après tout, autant tenter !

Dresseuses de Monstres – Tome 2

Coucou les matous, j’espère que vous allez bien ? Pour ma part c’est le cas et le week-end approche gentiment alors j’ai hâte ! Comme vous le savez si vous me suivez sur Twitter, plusieurs articles étaient en cours d’écriture et voici le premier…

Premier à sortir et premier à finir une série parmi le groupe d’avis qui paraîtront prochainement. Je ne vous en dis pas plus, mais sachez que si tout va bien 3 séries sur 4 devraient se terminer au niveau avis. Sur les quatre, il y en avait deux qui étaient des mangas en deux tomes, un est en quatre et le dernier est toujours en cours pour le moment. Mais je ne vous en dis pas plus, après tout si vous êtes là c’est pour le tome 2 de Dresseuses de Monstres. Prêt à retrouver le chemin de l’école pour filles de Tatara et nos monstres de toutes tailles ?

« Dresseuses de monstres »

51ockxwmoyl-_sx359_bo1204203200_

7€90 – Seinen – 192 pages

Le quotidien suit son cours au club d’élevage de l’école pour filles de Tatara. Sora fait tout d’abord ses retrouvailles avec un monstre qui lui a sauvé la vie étant petite, et en apprendra plus sur les raisons de la froideur de son comportement actuel.

Peu après, un immense Kaiju apparu des profondeurs de la terre menace de détruire l’école tout entière ! Ces tracas sont toujours résolus grâce à la joie et la candeur de nos deux héroïnes, Ion et Sora, et de leurs amies

Le deuxième et dernier tome de la série. Oui, j’aurai pu directement faire un avis général vu que c’était une série courte, mais je n’en avais pas envie. C’est la même chose pour Adam et Eve au fond, résultat j’avance à mon rythme et vous fait, parfois, des petits rappels tout gentillets par rapport à l’un ou l’autre titre. Pour cette fin de mois, je me suis mise en tête de bien me remettre à jour avant de me lancer dans les chroniques de nouvelles séries. C’est faisable tout du moins pour certains titres.

Alors aujourd’hui, nous retournons dans cette douce école où des jeunes demoiselles apprennent à s’occuper de Kaiju dans un club d’élevage. Une école aux cursus différents dont l’un d’entre eux se rapproche de celui que nous connaissant alors que l’autre est lié à ces créatures fascinantes et surprenantes. Une école que Komikku nous a permit de découvrir en sortant les deux tomes de Dresseuses de monstres il y a déjà plusieurs mois. Je vous avais déjà parlé du tome 1, il y a quelque temps, alors n’hésitez pas à aller le lire si vous ne connaissez pas du tout le titre.

Nous retrouvons donc Ion et Sora, notre petit duo d’héroïne se complétant merveilleusement bien, mais pas seulement car les autres personnages féminins ayant prit de l’importance dans le premier tome sont belles et bien de retour pour notre plus grand plaisir. Du côté des Kaiju, notre mascotte préférée est également là, mais elle ne sera pas seule car de nouvelles bouilles apparaîtront dont une liée au passé de Sora.

Parce que oui, ici chacun des êtres humains s’est retrouvé d’une manière ou d’une autre proche d’un Kaiju. Que ce soit lors d’affrontements, de sauvetages ou, tout simplement, par hasard. Ne dites pas que le hasard fait bien les choses vu la frousse qu’ils procurent aux pauvres humains se retrouvant face à eux. Pourtant, ces rencontres peuvent changer le destin de certaines personnes…

Comme vous vous en doutez c’est le cas de certains des personnages que nous connaissons, même si dans certains cas c’est moindre. Ion et Sora ont toute deux été marquée par la présence d’un Kaiju dans leur vie, bien que pour une ce soit la peur qui ait prit le pas alors que l’autre ce sera l’espoir de le revoir, de le remercier.

Et oui, les Kaiju ne sont pas si méchants après tout ! Mais l’espèce humaine est ainsi, si quelque chose de nouveau, d’étrange et pouvant faire d’innombrables dégâts apparaît il sera bien plus simple de tenter de l’abattre afin d’éviter les risques et ce, même, si la créature ne s’avère pas aussi dangereuse que ce que l’on pense aux premiers abords. Les apparences peuvent être trompeuses et l’on s’en rend bien compte dans Dresseuses de Monstres avec certains des Kaiju. Il est même possible qu’un élément semblant anodin à première vue soit bien plus dangereux qu’une grosse créature.

Et le point fort de l’œuvre ressort dans son deuxième et dernier volume également. Ne pas se fier aux apparences, ne pas vouloir forcément utiliser la méthode Terminator et tenter de voir par-delà ce qui nous fait face. Même si cela peut être une créature de la taille d’un immeuble, même si elle n’est pas forcément mignonne ou possède des crocs bien plus puissants que la norme. Est-ce réellement dangereux ?

Bon, d’accord, il se peut que certains soient des dangers publics doublés de maladroits… Mais même dans le règne animal cela arrive que ce soit parmi les prédateurs ou les proies. D’ailleurs, bien que les Kaiju me fassent penser à des animaux, je les vois également bien plus comme l’une des créatures disparues. Des créatures débutant par un D… Comment ça Denver ? Non !!! Enfin si… Mais ce n’est pas le nom réel ! Ce sont les dinosaures qui me viennent à l’esprit même si pas mal d’éléments nous restent inconnus.

Sont-ils réellement morts lorsqu’ils sont sous la forme de pierres ou sont-ils seulement endormit ? Serait-ce plutôt une sorte de protection ? Un moyen comme un autre permettant d’évoluer ? Au vu de certains chapitres, nous pouvons déjà être certains d’une chose : un Kaiju peut changer de forme s’il sort de cet état. Nous savons également, d’après une histoire racontée dans le tome 1, que si un Kaiju meurttout du moins normalement il se transforme en pierre d’où l’appellation « Cimetière de Kaiju » pour un certain lieu.

Les petites histoires présentes dans cette série continuent d’apparaître gentiment sous nos yeux et nous permettent d’en savoir plus sur le passé de certaines des demoiselles ou sur ce qu’il y a eu comme gros événement auparavant. De quoi ? Oui, ce fut violent avant que les pauvres bestioles ne se retrouvent parquées quelque part lorsqu’elles étaient trouvées afin de voir leur dangerosité. Il faut dire qu’elles n’auront pas vraiment eu la chance de montrer dès le départ leur douceur envers l’humanité, vu que les Kaiju ont été malmenés. Vous connaissez beaucoup de créatures qui apprécieraient se prendre des balles ou de l’armement militaire à la figure ? Pas moi en tout cas et non, les Kaiju ne sont pas masos.

D’ailleurs, nous découvrons à la toute fin ce que nos petites héroïnes sont devenues une fois adultes ainsi que la nouvelle génération présente au club d’élevage. Je trouvais l’idée réellement sympathique, même si j’aurais bien aimé passer plus de temps en leur compagnie durant leurs études. Mais au moins la fin en est réellement une et l’on se rend compte que des changements sont encore prêt à apparaître par rapport aux Kaiju grâce à nos petites et adorables héroïnes. La manière de percevoir les « monstres » change, changera et je trouve la morale réellement agréable.

Oui, Dresseuses de Monstres est un manga tout en douceur dans lequel nous ne verrons pas de grands combats digne de Dragon Ball car c’est un tout autre registre. Un registre où le mignon côtoie des créatures très peu connues, un monde proche du nôtre et possédant ses différences suites à l’apparition des Kaiju. De plus jeunes lecteurs pourraient sans souci le lire bien que le message présent, à l’intérieur de l’œuvre, touchera petit et grand. Ne faudrait-il pas apprendre à cohabiter avec toutes les créatures même celles ne nous plaisant pas forcément ? Ne faudrait-il pas voir au-delà des apparences et des ont dit en s’ouvrant à l’inconnu ?

Certes, ce n’est pas simple et encore… Est-ce qu’un enfant mettra forcément ce qui ne lui ressemble pas de côté ? Pas vraiment, en réalité ce sera tout les à côtés qui feront que son image des autres changera, mais à l’origine un enfant est une page blanche prête à toute les découvertes. C’est notre monde, celui des adultes, qui est déjà bien plus fermé au changement et dans Dresseuses de Monstres nous en voyons quelques uns avoir du mal par rapport aux Kaiju, à leurs apparitions ce qui se retrouve dans la génération d’Ion et Sora car la peur de ses créatures restent, malgré tout, présente quelque part et ce même lorsqu’elle est minime. Pourtant, une fois que ses êtres sont vus tels qu’ils sont sans pour autant les mettre sur le haut du podium ou en les considérant tels des créatures inférieures tout se passe bien.

Pour ce qui est des dessins ils restent tout mignons, tout en mettant en avant le côté plus féroce des Kaiju qui peuvent également avoir des côtés adorables. Les différences sont bien présentes du côté des créatures et ce n’est qu’après relecture que je ne me trompe plus entre deux personnages du manga qui possèdent, malheureusement, une coupe de cheveux relativement identique malgré leurs différences d’âge. Hormis ce petit détail, je les apprécie réellement surtout lorsque l’on aperçoit les décors ou, justement, nos chers Kaiju possédant chacun sa manière d’être, de vivre et son tempérament.

La traduction ne m’a posé aucun problème, ayant lu et relu le manga sans aucune difficulté ou mot de vocabulaire incompréhensif. C’était un vrai régal. Du côté de l’édition de Komikku sur le travail de Mujirushi Shimazaki c’était, comme souvent avec cette maison d’édition, un doux plaisir de tourner les pages et de les découvrir. Vraiment, mon seul regret sera la taille de la série bien qu’elle nous permette de voir l’évolution d’Ion et Sora ainsi que celle des autres. En cas de petites périodes plus sombres, ce manga sera un petit rayon de soleil à sa manière et je ne me gênerai pas pour le relire.

Et voilà, nous nous laissons finalement sur la fin de cette courte et douce série qui m’aura tout de même donné le sourire et envie d’entrer dans cette école afin de rejoindre le club d’Ion et Sora. J’ai vraiment apprécié en découvrir toujours un peu plus sur les Kaiju, les personnages, même si j’aurai voulu en savoir plus comme très souvent et je remercie le moment où je retirais la jaquette pour de plus amples informations apparaissant en-dessous. Une jolie et douce surprise sur laquelle je reviendrai sûrement une dernière fois plus tard lors de l’avis général.

Et vous les matous, avez-vous lu ce titre ? Aimeriez-vous vivre dans un monde où de grosses créatures peuvent apparaître tranquillement ? Seriez-vous plutôt enclin à tenter de cohabiter ou plutôt pour la destruction massive de ces êtres n’ayant rien demandé ?

 

Site de l’éditeur – Extrait

Dresseuses de Monstres – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous aujourd’hui ? Bien ? Tant mieux alors ! En attendant l’arrivée de mon avis sur le tome 1 de Magi  et celui sur Mon Voisin l’avait prédit qui me prennent plus de temps que prévu je vais vous parler d’un autre titre. Je dois avoir pas mal à dire sur ceux-ci ou alors mon cerveau cherche à ne pas vous spoil malencontreusement vu que je déteste ça. Mais ils arrivent ne vous inquiétez pas !

Prêt à rejoindre de grosses, grosses bestioles pouvant être totalement adorables à leurs manières en compagnie d’écolières ? On y va !

« Dresseuses de Monstres »

dresseuses_de_monstres_tome_1

7€90 – Seinen – 192 pages

Apprivoiser des monstres géants ? Il existe une école pour ça !

Cela fait maintenant une vingtaine d’années que des monstres d’origine inconnue, baptisés « Kaiju’, sont arrivés sur Terre. Depuis qu’elle a découvert que l’agressivité de ces monstres pouvait être calmée et maîtrisée grâce à la voix de certaines jeunes filles, l’espèce humaine a décidé d’essayer de cohabiter avec eux.

L’école pour filles de Tatara propose ainsi comme option d’apprentissage le métier très particulier de  » dresseuse  » de Kaijus. Ion Hidaka, élève de sixième, a justement choisi de débuter ce cursus peu ordinaire. Élue dès la rentrée comme membre du club d’élevage, elle doit également s’occuper tous les jours du monstre gigantesque qui vit dans la forêt derrière l’établissement.

Bienvenue dans une école pas comme les autres !

Vous vous demandez dans quoi je vous entraine ? Et bien dans un manga tout doux et mignon, aux personnages moe et aux monstres… ressemblant à des monstres ? Parce que oui, aujourd’hui c’est du tome 1 de Dresseuses de Monstres que je vous parle, un manga en deux tomes sorti aux éditions Komikku que Maman Neko m’a offert.

L’histoire de Shimazaki Mujirushi nous entraîne dans une école sortant de l’ordinaire où il est possible de devenir « dresseuse ». Pour ce faire il faut suivre le cursus adéquat – celui de dresseuses vous vous en doutez – où les demoiselles le suivant apprendront à utiliser leur voix grâce aux chants pour calmer et maîtriser ces Kaijus – alias les monstres du titre – ce qui évitera quelques pépins. Nous découvrons Ion Hidaka, une demoiselle qui s’avère avoir peur de ces majestueuses créatures et qui se retrouve dans le club d’élevage malgré elle.

Parce que non, toutes les personnes suivant le cursus des dresseuses ne s’y retrouvent pas et des personnages venant du cursus normal – celui que nous suivons nous dans nos études – peuvent également s’y inscrire. Nous en découvrirons d’ailleurs une dès le début – Nommée Sora – et elle s’avère être l’exact opposé d’Ion. Si l’une a peur des Kaijus, l’autre pas du tout et c’est chouette de les voir se compléter ainsi.

Nos deux demoiselles devront apprendre à connaître les dits Kaijus et pour ce faire quoi de mieux que de s’en occuper – logique pour un club d’élevage me direz-vous – au quotidien ? Et c’est là que nous découvrons notre premier « monstre », le premier être différent d’un être humain, qui vit le plus naturellement du monde dans la forêt à côté de leur école. Une bien belle grosse bestiole qui ne rassurerait pas énormément de gens si nous l’avions dans nos rues… Surtout que nous n’y connaissons rien du tout contrairement aux personnages qui vivent dans un monde où ils sont apparus depuis une vingtaine d’années. Certes, c’est récent, mais au moins elles les côtoient alors que nous… Pas du tout.

Par contre nous pourrions facilement faire un rapprochement entre les Kaijus et les animaux que nous croisons au quotidien même si notre monde n’a pas été chamboulé par leurs apparitions. Après tout, les animaux existent depuis très, très longtemps contrairement à nos nouvelles bestioles à découvrir. Pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître, face au premier Kaiju que nous découvrons j’avais l’impression de voir un « animal », un être tout à fait habilité à vivre au contact des humains et plus le volume avançaiten permettant d’engranger des informations plus je me disais que oui, ils s’en rapprochaient énormément.

Vous vous doutez que si ce Kaiju se trouve près d’une école il n’est pas si dangereux que cela, surtout si des jeunes filles s’en occupent, dans le cadre de leur club, en étant laissées seules avec lui. Comme un animal, elles en prennent soin, le voient avoir sa routine, sa vie et elles doivent apprendre à faire avec. Et même s’il a une bouille qui ferait qu’IRL beaucoup se tiendrait à distance, je le trouve adorable ce grand Kaiju… De quoi ? J’ai des goûts bizarres ? Mais !

Revenons en vite fait à nos petits personnages, la majeure partie s’avère assez jeune – même un perso’ se trouvant dans les années plus élevées dont je tairais le nom – mais d’autres sont déjà adultes et font preuves, lorsqu’elles sont présentes, d’un tempérament très différents de nos adorables jeunettes. Par contre, ne recherchez pas de personnages masculins, il n’y en a tout simplement pas. De quoi, pourquoi ? Mais, on se trouve dans une école pour filles alors les garçons ne sont pas présents… En ville peut-être – et sûrement – mais pas là où nous passons le plus clair de notre temps. Donc, non pour celle recherchant des bishônen ce ne sera pas ici que vous les trouverez et pour ceux recherchant des personnages virils… On oublie aussi. Par contre, si le côté moe ne vous déplait pas, le titre passera sans aucun souci.

Pour l’histoire en elle-même, elle s’avère relativement simple vu que nous découvrons des éléments sur les Kaijus au fil des pages, des dialoguesen enlevant la jaquette aussi – et ce tout du long du manga où nous suivons la scolarité – raccourcie – d’Ion. D’autres informations pointent le bout de leur nez dans le tome 2, mais je ne vous en parle pas ici. Cela n’empêche que si vous recherchez une histoire calme, sans prise de tête, au design tout mignon vous tomberez bien par contre si c’est plutôt des combats contre des créatures que vous vouliez et bien… C’est raté.  C’est réellement sans prétention, sans prise de tête et les Kaijus le concept de base est plutôt bien exploité. Après, certains le trouveront sûrement trop calme ou manqueront d’informations, voire n’accrocheront tout simplement pas car le background n’est pas le plus développé. Ce qui n’était pas mon cas, mais de base j’apprécie ce genre de titre et je recherchais un moment calme lors de ma lecture. D’une certaine manière, Dresseuses de monstres est un tranche de vie et ce genre ne plait pas toujours à tous.

Du côté des dessins, ils sont dans la veine du moe donc tout mignons et en rondeurs par rapport aux personnages que nous côtoyons par contre les Kaijus peuvent être à l’exact opposé. Imposants, petits, avec ou sans piques et j’en passe vous en verrez de toutes les formes, mais sans forcément être mignons dans le sens mignon. Oui, il peut avoir différente signification en fonction des gens… Par exemple, je trouve le Kaiju de l’école adorable mais ça ne sera pas aux goûts de tout le monde ! Du côté des décors, ils ne sont certes pas fortement détaillés, mais s’avère pourtant travaillés donnant un côté contemplatif à ceux-ci pour mon bonheur. (Oui, j’aime bien ce qui est contemplatif…)

Niveau qualité, Komikku fait comme toujours du bon travail et j’aime énormément les mangas qu’ils sortent. Peut importe le titre, il a droit au même traitement que les autres et de ce fait le papier est assez épais pour éviter l’éternel souci du « Je vois à travers tout ce qu’il se passe derrière » tout en gardant son encre. Le manga en lui-même est également souple facilitant le transport dans des sacs maltraités durant le trajet et possédant pas mal de babioles différentes. La traduction est soignée sans erreurs apparaissant durant la lecture et le lettrage ne donne pas mal aux yeux.

Et c’est déjà la fin de ce petit avis les matous où vous remarquerez que j’ai tout de même bien apprécié ma lecture bien qu’elle ne plaira pas à tous. Je pars rejoindre un Kaiju boule de poils afin de le brosser et de lui retirer ses nœuds (Comprenez par là, que je vais tenter de récupérer Junko pour sa séance brossage parce qu’il continue de muer) tout en espérant que cet article vous aura tout autant plu que les autres ! Passez une belle journée comme à l’accoutumée !

Connaissiez-vous le titre les matous ? Qu’en pensez-vous si c’est le cas ? L’avez-vous appréciez ? Y-a-t-il un Kaiju que vous aviez apprécié ? Aimeriez-vous en croiser au détour d’une rue ?

Site de l’éditeur – Extrait

Les achats du mois… Août

Coucou les matous ! Comment allez-vous en ce deuxième jour de septembre ? Oui… C’était la rentrée des classes hier et encore j’aurai préféré avoir ma rentrée à ce moment là que le duo d’examens… Psychomotricité (1 & 2) et Natation se sont suivit et après avoir terminé la matinée avec une migraine, j’ai fini la journée avec les poumons totalement oppressés suite à l’apnée… La joie en soi ^^’ Mais ça a fini par passer et je suis un peu plus en forme…

Reprenons donc, qui dit début de mois – et pas spécialement septembre – dit apparition sur le blog de mon article des arrivées/achats du mois passé ! Et même si aujourd’hui nous sommes le 2, comme celui-ci n’est pas paru hier suite à mon état, cela reste la même chose. (Comment ça, non ? Mais je vous assure que si !) Prenez un cookie dans la boite à biscuit et allons-y mes petits matous tout doux ! ♥

 

Service Presse :

Fire PunchTome 2 [Kazé]

Riku-Do – La rage aux PoingsTome 4 [Kazé]

Takane & HanaTome 7 [Kazé]

Mon Cousin l’avait prédit – Tome 1

Quatre petits services presse ce mois-ci et je dois encore vous parler d’un ebook des mois précédents en plus de celui présent ici ^^ Vous savez à quoi vous attendre sur le coup ! Je suis contente d’être à jour, pour une fois niveau manga… ça faisait longtemps qu’à la fin du mois je ne les avais pas tous chroniqué comme il se doit (Moi, retardataire ? Non…) Et je reste réellement fan de Takane&Hana c’est un vrai remontant niveau bonne humeur

Nouveautés :

Black Butler – Artbook n°2 [Kana] Grâce à Thiboutsu 🙂

Dresseuses de Monstres – Tomes 1 & 2 [Komikku] ♦ Série terminée

Comme vous le savez déjà, j’ai rencontré Thiboutsu ce mois-ci et on a passé une super journée à deux (Je ne vous refais pas le blabla, ahah) Si vous aviez suivit, j’avais reçu le deuxième artbook de Black Butler de sa part et je ne me lasse pas de tourner les pages de celui-ci ! J’aime énormément les illustrations présentes à l’intérieur, retrouver les personnages, les couvertures, voir d’autres dessins réalisés par Yana Toboso. C’est toujours un régal Il a rejoint le premier artbook de Black Butler ainsi que le deuxième artbook de Pandora Hearts dans mes précieux (Voui, je n’ai pas beaucoup d’Artbook ^^’) Pour Dresseuses de Monstres j’essayerai de vous en parler dès que possible !

Suites :

Assassination Classroom – Tomes 16 & 17 [Kana]

Fairy Oak – Tome 4 [Kennes] Début de la 2ème série en 4 tomes

Food Wars – Tomes 17 & 18 [Delcourt X Tonkam]

Iris Zero – Tome 7 [Doki-Doki]

The Rising of the Shield Hero – Tomes 2 & 3 [Doki-Doki]

Les Enfants de la Baleine – Tome 8 [Glénat]

J’ai rattrapé mon retard, ce mois-ci, dans quelques séries comme vous le voyez tout en continuant les autres. La joie que j’ai ressenti lorsque le tome 7 d’Iris Zero est sorti était sans pareil vu que cela faisait un bon moment que je l’attendais et j’en ai profité pour relire la série que j’a-d-o-r-e ! Pour ce qui est de Fairy Oak c’est une série de romans jeunesses tout en douceur qui m’a fait un bien fou, j’apprécie retrouver les jumelles et les autres personnages ainsi que l’univers. De plus, dans ce quatrième tome on complète la trilogie précédente et les sentiments présents entre les personnages ne sont plus réellement inconnus. Je me demande ce que donneront les trois autres volumes… Si l’une des séries mentionnées vous intrigue n’hésitez pas à me demander pour un avis, si tout va bien vous devriez l’avoir au fil du temps !

Emprunts :

/

Comment ça je n’ai pas été à la Bibliothèque ou embêter quelqu’un pour lire l’un de ses mangas ou romans ? M-Mais j’avais autre chose à faire durant mon mois d’août malheureusement ;_ ; Enfin, lorsque ma mère aura fini de lire son cadeau (La Merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane) je le lui emprunterai sûrement !! Après tout, je n’ai lu que le résumé et je suis très, très curieuse de le découvrir aussi !

Goodies :

 

Éventail –  Reine d’Egypte [Ki-Oon] Toujours grâce à Thiboutsu

Figurine – Sailor Vénus [Sailor Moon]

Portes clefs – Sailor Vénus [Sailor Moon] ; WarGreymon, WereGarurumon & MégaKabuterimon [Digimon]

Stickers – Naruto [Kana] Et… Une nouvelle fois grâce à Thib’ !

Marque-page – Le Chant des Souliers Rouges [Kazé]

Vive les brocantes ! Comment ça, non ? M-Mais c’est chouette de trouver des perles en fouillant ! D’ailleurs, les cartes Pokémon de la partie autres viennent de là-bas aussi comme vous le savez déjà. Le reste vient soit de Thib’Thib soit de Kazé vu que j’ai reçu le marque-page avec un petit duo de mangas, il mettait une petite touche plus douce au milieu des univers sombres. Le nombre de goodies augmente petit à petit à la maison, par contre j’ai vraiment un souci pour trouver un endroit où ranger mes marque-pages… Ils sont en petit tas pour le moment, mais j’aimerais bien pouvoir les classer et pouvoir les retrouver sans partir en fouille dans ma chambre TwT Vous faites comment, vous ?

Autres :

Cartes – Pokémon

DVD – Vaïana : La légende du bout du monde [Disney] ; Zootopie [Disney]

Jeu 3DS – Final Fantasy Explorers


Mis à part tout cela, je vous aurai également parlé du tome 1 d’Iris Zero, du tome 1 d’Après la pluie et du tome 1 de Library Wars. Il y a également eu une lecture commune en comapgine de Tiboutsu, Allandryl et Xander sur le tome 1 d’Hunter X Hunter. Niveau roman ce seront le recueil de poèmes nommé Ironie du Sort, le tome 1 des Chroniques d’Eyridian et la seconde partie du tome 2 d’Exilium qui sont venus s’ajouter sur le blog. Mis à part tout cela, ce mois-ci est né mon petit rendez-vous du lundi en votre compagnie… Vous devinez ? Et oui, ce sont les petits journaux nekoien qui sont nés ! Je suis contente qu’ils aient été bien accueillit, je ne m’y attendais pas du tout au début.


Futurs achats :

En plus des suites que vous ne voyez pas ici parce que je découvre semaine après semaine ce qui sort (voire le jour même), ce que j’aimerais débuter n’a pas trop changé au fond. Nous verrons bien ce que réservera le mois de septembre et si je me lancerai dans quelque chose de nouveau. Il faut également que je termine Les Nuits d’Aksehir, je n’ai pas sût me prendre les tomes 2 et 3 TwT Courage portemonnaie-chan, je te promet d’être sage… Enfin… Peut-être… Mais il y a tant de titres qui sont intéressants !!!

 

Et voilà… C’est déjà la fin de l’article de ce début de mois de septembre… J’espère que le mois d’août se sera bien passé de vos côtés également et que vous aurez fait de nombreuses découvertes. AH et tant que j’y suis, je précise que tout ce qui est cité – hormis l’ebook pour le moment – est déjà lu. C’est l’un des rares titres de ma PAL inexistante… Comme certains se demandaient comment je faisais pour ne pas avoir de Pile à Lire et bien c’est le malheur de lire trop vite (Même en ralentissant j’engloutis mes différentes lectures, il faut que je ne sois pas concentrée pour être hyper lente) tout en lisant dès l’arrivée. C’est assez embêtant même si ça n’en a pas l’air ^^’

Hormis tout cela, je vous remercie encore et toujours pour votre présence, vos retours, vos petits messages sur le blog ou Twitter pour un peu tout. Cela me fait vraiment plaisir de partager mes découvertes et tout le reste avec vous mes matous. Comme toujours j’espère vous retrouver dans les prochains articles qui sortiront et continuer de discuter joyeusement en votre compagnie. Je ne mords vraiment pas alors n’hésitez pas.

Et vous les matous, vos achats du mois passé ont donné quoi ? Y a-t-il un titre que vous avez préféré découvrir ? Y a-t-il des titres qui vous intéresses en ce mois de septembre ou que vous comptez tout simplement acheter ?

Les achats du mois de Juillet

Coucou les matous ! Prêt pour un nouveau mois ? Celui de juillet prend fin et de ce fait, voici l’article récapitulant tous les achats du mois passé… Je m’estime heureuse de trouver pas mal de trucs en occasion de base, sinon je serais vraiment dans la mouise T_T Portemonnaie-chan me tire déjà la tronche vu qu’il y a eu des achats non désirés à l’origine alors…

Enfin bref, je vous laisse avec l’article et vous souhaite un bon mois d’août ! Bonne chance également à ceux qui doivent étudier à nouveau pour des examens de passage (ce qui est mon cas, bah oui sinon c’est pas drôle TT ») Comme toujours si un titre vous intrigue, mentionnez le dans les commentaires… J’essayerai d’en parler dès que possible, mais bon vous connaissez mes retards à force ^^ » Soyez juste patient…

Service Presse :

 

Exilium Tome 2 – Partie 2

Voyageuse – Tome 1

Chroniques d’EyridianLe Pays NoirTome 1

Ironie du sort Recueil de poèmes (+ nouvelles)

Les quatre ebook dont vous entendrez parler d’ici peu sur le blog 🙂 Et oui, niveau SP ce fut assez calme ce mois-ci, mais le point positif est que cela m’a permit de rattraper – un minimum – le retard prit au fil des mois.

 

Nouveautés :

 

My Hero Academia – Ultra Archive [Ki-Oon]

Fairy Oak – Tome 1 ; 2 ; 3 [Kennes] ♦ Trilogie complétée

Après la Pluie – Tome 1 [Kana]

The Grim Reaper – Tome 1 [Kana]

Au-delà de l’apparence – Tome 1 [Kana]

La Passe Miroir – Tome 1 [Gallimard Jeunesse]

Le Pays des Contes – Tome 1 [Michel Lafon]

Your Name – Tome 1 [Pika]

The Rising of the Shield Hero – Tome 1 [Doki Doki]

 

Et oui, même si Fairy Oak possède un quatrième tome qui sortira en août, il me semble, il s’avère que c’est une trilogie. Je verrai bien ce que ce tome 4 réservera à ce moment là, mais cela n’empêche que l’histoire de base est complète dans ma bibliothèque ce qui est déjà un bon début, surtout avec moi.

N’empêche, j’ai eu envie de tester pas mal de choses ce mois-ci… Mais je suis assez contente des découvertes ! Si l’un des titres vous intrigue n’hésitez pas à demander, j’essayerai d’en parler dès que j’en aurai l’opportunité.

 

Suites :

 

Les filles au chocolat – Tome 6 : Cœur Cookie [PKJ] ♦ Série principale complétée

La Guerre des Clans – Cycle 1 ; Tome 6 [PKJ] ♦ Fin du premier cycle

Les Enfants de la BaleineTome 7 [Glénat]

The Ancient Magus Bride – Tome 6 [Komikku]

Im – Great Priest Imhotep – Tome 3 [Ki-Oon]

Fire Force – Tome 2 [Kana]

Flying Witch – Tome 3 [Nobi Nobi]

My Hero Academia – Tome 9 [Ki-Oon] ♣ Remporté lors du concours Twitter d’Esprit Otaku

One Punch Man – Tome 7 [Kurokawa] ♣ Remporté lors du concours Twitter d’Esprit Otaku

 

Rahlala, dur, dur de rattraper ses retards de base surtout lorsque l’on est hyper curieuse et que l’on se retrouve avec d’autres titres entre les mains… Il me manque toujours le tome 3 de la saga L’Epreuve. Niveau manga, bah les retards sont bien pires alors je ne vous les cite pas ahaha ! Mais ça se réduit tout doucement vu que comme vous le voyez deux séries terminées en un mois dans les « suites » Enfin bon, je suis au moins à jour dans quelques séries et c’est déjà le plus important ahaha

 

Goodies :

 

Marque-page – Vampire Knight Mémoires

Extraits – Les Mémoires de Vanitas ; Gambling School ; Dresseuses de Monstres ; Au-delà de l’apparence ; Alchimia.

Funko Pop – Princesse Atta [1001 pattes] ; Perfect Cell [DragonBall] ; Invisible Demiguise [Les Animaux Fantastiques] ; Non masqué Black Panthère [Civil War] ; SpiderMan Black Suit [SpiderMan] ; Goku and Flying Nimbus [DragonBall] ♣ Remporté lors du concours Twitter d’Esprit Otaku pour ce dernier

Cartes – Pokémon

Pins – L’enfant et le maudit [Avec le tome 6 de The Ancient Magus Bride] ; Badge Issunbôshi, le petit samouraï [Remporté lors du concours Nobi Nobi]

 

J’ai fini mes vilains pour DragonBall en pop ! Enfin, pour le moment en tout cas… Mais je suis tellement contente ♥ Pour Les Animaux Fantastiques je recherche toujours un Newt (Norbert pour ceux qui préfère son nom en VF), ce serait plutôt pas mal de mettre la main dessus pour aller avec mon petit Niffleur et mon Demiguise qui adore jouer au fantôme. Pour ce qui est des Pop de la licence Marvel je n’en prends pas énormément, juste celles qui m’intéressent le plus par rapport à leurs designs ou pour le personnage.

 

Autres :

 

Des vêtements. (suite à la mort de mes chaussures…)

1 peluche Panda surnommée Pampou par maman Neko.

 

C’est déjà pas mal me direz-vous, ahah… Oui, le panda peluche a eu droit à un nom ^^ » Cela ne devrait même pas me surprendre au fond !


Nous arrivons donc à 3 séries Romans officiellement terminées dans ma bibliothèque et ce même s’il existe un tome 4 pour l’une (composé d’histoires courtes), des inter-tomes pour une autre (Mais qui ne doivent pas obligatoirement être lu) et d’autres cycles pour la troisième. Je trouve ça déjà pas mal comme avancée sur un mois, surtout quand on sait que j’ai souvent du mal à lier les deux bouts… Vive les soldes !

 

Sinon, j’aurai surtout avancé au niveau des retards pour ce qui est des articles du mois. Ce faisant, j’ai parlé du tome 2 de Kuroko’s Basket Extra Game, du tome 1 de La Photographe, du One Shot Sa Majesté le Chat, du tome 1 et du tome 2 de Pochi & Kuro, du tome 2 du manga Le chant des souliers rouges, du tome 7 de Black Clover, et du tome 2 de Kuroko’s Basket Replace PLUS. Ensuite au niveau des ebooks se furent ceux qui suivent qui sont apparus, c’est-à-dire Alienor – L’origine de toutes les haines, L’été d’un chien et le prologue à Mon cousin l’avait prédit. Il me semble que je n’ai rien oublié…


Pour ce qui est des séries que j’aimerai débuter – L’ayant oublié le mois passé en bonne nouille que je suis – ce sera assez simple :

 

J’aurai bien mit d’autres titres aussi, mais… Me connaissant ça se serait terminé en liste interminable ahah ^^ » Il y a également Dresseuses de Monstres qui m’intrigue pas mal, mais comme je ne suis pas encore sûre de moi j’attendrai avant de l’ajouter dans la liste ^^ » Il y a tellement de titres qui semblent intéressants…

Pour ceux qui se demandent quel sont les couvertures ci-dessus, voici les titres ! Magical Girl Boy ; Le mari de mon frère ; L’ère des cristaux ; Citrus ; Une sacrée mamie ; Barakamon ; Amanchu ! ; Space Brothers ; Jumping ; La fleur millénaire ; Mushoku Tensei et Les délices de Tokyo. Oui, je sais que le dernier est un roman et non un manga, mais il m’intéresse grandement ce titre !

Et vous les matous, votre mois de juillet a donné quoi par rapport aux achats et découvertes ? Vous aussi, votre portemonnaie tire la tête ?

La Photographe – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Pas trop mal ? Tant mieux alors ! De mon côté, je prie pour que la météo se calme un jour parce que cela commence à être réellement rude. Si seulement elle pouvait se fixer et arrêter de changer en une fraction de seconde…

Aujourd’hui, on se dirige vers un manga présent aux éditions Komikku dans la collection Horizon et touchant un domaine que j’affectionne particulièrement même si vous ne le voyez pas sur le blog. Un domaine que vous devinez aisément si vous avez lu le titre et qui s’avère être la photographie. Prêt à découvrir le titre ?

« La Photographe »

la_photographe_tome_1

16€ – Seinen – 192pages (?)

Récemment inscrite dans le club photo de son lycée, la jeune Ayumi parcourt Tokyo pour s’entraîner à manier son appareil et s’approprier les techniques de la photographie. On la suit dans ses balades citadines qui sont surtout prétextes à l’exploration de la capitale japonaise. On visite alors en long en large et en travers les différents quartiers de cette magnifique métropole au côté de cette photographe en herbe. La photographe révèlera cette belle ville qui vit encore aujourd’hui entre tradition et modernité. On découvrira en même temps qu’Ayumi des monuments phares de Tokyo, mais également des endroits plus insolites, plus discrets, des fêtes et événements qui rythment la vie de ses quartiers… Ce récit sera également parfait pour s’immerger dans les traditions japonaises, la littérature et l’histoire du pays !

Ah La Photographe, un titre que je voulais découvrir depuis longtemps et dans lequel j’ai pût me plonger grâce à mon anniversaire. Oui, je sais, le mois d’avril remonte quand même, mais voilà je suis toujours à la bourre. Cela ne vous étonne plus, je pense. « Mais pourquoi ce titre t’intriguait-il tant Neko ? » Et bien, pour répondre à votre question mes matous c’est assez simple. Le thème du manga en lui-même qui est, comme vous vous en doutez vu le titre, la photographie. Cette forme d’art est celui que j’affectionne le plus et ce depuis pas mal d’années maintenant et c’est un peu celui qui m’a permit de m’épanouir, de pouvoir fuir dès que j’en ressentais le besoin. Derrière un objectif et en vadrouille un peu partout je me sens libre, libre d’aller où je veux, libre d’être moi-même et libre de découvrir tant de choses.

Et bien en lisant La Photographe de Kenichi Kiriki je retrouvais sans problème tout cela, mais également les années passées à l’IATA où j’étais, justement, dans la section Photographie. Alors oui, pas mal d’éléments peuvent paraître lointains, voire compliqués, pour un néophyte ou pour quelqu’un n’y connaissant rien du tout, surtout parce qu’Ayumi utilise énormément l’argentique. Pour ceux ne voyant pas c’est l’appareil photo utilisant des pellicules que l’on doit développer, ensuite, dans une chambre noire grâce au révélateur et au fixateur (et à l’eau… Oui, oui, ça rentre en compte également). Je ne vais pas vous faire un cours dessus, mais j’ai été ravie de voir apparaitre une chambre noire improvisée durant la lecture.

Dans ce manga nous suivons Ayumi, une lycéenne japonaise tout à fait normale qui fait partie du club de photographie. A ses côtés, nous découvrons Tokyo petit à petit sous un œil différent. De mégalopole pleine de vie, nous pouvons voir des endroits plus calmes, plus traditionnels et où les gens se côtoient un peu plus au quotidien.

L’histoire en elle-même est assez simple vu que l’on suit Ayumi lorsqu’elle va faire ses photos, de plus ce premier tome laisse apparaître des personnages qui reviendront plus tard et pose comme toujours avec les tomes 1les bases de ce à quoi nous devrons nous attendre. De ce fait, si vous recherchiez de l’action passez votre chemin car ici ce sera la vie quotidienne qui sera à l’honneur, mais également la photo avec son jargon et ses essais. Et cela nous permet également de nous rendre compte que la photographie, ce n’est pas seulement prendre une photo à la dérobée, mais également discuter avec des gens tout en découvrant des lieux parfois peu connus.

Étant un manga plutôt contemplatif, chaque planche est faite pour que l’on observe les détails des lieux ou des personnages tout en nous permettant d’en apprendre plus sur la ville où l’on se trouve avec Ayumi et les autres étudiants lorsque ceux-ci sont présents. Ce faisant, La Photographe ne plaira pas à tout le monde, mais de mon côté je suis devenue réellement nostalgique en le lisant. Une nostalgie très agréable en soi vu que ce que je découvrais à travers les pages que je lisais était ce que j’avais vécu en cours… Le Japon en moins bien sûr !

Parce que oui, découvrir Tokyo est réellement agréable et l’ambiance est très, très calme durant la lecture. Certains trouveront peut-être cela lent, n’ayant pas assez d’introspection, pourtant le côté « découverte » est bel et bien présent durant les différents vagabondages dans les rues et lieux japonais. De plus, une petite carte apparait à la fin de chacun des chapitres tout en donnant quelques explications sur certains lieux visités par Ayumi dans ce Tokyo plus intimiste. Quant à la fin, on y retrouve quelques pages pour écrire – nous aussi – certains éléments de nos propres périples dans la capitale japonaise. Bien entendu, les miennes sont toujours vides vu que… Bah… Je n’y suis jamais allée…

Les dessins nous laissent apprécier l’ambiance, calme et sereine, de ce que nous voyons dans le manga tout en nous permettant de voyager au pays du soleil levant. Les différents chapitres nous amènent dans un coin différents de la ville, mais sont indépendant les uns des autres dans ce premier volume. Pourtant, ils restent logiques et dans une continuité tout à fait normale que ce soit temporelle ou, tout simplement, par rapport aux rencontres. Rencontres qui peuvent revenir dans les tomes suivants dans certains cas afin de nous permettre d’en découvrir un peu plus sur les personnages qui prendront petit à petit de l’importance. Certes, ça ne sera pas le cas de tous car certains ne seront que des personnages secondaires présents pour les souvenirs en quelque sorte…

Hm… Comment l’expliquer un peu mieux ? Par exemple, lorsque vous allez à la mer et que diverses personnes se trouvent non loin de vous, il se peut que vous ayez envie d’immortaliser l’instant en compagnie de ses personnes et vous le leur demandez (ou pas… Bah oui, la photo à la sauvette ça existe aussi. Oui ? Je pars loin… et c’est plutôt une photo prise à la dérobée, je sais…) avant de la réaliser. Cette photo sera un souvenir en compagnie de personnes que vous ne reverrez peut-être jamais, mais qui ont fait partie de votre vie durant un court instant. Et bien, ici, nous retrouvons ce genre de personnes durant la lecture du manga. Des êtres de passage en quelque sorte.

De mon côté, j’ai prit énormément de temps à lire les trois tomes que j’avais acquit en même temps (Les anniversaires c’est très pratique), non pas à cause de la longueur des volumes, mais plutôt à cause des diverses émotions qui m’assaillaient. Ce tome 1 fut le plus rude pour moi étant le premier lu et celui qui a ravivé tous les souvenirs remontant à mes études secondaires au point qu’à certains moments j’avais les larmes aux yeux. Pas parce qu’il était triste ou quoi que ce soit, juste à cause de mon vécu et du fait que cette époque est celle qui m’a le plus apprit en me permettant de me libérer un peu plus. Le quotidien d’Ayumi dans lequel on la voit faire des photos à divers moments, les développer, suivre sa curiosité face à un endroit est celui que je vivais durant mes études en photographie. Les cours liés à cet art en plus.

Alors oui, La Photographe ne plaira peut-être pas à tous les lecteurs, mais ce manga sorti aux éditions Komikku s’avère tout de même assez vrai et peut même être une sorte de carnet de voyage à sa manière. C’est assez original au fond. Il se peut que certaines personnes trouvent le manga lent comme dit plus haut, mais c’est également sa force – d’une certaine manière – car il veut nous faire voyager, nous faire découvrir un autre lieu – voire une discipline pour les néophytes, même si le vocabulaire risque d’être obscur – et cela permet de quitter l’endroit où l’on est l’espace d’un instant.

L’écriture de cet avis m’aura prit un peu plus de temps au final vu que rien qu’en l’écrivant je me suis retrouvée avec les larmes aux yeux une nouvelle fois. Pourtant c’était l’une des plus belles périodes que j’ai vécue, une période pleine de liberté et La Photographe  de Kenichi Kiriki me le rappelle sans aucun problème, me ramène dans ce passé pas encore si lointain que cela. Peut-être suis-je la seule à avoir ressenti cela durant ma découverte de ce titre sorti aux éditions Komikku, mais il aura prit une place relativement importante sur le coup. Je sais que je suis naturellement sensible, voire hyperémotive, mais c’est l’un des titres qui m’aura réellement marquée cette année bien qu’il soit déjà sortit il y a quelque temps.

Et vous les matous, connaissez-vous ce titre ? Si c’est le cas qu’en avez-vous pensé ? Y a-t-il une activité que vous pratiquer plus qu’une autre ? Un art qui vous aura un peu plus marqué que d’autres ? Faites vous de la photographie ?

Site de l’éditeur – Extrait

Note de la Neko : J’ai l’impression de m’être pas mal répétée cette fois… Mais j’espère avoir réussi à vous partager mon avis sur ce titre qui m’aura pas mal marquée et touchée à sa manière.

Les achats du mois de… Mai

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Hm ? Moi ? Heu… On fait aller. La période des examens n’est jamais celle que je préfère alors… Mais ne vous en faites pas pour moi 🙂 Vous l’avez sûrement vu, je suis en retard de plusieurs pour mon article mensuel. Fallait bien que ça arrive à un moment donné.

Vous êtes prêt à découvrir la longue liste d’acquisitions diverses ?

Service Presse :

 

Takane&HanaTome 6 [Kazé]

Terra Formars AsimovTome 1 [Kazé] Série en 2 tomes

Cœur de HérissonTome 2 [Kazé] Série en 5 tomes

Black Clover Tome 6 [Kazé]

LNOverlordTome 1 [Ofelbe] Opération Masse Critique Babelio d’Avril 2017

Platinum End Tome 5 [Kazé]

RikuDo La rage aux poingsTome 3 [Kazé]

Livre/Ebook – L’été d’un chien – OS [Par la plateforme SimPlement]

Livre/EbookExilium – Livre 2 ½  [Par la plateforme SimPlement]

Livre/Ebook – Prologue – mon cousin l’avait prédit [Par la plateforme SimPlement]

 

On touche un peu à tout encore une fois avec les SP entre du shôjo, du shônen, du seinen et même un Light Novel qui a pointé le bout de son nez. Les SP plutôt « romans » seront surtout chroniqué milieu ou fin du mois de juin voire début juillet.

 

Nouveautés :

 

BDSorcières Sorcières – Tome 1 [Kennes]

Im Great Priest Imhotep – Tome 1 [Ki-oon]

La Petite fille aux Allumettes – Tome 1 [Komikku]

Les Nuits d’AksehirTome 1 [Akata] Série en 3 tomes

Les Pommes Miracle – L’histoire vraie d’un paysan en quête du naturel – OS [Akata]

Livre5 Histoires pour mes 5 ans [Fleurus]

L’enfant et le maudit – Tome 1 [Komikku]

Wizard’s Soul – Tome 1 [Doki-Doki] Série en 4 tomes

 

Vous remarquerez que depuis quelques temps je me suis remise aux BD 🙂 Je profite des petits prix dans la plupart des cas, mais je dois avouer que ça fait du bien de retrouver ce support également. 5 Histoires pour mes 5ans est un livre pour enfant dans lequel se trouvait des histoires toutes choutes dont une avec un dragon. Sinon… Oui, j’ai exagéré niveau nombre d’achats de nouveautés TT’

 

Suites :

 

Magi : The Labyrinth of Magic – Tome 25 [Kurokawa]

March Come in Like A Lion – Tome 2 [Kana]

Pokémon Noir&Blanc – Tome 2 [Kurokawa] Série en 9 tomes

Flying WitchTome 2 [Nobi Nobi]

 

Il ne me manque plus que 7 tomes pour être à jour dans Pokémon Noir&Blanc ! Ça se réduit petit à petit. Hm ? Comment ça mes autres séries ? Elles se réduisent au fil du temps également bien sûr… *tousse*

 

Emprunts :

 

 

Black Clover – Tomes 3 ; 4 ; 5 [Kazé]

Doubt – Tomes 1 ; 2 ; 3 ; 4 [Ki-Oon] Série terminée

Dragon Ball Super – Tome 1 [Glénat]

Golden Kamui – Tome 3 [Ki-Oon]

Gon – Tome 1 [Sakka]

Le Chef des Nobunaga – Tome 1 [Komikku]

Le maitre des livres – Tomes 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 [Komikku]

Perfect World – Tomes 3 ; 4 [Akata]

Riku-DoTome 2 [Kazé]

Sherlock – Tome 1  [Kana]

Et oui, j’ai emprunté les tomes manquant à la bibli’ de Riku-Do et Black Clover… Je me les achèterai plus tard sans problème, mais voilà à force de vouloir tester des nouveautés je ne suis pas à jour dans mes autres achats. Pareil pour Perfect Word. Je n’ai mit qu’un seul tome sur l’image pour Le Maitre des livres, l’ordi ayant pas mal de difficultés pour le moment ^^ »

 

Cadeaux :

 

Mug – Fantastic Beast

Un cadeau d’anniversaire arrivé un peu plus tard, mais que j’adore ♥ Merci beaucoup !!! (Je sais que tu te reconnaitras !)

Numériques :

 

Terra Formars Tome 1 & 2 [Kazé]

Oui, je possédais déjà le tome 1 sous forme papier mais parfois le numérique à du bon et comme je vadrouille souvent il m’évite d’avoir deux mangas dans mon sac si je souhaite soudainement le relire et que je ne me trouve pas chez moi. Je vous ai mis le lien menant à mon avis sur le tome 1 🙂

 

Goodies :

 

Recette n°3 [March Come in Like A Lion]

Carte postale – Takane&Hana [Avec le tome 6]

Poster – Le Chant des Souliers Rouges [Accompagnant Takane&Hana tome 6]

Carte VIJA – Takane&Hana [Avec le tome 6]

Marque-Page – Cœur de Hérisson [Arrivé en compagnie du tome 2]

Figurine – Mini Kirby

Badge – The Ancient Magus Bride [Avec le tome 1 de L’enfant et le maudit]

Pas mal de petites choses 🙂 La figurine Kirby n’a strictement aucun rapport avec le reste, mais j’ai craqué tant la petite boule rose est trop mignonne *-*

 


En plus de la réception du tome 6, j’ai également parlé des tomes 4 et 5 de Takane&Hana avant de réaliser, après un long moment de réflexion, mon tout premier Unboxing avec la Box Presse de Fire Punch mais également l’avis sur son tome 1. Ensuite, pour le jour de sa sortie, j’ai réussi à sortir mon avis sur le tome 1 de Le Chant des Souliers Rouges qui fut une agréable découverte. Niveau roman, j’ai parlé du tome 1 d’Exilium découvert grâce à la plateforme SimPlement.


Défis des prochains mois ?

Finir certaines séries débutées ^^ » Wizard’s Soul le sera facilement normalement (surtout au moment où j’écris ces lignes…), mais il me reste Library Wars, Letter Bee, Alice au Royaume de Joker, Chobits, Yu-Gi-Oh, Shaman King et d’autres séries à finir. Que de boulot, que de boulot ~ Bon d’accord c’est de ma faute aussi… Si je ne les avais pas laissées de côté pour x raisons je n’en serai pas là.

Et vous les matous, il donnait quoi le mois de mai ? De belles découvertes ?

Les Achats du Mois… Avril

Coucou les matous ! Comment allez-vous en ce lundi premier mai ? Un jour de congé de plus, ça ne fait pas de mal n’est-ce pas ?

Le mois d’Avril vient de prendre fin, résultat je vous présente comme pour les mois précédents ce qui m’a rejoint durant celui-ci. Comme il y a eu mon anniversaire cela fait un petit paquet de choses diverses et variées… C’est un mois qui a été bien chargé n’empêche.

Service Presse :

Yo-Kai WatchTome 5 [Kazé]

Takane&Hana – Tomes 1 ; 2 ; 3 ; 4 & 5 [Kazé]

Box Presse – Fire Punch ! [Kazé] – Unboxing ; Tome 1

Les Orphelins de WindrasorTome 1 [Ebook ; SimPlement ; Autoédité]

Exilium – Tome 1 [EBook ; SimPlement ; Autoédité]

Le Chant des Souliers Rouges – Tome 1 [Kazé]

10 SP, ce n’est pas rien. D’ailleurs je n’ai pas encore parlé de tout. Cela ne saurait tarder vu que certains articles sont en cours, mais je dois avouer que pour l’un d’eux je me suis creusé la tête pour voir comment le mettre en page et tout…

Nouveautés :

Levius – Tome 1 [48hBD – Kana]

Justice League – Aux Origines [48hBD – UrbanComic]

Dad – Tome 1 [48hBD]

Cœur Cerise [48hBD]

La Quête d’Ewilan – Tome 1 [48hBD ; Glénat BD]

Sa Majesté le Chat – OS [DokiDoki]

Hommage au studio Ghibli – Les Artisans du rêve [Ynnis Edition& AnimeLand]

BD – La vie compliquée de Léa Olivier – Tome 1 [Alcante]

Vu comme ça cela peut paraître beaucoup et pourtant cela ne m’aura pas coûté une fortune grâce aux 48hBD et au prix spécial pour Léa Olivier. En fait, seul Sa Majesté le Chat et l’Hommage au studio Ghibli auront été payé au prix normal, ahah. Au fond, cela m’arrange vu que je n’ai pas un budget illimité ^^’

Suites :

Yo-Kai WatchTome 4 [Kazé]

Père&Fils – Tomes 4 & 5 [Ki-Oon]

Le Berceau des Mers – Tome 4 [Komikku] => Tome final

Et j’ai rattrapé mon retard sur Père&Fils ♥ J’ai également terminé Le Berceau des Mers qui était vraiment une très belle série que je ne regrette pas du tout ! Je suis contente de prendre de moins en moins de retard dans certaines séries n’empêche… Vu que dans d’autres c’est réellement la galère ToT

Light Novel :

/

Aucun LN cette fois-ci, ça m’arrive parfois ahaha ^^’ Pourtant je suis en retard dans Durarara! >.<‘

Cadeaux :

Les Carnets de Cerise – Tomes 1, 2, 3 & 4 [Edition Soleil] (Maman)

Pull – Merlin Saved My Life [Undiz – Disney] (Maman)

Pull – Come [Lola Liza] (Maman)

Straps – Sebastian [Black Butler – BanPresto] => Déjà mentionné il y a quelques mois ^^ C’était un cadeau en avance ! (Acchan)

Livre – Les Animaux Fantastiques – Le Texte du Film [Gallimard Jeunesse] (Maman)

Livre – Miss Pérégrine – Tome 3 [Belgique Loisirs] (Maman) => Tome final

L’Attaque des Titans – Double tome regroupant les tomes 17 & 18 [Belgique Loisirs ; Pika] (Maman)

Bijoux – Collier + Bracelet (Côté du parrain + Luna)

La Photographe – Tome 1 ; 2 & 3 [Komikku] (Nezumi + Grâce aux sous offerts par Parrain)

Funko Pop – Hawkeye [Marvel] & Keychain Newt Scamander [Les Animaux Fantastiques] (Hebi)

Peluche – Renard (Hebi)

Ouip, j’ai été gâtée pour mes 25ans et j’ai même reçu des cadeaux dans un jeu auquel je joue ♥ C’était une belle surprise. D’ailleurs tous les messages reçus pour mon anniversaire, même ceux un peu en retard 🙂 , m’ont fait terriblement plaisir et chaud au coeur.

Bibliothèque :

Chihayafuru – Tomes 10, 11, 12, 13 & 14 [Pika]

Yotsuba& – Tome 1 & 2 [Kurokawa]

Wolf Girl and Black Prince – Tome 1 [Kurokawa]

Allez à la bibli’ est toujours un bonheur vu les découvertes que j’y fais 🙂 Cette fois j’ai continué Chihayafuru (et j’en ai parlé à une autre lectrice ce jour là ~) avant de débuter Yotsuba et Wolf Girl and Black Prince. Je me demande sur quoi je tomberai la prochaine fois que je m’y rendrai, ce que je continuerai ♥ Il y a tant à découvrir !

Goodies :

Carte « postale » – Le Chant des Souliers Rouges

Carte Vija – Takane&Hana

Cartes (Trading Card Game)Pokémon

Carton illustré – Le Garçon et la Bête

Funko Pop – Chocolate Majin Buu [Dragon Ball Z] & Simba [Disney]

Marque-Page – Bungô Stray Dogs

Marque-Page – Cœur de Hérisson

Poster – Re/Zero

Poster – Yo-Kai Watch [Avec le tome 5]

Recette n°3 – March Come in like a Lion

Stickers – Yo-Kai Watch [Panini][Avec le tome 4]

Pas mal de goodies sur le coup ^^ » Les marques-pages sont ceux que je n’avais pas eu avec mes 2 tomes de Bungô Stray Dogs et ironiquement j’ai trouvé ceux du tome 3 avec… Allez savoir la logique parfois. A côté se trouvait le poster de Re/Zero résultat je l’ai prit aussi, connaissant ma veine. Maintenant, il faut que je trouve un moyen de tout ranger mais ça c’est une autre histoire !

Autres articles :

Et oui, parce que j’ai parlé un peu d’autres titres également ! En ce mois d’avril, vous avez pu découvrir les tomes 1 d’En Scène !Somali et l’Esprit de la Forêt, d’Arte, de The Ancient Magus Bride et bien sûr Le Berceau des Mers. Mais ce n’est pas tout parce que vous avez découvert Magi avec le tome 24 et l’avis sur le tome 1 arrivera un peu plus tard, parce que oui j’aime aller à l’envers, en attendant Xander en avait parlé si cela vous dit ! Vous avez également vu apparaître un trio d’avis sur Queen’s Quality (1 ; 2 ; 3) que j’avais reçu en SP de la part de Kazé et en Ebook vous avez découvert Tendanô découvert grâce à la plateforme SimPlement !

En soi, ce fut un mois bien remplit et qui m’a permit de faire pas mal de découvertes 🙂 Si un titre vous intrigue dans ceux cités et qu’un avis vous plairait n’hésitez pas. La petite retardataire que je suis en rédigera un dès qu’elle aura le temps (Mais il faudra vous armer de patience *tousse*) J’espère que votre mois d’avril aura été bien remplit et que vous aurez également fait de magnifiques découvertes en tout genre !

Et votre mois d’avril à quoi a-t-il ressemblé ? Plein de surprises ? Dans la continuité des mois précédents ? Tout en douceur dans les achats ?

Le Berceau des Mers – The Cradle of the Sea – Tome 1

Recoucou les matous ! On se retrouve pour parler, encore, d’un titre sorti aux éditions Komikku qui avait d’ailleurs intrigué Thiboutsu lorsque j’en avais parlé sur Twitter durant une des nombreuses discussions par tweet. Depuis, je voulais en parler et nous allons pouvoir nous lancer dans peu de temps.

Cette série c’est terminée il y a peu du haut de ses 4 tomes, mais je dois encore aller me procurer le volume final ce qui sera sûrement fait mardi si tout va bien. Nous allons de ce fait rejoindre, aujourd’hui, le tome 1 du manga…

« Le Berceau des Mers – Cradle of the Sea »

le-berceau-des-mers-tome-1-607938-264-432

7€90 – Shônen – 182 pages

Dans l’Angleterre de la révolution industrielle, Monica, une jeune fille pauvre, est engagée comme femme de chambre dans la grande villa d’un riche gentleman, qui lui donne pour mission de veiller sur Evan, son nourrisson. Mais suite à la disparition en haute mer de son protecteur, Monica est chassée de la villa, et doit retourner vivre dans les bas-quartiers. Un an après ce revers de fortune, Monica retrouve le petit Evan et découvre avec stupeur que la tombe de son ancien maître est vide. Remplie d’espoir que son bienfaiteur est encore en vie, Monica décide de se lancer à sa recherche et embarque sur un bateau à vapeur avec Evan dans les bras. Mais l’aventure semble semée d’embûches…

Par où commencer pour parler de ce titre que j’ai été acheter un jour alors que j’étais à l’université en train de m’ennuyer – les longs temps de midi qui durent des heures – et de désespérer – des résultats à deux balles – ce qui provoqua le craquage par rapport à l’achat. Ni un, ni deux… J’ai pris les trois tomes qui étaient sortit à l’époque pour mon plus grand bonheur et le malheur de portemonnaie-chan.

Résultat des courses, je l’ai débuté dans l’un des nombreux coins tranquilles de la faculté et je me suis mise à rêver d’aventure. D’aventure mais également de bateaux ! Moi qui adore cela, à l’origine, j’étais aux anges de pouvoir découvrir cela durant la révolution industrielle anglaise. Parce que oui, nous sommes en Angleterre mes petits matous matelots ! Là où Arte se déroule en Italie et nous permet de découvrir la Renaissance, ici nous découvrirons un autre pays Européen à une autre époque tout aussi intéressante.

Comme beaucoup, j’apprécie énormément l’Angleterre – même si ce n’est pas mon pays préféré – et un manga mêlant navigation et révolution industrielle, je ne pouvais pas passer à côté (ce qui était le cas avant pourtant, mais vous connaissez ma drôle de logique maintenant) et ce même si l’histoire en elle-même n’est pas la plus originale du monde. Pourtant, elle garde des mystères que l’on désire élucider en compagnie des personnages.

Pourquoi dis-je que l’histoire en elle-même n’est pas si originale que cela ? Bah, un personnage féminin qui devra se faire passer pour un homme ne venez pas me dire que ce n’est pas fréquent, mais cela n’empêche pas le récit d’être maitriser et de nous donner envie de suivre Monica. La jeune femme vit une vie assez difficile depuis que son maître à disparu en mer et c’est le hasard qui la ramènera près d’Evans, un petit bout – Oui, encore un enfant mais il me semble un peu plus jeune que Somali de Somali et l’Esprit de la Forêt – qu’elle avait promit de protéger.

Monica est un personnage assez optimiste en soi, au cœur d’or et fidèle à ses principes, à sa parole. C’est ce qui lui permettra de prendre certaines décisions sans faillir jusqu’à se travestir en homme s’il le faut. Pour ce qui est d’Evans, étant plus jeune, il s’avère principalement curieux comme tous les enfants et donne une touche toute mignonne et choupi à l’univers… Hm ? Comment ça je m’égare ? Ah oups… A leur côté apparaîtra un troisième personnage – en plus de l’équipage – qui est Louis Mac Farren, un personnage assez taciturne ayant déjà pas mal souffert de part le passé. Pourtant, pour une certaine raison, il se retrouvera mêlé à la même galère que Monica et Evans.

Mais Le Berceau des Mers ne serait pas ce qu’il est sans tout ce qui touche à la mécanique d’un navire ou la fameuse comptine que l’on découvre assez rapidement : « The cradle is gently rocking around ». Malheureusement, il faudra attendre le tome deux pour être réellement en mer et ce n’est pas l’endroit pour en parler de ce fait, il faudra que vous soyez patient les matous ! Parce que oui, ce premier volume se veut introductif afin de nous donner envie de suivre Monica afin de réaliser sa promesse tout en découvrant les raisons poussant Louis à être aussi intrigué par la jeune femme.

Pour ce qui est des graphismes j’étais emportée par ceux présent dans ce premier tome, je voulais monter sur un bateau et voguer sur l’eau. J’avais envie de papoter avec certains personnages tant ils semblaient, à leurs manières, réalistes. J’ai seulement eu un peu de mal avec la scène de la chaufferie, comme beaucoup, mais après plusieurs relectures cela va bien mieux à présent. Je suis bien moins perdue et je m’y retrouve bien plus facilement durant ce petit passage. D’ailleurs, pour ceux appréciant les planches en couleur, nous en retrouvons au début du tome et les tonalités sont harmonieuses. Elles nous mettent, de ce fait, directement dans le bain.

Je pense que vous l’aurez comprit, ce tome un a été un véritable coup de foudre (oui, oui) et m’avait bien changé les idées. Il m’a fait voyager, un peu, et m’a surtout bien changer les idées tout en me faisant un peu découvrir la révolution industrielle anglaise. J’avais envie de fredonner la mélodie également, mais étant dans la fac j’avais préféré éviter à ce moment là. Et comme vous vous doutez dès que j’ai eu fini la lecture de ce premier tome je me suis lancée sur le second, mais ça c’est une autre histoire !

Et vous les matous l’avez-vous lu ? Comptez-vous l’essayez ? Qu’en pensez-vous si vous l’avez déjà lu ?

 

Site de l’Editeur – Extrait