Un Long Voyage

NetGalley, vous connaissez probablement cette plateforme où des éditeurs permettent à certaines personnes d’avoir des Services Presses. Les membres sollicitent les titres les intéressants et les éditeurs choisissent s’ils souhaitent ou non permettre à la personne de le lire et d’écrire son avis sur celui-ci. Actuellement, quatre titres ont rejoint ma bibliothèque et je vous parle d’un d’entre eux dans ce qui suit !

J’avais envie de reprendre un peu le côté « Romans » du blog, alors autant y aller tout en douceur. Cela fait longtemps, mais voilà, de temps en temps vous aurez des articles ainsi ! Prêt ? On part pour…

« Un long voyage »

19€/12€99 (ebook) – 238 pages

Issu d’une famille de pêcheurs, Liesse doit quitter son village natal à la mort de son père. Fruste mais malin, il parvient à faire son chemin dans le comptoir commercial où il a été placé. Au point d’être pris comme secrétaire par Malvine Zélina de Félarasie, ambassadrice impériale dans l’Archipel, aristocrate promise aux plus grandes destinées politiques.

Dans le sillage de la jeune femme, Liesse va s’embarquer pour un grand voyage loin de ses îles et devenir, au fil des ans, le témoin privilégié de la fin d’un Empire.

Je ne connaissais pas du tout cette maison d’édition, « Aux Forges de Vulcain » est donc une totale découverte et c’est le résumé qui m’aura d’abord interpellée. Parce que la fantasy fait partie des genres que je lis le plus – ma chérie le sait merveilleusement bien, au point que je l’ai entraînée dans un univers dernièrement – et que ma curiosité a été titillée. De ce que j’ai également appris, Claire Duvivier est elle-même éditrice.

Nous suivons Liesse, une personne ordinaire au départ qui doit quitter sa mère et le reste de sa famille à la mort de son père afin d’alléger le fardeau de celle-ci. Il se retrouvera au comptoir commercial où il deviendra un « Esclave » avant de devenir, bien plus tard, un rouage plus important dans ce monde que nous découvrons avec lui. Un monde où les tabous existent, où les rencontres peuvent avoir leurs importances et dans lequel les mystères sont également présents. Nous découvrons un témoignage, un « récit-mémoire », ce qui pourrait en rebuter plus d’un et qui pourtant fonctionne à merveille dès que l’on entre dedans quant aux personnages, ils sont réellement accessibles, je n’ai pas eu envie d’en secouer un durant toute l’histoire ce qui est déjà une bonne chose.

Car des rencontres, il y en a et ce sera toujours du point de vue de Liesse que l’on saura qui est qui, sa vision du dit personnage. C’est lui qui nous fait vivre des événements déjà passé, des événements emprunts de nostalgie pour notre héros… On se sent proche de lui au fil des pages, même si le début peut aisément nous faire croire que notre voyage sera composé d’éléments connus, des éléments que nous ne retrouvons pas à tous les coins de page rien que par notre protagoniste principal. Un être qui n’a pas de pouvoirs, qui devra se débrouiller avec ses propres ressources, qui n’avait rien de ce que l’on nomme un « Elu » et qui est le témoin de la fin d’un Empire… Celui qu’il a connu, que nous avons découvert avec lui.

Ce qui fait de nous des « témoins indirects » de l’histoire de ce lieu, du voyage dans cet Archipel, en Félarasie, en ces lieux inconnus de nous-mêmes et que j’ai apprécié découvrir, arpenter. Du quel j’ai apprécié en savoir plus car le texte n’était pas « lourd », il restait vivant, donnait envie d’en savoir plus une fois dedans. Une histoire racontée à « échelle humaine », où les ressentis prennent le pas sur le reste.  Bien sûr, il se peut que ça ne prenne pas pour tout le monde, que certains recherchent tout autre chose. Mais comme tout conte, l’histoire débute en douceur avant de nous entraîner, de nous faire apercevoir d’autres chemins possibles, des vies que l’on voudrait également découvrir.

J’ai réellement apprécié la plume de l’auteur, sa manière de faire permettant au lecteur de découvrir petit à petit ce qu’il se passe, de voir que tout se met en place de manière logique, est pensé jusqu’au final, jusqu’à la dernière page de ce « témoignage ». On réalise qu’il existe un écart entre ce qui est vécu et raconter, faisant comprendre au lecteur que c’est pareil dans notre monde. Que ce que nous connaissons ne provient, au fond, que de peu de gens par rapport au roman et que cela peut arriver, chez nous, lorsque nous n’avons qu’un seul son de cloche. Car, nous y mettons de nous lorsque nous écrivons quelque chose, même en voulant être le plus objectif possible cela reste subjectif et nous le voyons également avec Liesse. Une douce surprise qui m’aura entraînée et pour laquelle j’ai tenté d’être la plus évasive possible afin de ne pas vous spoiler.

L’avez -vous lu ou comptez-vous le lire ?

5 réflexions sur “Un Long Voyage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s