Adam et Eve – Tome 1

Coucou les matous, comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ma part, j’ai un peu plus la forme ! Si vous l’avez lu dans mon petit journal nekoien, j’étais assez fatiguée durant la semaine précédente, mais c’est passé. Pour le moment du moins. Juste le temps de bien m’organiser ce qui s’est fait relativement rapidement au final…

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un titre récent des éditions Kazé réceptionné juste avant le week-end pour ma part. Je remercie, d’ailleurs, Kazé et Anita pour l’envoi (et les petits magnets ♥) me permettant de découvrir le titre et de vous en parler assez rapidement. Si vous désirez d’autres avis, Xander et Thiboutsu en ont parlé sur leurs blogs respectifs. Mais assez tergiversé, voulez-vous les matous, parce que nous n’allons pas dans un univers Bisounours. Attention, public averti seulement pour cet univers, veuillez camoufler les yeux des jeunes matous !

« Adam et Eve »

adam_et_eve-1_3d_0x600

8€29 – Seinen – 240 pages

Dans un luxueux club privé, sept yakuzas se sont retrouvés en secret. Sept chefs de clan puissants qui ont réussi à dépasser les querelles pour tenter de rénover le monde décadent de la pègre japonaise. Mais leur réunion va être interrompue par deux invités inattendus. Deux êtres invisibles dont seul est perceptible le bruit des pas… et une odeur de violence extrême !

Une invisible soif de sang emplit doucement l’air…

Bah Neko, pourquoi tu ne fais pas un avis général directement ? Tout simplement parce qu’il est aussi en cours d’écriture les matous. Puis vous savez parfaitement que je ne fais rien normalement depuis le temps. D’ailleurs, j’en profite pour remercier tout ceux qui ont répondu au sondage même si une belle égalité est apparue, ahah, peut-être qu’un deuxième round arrivera prochainement avec seulement les deux choix pour voir celui qui sera numéro 1 à vos yeux.

Aujourd’hui, nous sommes au Japon – normal d’une certaine manière – au milieu d’un monde devant être évité par les enfants. Je le répète, ce manga est pour un public averti et sera réellement sanglant alors faite tout de même attention si vous avez du mal avec ce genre de lecture. Pour ceux qui sont encore là, reprenons. Nous nous trouvons précisément dans un club privé en compagnie de sept yakuzas ne se trouvant pas au plus bas de l’échelle. Non, non, ce sont des éléments relativement importants aux capacités pouvant s’avérée hors norme et aux habitudes pouvant s’avérer surprenantes.

Nous nous attarderons bien plus sur Smell, l’un des yakuza présent dans la pièce. Son nom ou surnom – vous donne déjà une indication sur le sens qu’il maîtrise le plus si vous parlez ou comprenez un peu l’anglais. Cela ne sera pas le cas pour d’autres personnages, mais ces derniers peuvent nous diriger vers des arrondissements, des lieux purement japonais ou être relativement commun. Tout du moins si l’on part de l’idée que ce ne sont pas leurs véritables noms. Smell et ses compagnonsainsi que les demoiselles présentessont tous différents sur bien des points…

Le physique d’une part, chacun ayant son propre design et ses caractéristiques propres. Les apparences peuvent être également trompeuses à leurs manières si l’on omet le fait que nous faisons face à des yakuzas… Parce que non, en pleine rue mon cerveau ne me hurlerait pas de me méfier de certains des protagonistes aperçus. Ils se fondraient sans trop de difficulté dans une foule si l’on ne sait pas qui ils sont. Bien sûr, certaines personnes sauraient les reconnaître ce qui est tout à fait logique.

D’autre part, il y a le caractère. Smell et Minato par exemple ne sont pas du tout identique par rapport à cela et c’est pareil pour les autres. Chacun possède également ses manies, ses « lubies » d’une certaine manière et également habitudes. Vous vous doutez que celui ayant la vue parmi ses sens les plus poussé ne réagira pas de la même manière que l’ouïe, l’odorat, le goût ou le toucher. De quoi ? Ils sont 7 et il y a 5 sens ? Certes, certes, mais en êtes-vous certain ? Totalement ? Et bien non. Parce que oui, certaines personnes parlent de bien plus de sens pouvant être présent en un humain, mais certains seraient moins utilisés que d’autres. Vous l’aurez comprit, sept personnes pourraient très bien être en réalité sept sens très différents, mais quel serait le septième ? C’est une très bonne question… Pour le moment, je vais rester à l’homme lambda ne m’étant pas assez renseignée sur tout ça et cela me paraît plus cohérent par rapport à ce que l’on voit de lui.

Nous découvrons donc, dans ce premier volume, le petit groupe et son but initial ainsi que la raison faisant que des femmes s’y trouvent également. Certes, elles ont les yeux bandés mais elles entendent tout ce qui pourrait être un risque conséquent pour de telles personnes. Nous allons d’ailleurs bien rapidement savoir ce qu’il advient de celles ayant osé parler de ce qu’elles ont entendu, voire le sort qu’il leur est réservé. A côté de cela, leur présence n’est pas non plus anodine vu que nos personnages ne sont pas des êtres tout blancs. Ne vous attendez donc pas à de simples personnes se trouvant dans ce club seulement dans le but de combler l’espace, car ce n’est pas le cas. Attouchements, coups et autres joyeusetés peuvent arriver aisément. Mais il n’y a pas que nos camarades et les demoiselles que nous découvrons car deux autres prennent place dès le début. Des êtres… que je pensais n’être que des chaussures au début.

Oui, c’est original… Heureusement, on découvre assez vite – et cela parait logique vu le moyen de locomotion utilisé – qu’ils ne sont pas que des chaussures. Mais que sont-ils alors ? La réponse vous parvient facilement durant la lecture du volume ou la lecture du résumé. Des êtres invisibles. Mais que veulent-ils ? Seulement tuer ? Ces questions se posent aisément vu ce qu’il se passe en huis clôt.

Parce que oui, le lieu où nous nous trouvons est essentiellement le club privé bien que nous découvrions – au tout début – la rue toute proche. Un club que nous voyons autant grâce à la vue du dessus que de la manière traditionnelle ce qui nous permet de visualiser sans difficulté les positions de chacun et, par la suite, de nous faire une idée fiable de leurs physiques et personnalités. Et tout ce que nous découvrirons sera… Dans le club. Adieu la rue et le couloir dans ce premier volume dès que ces endroits seront passés et bonjour la salle où se trouve tout ce joli monde.

Une salle dans laquelle l’ambiance changera aisément au fil des pages, des réactions et des désirs. Elle évolue à sa manière au fil du temps et nous mène vers la fin possible, vers ce qui attend chacun d’eux d’une façon ou d’une autre. La vue du dessus nous permettra, sans difficulté, de voir l’évolution et la disposition de certains personnages dans cette salle où la vie ne tient qu’à un fil. D’ailleurs, cette partie en huis clôt est celle que j’ai préféré durant ma lecture grâce aux diverses découvertes effectuées, aux sensations présentes et au fait que l’on entre réellement sans trop de difficulté dans ce qui nous attends.

Le temps mort ? Pas tout à fait. Certes, il arrive que certaines scènes soient un peu plus calmes, mais nous ne nous ennuyons jamais. D’une part parce que ce « calme » n’est que relatif et permet d’en apprendre plus sur l’un ou l’autre des personnages et d’autre part parce que ce sont aussi des moments plutôt explicatifs par rapport à l’odorat de Smell ou l’un des autres sens exacerbés présent dans la pièce.

Du côté des dessins, ils sont très expressifs et relativement réalistes. Il est très difficile de ne pas comprendre ce qu’il se passe ou s’est passé dans le cas où notre cerveau aurait décidé d’oublier quelques scènes. Oui, oui, cela arrive de temps en temps. Peut importe les scènes nous faisant face, il y aura toujours un élément nous faisant comprendre ce qu’il y a eu. On se retrouve, sans difficulté, immergé au milieu de nos yakuzas et des diverses scènes présentes. Tout du moins, je n’ai eu aucun mal pour ma part de m’y retrouver et tant mieux !

Au niveau de la traduction, je n’ai lu aucune boulette ce qui est relativement appréciable lorsque l’on se trouve immergé dans ce tome en huis clôt. Du côté de l’édition, elle reste fidèle à ce que fait habituellement les éditions Kazé et nous permet de transporter le manga partout avec nous en cas de besoin. Par contre, ne tenter pas de le faire entrer de force dans une boite aux lettres – Oui, le facteur a essayé… alors que la dite boite était déjà remplie – car il aura beaucoup plus de difficulté pour survivre sur le coup. Pas de casse pour ma part, heureusement, même si c’est un réel coup de chance sur le coup vu le pliage exercé. Pour ce qui est du papier, il est dans la lignée des autres mangas de Kazé évitant de découvrir ce qu’il se passe par après tout en gardant gentiment son encre. Non, cette dernière n’a pas fini en marre sur une page ou sur mes doigts tout comme elle n’a pas disparu des bulles.

Vous l’aurez sûrement comprit, ce premier tome nous permet une immersion dans le huis clôt présent sans aucun problème. Certes, il ne faudra pas le remettre à quelqu’un de plus fragile ou de trop jeune suite, justement, à certaines des scènes présentes, mais il reste réellement agréable si l’on passe outre… Et que le sang ne nous met pas mal à l’aise. De préférence, il est à lire en compagnie du tome 2. Ce fut malgré tout une très bonne découverte qui m’aura réellement surprise et que j’ai déjà relu deux fois. 

Et vous les matous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Y a-t-il un sens que vous préférez naturellement ?

 

Site de l’éditeurExtrait

Riku-Do La Rage aux poings – Tome 3

Coucou les matous ! Vous allez bien ? Il fait chaud ces derniers temps, je sais… Ici, cela s’avère irrespirable à certains moments. Vivement qu’il pleuve cela fera du bien parce que vu les températures c’est réellement rude. Je n’arrive pas du tout à me concentrer c’est pour dire TT

Aujourd’hui, je vous entraîne sur le ring pour le troisième round d’un manga parlant de boxe. Je remercie les éditions Kazé et Anita pour l’envoi du titre qui reste un véritable régal à découvrir Vous êtes prêt pour remettre vos gants et repartir affronter tous vos adversaires malgré la souffrance endurée lors des combats ?

« Riku-Do – La Rage aux Poings »

rikudo

7€99 – Seinen – 192pages

Pour son deuxième combat chez les pro, Riku affronte Misehaya, son camarade de classe ! Ce dernier est convaincu de sa supériorité et n’éprouve que du dédain pour Riku, contraint par son entraîneur à changer son style de boxe. Pour ces deux challengers que tout oppose, quelle sera la vérité du ring ?

Nous continuons notre avancée dans le monde de la boxe en compagnie de Riku, un monde pas si simple au fond et dans lequel la souffrance semble être assez présente. Il affrontera dans ce troisième tome l’un de ses camarades de classe ce qui nous permettra de voir la manière dont il est perçu par les autres, même à l’extérieur de l’environnement scolaire.

Une perception qui n’est pas celle que voudrait la plupart des gens. Qui apprécierait d’être considéré de la même manière que Riku suite à un événement passé, un événement où notre propre survie ne tenait qu’à un fil ? Si vous avez lu le tome 1, vous savez parfaitement ce qu’il a vécu et sa manière d’être à présent.

Dans ce troisième tome – qui est la suite logique du tome 2 – nous le verrons continuer son ascension dans le monde de la boxe professionnelle tout en gardant son caractère. Nous savons également ce qui lui permettait de deviner – à peu près – où le coup risquait de tomber, mais également la manière dont il gérera ce changement de style. Après  tout ce n’est pas simple de devoir modifier sa manière de faire et Riku nous le prouvera.

Les personnages changent également, continuent d’évoluer. C’est par exemple le cas de Naeshiro qui est de plus en plus présente et dont le regard semble se modifier envers Riku et elle ne sera pas la seule dans ce cas de figure. Bonne ou mauvaise chose ? Cette question trouvera sa réponse au fil des pages. Mais est-il toujours bénéfique de voir une personne autrement ? Bien entendu, les camarades de classe de Riku ne sont pas en reste, leur vision semblant malheureusement peu changer envers notre héros quant au jeune homme, il n’a toujours pas de vrais amis. D’autres personnages finissent par apparaître petit à petit que ce soit dans l’entourage de Riku, sur le ring, du côté de Naeshiro ou même là où se trouve Kyosuke. Les sentiments retranscrits dans ce volume sont réellement prenant également et l’on voit bel et bien les répercussions que peuvent avoir eues les discussions des tomes précédents.

Parce que oui, les dialogues et les rencontres possèdent un impact non négligeable. Et par impact, cela peut autant être moralement que physiquement. Moralement de part la manière de voir les gens, dont on ressent les regards, dont le passé peut nous hanter d’une manière ou d’une autre et physiquement par les coups, les réactions imprévues d’autrui ou les entrainements. Cela se passe réellement dans notre monde, peut être comprit sans difficulté car ce sont souvent nos rencontres ou nos discussions avec autrui qui peuvent ou non nous donner du courage, nous donner envie de nous relever ou – au pire – faire en sorte que l’on s’effondre.

Les combats, présents dans cet univers, sont réellement prenants et très, très bien retranscrit par les dessins. Des combats où un déclic, un élément peut tout modifier et ce sera le cas ici. Mais est-ce que cela sera positif pour Riku ou pour son adversaire ? Adversaires qui possèdent un véritable background appréciable afin qu’ils ne soient pas que des faire-valoir ou des personnes se trouvant là seulement pour le combat. Ils ont leurs vies, leurs familles, leurs passés et leurs rêves, mais également leurs caractères et il se peut que vous ayez, vous aussi, l’envie de boxer l’un d’entre eux.

Pour en revenir aux dessins, ils sont réellement agréables et nous plongent dans la rudesse des combats, de la vie, de notre monde. Ils nous permettent de nous rendre compte au premier coup d’œil des sentiments des personnages, de ce qu’ils font ou comptent faire. Chacun des personnages possède son chara design, ses traits caractéristiques et que ce soit en habits « normaux » ou sur le ring nous les reconnaissons sans problème. Les lieux également sont reconnaissables entre mille que ce soit la rue, le foyer, la salle où s’entraîne Riku, le ring ou n’importe quel autre endroit nous ne nous perdons pas et c’est un plaisir pour moi qui me perd en ligne droite. (Le matou au fond à droite, on ne rigole pas ! Ce n’est pas marrant de se perdre aussi facilement et de se baser seulement sur ce qui nous entours ;_; )

Ce tome trois a été une nouvelle fois un régal à lire et à découvrir. On ne s’ennuie pas un seul instant en suivant Riku ou n’importe quel autre personnage tant c’est prenant malgré l’ambiance relativement sombre du titre. Personnellement j’en redemande encore et je me demande réellement ce que nous réservera le prochain match vu ce qu’il se passe dans ce volume. J’ai été ravie de revoir certains personnages, de voir l’évolution présente et retrouver le sang-froid de Riku même si je n’aimerais pas du tout être à sa place. Ce manga reste une très belle découverte qui me permet de découvrir ce sport qu’est la boxe au passage.

Et vous les matous que pensez-vous de ce manga ? Avez-vous déjà lu les tomes sortis ? Où en êtes-vous ? Si vous ne l’avez pas encore débuté comptez-vous vous lancer ?

Site de l’éditeurExtrait du tome 1