ULULE – PLANETARIUM [Unboxing]

Coucou les matous ! Comment allez-vous ?


Mon premier Ulule reçu, pas le premier auquel je participais celui-ci étant « Colors » dont je vous parlerai à sa réception ! ♥ Des pins et un univers…


PLANETARIUM

J’étais chez Inu lorsque l’on est tombée sur cet Ulule. Habituellement, j’allais principalement sur les livres, mais cette fois les jeux de rôles et d’autres petits univers ont attirés l’attention. Que ce soit de ma part ou de celle d’Inu-chan. Il faut savoir que j’aime énormément les pins, même si je n’en ai pas tant que ça au final.


Du coup ?

Et bien j’ai craqué si je vous en parle… L’ulule avait atteint les 117% pour les curieux, ce qui est déjà un joli score même si comme d’autres j’aurais adoré qu’il aille plus haut. Les paliers étaient réellement intéressants. Je suis tombée dessus vers la fin, mais j’ai totalement fondu devant ce qu’avaient réalisé Nemessias (chez qui j’ai participé à son second Ulule ASTROLOGIA) et Rowena. J’ai choisi le Pack Carbone, celui regroupant les 5 pins, leurs cartes à collectionner et la carte A5 Deluxe. En tout 11 éléments si vous comptez bien !


Cinq petites planètes, vous l’aurez compris au titre. Chacune ayant un nom et un petit descriptif. A l’arrivée, je découvrais donc Soufre, Terry, Carbone, Khione et Aurora. Je me suis juste tournée vers la créatrice suite à un tout petit souci qui fut rapidement réglé, un énorme merci d’ailleurs pour la rapidité ! Mes préférés sont Soufre, Carbone et Khione pour ceux souhaitant le savoir !


Les pins sont en acrylique transparent, arrivé avec la partie illustrée protégée j’ai dû faire un petit appel à l’aide à une amie pour savoir comment enlever la dite protection. Une fois ceci fait, j’ai pu profiter des illustrations planétaires. A chaque fois que j’en enlevais une, je profitais, je savourais les apparitions… Il ne me reste plus qu’à trouver où les accrocher. Mais ça, c’est un autre souci !


Les cartes représentent les planètes sous formes humaines, des chibi d’une certaine façon qui sont juste ad-o-ra-bles ! Pour le moment, je les aie rangée dans l’une des pochettes contenant pins et carte afin de ne pas les disperser partout. Elles sont réellement belles, tiennent aisément dans une main et assez solides pour ne pas se déchirer même si elles se plient également aisément montrant qu’elles restent relativement souples. Bon je n’ai pas non plus été jusqu’au stade où on voit la pliure ne voulant pas abîmer !


Pour la carte A5, j’aime beaucoup son rendu ! Elle est agréable au toucher également et j’aurais adoré l’avoir en pins vu son côté totalement chou ! Ses couleurs sont agréables à l’oeil et on y retrouve d’une manière ou d’une autre des éléments rappelant… Eh bien les éléments. Il ne me reste plus qu’à trouver un support dans lequel la mettre afin de la protéger. Un cadre serait probablement le plus simple.


Deux petits éléments se sont également ajoutés par la suite, mais ils ne sont pas en rapport avec cet Ulule à proprement parler. Un badge représentant Nemessia, sa représentation dessinée et une arme en porte-clef d’un univers que j’apprécie énormément : La Master Sword. Je vous parlerai sûrement de l’univers Zelda dans « Des jeux et des livres » à un moment donné, il faudra juste le temps… Dont le fait de voir si je passe d’un univers à l’autre ou pas. Elle est également dans un acrylique transparent, solide, et si je m’écoutais je l’embarquerais partout. Un énorme merci… Même s’il ne fallait vraiment pas >////< Ce fut de très belles surprises.


Un Ulule que j’aurai vraiment adoré découvrir et qui me permet de me remettre dans le monde des pins. Un monde que j’apprécie énormément ♥ Et je suis ravie d’y être retournée avec ceux de PLANETARIUM qui me font bel et bien réaliser que j’adore ça, réellement. Je suis également ravie d’avoir découvert ces deux artistes !

Note : 5 sur 5.

Photographies par Neko ; Créations par Nemessias et Rowena

Coffret – The Promised Neverland [Unboxing]

Coucou les matous ! Vous vous demandez sûrement ce qui prend autant de temps pour des parutions sur le blog ? Et bien, la réponse est simple : j’ai du mal à prendre en main la nouvelle interface… Et je relis énormément de tomes afin de vous faire des articles complets. Oui, oui, ça prend pas mal de temps tout ça… En attendant je suis surtout sur Instagram. J’ai également un Tipeee où les contreparties sont liées à la photographie, l’argent récolté me permettra d’acquérir du matériel et de vous faire des unboxings de manière plus régulières.

Voici donc le premier, j’ai réussi à ENFIN acheter l’un des coffrets de ce manga que je suis depuis le début. Vous aviez vu l’Unboxing du service Presse lors de sa sortie également, mais je n’avais pas sût avoir les autres box’ de la série. C’est que les coffrets ou collectors reviennent bien plus cher…

Le coffret que l’on aperçoit lors de l’achat ou lorsqu’on le sort de l’emballage protecteur si on l’a acheté sur le net. J’aime beaucoup les illustrations, les traits et les tonalités… On voit l’avancée, le fait qu’ils continuent le combat sur celle de la première face alors que l’arrière nous montre ce que l’on découvrira dans le coffret ainsi qu’Emma avec sa tenue blanche au-dessus et sa tenue actuelle juste en-dessous. Un reflet d’elle-même, ce qu’elle a été et ce qu’elle est actuellement. Les effets sur l’eau et la lune me plaisent énormément… J’aurais bien aimé avoir la dite illustration au complet sans les éléments nous donnant un aperçu des acquisitions. Illustration que vous voyez un peu mieux ci-dessous :

Elle donne bien n’est-ce pas ? Certes, je m’égosille un peu sur une illustration, mais est-ce si grave ? Vous la retrouverez dans le tome 16 au chapitre 143 en noir et blanc pour les curieux. Et si on continuait ? Prêt ? Passons à la seconde partie du coffret :

Le coffret permettant d’atteindre les mangas et les silhouettes. J’apprécie les parapluies qui rappellent les numéros présents sur le cou de nos personnages, ils peuvent même nous donner des idées sur qui pourrait être en-dessous. L’autre illustration nous montre les Démons, ces êtres mangeant les humains ainsi qu’un Ratri. L’ambiance est plus pesante et dans des teintes chaudes, rougeoyantes… On pourrait presque dire plus sanglantes également. Les deux illustrations donnent réellement bien, même si ma préférence va sur celle où l’on voit les parapluies. Ensuite, sur le bas on y retrouve le logo de William Minerva donnant la sensation que le coffret pourrait faire partie de cette bibliothèque si spéciale… Et oui, je me suis amusée à tenter de comprendre le mot présent. Pour ceux souhaitant essayer :

Pour les personnes voulant la réponse, nous l’avons déjà vu dans l’un des tomes – le 3ème – et plus précisément dans le chapitre 17. Sinon, pour ceux ne souhaitant pas se casser la tête surlignez juste ce qui suit : Monster. Ce n’est qu’un détail, mais ça m’a fait plaisir de le voir !

Les éléments qui apparaissent ensuite sont, comme vous le voyez sur une photo plus haut : les deux mangas et un élément semblant en plastique. Voici tout ce que c’est en réalité :

Le tome 16, celui continuant la série et nous entraînant doucement vers la fin – plus que 4 tomes – de l’œuvre de Kaiu Shirai et Posuka Demizu. Il est nommé « Lost boy » et pour les curieux – si vous n’êtes pas encore là, n’hésitez pas à sauter la citation – voici le résumé :

Pour percer le mystère de la « fille au sang maudit« , Emma et Ray ont repris le chemin des Sept Murs. Une fois la porte passée, ils se retrouvent prisonniers d’un univers qui ressemble étrangement à Grace Field House mais où règne une inquiétante atmosphère. Perdus dans ce labyrinthe qui se joue des lois de l’espace et du temps, parviendront-ils à trouver la sortie ?

J’ai rapidement parlé du tome 15 sur Instagram pour ceux voulant connaître mon bref avis. Pourquoi ne l’ai-je pas encore ajouté ici ? La réponse est plus haut, mais je le ferai plus que probablement… Ou alors j’attendrai d’avoir lu les 20 tomes pour vous faire un avis complet sur le titre. En tout cas, j’ai hâte de me plonger dans ce seizième volume afin de savoir ce qu’il se passe et m’amuser, à nouveau, avec les petites énigmes/recherches. Ces dernières sont toujours présentes et ne sautent pas spécialement aux yeux durant la recherche même avec les petits messages se trouvant sur le rabat de la jaquette.

Le second élément est le Gag Manga, un One Shot de ce que j’ai compris plus humoristique. Ce genre de manga passe ou casse et peut ne pas être apprécié par tous… Je ne sais pas encore ce qu’il en sera, ne l’ayant pas lu au moment où j’écris ces lignes. Voici le résumé :

Retrouvez Emma, Ray, Norman et toute la bande en mode joyeux lurons dans des péripéties farfelues s’enchaînant à un rythme frénétique ! Parviendront-ils à s’évader de Grade Field House au milieu de cette avalanche de gags délirants ?! Quant à vous, parviendrez-vous à reconnaître toutes les scènes-clés qui sont ici parodiées ?

Sur la couverture, nous retrouvons le trio initial ainsi que Little Bernie… Ce lapin qui se trouve également sur la tranche du manga. Le style est totalement différent de l’œuvre originale, cela se voit aisément rien que ce que l’on peut découvrir sur les quelques cases visibles à l’arrière. De ce que je peux voir, en scènes-clés, on retrouve celle où Emma et Norman se cache suite au départ de Connie, voulant lui ramener sa peluche avant qu’elle ne soit trop loin. La discussion entre Mère-Grand (ou Grand-mère) et Isabella dans la salle secrète également… Il n’y a que celle où Ray retire le livre des mains d’Emma que je ne vois pas, hormis l’une des discussions qu’ils auraient pu avoir avant que Norman ne soit livré… J’aurais peut-être plus simple après avoir lu !

Et puis il y a les silhouettes, au nombre de cinq elles étaient protégées dans une pochette en plastique :

Nous avons donc cinq silhouettes dont deux d’Emma, une de Gilda, une de Ray et une de Don. Je m’attendais à en voir une de Norman, je l’avoue, même si j’apprécie énormément Emma et que les deux silhouettes montrent aisément quand elle est armée et lorsqu’elle est en sécurité quelque part. Chacune des silhouettes représentent à merveille nos personnages, ce petit groupe « principal » qui c’est formé au fil des tomes. Elles sont toutes détachables, même si je ne l’ai pas fait ayant préféré les laisser dans le coffret à l’abri pour le moment. Le plastique était assez solide sous mes doigts lorsque je l’ai prit en main et les silhouettes semblent se détacher facilement d’après ce que j’ai pu sentir.

Et voilà qui nous mène à la fin de l’unboxing de ce coffret que vous avez déjà sûrement vu un peu partout. Je reprends doucement, mais sûrement même si vous me voyez peu par ici. J’ai pas mal de petites choses à vous partager, un autre « Unboxing » à faire même s’il n’est pas littéraire, ceux me suivant sur Instagram ayant déjà vu de quoi je parle. Un indice ? Des pins ~ Mais j’avais envie de reprendre avec ce coffret ♥

Et de vôtre côté où en êtes-vous dans The Promised Neverland ? Le lisez-vous ou le regardez-vous ? Avez-vous des coffrets ou des collectors même d’autres mangas ?

Note : 4 sur 5.

Photographies par Neko ; Illustrations/Alphabet morse : Shueisha

Unboxing – The Promised Neverland

Coucou les matous ! Le sondage vient de prendre fin et, comme vous le savez peut-être, le vainqueur de cette semaine est Barakamon des éditions Ki-Oon, mais ce ne sera pas aujourd’hui que l’avis paraîtra – ni demain, le titre étant en rapport avec ce que vous verrez par après – car cette fois c’est l’un des gros retardataire qui est présent. Vous l’avez sûrement vu à plusieurs endroits déjà, mais le voici enfin sur le blog…

L’unboxing de The Promised Neverland ! Je remercie les éditions Kazé et Anita pour les envois et la patience ♥ Un énorme merci ! Maintenant, j’espère que vous êtes prêt ? On y va !

Rien que la boîte est originale, je trouve. Elle représente une maison, comme vous vous en doutez, et plus précisément Grace Field House qui est le lieu où se trouvent Emma et toute la petite bande. Le choix du packaging n’est donc pas anodin vu que nous resterons en ce lieu durant l’histoire. Seriez-vous ravi de vous y trouver ?

L’intérieur de la box du coup, nous y voyons deux illustrations sur les rabats même lorsque tout est à l’intérieur. Une fois les différents éléments enlevés, on aperçoit Emma et Maman avec la phrase :

« Maman sait ce qui est bon pour vous… »

Allez savoir pourquoi, je ne suis pas certaine que ce soit totalement le cas… Vu l’image, il vaut même mieux rester sur ses gardes si vous voulez mon avis. En tout cas, j’aime énormément les illustrations qui représentent bien The Promised Neverland à mes yeux.

DSC01443

Tient ? Mais ne serait-ce pas le manga ? Et bien si, c’est précisément l’épreuve non corrigée que vous apercevez parmi la lumière ambiante. Vous vous doutez qu’il est lu, je présume et vous auriez bien raison de le penser vu qu’il avait été dévoré – sans jeu de mots – dans la foulée de la réception. Je vous en parle demain, mais sachez que ce fut une très bonne surprise par rapport au genre !

Un petit duo d’éléments qui m’auront surprise au début lorsque je les ai découvert et au final qui collent tout de même très bien à l’univers ! A gauche, ce ne sont pas des stickers – même si cela aurait pût – mais des tatouages éphémères représentant différents éléments de la série. Des pièces d’échecs noires, une clef, Emma, un lapin en peluche, une plante et le titre. Tout cela possède un sens, nous nous en doutons, mais qu’est-ce qui pourrait bien lier ces éléments mis à part les jeux, l’enfance et les casse-têtes ? Le titre nous le révélera au fil du temps !

A droite, vous voyez un casse-tête déjà réalisé et nommé un… Taquin ! (Merci Luigi pour le coup de main ! ^w^) Il faut replacer les différents petits carrés afin de reformer l’illustration et il arrive que ce soit réellement difficile quand on se retrouve bloqué lors du jeu pour une obscure raison. L’illustration se trouvant dessus est celle d’un des rabats et je trouve qu’elle donne vraiment bien dans ce format même si un pauvre lapinou à disparu ;_;

Le petit t-shirt présent au fond de la boite qui est bien agréable au toucher. Nous y retrouvons Maman (tout du moins sa tête) et sa célèbre phrase que nous voyons également sur le fond de la box. Phrase qui a une signification, certes, mais qui ne me met pas du tout en confiance personnellement ! Maman Neko a eu un grand sourire en voyant celle-ci. Comme vous le voyez, le vêtement est bleu foncé ce qui fait ressortir le blanc, le noir et le jaune des éléments présents dessus. Je l’ai posé sur le plancher pour avoir plus facile lors de la prise de la photo…

Ces deux éléments n’étaient pas dans la box, je les y ai ajouté par après afin de savoir où je les rangeais et comme ils font parties de la licence, au final je trouve cela normal qu’ils se trouvent gentiment avec le reste. A gauche, un petit carnet sur lequel il est écrit le titre de la série (The Promised Neverland) qui s’avère être vraiment passe-partout. Je l’ai déjà prit avec moi et personne n’avait réalisé qu’il pouvait être lié de près ou de loin à un manga. A droite, c’est un petit puzzle qui réservait un petit secret. Vous le savez sûrement, il y a eu une soirée spéciale par rapport au titre et compléter ce casse-tête permettait de découvrir une page internet et l’invitation du coup. Je n’ai pas sût m’y rendre comme vous vous en doutez, mais je suis certaine que cela a dût être une soirée mémorable !


 

Et voilà, c’est déjà fini. Je pense vous avoir tout montré et si je repère de nouveaux éléments en tournant encore et encore la box dans tous les sens, j’ajouterai des photos. Elle a été réellement agréable à découvrir et ce fut une surprise de la voir dans son carton posée sur l’escalier. Pour le moment, elle est dans le bas de ma bibliothèque attendant sagement que je finisse mon rangement pour avoir une place attitrée quelque part.

J’espère que ce petit interlude vous aura tout de même plût, même si vous l’aviez déjà vu auparavant ou que vous avez l’impression de ne voir que ce titre un peu partout. Demain, un autre élément par rapport à The Promised Neverland pointera le bout de son nez sur le blog comme vous le savez déjà en ayant lu l’article. Préparez vous à rejoindre Grace Field House les matous !

Minisite de la licence

Unboxing – Box FirePunch

Coucou les matous ! Alors aujourd’hui vous avez droit à un article un peu spécial parce que non, ce n’est pas un avis. Pas encore en tout cas ! Comme d’autres personnes, j’ai eu la joie de recevoir la box presse Fire Punch de la part de Kazé que je remercie de tout coeur. Une bonne surprise en soi, même si elle est arrivée quelque temps après d’autres blogueurs… Oui, ce fut difficile de résister à la tentation du spoil et pourtant j’ai résisté jusqu’au 24 avril.

C’est donc ce jour là que j’ai pu faire mon tout premier unboxing et c’est bien dommage que je n’ai pas de caméra car cela aurait pût être sympathique en vidéo… Même si je n’aime pas trop filmer en fait… Bon passons ces détails futiles voulez-vous ? Et oui, vous n’avez l’article que maintenant parce que je ne suis pas douée et que les photos de l’IPod était juste toutes pourries (Mais j’ai déniché un appareil photo numérique non loin, ce qui m’a sauvé la vie, parce que j’avais pas envie de sortir mon Réflex… Qui se trouve à l’étage inférieur)

Première surprise, une fois le carton vaincu afin de libérer la box ce fut… La box en elle-même. Parce que oui, je m’étais gardé la surprise jusque là par sécurité. Nous ne sommes jamais trop prudents n’est-ce pas ? Résultat, lorsque j’ai enfin pu l’avoir entre les mains c’était un vrai bonheur. Et soyez fier de votre matou en chef, parce que je n’ai pas ouvert la box en la sortant du carton. Non, non, non. J’ai été patiente.

Comme vous le voyez c’est l’image représentant Fire Punch qui se trouve sur la box, c’est assez représentatif du manga camouflé à l’intérieur en soi !

DSC01309.JPG

La boite de la box et… Ma couverture nounours.

Ensuite, ce fut le papier explicatif qui était assez sympathique en soi avec le trou nous permettant de voir les yeux d’Agni comme si nous étions derrière un mur. Je n’aimerais pas être vraiment face à lui, je vous le dis ! Je ne suis pas un matoufou non plus.

DSC01324.JPG

Le papier explicatif plastifié 🙂 Et non ce n’est plus la couverture nounours

DSC01325.JPG

L’illustration complète avec les images des trois premiers tomes en-dessous

Y allant franco, c’est le t-shirt qui m’a rejointe juste après. T-shirt déballé et que j’ai couru montrer à ma mère. Oui, j’ai cinq ans d’âge mental parfois c’est tout à fait normal. Et puis zut quoi, un t-shirt à la bonne taille en plus ! Cela fait plaisir ! Rajoutons à ça que le noir passe avec tout, c’est un trio gagnant !

DSC01326

Le t-shirt et non c’était trop grand pour que je ne prenne pas le reste

DSC01327

L’illustration du t-shirt. Fire Punch en force 🙂

Le manga est ce que j’ai attrapé juste après. Allez savoir pourquoi j’ai été surprise de mettre la main dessus alors que cela paraissait logique. Curieuse comme je suis vous vous doutez qu’un avis apparaîtra sur le blog par rapport au titre. Ce serait bizarre autrement. Parce que oui, depuis j’ai lu le précieux et l’avis est en cours d’écriture (Pas de remarque sur le : « Mais t’as plein d’articles en cours Neko !!! » Je suis au courant xD) La question à se poser est : « Ai-je aimé ? » La réponse vous parviendra d’ici peu !

DSC01311

La face avant du tome 1 de l’édition provisoire.

DSC01312

L’arrière, là où se cache le résumé 🙂

Elément suivant ? Un autre papier donnant les dates de sortie de chacun des chapitres pour ceux le lisant en ligne. C’est assez pratique d’avoir ce rappel, surtout quand on est tête en l’air comme moi.

DSC01322

Face avant du papier où l’on a les dates

DSC01323

Face arrière avec les prépublications. Déjà le mois de mai, ça passe vite !

L’avant dernier objet sortit de la boite magique enflammée a été un autre papier, ce dernier donnant également des informations mais sur l’histoire contrairement au précédent.

DSC01319

La première face et de ce fait, on découvre que c’est un « Zoom »

DSC01320

Ce qui était à l’intérieur du fascicule.

DSC01321

Face arrière où vous avez droit au petit Zoom sur Fire Punch 🙂

Enfin, j’ai trouvé un objet de toute petite taille dans la box. Une boite d’allumettes ! Oui, je suis contente de découvrir ce genre de chose parce que je n’ai jamais assez d’allumettes. Hm ? La raison à cela ? Et bien je vis dans un coin totalement random où les coupures de courant sont fréquentes, résultat je finis assez souvent une soirée à la bougie.

DSC01317

Face arrière de la boite d’allumette, le logo du manga bel et bien présent !

DSC01318

Face avant où l’image de couverture est présente. Dites bonjour aux allumettes au passage 🙂

Ça me fait tout bizarre de faire un Unboxing tellement je suis peu habituée, mais ça m’a fait terriblement plaisir de découvrir tout ce qui était caché dans la boxe. J’avais l’impression d’être à Noël ! Pour le plaisir, une petite photo de groupe !

DSC01329

La totale ! Je suis ravie de ce que j’ai découvert dedans. Vous voyez également mon lit et ses diverses couvertures.

Sur ce, je vous laisse. Mon ordi commence sérieusement à me dire « S’il te plait, je fatigue » alors je vais le laisser se reposer le pauvre petit. Mais j’espère que vous aurez apprécié ce petit article sortant un peu de l’ordinaire, même si je me doute que vous saviez tous ce qui se trouvait dedans. Personnellement, ça m’a fait plaisir de partager mon expérience avec vous alors je suis ravie de l’avoir écrit !

Comment avez-vous trouvé l’article les matous ? Que pensez-vous que je peux modifier dans le futur si je refais ce genre d’article ?

Site de l’éditeurExtrait Mini Site