Assassination Classroom – Tome 13

Hay les matous, comment allez-vous ?

Faire le tour de sa mangathèque plusieurs fois d’affilée pour finalement se dire qu’il serait peut-être adéquat d’avancer sur les chroniques liées à Assassination Classroom des éditions Kana ? Oui… C’est ce que je viens de faire, alors que j’avais les tomes 13 et 14 devant les yeux. La logique à l’état pur. Comme vous vous doutez, le manga est toujours de Yusei Matsui, cela n’a nullement changé entre deux volumes 🙂

Vous vous souvenez où l’on se trouvait dans le tome 12 ? L’arc Shinigami, avec un tueur pour le moins oppressant et considéré comme imbattable. Les élèves de la classe E étaient, d’ailleurs, enfermés par le tueur afin d’attirer Koro-senseï. Vous vous souvenez maintenant ? Oui ? Et bien on embraye sur le tome 13 qui conclue cet arc !

/!\ Risque de spoils pour ceux ne l’ayant pas lu ! /!\

assassination-classroom-tome-13-801197

6€85 – Shonen – 192 pages

Koro a lui aussi été piégé par le dieu de la mort et Irina, il se retrouve donc enfermé avec les élèves.

Le seul qui puisse les sortir de là est Karasuma, celui-ci s’élance alors à la poursuite du dieu de la mort pour l’empêcher d’activer le système d’inondation des sous-sol qui tuerai à la fois M. Koro mais également les élèves de la classe E.

Pris au piège, il ne reste plus que Karasuma pour sauver les élèves – et sauver Koro au passage – étant donné qu’Irina se trouve du côté de Shinigami. Le professeur suppléant de la classe E prouve ses capacités durant ce volume, sa force également et son entraînement lui est extrêmement utile afin de rejoindre Shinigami pour le battre une bonne fois pour toute. Affronter cet être de l’ombre ne sera pas de tout repos.

« […] L’assassinat est un florilège de compétences toutes aussi magnifiques les unes que les autres. » Shinigami

Des retournements de situations, on a en dans Assassination Classroom et ce tome ne sera pas en reste sur le coup. Entre le fait que l’on découvre réellement la force de Karasuma – qui n’était pas un mystère – et que Shinigami n’est vraiment pas le genre de type que l’on aimerait croiser au coin de la rue, il est difficile de s’embêter. De son côté, Irina continue d’évoluer pour notre plus grand bonheur et semble réfléchir sur ce qu’elle désire vraiment. Les enfants quant à eux, continuent d’utiliser ce qu’ils ont apprit auparavant. Dans le cas présent, cela s’avère extrêmement utile pour survivre en attendant le retour de Karasuma ou Irina – bah oui, on ne sait jamais – vu les circonstances complexes dans lesquelles ils se trouvent.

Le seul souci de cet arc, à mes yeux, est peut-être le fait que Shinigami se fait battre excessivement rapidement. Trop à mes yeux. Même si durant un instant j’ai bien cru qu’il allait l’emporter, mais l’impossible n’existe pas dans Assassination Classroom et peut même devenir possible avec certains personnages. Les enfants ne refaites pas ce que fait Karasuma dans ce tome, vous risquez d’y laisser la vie.

La force peut autant être physique, comme le prouve Karasuma, qu’intellectuelle. En cela, les collégiens s’améliorent petit à petit et nous le prouvent au fil du temps.

Juste après la fin de l’arc Shinigami, nous retrouvons le collège et un conseil d’orientation. Chacun faisant un choix pour son futur, ce qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur les élèves de la classe E. Certains n’ont aucune idée de ce qu’ils pourront faire contrairement à d’autres, d’ailleurs certains choix peuvent paraître surprenants. Nous en apprenons également un peu plus sur la famille de Nagisa dans ce qu’y suit, les raisons qui le poussent à garder les cheveux longs sont ainsi énoncées. Les relations familiales compliquées sont ainsi présentées, en même temps, dans ce tome grâce à  notre petit Nagisa (que Karma et Rio s’amusent parfois à travestir).

Dès cette période terminée, on se retrouve sur une nouvelle confrontation. Non plus entre un tueur et ses possibles victimes, mais entre deux classes. Redites bonjour à la classe A je vous prie, les cinq prodiges sont de retour pour tenter de vaincre la classe E. La kermesse de l’école sera leur terrain de bataille et nos chers collégiens devront trouver une idée à mettre en place.

Vous vous doutez que le tome 14 portera sur la kermesse ? Ouip, mais nous en parlerons dans l’article adéquat !

Comme toujours, j’ai vraiment apprécié ce tome et je suis contente d’avoir une petite période plus calme après l’arc Shinigami qui était vraiment très prenant et intense malgré tout. Découvrir les rêves des personnages nous permet de nous rapprocher encore plus d’eux, de nous mettre à leur place, de se demander pourquoi un tel a fait tel ou tel choix. Quant à Nagisa, je suis réellement ravie de voir son évolution au fil des tomes et de voir ce qu’il est déjà devenu au terme de ce tome 13. Bien que frêle, il possède ses propres forces et il apprend à les utiliser petit à petit. On s’attache à chacun des personnages présents et c’est l’une des forces d’Assassination Classroom je trouve.

Le dessin reste fidèle à lui-même et je l’apprécie également. Il est agréable à l’œil, on reconnait les personnages en une fraction de seconde et on arrive à savoir où l’on se trouve sans problème. La couverture de ce tome, d’un magnifique rose, évoque le moment où Koro voit de la nourriture comme cela est mentionné sur la couverture camouflée en-dessous. Comme toujours, nous  retrouvons sous la jaquette une pensée philosophique qui rappellera sans aucun problème Evangelion aux connaisseurs.

Et vous, qu’en avez-vous pensé de ce tome ?

Site de l’Editeur

Q – [Kou] – Tome 2

Hey ! Comment allez-vous depuis… Les derniers articles ? Personnellement, je peux enfin me reposer en attendant mes résultats et me défouler ainsi que lire. Mon petit stock de manga ayant bien augmenté. Peut-être vous ferais-je un article type « Haul », à voir. J’ai également eu des idées d’articles au fil des jours, en me rendant à la fac ou en me baladant pour décompresser, et si vous me suivez sur Twitter vous avez sûrement vu que je vous demandais s’il fallait que je modifie quelque chose aux articles « Bonne(s) Adresse(s) », la réponse étant positive il faut que j’y réfléchisse. Si vous avez des idées je suis donc preneuse !

q-manga-volume-2-simple-246046

Alléchée par les délicieux beignets que Rem lui a laissés, Q décide de le suivre jusqu’à la commune de Daiba, où elle se retrouve au beau milieu d’un champ de bataille. Ni une ni deux, elle engloutit le Demi qui s’apprêtait à attaquer son bienfaiteur et demande à être payée… en donuts !
La petite fille rejoint donc la joyeuse bande d’orphelins sous la garde de Mana, tandis que Rem s’infiltre dans Gated City pour se procurer la précieuse marchandise. Mais à son retour, ce sont les U7, un redoutable groupe armé, qui débarquent ! Et voilà qu’ils proposent au jeune homme de réintégrer leurs rangs, car ils affirment avoir un plan pour détruire Solaris…

Mis à part cela, ayant fini mon dernier examen lundi j’ai eu le temps de lire ou relire un peu quelques mangas. Dans cet article, nous repartons dans l’univers de « Q – Kou » avec son tome 2. Dans le tome précédent notre petite héroïne à l’appétit colossal avait finalement été acceptée par Rem et nous rencontrions les U7, les forces armées désirant détruire Solaris. Au début de ce tome 2, nous nous retrouvons en compagnie de cette bande découverte vers la fin du tome 1 et en apprenons un peu plus sur eux, leurs noms et à quoi ressemble leur QG. La découverte de leur plan pour détruire Solaris est également présente, bien que nous n’en saurons pas plus lors de ce tome hormis le fait que ma première pensée fût un joyeux : « Ils sont suicidaires, c’est pas possible ! » Et oui, comme les autres personnages de « Q – Kou » les U7 sont tout aussi farfelus et différents, tout en étant important dans la vie de Rem.

Rem… Notre principal personnage masculin est de retour pour notre grand plaisir. Comment ça, je laisse parler mes émotions ? Mais, vous ne pouvez pas dire qu’il n’a pas la classe quand il arrive à maîtriser un Demi ou quand on en apprend enfin plus sur son passé et sa rencontre avec Mana. Cette rencontre qui est assez importante en soi, vu que les deux personnages sont encore « ensemble » (Pas dans le sens en couple) et se tempèrent l’un l’autre tout en se complétant. Les orphelins sont également un bon moyen de voir que Rem pense à autrui plus qu’à lui-même, il veut les protéger au maximum et ne désire pas les voir souffrir. En cela, Rem est vraiment humain et fait des erreurs ainsi que des choix. S’il n’avait pas rencontré Mana, l’histoire aurait été totalement différente et notre petite destructrice qu’est Q n’aurait sûrement pas rejoint la bande. Non, la gamine serait même, peut-être, déjà les deux pieds sous terre ou ailleurs.

Mana qui avait déjà son petit caractère lors de sa rencontre avec Rem, caractère qui est toujours présent en soi. Cela m’a fait sourire de la voir jouer de ses charmes pour avoir de la nourriture avant de redevenir la Mana que l’on connait depuis le tome 1. Les enfants n’hésitent pas à la taquiner, mais elle est toujours là pour eux et leur proposera même une sorte de jeu pour que Q se nourrisse et… Ne mange pas toutes les provisions à chaque fois. La chasse aux Demis est lancée pour la petite bande !

Ces Demis, toujours aussi grands et puissants, toujours aussi effrayants pour une bonne partie de la population qui ne peut pas les affronter sans finir en pâtée pour Demi. Ces créatures peuvent, pourtant, être battue que ce soit par des Humains tels que Rem ou les U7, soit par la fillette qui donne son nom au manga. Q n’y va pas par le dos de la cuillère, les dévorant toujours à la vitesse de l’éclair et je trouve dommage que l’on ne voie pas un peu plus en détail sa manière de faire. Un petit coup de croc sur une partie du corps – la tête principalement – et hop, c’est réglé. En tout cas, si on se fie à Q les Demis doivent avoir bon goût, vu tout ceux qu’elle avale, même si elle semble toujours préférer les Donuts. Alors, désirez-vous goûtez un Demi cuisson saignante à défaut de le chasser ?

D’ailleurs, dans ce tome notre petite Q n’est pas en reste. Toujours avec les orphelins, elle les protège quand cela est possible tout en trucidant joyeusement les Demis – c’est tellement bien de tuer des êtres venus de Solaris et de se remplir l’estomac – et en rencontrant d’autres personnes. C’est ainsi que nous découvrons une autre fillette ressemblant étrangement à notre héroïne, héroïne qui nous donnera une explication à cela dans ce tome.

L’action a donc la part belle dans ce volume où nous suivons bien plus Rem que Q cette fois. Le jeune homme ayant sa période de gloire et nous montrant ce qu’il est capable de faire, bien que nombre mission lui passe sous le nez à cause d’un groupe s’en occupant avant lui. Il finira par se retrouver sur une mission bien plus importante se déroulant à Yokohama et nous permettra de retrouver des visages connus, ainsi que d’autres qui permettront à l’histoire de continuer son bout de chemin. Le mystère entourant Q est toujours présent et sert de fil rouge à l’histoire, des indices sont distillés au fil du temps, des rencontres et c’est plaisant de les mettre bout à bout pour se faire une théorie, essayer de découvrir ce qu’est réellement la gamine dévoreuse de Demis. L’humour, également présent, est bien distillé à mes yeux et permet de décompresser lors des phases plus sombres et difficiles présentes dans ce tome. Quant à la fin… Je dois avouer que je ne m’y attendais pas, rien ne nous y préparait réellement durant le tome et les dernières images sont réellement prenantes. On désire savoir la suite, découvrir ce qu’il va se passer et j’ai hâte que le tome 3 sorte, même s’il sera l’avant-dernier de cette série.

J’espère que ce petit avis vous sera utile, n’hésitez pas à commenter ou à venir discuter avec moi que ce soit sur les réseaux sociaux ou par n’importe quel autre moyen. Je ne mords pas et votre avis m’intéresse réellement, car il me permet de m’améliorer et de connaître votre opinion.

Sur ce, bonne fin de journée les matous et qu’elle se déroule merveilleusement bien !

Assassination Classroom – Tome 12

Et c’est partit pour une chronique !

Comment ça, non ? M-Mais… Moi j’ai tout préparé ! Ne venez pas briser tous mes rêves *va pleurnicher dans un coin* Comment ça, c’était une blague ? Elle était de mauvais goût ! Est-ce que je viens miauler chaque nuit sous votre porte pour vous empêcher de dormir tout ça pour rire ? Non ! Dans cet article, pour ceux n’ayant pas lu les 11 tomes précédents, il y a un risque de spoil bel et bien présent.

assassination-classroom-tome-12-755924

Les nouvelles tenues de sport de la classe E possèdent d’étonnantes facultés qui vont permettre aux élèves d’élargir leurs possibilités en matière d’assassinat. Mais une ombre inquiétante est en train de se rapprocher des élèves de la classe E… Le tueur « Shinigami » va passer à l’action !!

Aujourd’hui, nous partons au collège Kunugigaoka – que je ne retiendrai jamais sans mémo’ et où j’ai pourtant l’impression d’avoir fait une faute – où nous retrouvons une classe pas comme les autres. Une classe d’assassins ou plutôt une classe de collégiens normaux en apparence et devant tuer le plus rapidement possible leur professeur principal. Celui-ci est une créature ressemblant à un poulpe géant jaune habillé en professeur et se déplaçant à Mach 20 sans aucun problème. Si les étudiants ne réussissent pas leur mission… La Terre disparaîtra, détruite par cette créature hors du commun qui a déjà détruit une partie de la lune pour prouver ses dires au début du tome 1. Depuis, les étudiants côtoient « Koro-sensei » et grandissent à ses côtés sans réussir à le tuer. De nombreux obstacles se présenteront devant les collégiens car plusieurs personnes espèrent empocher la récompense existant pour celui qui aura tuer l’être.

Mais concentrons nous sur le tome 12, sortit le 8 avril de cette année, où nous retrouvons la classe E après avoir reçu de la part de l’armée de nouveaux uniformes sportifs. Nos collégiens préférés les essaient dans l’espace occupé par la classe et n’hésitent pas à suivre Koro un peu partout afin de lui montrer ce qu’ils peuvent faire à présent. Le groupe nous paraît de plus en plus soudé au fil des volumes et les différents caractères, souvent opposés ou complémentaires, s’avèrent intéressants car aucun membre de cette joyeuse bande n’est pareil. Certains s’avèrent plutôt brut alors que d’autres préfèrent la finesse ou l’ingéniosité et c’est ce qui leur permet de se débrouiller au fil des épreuves parcheminant cette série.

Karasuma, par exemple, se montre toujours professionnel et n’accorde que peu de place à ce qui est superflus, tel que les sentiments. Malheureusement pour le professeur suppléant – et accessoirement agent du ministère de la Défense – il s’avère qu’Irina est amoureuse de lui. L’assassin et prof d’anglais gentiment appelée « Madame Pouf » ou « Bitch-senseï » dans l’anime est celle qui nous surprend le plus dans ce volume 12 remplit d’événements différents. Cette jeune femme au passé sombre finit même par « abandonner » la classe à laquelle elle donne cours à cause d’un malentendu. Les élèves n’ayant voulu qu’une chose, lui faire plaisir en faisant en sorte que Karasuma lui offre des fleurs pour son anniversaire. Cela échouera et nous enverra vers le départ de l’assassin qui nous rappelle qu’elle n’est pas du même monde que nos collégiens.

C’est également ici que nous allons découvrir le meilleur assassin, « Shinigami » apparaît enfin physiquement et… Peut en dégoûter certains ou attiser la curiosité d’autres. Son design, simple aux premiers abords, s’avère bien plus complexe que prévu. Jeune fleuriste en apparence bienveillant, il arrive même à entrer dans la classe E sans qu’aucun élève ne s’inquiète sur le moment. Plus tard, nous nous rendons compte que son apparence n’est pas si figée que cela car il apparaît sous une forme sombre, instable. Certains passages laissent même présagés des ossements ou un physique manquant peut-être de chairs en certains endroits. Mais à quoi ressemblent réellement « Shinigami » ? Ceci est une bonne question qui n’aura de réponse qu’au tome 13.

Mais revenons-en à l’histoire, voulez-vous ? L’apparition de « Shinigami » n’est pas anodine surtout qu’il essaie d’éliminer nombre d’autres assassins ayant été entraîné par Lovro – ce dernier réapparaissant ici – sans aucun problèmes. Cela montre les capacités inhumaines de cet homme de l’ombre qui désire la récompense. Pour se faire son plan sera simple : Capturer les enfants.

Ce schéma peut paraître simpliste pour attirer Koro-senseï, mais était également le plan d’un des anciens « adversaires » de nos héros. Takaoka pensait, également, capturer les deux plus faibles afin d’attirer le poulpe sauf que tout ne s’est pas passé comme prévu.

Ici, Nagisa et toute la bande utiliseront ce qu’ils ont apprit en cours ou lors des entraînements. Les explosions, les fumigènes, la technique « Nekodamashi » sont donc de retour pour le meilleur et pour le pire. Utiliser à bon escient, cela leur permet de s’enfuir ou de gagner un combat, mais ne arme peut se retourner contre celui qui l’utilise surtout quand votre adversaire les connaît. Ainsi, même divisés en trois groupes ils seront rattrapés par Shinigami sans aucun problème majeur.

Le pire pour eux ? Le changement d’Irina. Comme mentionné dans un paragraphe, elle est partie de la classe E durant un certain temps – n’y retournant pas de tout le tome en réalité – et les collégiens pensaient qu’elle avait été capturée par « Shinigami ». C’est là où l’on se rend compte que le monde de l’assassinat n’est réellement pas rose car la jeune femme se retourne contre ceux qui la voient comme une grande sœur en plus de leur professeur. L’effet de surprise est tel que cela fonctionne même sur d’autres personnes qui ne s’y attendaient pas. Nous non plus d’ailleurs et c’est ce qui fait le charme de cette série je trouve.

Les autres professeurs ne sont pas en reste. Koro et Karasuma réapparaissant pour venir en aide aux élèves. Mais y arriveront-ils ou « Shinigami » empochera-t-il la récompense malgré la possible mort des élèves ?

Dans ce tome, on ne s’ennuie pas une minute. Il se passe toujours quelque chose et le début du nouvel arc « Shinigami » est réellement bon et entraînant. On y découvre que notre allié peut devenir notre ennemi, comme dans la vraie vie, mais que l’on peut tout de même compter sur d’autres personnes. On se pose des questions, on espère avec Nagisa et tous les autres, on regarde les pages en observant les décors toujours présents bien que certaines cases ne représentent que le personnage sur un fond blanc ou noir. La couverture, blanche, est plutôt jolie et originale avec les différents motifs présents dessus quant à l’explication présente en-dessous, elle m’a fait sourire. Le petit dicton sur la face arrière – jaquette retirée – était également bien pensé et pourrait sans souci servir de publicité pour une certaine marque. Comme toujours, j’ai hâte de découvrir la suite même si la fin approche petit à petit.

Assassination Classroom est un manga que je conseille assez facilement, pouvant passer auprès de plusieurs publics différents, et je suis ravie de voir que les tomes ne se détériorent pas. Certes, il peut arriver que des passages soient un peu plus plat mais ils annoncent souvent l’arrivée d’un arc riche en émotion, comme celui qui vient de débuter.

Q – [Kou] – Tome 1

Q-1-ki-oon

Voilà déjà dix ans que, dans un monde désormais en ruines, une mystérieuse sphère, Solaris, est apparue dans le ciel. Créature d’une autre dimension ou envoyé des dieux missionné pour punir les humains ? Nul ne le sait. Une seule certitude : la regarder en face provoque sur terre l’apparition immédiate d’œufs géants qui donnent naissance en quelques heures à des monstres effrayants, les Demis, détruisant tout sur leur passage. L’humanité en est réduite à vivre dans la crainte, échine courbée et yeux rivés au sol.
Le jeune Rem Serizawa, voyou au grand cœur qui peine à assurer la survie du groupe d’orphelins dont il s’occupe, tombe un beau jour sur une petite fille qu’il sauve in extremis des griffes d’un de ces monstres. Mais l’enfant cache un pouvoir incroyable : c’est une extraterrestre capable de dévorer les Demis ! Très vite, la fillette va attiser les convoitises des organisations qui luttent pour la destruction de Solaris…

Et on continue, autant profiter d’être dans la lancée pour faire le lancer de chroniques. Comment ça, cela n’existe pas ? M-Mais… Bon je ne l’enregistrerai pas pour les futurs jeux olympiques alors… Mais je m’égare, comme d’habitude, et si vous vous souvenez de ce que j’avais dis dans l’article sur « Les enfants de la baleine » j’hésitais avec d’autres mangas à chroniquer et bien voici le suivant ! Parce que non je ne veux pas être en retard dans ce que j’ai à faire…

Sauf que, bah au final je le suis, bravo Neko voila ce que c’est d’aller jouer avec une pelotte de laine – ou de regarder des animes – plutôt que de travailler. Résultat, la chronique qui devait sortir dans la fin du mois de mars sort… Début avril ! Bonjour le changement de mois sur le coup et je l’écris juste après avoir vu le premier épisode de « My Hero Academia » disponible chez ADN et gratuit durant un an. Le pire dans tout ça ? Bah… la chronique ne porte pas dessus, mais sur un autre manga présent aux éditions Ki-Oon.

Mais quittons l’univers des supers-héros pour rejoindre celui où se trouvent des Demis qui nous tombent dessus. Oui, nous partons chez « Q – [Kou] » cette fois et plus particulièrement dans son tome 1 à la couverture en apparence simple, mais qui cache en réalité des étoiles bleutées. Les couvertures présentes aux éditions Ki-Oon sont, dans la majorité des cas, toujours très belles même quand elles paraissent simples aux premiers abords. Nous voyons sur celle-ci notre petite demoiselle – et accessoirement personnage principal – assise sur un énorme Demi.

Cette petite fille est « Q », un être qui nous vient tout droit d’un endroit inconnu. Nous ne savons pas ce qu’elle est, si elle provient de Solaris comme les Demis ou si elle est en partie humaine, mais ce qui est certain c’est qu’elle a un appétit hors du commun. Un Demi au petit-déjeuner, un téléphone portable en repas, des Donuts en veux-tu en voilà… Oui, Q est un estomac sur patte qui mange réellement tout. Viande, technologie, pâtisserie, tout y passe sauf les petits billets qui font tourner notre monde. Car la demoiselle n’en a strictement rien à faire de l’argent, après tout ce n’est pas très intéressant.

A ses côtés se trouve Rem Serizawa, un jeune adulte qui tente de survivre au quotidien. On se rend compte qu’il a tout de même un grand cœur, surtout lorsque l’on découvre les petits bouts dont il s’occupe en compagnie d’une autre personne. Son travail ? Apporter des informations à Iriya, une journaliste prête à tout pour avoir une exclusivité, et poursuivre ceux faisant de la contrebande pour avoir un peu plus de nourritures ou de sous. Rem sait également utiliser des armes comme le prouve sa poursuite avec un « contrebandier ayant des connaissances dans l’armée », sauf que Rem il n’en a rien à cirer de l’armée. Il ne veut pas y entrer et aimerait bien qu’on lui fiche la paix par rapport à ça.

Parlons-en de l’armée, tant que nous y sommes ! Elle apparaît, au début, sous  les traits d’un homme assez… Energique ? En tout cas, il essaie d’attirer les gens dans l’armée pour affronter les menaces extérieurs que sont… Solaris et les Demis ! Oui, oui, encore eux. Ce n’est pas pour rien qu’il est interdit aux gens de regarder le ciel. Ce capitaine de l’armée est assez sûr de lui, principalement grâce à une nouvelle arme qui devrait venir à bout de ces êtres venus du ciel.

Ce ciel que nous regardons quotidiennement chez nous, comme s’il pouvait nous venir en aide ou qu’il portait tout nos malheurs. Dans « Q – [Kou] », c’est lui qui nous pose un problème de taille car c’est là-haut, dans cet endroit que nous regardons par automatisme, que se trouve Solaris et que cet œil – ou tout du moins chose ressemblant à un œil – nous ponds des œufs donnant naissance aux Demis. Et je dois avouer que je n’aimerais pas du tout me retrouver face à un Demi en sortant de chez moi. Pour commencer, ils sont énormes – même ma fac doit être plus petite qu’eux – et d’une apparence assez effrayante pour le commun des mortels. Dans le manga, ils sont magnifiquement bien détaillés et aucun Demi ne se ressemble, ce qui est réellement bien, d’ailleurs cette non ressemblance se ressent également parmi les personnages. Q ne ressemble en rien à Iriya et Rem est bel et bien distinct d’autres personnages masculins apparaissant au fil des pages.

L’humour est également présent dans ce manga, nous permettant ainsi de nous détendre lors de périodes plus graves ou plus lourdes et certaines scènes permettent même d’en découvrir un peu plus sur nos nouveaux amis et l’univers où ils se trouvent. Univers qui est tout simplement le nôtre ! Parce que oui, « Q – [Kou] » est un manga de science-fiction post-apocalyptique, mais où vous ne trouverez pas de gentils petits zombies à dégommer. Allez plutôt trucider l’énorme truc qui vient de détruire une partie de la ville rien qu’en tombant du ciel et en naissant armé de ce que vous avez sous la main… Oui, c’est tout de suite moins rigolo de partir au combat armé d’une batte de base-ball.

Il ne reste plus qu’à voir dans la suite ce que cela donnera, mais je lui laisse volontiers une chance à ce petit Seinen qui sera une série courte. Quatre tomes, pas de quoi nous ruiner contrairement à certaines sagas qui peuvent paraître sans fin. Ici, un humour présent de pages en pages, des personnages qu’il est difficile d’oublier directement tant ils peuvent nous surprendre quand ils s’y mettent – Non je ne te vise pas Iriya… Pas du tout – et de magnifiques dessins qui pourraient paraître simples au début mais qui s’avèrent très bien maîtrisés.