H.S. – Harcèlement scolaire

Hey les matous ! Comment allez-vous en ce moment ? Je sais qu’il y a peu d’articles mit en ligne dernièrement, mais celui que vous avez sous les yeux actuellement m’a prit pas mal de temps et était très, très dur pour moi vu qu’il me ramène plusieurs années en arrière. Je ne sais pas du tout de quelle manière il sera accueillit, mais je ressens le besoin de parler de cela. J’ai le cœur qui bat la chamade alors que je le mets en forme…

♦♦♦♦

44481bcf598630f13199f12a41a3df70

Le harcèlement scolaire n’est pas quelque chose d’anodin, pourtant on en parle peu et ce sujet reste malheureusement tabou quelque soit le pays. Ironiquement, avant cela restait dans la sphère « scolaire » et externe à chez soi, alors qu’à présent ce type de harcèlement est également entré dans le « cyber-harcèlement ». Vous vous demanderez sûrement pour quelles raisons je parle de cela, à présent, alors que ce sujet n’est pas en rapport avec le thème principal du blog.

Et bien si, il existe des mangas en parlant, osant le mentionner mais également d’autres supports. Mais avant d’en parler revenons rapidement sur ce sujet, sur ce fait de société que beaucoup tentent de cacher ou qui peut sembler anodin aux yeux de certains. Malheureusement, le harcèlement peut mener à des circonstances dramatiques et marquera à vie la victime de celui-ci si cela ne mène pas à une fin prématurée.

Les blessures liées au harcèlement peuvent être physiques, mais surtout morales. L’envie de disparaître, de comprendre ce que l’on a pût faire de mal, d’en finir peut assaillir la victime qui se replie sur elle-même car ses appels à l’aide ne sont pas entendu ou ne peuvent être formulés. Vous me direz sûrement « Mais Neko, il suffit d’en parler c’est tellement facile ! » et je vous répondrai par la négative.

Ce n’est pas facile car la personne harcelée sait qu’il peut y avoir des répercussions, que tout peut s’envenimer autant que s’améliorer. C’est un peu comme s’il jouait à pile ou face… Avec sa propre vie. Une vie qui n’est déjà plus réellement la sienne, mais qui est devenue de la survie. Se taire, se faire tout petit, tenter d’éviter au maximum d’attirer l’attention même par mégarde et finir par s’éteindre cela arrive réellement.

Le fait de parler du fait d’être harcelé peut autant être une bonne qu’une mauvaise chose, surtout dans nos pays où, ironiquement, la personne sera peu aidée. Pire lorsque les personnes l’apprenant nient cela alors que le harcèlement existe bel et bien. Après tout « Ce n’est qu’un jeu, tu n’es pas réellement une cible » voire tout simplement un « Je n’ai rien vu… Je ne savais pas. » Parce que oui, de telles brimades peuvent ne pas être visibles.

Il est tellement simple d’être « gentil » avec la personne lorsque les parents apparaissent ou un adulte quelconque – à moins que l’adulte en question participe également à rabaisser la malheureuse personne – alors que le quotidien de la victime est un véritable calvaire. La pression sur ses épaules s’accentue, la crainte également et cet être humain pourra totalement chambouler sa manière d’être. Adieu la joie de vivre quotidienne, adieu l’envie de se rendre à l’école ou de rencontrer des gens, en réalité la personne peut même se dire adieu à elle-même.

Je ne sais pas si vous réalisez ce que cela fait de voir des personnes tenter de mettre fin à leurs jours alors qu’autours de vous certains rient sous leurs vestes ou font, encore, des remarques désobligeantes. Je ne sais pas non plus si vous savez ce que cela peut faire de se sentir aussi bas que terre, d’être dans un puits sans fond et d’espérer au fond de vous de voir apparaître une main pour vous secourir, quelqu’un qui sera assez fort pour ne pas suivre le courant choisit par les autres et qui tentera de vous venir en aide.

Il est tellement plus simple de détourner le regard ou d’être du côté des harceleurs, des bourreaux, que d’oser aller contre eux. C’est la nature humaine qui est ainsi, faite pour être solitaire malgré l’impression que cela donne. Après tout, rabaisser quelqu’un, c’est se montrer supérieur à lui et lorsque plusieurs personnes se liguent contre une autre cela semble naturel de traiter cet être comme étant « inférieur ». Même si cela ne sera jamais dit ainsi, même si certains se diront que « Ce n’est pas normal ».

L’impuissance apparaît autant chez la victime que chez les observateurs de la scène qui peuvent penser que quelqu’un finira bien par agir, qu’il y a bien assez de monde pour cela. Et bien non. Non, parce que tout le monde pense ainsi, c’est une manière de se décharger sur les autres, de se dire que quoi qu’il arrive nous ne serons pas fautif alors que si… Cela peut vous sembler étrange dit comme cela, mais je vous assure que c’est le cas car il y a une chance parmi plusieurs milliers pour que quelqu’un ose. Parce qu’il faut sortir de la masse, se faire repérer et risquer de devenir également une cible pour les bourreaux. Ce n’est pas réellement le rêve de la majeure partie qui préfèrera rester tranquillement dans son coin afin de minimiser les risques.

Jusqu’au jour où un événement se passera. Un drame, une réaction bien plus importante que précédemment ou juste un autre être osant quitter la masse d’observateur afin de tendre une main salvatrice. Quelque soit le grain de sable s’ajoutant, cela aura une répercussion et cette dernière sera soit positive soit négative. Et c’est à ce moment là que l’on entendra des « Je ne t’ai jamais rien fait moi, tu ne vas pas m’en vouloir », « On reste ami/e ? » voire « Je ne comprends pas ce qui l’a poussé à faire cela… ».

c5133d709d54ff31edd27ba0ed65d562

Ce harcèlement se retrouve dans différents univers, dont les œuvres de fictions. Vous connaissez tous, ou presque, A Silent Voice de Yoshitoki Oima présent aux éditions Ki-Oon et existant en film d’animation. Nous y suivons Shoko et Shoya, la première est sourde et était la cible favorite du second lorsqu’ils étaient en primaire pourtant lorsqu’elle quittera l’établissement suite à tout cela, ce sera Shoya qui deviendra la cible de ses camarades au point qu’au début de l’histoire notre héros pense et s’apprête à se suicider, mais avant cela il décide de s’excuser auprès de Shoko. Ce faisant quelque chose d’inattendu se passera et chamboulera les plans de Shoya… Je n’en dirai pas plus, mais il est facile de voir à quel point un retournement de situation est possible tout en voyant jusqu’où l’intimidation, le harcèlement, peut mener. Suivre l’évolution de Shoya au fil des sept tomes formant cette série, mais également celle de Shoko était un véritable régal qui m’aura également fait pleurer en plein milieu de la gare. (Article complet sur le titre : A venir)

A côté de ce gros titre, je peux également mentionner Vitamine de Keiko Suenobu qui est un One-Shot sortit aux éditions Panini et qui n’a pas été réédité à ce jour si je ne me trompe pas. Trouvé par hasard en occasion, je l’avais prit sans savoir ce qui m’attendait et j’ai rapidement été mise dans le bain. Sawako – l’héroïne – semblait avoir une vie normale, pourtant ce n’est pas le cas. Non, ce n’est pas une magical-girl camouflée, mais une collégienne ayant un petit-ami abusant d’elle physiquement alors qu’elle n’est pas d’accord. Sa vie au collège changera de tout au tout lorsqu’elle sera vue dans une position douteuse avec ce dernier – alors qu’elle ne voulait pas du tout – et Sawako deviendra le souffre-douleur de sa classe. Ses parents ne l’aideront que très peu et ce sera ses retrouvailles avec une ancienne passion que la sauvera de l’enfer dans lequel elle se trouvait. La douleur de notre héroïne est belle et bien présente, du début jusqu’à ce qu’elle se retrouve réellement et recommence à avoir confiance en elle. Une confiance détruite au début lorsque tout son « monde » s’écroule et il lui faudra du temps avant de se relever grâce à cette passion qui avait été rangée dans un carton durant des années, jusqu’à ce jour… Un rien peut sauver une vie et ici ce sera quelque chose d’anodin aux yeux de la majeure partie des gens, mais qui avait en réalité une place importante pour Sawako même si ne pas être soutenue durant un bon moment l’aura blessée, elle aura fini par se reconstruire et c’est ce qui compte réellement. (Avis : à venir)

Si l’on se base plus simplement sur la phobie scolaire et la peur du regard des autres le titre Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka de Syoichi Tanazono présent aux éditions Akata peut également être mentionné sans difficulté. Ici, c’est l’action d’un professeur qui engendrera le fait que Masatomo ne désire plus se rendre à l’école. Il a peur du regard des autres, des rumeurs pouvant circuler et il n’arrive plus à s’intégrer ou à se comporter naturellement avec autrui. Sa scolarité ne sera plus « ordinaire », mais une vocation naîtra au fil du temps. Une vocation qui lui permettra d’avancer, de faire une rencontre importante et d’être, au final, une personne ayant retrouvé sa joie de vivre. (Mon Avis)

Par rapport à la phobie scolaire, je suis tombée grâce à Raven sur la courte BD LUCE réalisée par AmeFumikka et Eurasiam qui se trouve sur Mangadraft. Cette BD nous parle avec un ton juste de la phobie scolaire, de ce que l’on ressent et de ce qu’il est possible de faire pour s’en sortir, de l’aide que l’on peut recevoir. Ce fut une très belle surprise et je remercie Raven pour m’avoir envoyé le lien. Que ce soit les dessins ou les dialogues, ils font mouche – à mes yeuxmarquant le lecteur et pouvant le renvoyer à son passé ou le faire réaliser que cela n’est pas simple pour les personnes touchées par la phobie scolaire. (BD)

Dernièrement, j’ai également regardé le film La chasseuse de géants d’Ander Walter où la morale m’aura touchée : « On est plus fort que ce que l’on croit ». Barbara est une jeune fille solitaire, vue comme étant une originale, et partant en croisade contre des géants. Est-ce vrai ou tout cela se passe-t-il dans sa tête ? La réponse est donnée dans le film au bout des 1h45 de visionnage. Ne vous attendez juste pas à voir un film fantastique, mais préparez-vous à un film plutôt psychologique. Ici, notre héroïne sera malmenée par certains de ses camarades et avancera petit à petit jusqu’au final. On réalise aisément les raisons l’ayant poussée à se protéger et à vouloir protéger autrui, même si aux yeux des gens cela semble étrange. Non… C’est réellement la morale qui m’aura touchéeque vous avez lue plus hautet les liens se formant entre quelques personnages qui finiront par comprendre Barbara, à ne pas la voir comme une personne ayant des problèmes. Il est difficile d’en dire plus sans vous parler des raisons la poussant à faire cela et bien que le film ne tourne pas autour du harcèlement scolaire à proprement parlermême si Barbara le vit d’une certaine manière – je pense que cela peut permettre de se rendre compte de la force que l’on a en chacun de nous.

Enfin, je parlerai de Cœur Vanille de la saga des Filles au chocolat de Cathy Cassidy et se trouvant aux éditions Nathan ainsi que Pocket Jeunesse. Cela pourra en étonner certains, pourtant Honey sera la cible du cyber-harcèlement alors qu’elle se trouve en Australie, près de son père, au point que certaines de ses nouvelles camarades changeront de point de vue sur la demoiselle. Cela la blessera moralement, jusqu’à un certain point, et je me suis mise à apprécier ce personnage lors de ma lecture. Une lecture qui m’aura permit de changer ma vision sur Honey, de la voir différemment et de souffrir à ses côtés pendant que son monde se fissurait au fil des pages. Pourra-t-elle se reconstruire ? Arrivera-t-elle à s’en sortir ? Tout cela apparaît durant le roman.

Bien entendu, ce « thème » peut se retrouver dans d’autres titres mais également toucher des personnages secondaires. Après tout, ce n’est pas spécialement le héros qui peut être une cible. Un peu comme dans le monde réel au fond, où nous ne sommes pas toujours celui qui est victime du harcèlement. Parce que oui, lorsque nous lisons nous ne sommes que spectateur de ce qu’il se passe sur les pages nous faisant face, des pages nous percutant la majeure partie du temps ou nous faisant réaliser la souffrance d’autrui. Nous nous trouvons à la place des observateurs lointains, de ces personnes qui ne peuvent pas réagir, mais qui voient la souffrance d’autrui. Nous ne sommes pas avec eux, comme ses amis se trouvant au loin, et pourtant on encourage les personnages, on tente de les aider à surmonter ce qu’ils vivent… Mais surtout nous nous mettons à leurs places, parce que c’est par leurs yeux que nous découvrons l’œuvre. Cette souffrance devient la nôtre, d’une manière ou d’une autre, et lorsque l’on a vécu des situations proches elle peut devenir bien plus forte, résonner en nous.

e1101fa1

Une résonance pouvant nous faire réaliser jusqu’où on a été, ce que nos proches ont pût subir s’ils ont essayé de nous aider ou de se dire qu’au fond, eux aussi étaient perdus. Il est difficile de comprendre, au premier coup d’œil, ce que l’autre ressent, ce qu’il vit et comme souvent la communication est rompue lorsque quelqu’un est harcelé cela devient encore plus difficile. La majeure partie du dialogue est, pratiquement, non verbal à moins que l’harcelé trouve le courage de passer le mur s’étant construit entre lui et les autres. Pour se faire, il lui faudra du temps et se rendre compte qu’il y a des personnes qui ont réellement confiance en lui, des personnes qui seront toujours là quoiqu’il arrive. C’est extrêmement difficile, mais possible. Le plus important est de ne pas abandonner, de tenter de montrer à la personne que vous êtes là pour elle et ce même dans les moments les plus difficiles, même si vous avez peur. Un jour, elle vous remerciera d’avoir toujours été présent, de ne pas l’avoir laissé sombrer dans un puits sans fond et vous pourrez revoir cet être sourire. Tout du moins s’il ne se renferme pas, encore et encore, sur lui-même…

Je n’ai aucune idée de la manière dont cet article vous touchera, mais j’espère tout de même qu’il « résonnera » d’une manière ou d’une autre en vous. Pour être sincère, j’ai souffert en l’écrivant car de nombreux souvenirs sont revenus, certains positifs et d’autres négatifs. Comme beaucoup, j’ai eu du mal à en parler, j’ai encore des difficultés maintenant car je sens ma gorge se nouer et mon cœur se serrer. Actuellement, mes yeux sont encore embués. Pourtant, je sais le bien que cela peut faire de se libérer, de se savoir entendu, d’avoir quelqu’un à ses côtés et de ne plus sentir que l’on s’enfonce dans quelque chose de gluant dont on ne peut s’extirper. Il est possible de s’en sortir, mais il ne faut pas croire que l’on sera réellement indemne… Quelque chose se brise à l’intérieur lors de cette période pouvant être plus ou moins longue, une part de nous-mêmes et comme les personnages que l’on découvre lors de nos visionnages et lectures nous devons nous reconstruire. Cela se fait à son rythme, variable en fonction de chacun lorsque cela est possible.

Je vous laisse à présent, en espérant ne pas avoir été trop radicale… J’ai eu du mal à mettre des mots à certains moments, mais cet article me trottait dans la tête depuis un moment déjà. C’est chose faite et les prochains seront moins radicaux (je pense…), mais il fallait vraiment que j’en parle. Je me doute que cela ne plaira pas à tout le monde, mais tant pis. Ce qui est certain, c’est qu’écrire tout ça m’aura fait du bien même si tout le long j’aurai eu du mal.

Tout plein de câlins et de rayons de soleil les matous, sachez que vous êtes vraiment adorables.

Note de Neko : Une amie m’a dit, par après, que le manga Les Fleurs du Mal pouvait également en parler. Ne l’ayant pas lu, je ne saurais pas le dire mais n’hésitez pas à me dire si cela touche l’un des domaines cités dans l’article.

Le petit détour par la bibliothèque…

Hey les matous ! Comment allez-vous en ce mardi 10 avril ? Il fait un peu plus gris que les jours passés cette fois-ci… J’espère qu’il n’y aura pas d’orage ou, s’il y en a un, qu’il ne sera pas trop violent. Vous vous demandez sûrement dans quoi je vous embarque cette fois-ci et vous avez bien raison, pourtant la réponse est toute simple : « A la bibliothèque ».

Oui, ce lieu où l’on peut découvrir des trésors littéraires et des titres parfois totalement inconnus. Cela fait depuis le début de l’année que je m’y rends – que je me suis fait une carte surtout – et comme vous vous en doutez j’emprunte quelques petits titres par-ci, par-là. Je ne vous ai pas parlé des tout premiers comme j’étais encore absente, mais nous allons rattraper gentiment le retard ici.

Cet article paraîtra toutes les 3 semaines, lorsque je fais un roulement dans mes emprunts en fait, et vous parlera brièvement des titres empruntés. Allez, on est partit les matous !

♦ ♦ ♦ ♦

Amanchu !Tome 1 à 5J’avais souvent entendu parler d’Amanchu ! et certains me l’avaient même conseillé si mes souvenirs sont bons. L’ayant vu à la bibliothèque, il fut l’un des premiers titres à me suivre et je ne regrette pas du tout. C’est vraiment frais, agréable à suivre, amusant et je me suis vraiment bien amusée en compagnie de nos personnages tout en apprenant d’innombrables choses sur la plongée sous-marine. Si j’en ai la possibilité, je pense bien que j’irai acquérir la série petit à petit dans le futur 🙂

Les 100Tomes 1 & 2 – Je n’ai pas encore lu le tome 3 de Les 100, ce dernier étant souvent emprunté on dirait mais dès que j’en aurai la possibilité je m’y attellerai. La majeure partie d’entrevous connait sûrement la série du même nom (ou The 100) et je ne l’ai découverte qu’après lecture des deux volumes pour ma part. Une agréable découverte pour laquelle je n’étais pas sûre d’accrocher au départ. J’ai juste dû m’habituer au changement de personnages (ou point de vue) au début et j’avoue avoir eu plus de simplicité avec Clarke pour le coup même si toutes ses réactions n’étaient pas parfaites loin de là. De ce que j’ai comprit, un volume égal une saison et je reste curieuse de voir la suite des aventures de nos personnages envoyés sur Terre.

PoisonTome 1Poison est le premier tome d’une trilogie dans laquelle nous retrouvons également Charme et Beauté. Les contes y sont revisités et dans ce premier volume c’était celui de Blanche-Neige qui n’est absolument plus la petite princesse adorable dépeinte par Disney sur le coup. L’histoire en elle-même nous met principalement du côté de la belle-mère qui possède ici un prénom et que l’on découvre d’une façon nouvelle. J’ai malheureusement trouvé son changement de réaction, à un moment de l’histoire, bien trop radicale alors que je l’appréciais – Oui, oui, vous avez bien lu – au début du roman. Ce qui m’a le plus surprise restera la fin de ce volume car je ne m’attendais absolument pas à ça et j’étais triste pour Blanche-Neige justement… Je me demande si on la revoit ainsi que le Prince (pas charmant) dans les tomes suivants…

La Pâtisserie BlissTome 1 à 3 – Une série que j’ai lue entièrement et que j’ai même recommandé à une amie dans sa longue liste de titres qui pourraient lui plaire… Bon j’ai un peu exagéré sur la taille de la dite liste, mais ce n’est pas grave. J’ai bien aimé suivre Rosemary durant les trois volumes de cette aventure magicoculinaire et les pâtisseries présentes me donnaient bien envie. Certes, certains passages peuvent sembler niais, mais cela n’empêche pas cette courte série d’avoir réussi à retenir mon attention. Durant le dernier tome, nous voyons peu la tante Lili par contre nous en entendons parler et j’ai bien aimé la finalité rappelant le début de ce tome 3 d’une manière bien plus joyeuse. Une douce découverte !

NanaTome 1 & 2 – De quoi ? Oui, vous connaissez sûrement Nana vu que c’est un titre connu. Pour ma part, j’avais surtout regardé l’anime il y a… Pfiou plusieurs années maintenant. Résultat, dès que j’ai pu lire les 5 tomes présents à la bibliothèque d’Amanchu ! je me suis lancée sur Nana que je compte bien continuer (Que je continue… Mais chut ça vous ne deviez le savoir que dans 3 semaines xD) Les deux Nana s’opposent merveilleusement bien et se complètent également, j’ai vraiment adoré découvrir l’avant rencontre de nos demoiselles et voir la manière dont elles emménagent ensemble ainsi que leurs relations avec autrui. Chacun à se manière d’être, sa propre profondeur et ses sentiments. J’ai également envie de réentendre les OST et musiques de l’anime tout d’un coup ♥

Le Gourmet SolitaireOne ShotTrouvé par hasard en regardant ce avec quoi je pourrais bien repartir le mois passé, je l’ai vu sur une étagère qui était un peu plus vide que d’habitude. Curieuse, je l’ai rapidement feuilleté avant de l’ajouter au stock rendu aujourd’hui (stock qui était composé des deux premiers tomes de Nana et du tome 3 de La Pâtisserie Bliss) Je dois avouer que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et que je n’avais jamais lu de titres de Jiro Tanigushi auparavant. Résultat, c’était de la totale découverte qui m’a fait plonger à la rencontre du personnage que nous suivons tout au long de ce One Shot dans divers coins de restaurations. Son état d’esprit, ses tentatives dans les « restaurants », tout est retranscrit au fil des pages et bien qu’il m’ait fallut – une nouvelle fois – un temps pour m’acclimater à sa manière de faire, je ne me suis pas rendue compte du temps qui passait et de la vitesse à laquelle je tournais les pages. A la fin, je me suis même dit « C’est déjà fini ? » Résultat des courses, je tenterai bien un autre titre de l’auteur !

♦ ♦ ♦ ♦

Pfiou… Sur le coup ça en aura fait pas mal… La prochaine fois, vous n’aurez que 3 titres différents normalement à moins que je m’y rendre à nouveau et que je lise sur place vu que cela m’arrive de temps en temps. Je ne sais pas comment vous aurez trouvé cet article qui regroupe mes petits emprunts, mais j’espère qu’il vous aura plût et vous aura fait découvrir quelques titres. Après tout, on ne sait jamais ! Je vous remercie également de l’avoir lu et ajoute que, normalement, la prochaine fois il y aura une photo des emprunts… Je dois avouer avoir totalement oublié la dernière fois.

Je vous souhaite une douce ainsi qu’agréable journée !

Avez-vous lu certains de ces titres ? Qu’en avez-vous pensé ? En avez-vous à conseiller ?

Les achats du mois d’Octobre

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux ! Pour ma part, je suis un peu – beaucoup – fatiguée ces derniers jours, mais cela finira par aller mieux. Comme tous les débuts de mois, je vous entraîne dans Les achats du mois de… Prêt à découvrir les titres arrivés dans le courant du mois d’octobre, les matous errants ?

Service Presse :

Riku-Do La rage aux poingsTome 5 [Kazé]

Fire PunchTome 3 [Kazé]

Wonder Woman – Warbringer [Bayard]

Des deux services presses lu pour le moment – Wonder Woman étant en court de lecture – je dois avouer ne pas avoir eu de déception. Riku-Do reste un agréable coup de cœur à découvrir au fil du temps, mais Fire Punch est une série à laquelle j’accroche de plus en plus. Je vous parle au plus vite du roman Wonder Woman les matous !

 

Nouveauté :

Les quatre filles du Docteur March [Belgique Loisirs]

L’Hayden – Tome 1 : Le secret d’Eli [Belgique Loisirs – Nouvelles plumes]

Your Name – Roman [Pika]

FûkaTome 1 [Pika]

Les brigades immunitaires – Tome 1 [Pika]

Ikumen AfterTome 1 [Taifu]

Le Cortège des cent démons – Tome 1 à 6 [Doki-Doki] Terminée

 

Un petit loot déjà dévoré en soi ! Trois petits coup de cœur et principalement de belles découvertes dont je vous parlerai dès que possible soit en tome par tome soit… En avis général. Non, non ces derniers n’ont pas disparu, mais comme je rattrapais mes retards pour les mangas précédents j’avais préféré les mettre un peu de côté le temps d’être bien à jour.

 

Suites :

Bungô Stray Dogs – Tomes 3 ; 4 & 5 [Ototo]

The Rising of the Shield Hero – Tome 6 [Doki-Doki] (Offert par Thiboutsu)

DanMachi – Tome 4 [Ofelbe]

 

Toujours un vrai coup de cœur pour The Rising of the Shield Hero, mais j’accroche toujours autant aux deux autres titres. DanMachi avance réellement bien dans sa version Light Novel et cela fait plaisir de s’en rendre compte au fil des pages. Pareil pour Bungô Stray Dogs qui reste un régal à lire. Je vous parlerai des tomes 1 (hormis pour DanMachi vu que c’est déjà fait) et du tome 4 prochainement !

 

DVD :

 5778

Mushishi – Coffret Gold [Black Box]

 

Une seule arrivée niveau DVD, mais un joli coffret que je cherchais depuis un moment alors lorsqu’il est apparu dans mon champ de vision à la Retro MIA j’ai sauté sur l’occasion. Je n’ai pas encore eu l’opportunité de me lancer dans son visionnage, mais j’ai réellement hâte !

 

 

Goodies :

 

Marque-pages – 3 de Sword Art Online aux illustrations différentes ; Spice and Wolf ; Bungô Stray Dogs (inclus avec le manga) [Ototo]

Poster – Fate/Apocrypha [Ototo]

Peluche – Moyen Totoro avec une noireaude [Mon voisin Totoro] ; Pingouin

Charms – Sailor Mercury [Sailor Moon] ; ??? [Naruto] ; Kirby [Kirby]

 

Pas mal de petits goodies se sont ajoutés à la maison et… Et non je ne connais pas le nom du pauvre personnage de Naruto que j’ai eu en charms… Pour une obscure raison j’ai un souci avec les noms des personnages de ce manga. Dès que je l’aurai trouvé je modifierai ces petits points d’interrogation. Mis à part cela, je suis réellement ravie des différents loots réalisés lors de la Retro MIA (Encore et toujours ahah) Bon, il va tout de même falloir que je me trouve vraiment un moyen de ranger mes marque-pages par contre >.< Une pile c’est bien, mais avoir un visuel directement c’est mieux.

 

Autres :

 

Mochis – A la pâte de haricot rouge, à la fraise et à la myrtille.

Sac – Un petit sac rose foncé version fraise lapin.

Bric à brac – Mitaines ; Fer à repasser ; Perles à repasser.

Oui, je déteste le rose de base, mais le petit sac était juste trop mignon… J’avoue c’était un craquage, mais vous savez ma manie de craquer sur ce qui est chou à force TwT Pour le reste, de la nourriture achetée à la Retro MIA, un début de préparation pour l’hiver et du matos pour m’amuser avec les perles à repasser ~ (Oui, le fer à repasser compte dans le matos. Disons que sortir une centrale vapeur un peu trop souvent aurait fini par me rendre folle xD)


Mis à part tout cela, la lecture commune du mois était sur le tome 1 de Yona – Princesse de l’Aube, mais pas seulement vu que La Clé d’Oriane et un Recueil de poèmes et rêveries ont pointé le bout de le nez au niveau des « romans ». Au niveau des mangas le tome 6 de Platinum End a fini par apparaître également et permet une belle remontée du titre ainsi que l’avis sur le tome 1 de Magi.


Futurs achats :

Ils n’ont pas vraiment changé hormis que je compte bien prendre le coffret du Mari de mon frère directement plutôt que d’y aller tome par tome. Un peu comme je l’avais fait avec Orange finalement. Bien entendu, ils ne sont pas tous là sinon la liste serait beaucoup trop longue… Et puis il y a les suites que je dois toujours acquérir également en bonne retardataire que je suis ! Pas mal à faire, en soi 🙂

Et voilà, l’article est déjà terminé pour ce mois. Il ne restera plus qu’a attendre la fin du mois de novembre. Je ne sais pas du tout quels seront les achats sur le coup, mais je verrai bien au fil des jours, des vagabondages possibles et de ce qui arrivera pardi ! Je vous souhaite à tous un très bon mois de novembre, de jolis achats et de belles découvertes 🙂 A bientôt, les matous !

Et vous les matous, quels ont été vos achats ? Y a-t-il eu une de jolies découvertes ? Savez-vous ce que vous allez déjà acheter ?

La clé d’Oriane

Et coucou les matous ! Oui, cette semaine est bien plus chargée en article que les autres semble-t-il, mais ne comptez pas sur moi pour faire tout à fait pareil la semaine prochaine. J’espère que vous allez bien et profitez un peu lors de vos pauses si vous êtes en cours ou au travail. Pour ceux qui l’auraient manqué, j’ai parlé pour la première fois d’un yaoï sur le blog hier avec Ikumen After alors n’hésitez pas à aller lire l’avis si cela vous intrigue.

Aujourd’hui, c’est un roman auto-édité qui pointe le bout de son nez dans notre antre. D’une certaine manière cela devient une sorte de petit rendez-vous à certains moments du mois quand j’y pense… Vous vous demandez sûrement dans quel monde je vous entraîne cette fois-ci et bien n’attendons plus ! On rejoint…

« La clé d’Oriane »

51patgeee2bl-_sx195_

3€99 & 9€99 (broché) – Fantastique – 190 pages

Oriane est une dessinatrice talentueuse. Elle tente de se remettre d’une rupture difficile en s’adonnant à sa passion, les jeux vidéo en ligne. Mais lorsque le héros sort de l’écran, le virtuel se mêle au réel, la fantasy à la science-fiction, et tout est bouleversé…

Bien malgré elle, l’héroïne se trouve entraîné dans une enquête haletante qui fait hurler de rire à chaque page !

Avant de débuter, je remercie Leslie HELIADE et la plateforme Simplement Pro qui m’ont permit de découvrir le titre dont le résumé m’intriguait déjà dès sa lecture lorsque Leslie me l’a proposé. Une belle surprise en soi et j’ai accepté joyeusement la demande avant de me plonger dans les 190 pages constituant l’ebook reçu.

Comme toujours, je l’ai lu sur mon IPOD – oui, il tient le coup le petiot ! – et je n’ai eu aucun souci pour le lire malgré les nombreux bugs dont il commence à souffrir. Bah oui, il fini par me fermer des pages tout seul alors je me méfie à force lorsque je lis… Heureusement pour moi, il ne le fait jamais – pour le moment – et ne l’a pas fait cette fois-ci non plus ! Mais revenons-en à l’article en lui-même mes matous !

De quoi nous parle La clé d’Oriane ? Et bien, d’une jeune dessinatrice talentueuse nommée justement… Oriane ! (Oui, ce n’était pas compliqué, je sais) La demoiselle essaie de se remettre d’une rupture avec un policier, Xavier, en jouant aux jeux vidéo sauf que quelque chose de relativement anormal va se passer. L’un des personnagesnommé Serrurese pointera gentiment dans le monde réel et ne sera vu que d’Oriane. Comment est-il arrivé là où se déroule l’histoire ? Comment ne pas être prit pour une folle lorsque l’on est la seule personne à voir un tel être et à qui se confier ? Une enquête démarrera avec un humour bien présent et de nombreuses références à des univers connus de la plupart des gameurs !

Notre héroïne est une jeune  femme aimant les jeux de rôle et au style gothique. Suite à sa rupture avec Xavier – qui fera un magnifique choc à Oriane – elle se réfugiera chez Chloé, l’une de ses amies, qui lui proposera de jouer à un nouveau jeu afin de se changer les idées. Une méthode approuvée par pas mal de personnes au fond vu que le temps de la partie le joueur est, d’une certaine manière, le personnage qu’il joue. Le hic ? Comme vous l’avez-vu plus haut un dénommé Serrure va se pointer dans notre monde et n’être vu que par Oriane. Oui… N’importe qui dirait qu’elle est folle ou penserait avoir des hallucinations si l’on était à sa place.  Sauf que… Ce n’est pas le cas.

Pour ce qui est de Serrure c’est un voleur d’une trentaine d’année si je ne me trompe pas (moi et les âges de toutes manières…) à l’humour et aux répliques faisant mouche sans difficulté. On se demande ce qu’il fait ici, comment il a fait pour parvenir dans notre monde, pour quelles raisons seule une personne le voit. Après tout, un personnage de jeu vidéo devrait rester dans le monde qu’il connait à l’origine… Ce qui signifie, pour Serrure, un monde plutôt RPG avec des quêtes, des tavernes et tout ce qui fait la joie des jeux de rôle en fait ! Sauf que le jeune homme connaît également pas mal d’autres jeux qui vous rappelleront sûrement des souvenirs. Je suis certaine que certains titres vous diront quelque chose. (D’ailleurs, je suis d’accord avec lui Assassin’s Creed est un monde dangereux si on veut y passer des vacances…)

On rit en compagnie du duo de base, on vit leur quête ainsi que les différentes phases de la pauvre Orianequi est un personnage féminin au topdevant tout de même faire avec un voleur bavard invisible aux yeux de tous. Et oui, Serrure n’est pas du genre à être muet comme une carpe. Les différentes références aux jeux vidéo également sont de la partie vu que nos deux nouveaux amis connaissent chacun à leur manière cet univers. De plus, on voyage également dans Paris ! Comment ça, je ne vous avais pas dit que l’histoire se déroulait en France ? Et bien c’est fait à présent.

Comme vous l’avez lu, l’histoire est une enquêteet pourrait même être considérée comme une quête si l’on se base sur les jeux – nous permettant d’en savoir plus, de découvrir les lieux, de se dire que la pauvre Oriane à tantôt de la chance, tantôt pas du tout… Et surtout de rire, de s’attacher, de réfléchir en leur compagnie. Et puis, des enquêtes pareilles j’en redemande pour ma part ! Surtout que mon imagination me permettait sans problème de voir les lieux et les protagonistes, de visionner sans difficulté ce qu’il se passait.

Et pour ça, la plume de l’auteur fait un travail remarquable. Parce que oui, c’est elle – et donc Leslie – qui permet tout cela à l’aide des descriptions et des répliques. J’avais l’impression d’être en compagnie de ces êtres fait de papier et d’encre. On ne s’ennuie pas, tout s’enchaîne logiquement et toute discussion à son utilité que ce soit pour détendre l’atmosphère, nous en apprendre plus ou « être » avec eux. De plus, la lecture est fluide et rapide au point de ne pas me faire lâcher le pauvre IPOD – vous vous souvenez de cet être surexploité ? – avant la fin de l’ebook. Une fin me donnant envie de rester en compagnie de la troupe, de les retrouver encore et encore…

Mais les bonnes choses ont toujours – à ce qu’il parait – une fin… Et j’ai bien dû éteindre mon acolyte avant d’écrire mon avis et vous le partager. Toutes les émotions retrouvées durant la lecture, les questionnements, l’envie de ne pas finir, les rires et le simple fait que j’apprécie énormément les personnages. Ils m’auront fait passer un bon moment, un merveilleux voyage tout en profitant de toutes les références connues ou inconnues, parce que non je ne connais pas tous les jeux, mais mettant des étoiles dans les yeux malgré tout. Certes, je ne sais pas comment j’aurai réagit dans la vie de tous les jours si un personnage tel que Serrure était apparu comme par magie, mais il faut dire qu’il est réellement agréable à découvrir.

Et vous les matous, connaissez-vous le titre ? L’avez-vous lu ? Si non, compteriez-vous le lire ? Jouez-vous aux jeux vidéo ? Quel est le genre que vous préférez ? Souhaiteriez-vous qu’un personnage apparaisse chez vous et si oui lequel ? Aimeriez-vous découvrir d’autres mondes ?

 

Simplement ProFacebookAmazon

Mon Cousin l’avait prédit – Tome 1

Coucou les matous ! Vous allez bien ? Oui ? Tant mieux alors ! Pour ma part c’est le cas et je continue de rattraper les minis retards engendrés au fil du temps. Vous allez me dire que vous êtes habitués, mais tout de même… C’est assez casse-pied quand cela arrive surtout quand vous voyez également l’ordi ne plus vouloir quitter son mode veille (Il clignotait… Bleu, noir, bleu, noir…). De plus, Jun’ s’étant blessé – de manière inconnue – je me suis surtout inquiétée pour lui et à présent, il se comporte tel un chiot qu’il n’est plus. Je peux vous assurez que le soulagement est grand et que je risque de tomber de sommeil cette nuit.

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un ebook – et oui, changeons un peu – déjà mentionné depuis quelques articles. Vous devinez ? Et oui, c’est bel et bien le tome 1 du roman de Léonard Aigoin que vous connaissiez déjà grâce à son prologue. J’ai pris plus de temps que prévu pour finir l’article, non pas parce que je bloquais, mais parce que j’avais une trouille immense de spoiler… Résultat, maman Neko a été très – trop – sollicitée afin de s’assurer que tout va bien. Prêt ? On retourne dans…

« Mon cousin l’avait prédit »

511vir9rs7l-_sx331_bo1204203200_

6€76 (ebook) & 14€99 (broché) – Surnaturel – 438 pages

Dans une ville aussi gigantesque qu’imaginaire, Fabien, assistant de service social, vient d’avoir une idée surprenante afin de sensibiliser l’opinion publique aux difficultés que rencontrent les personnes en situation de handicap au quotidien. Mais il semble souffrir lui-même d’un mal dont la nature lui échappe, un mal qui le plonge nuit et jour dans une inquiétude cauchemardesque, un mal tel qu’il ne peut plus l’ignorer… à moins que son esprit ne lui joue des tours. Son chemin va croiser celui de plusieurs personnages hauts en couleur, dont une célébrité un peu folle en quête d’une cause à défendre, un père de famille qui doit prouver à ses proches qu’il est à la hauteur de ce rôle, ou encore un ancien policier ivre de vengeance, piégé dans une guerre entre deux organisations secrètes qui jouent avec le destin de l’humanité. Et quel rapport peut-il y avoir avec une enquête menée à la fin de l’ère du paléolithique ?

Après vous avoir parlé du prologue il y a de ça quelques mois – si pas moins ou plus… Je n’ai pas la notion des dates, c’est affreux… – je vous entraine aujourd’hui dans le tome 1 lu, une nouvelle fois, au format ebook sur mon fidèle IPOD. Enfin, fidèle ceci est tout relatif vu qu’il a eu un peu de mal à force d’avoir plein, plein de téléchargements. Il serait peut-être tant que je me lance dans l’achat d’une vraie liseuse… Mais passons tout ces jolis détails et concentrons-nous sur le premier tome de Mon Cousin l’avait prédit pour lequel je remercie une nouvelle fois l’auteur (et la plateforme SimPlement) et m’excuse pour le retard.

Dans ce roman nous découvrons Fabien, un assistant de service social qui est une personne tout à fait normale – tout du moins le pense-t-on au début – souhaitant sensibiliser les gens aux difficultés rencontrées par les personnes possédant un handicap. Mais ne serait-il pas, lui-même, atteint d’un mal inconnu le rongeant nuit et jour sans qu’il ne puisse y faire grand-chose ?

Mais il n’est pas le seul à apparaître, oh que non. Parce que oui, d’autres personnages seront présents et nous ne débutons pas forcément le roman en compagnie de Fabien. Et non, il faut bien découvrir les autres et pour se faire nous voyageons d’un personnage à un autre sans nous perdre étant donné que le nom du chapitre porte le nom du personnage que nous côtoierons. On s’en rend directement compte grâce à la table des matières présente au début de volume qui nous permet de retrouver le chapitre à lire – ou relire, oui, oui ça arrive aussi – extrêmement facilement.

De plus, nous voyageons entre les époques grâce aux personnages et leurs modes de vie diffèrent comme vous vous en doutez. Pourtant, au tout début, mon cerveau pensait que l’on était toujours à l’époque contemporaine (allez savoir pourquoi… le fait de lire de nuit peut-être ? Pourtant c’était clair que ce n’était pas contemporain, rahlala), mais certains mots et actes montrent aisément que l’on ne s’y trouve pas (A moins que vous ne trouviez des mammouths sauvages à notre époque ? Dites moi où alors *-*) Et ce qui est sûr, c’est que c’est réellement agréable de parcourir le temps en compagnie des personnages, de leurs envies, des problèmes à venir. Parce que vous vous doutez bien que la vie ne sera pas toute rose tel Porcinet de Winnie L’ourson. (ne cherchez pas… Je suis en pleine quête du bouquin alors il me hante…)

Et comment dire que je m’y suis attachée à ces pauvres personnages, chacun ayant ses traits de caractères, ses soucis et j’apprécie énormément cela. On s’attache à eux au fil du temps, de ce qu’ils font et vivent, même s’il est plus simple de se sentir proche de Fabien de part ce qu’il vit et l’époque dans laquelle il se trouve, je me suis pourtant sentie plus « proche » – pour ma part – de Ruff. Oui, cela pourrait être surprenant à première vue et pourtant… Comment dire que j’ai énormément apprécié ce personnage que l’on découvre au fil des pages (tout comme les autres me direz-vous) et, comme avec les autres protagonistes, j’avais bien envie de voir par moi-même ce qu’il vivait, découvrait.

Mis à part cela, mon imagination a encore une fois carburé et je n’ai eu aucun mal à imaginer les protagonistes peut importe leur sexeet les lieux où ils se trouvaient, les créatures pouvant les côtoyer et tout le reste. Au point de frissonner, de temps en temps, en me disant que « non » j’aurais du mal à supporter tel ou tel événement. Courageuse, mais pas téméraire… Pourtant, on se rend bien compte qu’ils ont tous, d’une manière ou d’une autre, leurs limites ainsi que leurs qualités et leurs défauts. Léonard Aigoin a bien réussi à nous faire ressentir tout cela, à nous mettre sur la voie de certains éléments et la lecture du prologue aide aussi et les émotions ressenties peuvent être réelles. Après tout nous sommes tous des êtres ressentant des émotions aussi diverses que variées alors oui, peut importe l’époque, peut importe le sexe de la personne, nous avons tous – normalement – des sentiments à peu près identiques. Pas pour les mêmes choses, certes, mais ils sont bel et bien là pour un élément même parfois incongru.

Ce premier tome nous entraine sans souci dans son univers, certains auront peut-être du mal avec les changements de personnages pourtant il se font aisément et ce que l’on apprend avec chacun d’eux s’avère utile au fil du temps. Ceux n’ayant pas lu le prologue ne seront pas perdu, mais certains éléments s’y trouvant peuvent nous aider à comprendre encore mieux ce premier volume. Alors, il se peut que certaines réponses se trouvent dans le prologue ou, bien entendu, dans la suite. Parce que oui, Mon Cousin l’avait prédit reste une trilogie et il serait ballot de tout nous dire en une seule fois. De plus, vous trouverez sûrement un personnage que vous préférerez (Vous l’aurez comprit, j’aime énormément Ruff, mais il n’est pas le seul vu que j’ai bien accroché à Fabien) tout en suivant ce qu’il se passe pour chacun d’eux.

Les 438 pages se lisent aisément et en vitesse, je n’ai pas vu le temps passer durant la lecture que j’effectuais souvent en pleine nuit avant de retrouver les bras de Morphée. D’une certaine manière j’étais dans le thème vu les nuits que passe Fabien… Heureusement, tout cela ne me pourchassait pas durant la nuit. La plume de Léonard Aigoin est une nouvelle fois réellement agréable à lire et découvrir, on suit sans problème les lignes apparaissant sous nos yeux tout en dévorant les pages. J’ai passé un agréable moment lecture en tout cas et n’ai vu aucune coquille durant celle-ci, mais peut-être est-ce du au fait que je lisais de nuit et était entrée dans l’histoire celles-ci passant pratiquement inaperçu à ce moment là. Je referai une lecture afin de m’en assurer, mais en journée cette-fois vu que certains semblent en avoir vus. (ça me permettra de le relire, niark !) Je n’ai même pas dû revenir en arrière pour cause d’incompréhension, c’est pour dire !

Malgré le temps qu’il m’aura fallu pour écrire l’article – Gomen Maman Neko pour les moments où je te demandais un gros coup de main – cela n’en reste pas moins une très belle lecture. Un roman marquant, à sa manière, les esprits et à la couverture qui m’intriguait réellement. Je me demande ce que donnera le tome 2, ce que nous réserve l’auteur pour la suite. Tant de choses sont possibles d’une certaine manière et cela titille, naturellement, la curiosité. J’ai eu un mal fou durant la rédaction de l’avis, non pas parce que je ne savais pas quoi mettre, mais parce que j’avais réellement peur de spoiler et j’espère réellement avoir réussi à éviter cela. (Bon après deux semaines dessus et des appels à l’aide répété à Maman Neko qui ne l’a pas lu pour être sûre de moi, ça doit être bon…) Alors, oui vivement la suite, vivement d’en savoir plus et de continuer d’accrocher autant à ses êtres de papier.

Et vous les matous, l’avez-vous lu ? Le connaissez-vous ? Si ce n’est pas le cas comptez-vous le lire ? Sinon qu’en avez-vous pensé ?

Twitter de l’auteurSimPlementInstagramYoutube

Chroniques d’Eyridian – Le pays Noir

Coucou les matous, comment allez-vous ? Bien ? J’espère en tout cas ! Le week-end touche à sa fin, petit à petit, pourtant ça n’empêche pas certaine personne de travailler ou de réfléchir à ce qu’ils ont encore à faire. Que la reprise, pour ceux qui travaille, soit agréable et pour les autres profitez bien de vos vacances !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans un ebook qui m’intriguait déjà depuis un moment alors j’ai été ravie lorsque j’ai pût me lancer dans sa lecture. Prêt à découvrir le titre mes matous romanesques ? Go !

« Chroniques d’Eyridian – Le Pays Noir »

28404-image_librairie

2€49(ebook)/7€50 – Fantasy – 112pages

Chaque pays a ses contes et légendes, ses monstres sous le lit et ses murmures apeurés. Chaque pays a ses mystères. Mais le mystère du Pays Noir, personne ne l’a jamais percé.

Lorsque Jerod, son grand frère adoré, traverse la frontière en promettant de revenir un an plus tard, Alyssa est certaine qu’il reviendra avec des dizaines d’histoires merveilleuses à raconter. Mais les mois passent, et Jerod ne revient toujours pas. La jeune fille décide alors de partir à sa recherche. En traversant la frontière, elle ne se doute pas qu’elle va changer le destin du monde à tout jamais…

Comme dit plus haut, le titre m’intriguait énormément lorsque je l’ai vu apparaître sur SimPlement Pro – Oui, oui, la plateforme que je mentionne assez souvent quand j’y pense – et j’ai été ravie de pouvoir me lancer à l’aventure lorsque les demandes ont été rouvertes ! Je remercie de tout mon cœur Mao P. pour m’avoir permit de découvrir le titre car ce fut une très belle aventure.

Comme le dit le résumé, Alyssa et Jerod sont membres de la même famille et plus précisément frère et sœur. Dit comme cela, cela peut sembler tout à fait habituel vu le nombre de roman ou de saga jeunesse ayant des personnages de même sang dans ses pages, mais comme toujours cela fonctionne merveilleusement bien. Ici, nous suivrons Alyssanotre adorable héroïne de ce faitqui partira à la recherche de son grand-frère disparu. Alyssa le retrouvera-t-elle ? Ceci est une bonne question dont je ne vous donnerai pas la réponse !

La demoiselle, que j’ai franchement bien apprécié suivre durant son périple, rencontrera également divers autres personnages. Vous connaissez sûrement vos classiques des peuples de la fantasy et bien vous retrouverez ici fae, trolls ou nains, mais ce ne seront pas les seuls car Le Pays Noir est peuplé de créatures surnaturelles. De l’être inoffensif au plus dangereux, Alyssa devra pourtant faire face et continuer sa quête malgré les difficultés pouvant apparaître. Une quête qui lui permettra d’en apprendre plus – tout comme nous, ce plaisir de la découverte est toujours vivant de mon petit cœur – sur  cet endroit mystique et inconnu où elle rencontrera divers autres personnages. Devra-t-elle les aider ? Seront-ils des alliés ou des ennemis ? Les réponses sont, comme toujours, dans les pages du roman, mais sachez qu’elle ne fera pas la route seule. Parce que bon, voyager c’est bien, mais le faire en groupe c’est mieux. On évite de se retrouver à parler aux arbres par exemple !

Revenons un peu sur Alyssa voulez-vous les matous ? Comment ça, non ? Mais je ne vous ai pratiquement rien dit d’elle petits Chacripan ! (Oui, je vous nomme avec un nom de Pokémon sans aucune gène) Bien que jeune, elle s’avère très intelligente tout en étant attachanteun peu comme Alex dans Le pays des Conteset se montre également débrouillarde au fil du temps. Bah oui, vous imaginez voyager sans savoir rien faire vous ? Oui, ça s’apprend et pas d’un coup de baguette magique, mais si vous n’êtes pas un minimum débrouillard dès le départ vous êtes dans la panade. De plus, comme d’autres personnages évolueront à ses côtés cela nous permettra également de découvrir ses forcesaka son intelligenceet ses faiblesses. Parce que comme tout le monde Alyssa en possède, sinon ça ne serait pas drôle !

Bien entendu, l’autre personnage dont on entend rapidement parler c’est Jerod. Le grand-frère d’Alyssa pour ceux qui auraient la mémoire poisson rouge… Ou une mémoire de gobelin, ça a une petite mémoire un gobelin, non ? Comment ça je tergiverse ? Ah, pardon… Donc revenons-en à Jerod qui s’avère être un garçonVous ne vous en doutiez pas, hein ?relativement aventureux et sûr de lui. Déjà adolescent, il est même devenu relativement séduisant d’après les dires… mais pour moi c’est aussi une tête à claque ! Bah oui, quelle idée de se rendre dans un coin d’où PERSONNE ne revient ?! Mis à part en étant suicidaire ou totalement irréfléchi, je ne trouve pas. Ah, les garçons parfois (ne me frappez pas !!!)

A leurs côtés, au tout début, nous découvrons leur mère adoptive que je trouvais vraiment choute. Adorable, sympathique, inquiète pour Alyssa et Jerod malgré tout et tenant à eux c’est réellement une bonne mère pour ce duo. Même si, d’une certaine manière, on ne l’écoutera pas trop vu que les deux partiront pour le Pays Noir… Parfois écouter sa mère – même adoptive – ça pourrait être pratique, mais à côté nous n’aurions pas vécu une belle aventure aux côtés d’Alyssa alors… Tant mieux qu’elle ai passé outre les protestations de sa mère adoptive.

Le roman est relativement court112 pages comme marqué sous la couverturemais ne possède pas de temps mort. Ne vous attendez pas à de l’ennui, parce qu’il n’y en aura pas surtout parce que le rythme est bien régulier et équilibré. L’intrigue, de son côté, est réellement agréable à découvrir bien que la fin peut sembler « facile » à première vue ou bien trop simple. Pourtant, elle s’avère également très, très logique si on suit l’histoire et les différents éléments apparaissant tout du long. De plus, suivre Alyssaque j’ai fini par renommer Alyly avec ma folie des surnomset Jerod fut tout de même bien sympathique et reposant, un bon moment de passer en leur compagnie et surtout avec celle d’Alyssa. Rahlala, que Jerod a de la chance d’avoir une sœur comme elle ! Rajoutons à tout cela que la lecture se fait de manière fluide et que les pages sont tournées sans que l’on ne s’en rende compte, cela nous fait une bonne lecture.

Du côté de la plume de l’auteur, elle est également très agréable à lire. Je l’ai même trouvée très douce durant la lecture tout en étant entraînante. Ne m’étant pas ennuyée un instant, je n’avais pas de difficulté à imaginer les lieux et puis il y a des illustrations ! Et les illustrations c’est toujours le bien – Enfin, pour moi qui les aime bien… Oui, je suis un grand chaton ! – qui apparaissent en fin de chapitre. Elles sont certes simples, mais rajoute un petit quelque chose en plus toujours appréciable. Ou alors c’est mon côté enfant qui parle… C’est possible aussi. Puis la couverture est ce qui m’a captivée, en plus du résumé, alors comme quoi parfois la couverture donne le ton de ce que l’on s’apprête à lire ! Surtout qu’elle reflète comme il se doit les dernières pages.

Ah… Je serais bien restée un peu plus longtemps aux côtés des personnages pour ma part, ils me manquent déjà. J’espère pouvoir les retrouver, un jour, parce qu’ils étaient franchement sympathiques. Il peut permettre de découvrir la fantasy aux plus jeunes tout en douceurNe les lancer pas directement sur le Seigneur des Anneaux, cela peut être radical sur certainsmais les plus âgés, comme moi, peuvent également passer un bon moment et se changer les idées. J’en suis ressortie avec un doux sourire sur les lèvres pour ma part.

Et bien mes matous, avez-vous lu ce titre ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Compteriez-vous l’essayer ?

 

Site de l’auteurTwitterFacebookInstagramSimPlement

Exilium – Tome 2 Partie 2

Hey les matous ! Vous allez bien en ce cinquième jour du mois d’août ? Pour ma part, tout va bien ! Mes révisions ont reprit et lundi je vais chercher – dans la matinée – le traitement habituel pour mon petit souci de santé en plus d’avoir, dans l’après-midi, de l’aide pour mon cours de musique. Neko fight !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans un roman. Et oui, je ne vous lâche pas avec ça ! De plus, c’est la suite de la première partie du tome 2 d’Exilium qui apparait aujourd’hui… En gros, la deuxième partie. Oui, je sais j’aurai eu plus rapide de l’écrire directement, mais tant pis ! Prêt à retrouver notre pion préféré et les différents personnages qu’il côtoie ? Let’s go !

« Exilium – Livre 2 Partie 2 : Les legs noirs »

couv47057781

7€99(ebook)/17€ – Fantastique – 380pages

C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver saint-amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.

Partager cette expérience dans mon premier témoignage fut éprouvant mais me servit de thérapie post-traumatique. Je restai convaincu qu’après cela plus rien ne pourrait m’effrayer.

Jusqu’à ma confrontation avec quelque chose de plus grand, plus fort, imprévisible. Et pour la première fois : maléfique !

Une nouvelle fois je remercie Frédéric Bellec et la plateforme SimPlement pour la découverte de la seconde partie du deuxième tome et la confiance donnée également afin que je vous parle du titre ♥ Pour ceux ne le connaissant pas encore, mon avis sur le tome 1 est également présent sur le blog et pour ceux ayant raté pour mon avis sur la première partie de ce second tome et bien… Elle est également trouvable ici.

Mais faisons tout de même un rapide résumé, même si celui du roman (et de l’ebook) est parfait pour cela ! Nous suivons le témoignage de Fred, un pion travaillant dans un lycée saint-amandois, qui découvrira quelque chose de peu commun lors d’un hiver bien plus rigoureux que les autres. Est-ce vrai ? Est-ce du fantastique pur et dur ? Ces questions se posent tant les témoignages de notre cher pion semblent vrais et plausibles. Les suites de cet hiver sortiront également de l’ordinaire et nous les découvrions dans la première partie du tome 2 avant de continuer notre aventure dans cette partie-ci.

Comme pour les deux tomes le précédent, j’ai vraiment apprécié la couverture qui est certes légèrement différente, mais totalement en rapport avec ce qu’il se passe dans cette seconde partie. Une seconde partie qui nous permet d’éclaircir les mystères présents dans la première, des mystères nous tenant en haleine comme toujours et que je ne mentionnerais pas, même sous la torture et même si vous me proposez le Pudding du leg noir ! Non, mais a vous de les découvrir ! Par contre j’ai faim maintenant à parler de pudding…

Dans ce volume nous débutons sur… Hein ? Non pas sur une leçon de cuisine ! Rahlala, je vous savais gourmands les matous, mais quand même… Non, on débute sur une partie plus explicative que les autres grâce à l’abbé Paulet ses confrères, ne les oublions pasqui sont en plein sur le dossier des « Legs noirs ». Et ce chapitre fut réellement instructif tout en me servant parfaitement de tremplin pour ce qui allait suivre. Comme vous vous en doutez, cette seconde partie touchera principalement le sujet des dits legs noirs, nous en apprenant plus sur le sujet et je ne vous spoil rien vu que c’est écrit dans le titre et dans le résumé. (Non, je ne spoilerai pas >.< Jamais !)

Les liens entre les différents protagonistes sont encore bien plus mit en avant et bon sang que ça fait plaisir de retrouver les personnages ! Tous ont leurs caractères, leurs « liens » avec les autres, leurs vécus et on s’attache à l’un ou l’autre sans difficulté. Bon il arrive aussi que certains nous plaisent moins, mais au fond c’est tout à fait normal. Apprécie-t-on toutes les personnes que l’on croise ? Pas vraiment et c’est le cas ici aussi en fonction des comportements. Et ça, c’est réellement bien car cela rend les personnages plus proches de nous. D’ailleurs, l’un d’eux est un véritable rayon de soleil et on la croisait déjà dans la première partie. Vous vous demandez de qui je parle ? Et bien la réponse se résume en un prénom : Maïwenn (Alias MaïMaï dans ma tête… Oui vous savez, moi et les surnoms à deux centimes TT’) De plus, l’humour de Fred est toujours présent alors difficile de ne pas apprécier notre très cher pion ! Bien sûr, les autres ne sont pas en reste, on ne s’ennuie pas une seule seconde en leur compagnie et il y a toujours différents apprentissages qui ont lieu avec eux.

Bien entendu ce volume ne se concentre pas que sur les différentes relations inter-personnages, bah non vous vous attendiez à quoi les matous ? On en apprend certes plus sur ceux que nous côtoyons depuis le premier tome – ou le tome précédent – mais y aussi de nouvelles têtes. Mais en plus de cela, de nos nouveaux camarades d’infortunes, on bouge ! Lycée, forêt, appartement, des lieux que l’on croise joyeusement durant la lecture et que l’on prend plaisir à découvrir ou redécouvrir. Que de plaisir de les retrouver, de chercher si un petit détail pourrait avoir changé – parce qu’on ne sait jamais ! – et surtout on bouge également parce que de l’action, il y en a. De quoi ? Vous vous apprêtiez à voir les personnages manger tranquillement du pudding tout le long ? Et puis quoi encore ? Ici vous serez en plein cœur de l’action, alors accrochez-vous !

L’histoire de son côté, comme vous l’aurez bien comprit, continue d’avancer en nous donnant des réponses, mais également en nous laissanttoujoursavec un magnifique suspense. Rahlala que j’ai hâte de lire le tome 3 ! Comment résister à l’envie de découvrir le tome suivant vu la fin de cette seconde partie ? L’écriture de Frédéric Bellec est toujours aussi prenante, captivante et… Et… Et bah elle nous permet d’entrer en un claquement de doigts dans l’univers. Je pense que je ne dois pas vous répéter que j’adore cette saga et que j’accroche encore plus après ce tome… Comment ça je ne l’avais pas encore dit dans cet article ? Et bien c’est réparé !

Si vous n’avez pas encore tenté l’aventure, n’hésitez pas ! C’est réellement une très, très bonne saga et vous ne regretterez pas de vous être lancé à l’eau afin de découvrir ce que veut nous raconter Fred. D’une part parce que vous ne quitterez que difficilement le livre et d’autre part parce que vous ne vous ennuierez pas du tout, la lecture se fera relativement rapidement normalement ou tout du moins vous ne verrez pas le temps passer. Chaque tome est meilleur que le précédent qui plus est, alors pourquoi ne pas se laisser convaincre de sauter à pieds joints dans le pudding le plat ?

Et vous les matous, lisez-vous Exilium ? Qu’en pensez-vous ? Y-a-t-il un personnage que vous préférez ou un tome qui a votre préférence ? Si non, y-a-t-il une raison particulière ?

 

Site d’ExiliumSimPlementTwitter de l’auteurFacebook

 

Exilium – Tome 2

Coucou les matous, comment allez-vous ? Ici ? Heu… Comment dire que le taux d’épuisement était très, très, très élevé sans que ça ne fasse bizarre ou que vous ne vous posiez de questions ? Comment ça c’est déjà fait ? Et bien voilà… Je ne peux pas rajouter grand-chose de plus. Je me doute, il faut que je me repose, que j’évite de trop forcer et j’en passe.

Aujourd’hui, je ne vous parlerai pas manga même si j’ai de quoi faire [Vous verrez dans les prochains jours] mais une nouvelle fois e-book et, en fonction de si j’ai le temps, d’un autre e-book. Enfin, nous verrons bien concentrons nous sur le premier dont je désire vous parler et qui est une suite. Vous vous souvenez d’Exilium ? Et bien on est reparti dans l’univers créé par son auteur !

« Exilium – Livre 2 : Les legs noirs. Partie 1 »

cvt_exilium-livre-2-les-legs-noir-premiere-partie_6853

7€99 – 15€ (broché) – Fantastique – 323pages

C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver Saint-Amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.

Partager cette expérience dans mon premier témoignage fut éprouvant mais me servit de thérapie post-traumatique. Je restai convaincu qu’après cela plus rien ne pourrait m’effrayer.

Jusqu’à ma confrontation avec quelque chose de plus grand, plus fort, imprévisible. Et pour la première fois : maléfique !

Cet ouvrage relate les événements survenus après ceux rapportés dans mon premier témoignage.

Je commencerai tout simplement par remercier une nouvelle fois l’auteur – Frédéric Bellec – et le site SimPlement pour m’avoir permit de découvrir ce titre et sa suite ! Je l’ai lu durant mes périples en compagnie de la SNCB et entre quelques examens, relecture de cours, lorsque j’avais besoin de me changer les idées et celles-ci ont bien été changées durant la lecture. J’avais même toujours envie de connaître la suite… Bon, les cours ayant une importance primordiale ils passaient malgré tout devant ma lecture, mais tout de même mon pauvre cerveau carburait à du mille à l’heure par rapport à ce qu’il se passerait, etc.

Parce que oui, nous retrouvons notre cher pion après les événements survenus dans son premier témoignage. Des événements qui nous donnaient naturellement envie d’en savoir plus, nous gardait jusqu’à la fin et que j’avais déjà adoré découvrir. Mais cela vous le savez déjà si vous avez lu mon avis sur le premier tome, tout comme vous savez que je l’avais vraiment beaucoup aimé.

Cette fois, nous ne suivons pas que Frédéric bien que ce soit le cas au début. Vous vous demandez sûrement comment cela se fait vu que le résumé et l’histoire se font à la première personne à l’origine, mais la réponse est relativement simple. Les points de vue. Ceux-ci changent au fil de la lecture, du tome, nous permettant d’en découvrir un peu plus sur notre joyeuse petite bande et nous permet de mieux cerner les personnages présents. Des personnages auxquels nous nous attachons encore plus durant notre lecture tout du moins pendant la mienne et ce malgré mon envie de baffer Cyril. Oui, oui cela m’arrive parfois et cette envie peut être excessivement présente lorsque je fatigue.

Frédéric est vraiment un personnage auquel on s’attache sans trop de difficulté et je dois avouer que j’adore découvrir ses témoignages ainsi que le monde dans lequel il a été admit en quelque sorte. Mais il n’est pas le seul pour lequel l’attachement se fait un peu plus, car c’est également le cas pour les autres et ce, même, pour les personnages secondaires qui s’avèrent bien travaillés et intéressants. On ne s’ennuie pas en leur compagnie et on continue d’en découvrir un peu plus sur l’univers créé par l’auteur dans ce monde que l’on connait tous, mais aux facettes insoupçonnées. Les mystères, de leurs côtés, prennent place au fil de cette première partie et… Et… Mamma mia, je veux connaître les dénouements !!! Pour ça, il faudra que je me lance dans la seconde partie, en espérant que des réponses s’y trouvent, ce que je ferai dès que j’aurai à nouveau un peu d’énergie et rattraper mes légers retards. (Vous devinez qui s’endormait n’importe où alors qu’elle ne sait normalement pas dormir en journée ou qui se trompait carrément de maison ? Oui, c’est votre Neko… Le niveau de fatigue était, et est, élevé…)

Nous nous immergeons également un peu plus dans le quotidien de Frédéric, son métier et ses interactions avec les autres. Cela fait plaisir d’en voir plus sur les personnes qu’il côtoie dans son métier d’auxiliaire en éducationalias pion pour la plupart des gens – ce qui nous permet une belle immersion dans le milieu scolaire. Un milieu qui me touche de plus en plus depuis quelque temps, que je côtoie même légèrement bien que ce ne soit pas vraiment pareil que ce que vit notre cher Frédéric. D’une part parce que j’apprends toujours afin d’être une future institutrice maternelle, d’autres part les enfants que je connais sont tout petits et pas plus haut que dix pommes et enfin parce que tout est tout à fait normal dans mon quotidien. Et non, rien de fantastique en vue mis à part mes propres écrits ou mes petits rêves…

L’auteur continue de nous garder dans l’histoire grâce à son style d’écriture, ce style qui fait que nous n’avons pas envie de fermer le livre – l’ebook dans mon cas – et que seule l’envie de lire est présente. Envie tellement présente que j’avais l’impression de vivre une torture quand je devais repartir dans mes cours… Que voulez-vous, la manière d’écrire n’est pas du tout la même et le sujet n’en parlons pas.

Les messages véhiculés dans le premier tome sont toujours présents pour le plus grand bonheur du lecteur et j’étais ravie de les retrouver aux bons moments. Ils restent réalistes, peuvent nous rappeler à l’ordre dans certains cas ou nous faire réfléchir et cela ne fait jamais de mal surtout lorsqu’on lit ou que cela touche notre quotidien d’une manière ou d’une autre.

Et oui, comme vous le voyez sûrement cette première partie du tome 2 me plait tout autant voire plus que le premier volume. Je l’aurai dévoré bien plus rapidement – et surtout chroniqué dans les temps, désolée du léger retard – si mes examens et l’épuisement n’étaient pas venus jouer les trouble-fêtes. Je suis pratiquement certaine que même ceux n’étant pas forcément fan du fantastique pourraient accrocher à ce qu’il se passe dans ce roman grâce à ses qualités ou, tout simplement, à ses messages. Plus qu’à me lancer sur la seconde partie maintenant !

Et vous les matous avez vous déjà découvert Exilium ? Qu’en avez-vous pensé ?

Site d’ExiliumSimPlementTwitter de l’auteurFacebook

La naissance de Mangasuki et d’autres petites bricoles

Coucou les matous voyageurs ! Comment allez-vous aujourd’hui ? Il fait encore terriblement chaud… Il me reste deux examens à réviser, mais comme ce sont des oraux il faut que je m’entraîne oralement résultat je me dessèche vitesse grand V. Oui, j’ai mon bol d’eau non loin ne vous inquiétez pas, mais il se vide relativement rapidement le pauvre…

Mais je vous embête aujourd’hui, non pas pour une chronique – comment ça j’en ai peu publié ce mois-ci ? Pas ma faute ;_ ; – mais pour diverses nouvelles.

999394d4027bca2c19edbacdf847f82d

La toute première est que depuis hier – déjà 24h quand même – je fais partie du collectif Mangasuki en compagnie de Thib’, Xan’ et Allan’… Erm, vous les connaissez surtout sous leurs pseudos en entier quand j’y pense, rah moi et ma manie des diminutifs… Je reprends : Vous y trouver donc Thiboutsu du blog Kyonoyume, Xander de Chezxander et Allandryll qui possède autant un blog qu’une chaine Youtube qui se nomment respectivement Le Journal d’Allandryll et Le Journal d’Allandryl, la chaine Youtube. (Ceci est plus simple ahah) N’hésitez pas à allez voir leurs antres respectives, je leur rappellerai de mettre des cookies à votre disposition s’il le faut (et des bols de lait ou d’eau, surtout vu la chaleur >.<)

Ce sont des personnes avec qui je m’entends vraiment bien et que je suis ravie d’avoir découvertes alors créer quelque chose en groupe fait réellement plaisir ! Je me demande quelles seront les prochaines découvertes ou réalisations Bien entendu j’en fais également partie, mais je n’ai plus besoin de me présentez à vous mes matous… Sauf si vous êtes devenus des poissons rouges ? M’enfin revenons en au sujet de ce petit billet remplit de ronronnements en tout genre. Parce que bon vous êtes en droit de vous demandez de quoi parlera cette collaboration entre blogueurs et youtubeurs. Et bien, de base nous continuerons de partager avec vous notre passion des mangas (Vous ne l’aurez pas devinez, hein ?) en continuant de vous aider, de vous aiguiller ou surtout de vous faire faire des découvertes ce qui est le plus important !

Bah oui, ce serait triste un monde sans découvertes quand même… Puis y a tant de choses à découvrir diverses et variées ** Et c’est là que la collaboration est belle et bien présente. Vous vous doutez que nous ne pouvons pas parler de tous les titres parus à ce jour – cela ferait beaucoup – et que nous ne touchons pas toujours les mêmes mangas (Flying Witch était un bon exemple, même si depuis peu Xan’Xan’ l’a lu ^o^) et comme nos goûts sont relativement divers et variés – totalement WTF parfois – grâce à Mangasuki vous pourrez découvrir nos différents avis sans vous cassez trop la tête.

Hm… Un exemple tout simple. J’ai parlé dernièrement d’Un Coin de Ciel Bleu, Thib’ de Mob Psycho100, Xan’ du DVD de One Piece Gold (Si je ne me trompe pas, hurle moi dessus au cas où Xan’ !) et Allan’ de Green Mechanic. Vous pouvez très bien chercher un avis sur l’un d’entre eux et vous aurez de ce fait bien plus de facilité de le trouver en suivant le Twitter de mangasuki vu que les quatre chroniques y sont partagées. Un peu comme un carrefour où vous pouvez choisir le chemin que vous désirez prendre, mais sans ravin juste à côté pour sauter dedans. Nop, seul le plaisir et la joie de vivre seront au rendez-vous-même lorsque l’on est à plat !

Le futur reste une belle inconnue encore, comme toujours, et je n’aurai déjà jamais pût deviner un jour faire partie d’un tel petit groupe. J’ai vraiment hâte de voir ce que nous réservera le futur en tout cas ~ Bien sûr, vous serez au courant mes petits matous et je ne vous abandonne pas.

Mais ce n’était pas la seule nouvelle que je devais vous faire, bah non… En fait, ce billet risque d’être plus long que d’habitude j’ai l’impression, mais ce n’est pas grave.

cheshire-cat-28pandora-hearts29-full-44223

La seconde nouvelle est quelque chose d’encore une fois liée au blog. Tout du moins au compte Twitter du blog. Je viens de voir – enfin viens… ça date de ce matin avant mes révisions musicales… – que j’étais à 291 followers… C’est-à-dire que dans 9 petits matous je serai aux 300 et… Et… Wow, déjà que je ne m’attendais pas à atteindre les 100, mais dépasser les 200 et voir les 300 se rapprocher à une telle allure me surprend encore plus. Je ne sais pas comment vous remercier d’être tous là et je me demanderai toujours comment ce nombre aura fait pour tant augmenter. Non, je n’en reviens pas… Parce que vous le savez parfaitement que je n’ai pas confiance en moi de base… ‘fin bref, merci à vous tous et je suis ravie de découvrir de nouvelles têtes tout en discutant toujours avec les anciennes. Pleins de gens divers et variés, des avis différents et une vision des choses tout aussi différente de la mienne. Alors heu… Merci… Beaucoup…

bungou_stray_dogs_861788.jpg

La dernière nouvelle est liée à tout autre chose. Un peu à mes études, mais pas tout à fait car c’est du à côté. J’écris. Oui, bon vous allez me dire que c’est logique vu que je poste des articles sur le blog et que ce n’est pas du vocal ou de la vidéo, mais ce n’est pas par rapport à cela que je dis que j’écris. Non, non… En fait, j’écrivais déjà avant pas mal d’histoires en tout genre et j’avais fait un énorme break pour cause de perte de confiance (Je ne dirai pas qu’une certaine personne à force de me pousser de trop, de me rabaisser y a fortement contribuer) et ce n’est que cette année que j’ai fini mes premières histoires totalement créées.

Certes ce sont des contes pour enfants qui font quatre pages Word maximum, mais pour moi cela fait énormément parce que cela me montre que je suis capable de finir une histoire. Pas mal de gens avait lu l’une d’elles et me disaient de la faire éditer – ce qui n’est pas fait, vous vous en doutez – mais je me dis que quatre pages c’est bien trop peu pour ça… Mis à part en formant un recueil et encore, je ne sais même pas si cela pourrait vraiment intéresser (oui vous pouvez me baffer, ceci est typique de votre Neko au quotidien *fuit loin*) Mais – parce que oui, il y a encore un mais – ce n’est pas vers ça que je voulais totalement vous diriger, mais vers une idée de roman en gestation et qui fait déjà quatre pages Word justement (j’aime le 4 en période d’examens, ne cherchez pas).

Ce roman qui doit encore avancer, prendre son envol, possède déjà un titre et de nombreuses idées. Je peux déjà vous dire que ce sera de la fantasy sans aucun problème dans laquelle on retrouve des éléments tirés de RPG. Certaines personnes me côtoyant IRL savent déjà de quoi il en retourne, soit parce que j’en ai parlé, soit parce qu’ils ont lu le début, soit parce qu’ils ont vu quelques idées écrites dans mon carnet. Mais je dois encore voir comment tout cela se mettra totalement en place, si j’arriverai à le terminer et tout le reste.

Voilà, voilà… Je crois que pour le moment j’ai dis tout ce que j’avais à dire. J’ai l’impression de vous faire de plus en plus de billets de ce type ces derniers temps, c’est marrant. Mes futurs articles – des avis – commencent également à pointer le bout de leurs nez sur Word alors ne vous inquiétez pas cela arrivera. Je dois aussi faire quelques achats… Je commence à être à sec niveau nouvelles lectures, enfin cela me permet de faire de la relecture pour le moment.

Passez une belle après-midi les matous, remplie de lectures, de repos ou de révisions pour certains, mais tentez tout de même d’en profitez un peu. Sur ce, je ne retourne pas tout de suite dans mes comptines car j’ai la gorge sèche…

J’espère que ce petit article vous aura plût les matous ! N’hésitez pas à allez voir les liens ci-dessous si vous n’avez pas cliqué dessus durant la lecture de l’article et en cas de remarques ou questions (ou autres) les commentaires sont toujours ouverts

ChezXanderKyoNoYumeLe Journal d’AllandryllLe Journal  d’Allandryll YTMangasuki TwitterTwitter XanderTwitter ThiboutsuTwitter Allandryll

 

Les Achats du Mois… Avril

Coucou les matous ! Comment allez-vous en ce lundi premier mai ? Un jour de congé de plus, ça ne fait pas de mal n’est-ce pas ?

Le mois d’Avril vient de prendre fin, résultat je vous présente comme pour les mois précédents ce qui m’a rejoint durant celui-ci. Comme il y a eu mon anniversaire cela fait un petit paquet de choses diverses et variées… C’est un mois qui a été bien chargé n’empêche.

Service Presse :

Yo-Kai WatchTome 5 [Kazé]

Takane&Hana – Tomes 1 ; 2 ; 3 ; 4 & 5 [Kazé]

Box Presse – Fire Punch ! [Kazé] – Unboxing ; Tome 1

Les Orphelins de WindrasorTome 1 [Ebook ; SimPlement ; Autoédité]

Exilium – Tome 1 [EBook ; SimPlement ; Autoédité]

Le Chant des Souliers Rouges – Tome 1 [Kazé]

10 SP, ce n’est pas rien. D’ailleurs je n’ai pas encore parlé de tout. Cela ne saurait tarder vu que certains articles sont en cours, mais je dois avouer que pour l’un d’eux je me suis creusé la tête pour voir comment le mettre en page et tout…

Nouveautés :

Levius – Tome 1 [48hBD – Kana]

Justice League – Aux Origines [48hBD – UrbanComic]

Dad – Tome 1 [48hBD]

Cœur Cerise [48hBD]

La Quête d’Ewilan – Tome 1 [48hBD ; Glénat BD]

Sa Majesté le Chat – OS [DokiDoki]

Hommage au studio Ghibli – Les Artisans du rêve [Ynnis Edition& AnimeLand]

BD – La vie compliquée de Léa Olivier – Tome 1 [Alcante]

Vu comme ça cela peut paraître beaucoup et pourtant cela ne m’aura pas coûté une fortune grâce aux 48hBD et au prix spécial pour Léa Olivier. En fait, seul Sa Majesté le Chat et l’Hommage au studio Ghibli auront été payé au prix normal, ahah. Au fond, cela m’arrange vu que je n’ai pas un budget illimité ^^’

Suites :

Yo-Kai WatchTome 4 [Kazé]

Père&Fils – Tomes 4 & 5 [Ki-Oon]

Le Berceau des Mers – Tome 4 [Komikku] => Tome final

Et j’ai rattrapé mon retard sur Père&Fils ♥ J’ai également terminé Le Berceau des Mers qui était vraiment une très belle série que je ne regrette pas du tout ! Je suis contente de prendre de moins en moins de retard dans certaines séries n’empêche… Vu que dans d’autres c’est réellement la galère ToT

Light Novel :

/

Aucun LN cette fois-ci, ça m’arrive parfois ahaha ^^’ Pourtant je suis en retard dans Durarara! >.<‘

Cadeaux :

Les Carnets de Cerise – Tomes 1, 2, 3 & 4 [Edition Soleil] (Maman)

Pull – Merlin Saved My Life [Undiz – Disney] (Maman)

Pull – Come [Lola Liza] (Maman)

Straps – Sebastian [Black Butler – BanPresto] => Déjà mentionné il y a quelques mois ^^ C’était un cadeau en avance ! (Acchan)

Livre – Les Animaux Fantastiques – Le Texte du Film [Gallimard Jeunesse] (Maman)

Livre – Miss Pérégrine – Tome 3 [Belgique Loisirs] (Maman) => Tome final

L’Attaque des Titans – Double tome regroupant les tomes 17 & 18 [Belgique Loisirs ; Pika] (Maman)

Bijoux – Collier + Bracelet (Côté du parrain + Luna)

La Photographe – Tome 1 ; 2 & 3 [Komikku] (Nezumi + Grâce aux sous offerts par Parrain)

Funko Pop – Hawkeye [Marvel] & Keychain Newt Scamander [Les Animaux Fantastiques] (Hebi)

Peluche – Renard (Hebi)

Ouip, j’ai été gâtée pour mes 25ans et j’ai même reçu des cadeaux dans un jeu auquel je joue ♥ C’était une belle surprise. D’ailleurs tous les messages reçus pour mon anniversaire, même ceux un peu en retard 🙂 , m’ont fait terriblement plaisir et chaud au coeur.

Bibliothèque :

Chihayafuru – Tomes 10, 11, 12, 13 & 14 [Pika]

Yotsuba& – Tome 1 & 2 [Kurokawa]

Wolf Girl and Black Prince – Tome 1 [Kurokawa]

Allez à la bibli’ est toujours un bonheur vu les découvertes que j’y fais 🙂 Cette fois j’ai continué Chihayafuru (et j’en ai parlé à une autre lectrice ce jour là ~) avant de débuter Yotsuba et Wolf Girl and Black Prince. Je me demande sur quoi je tomberai la prochaine fois que je m’y rendrai, ce que je continuerai ♥ Il y a tant à découvrir !

Goodies :

Carte « postale » – Le Chant des Souliers Rouges

Carte Vija – Takane&Hana

Cartes (Trading Card Game)Pokémon

Carton illustré – Le Garçon et la Bête

Funko Pop – Chocolate Majin Buu [Dragon Ball Z] & Simba [Disney]

Marque-Page – Bungô Stray Dogs

Marque-Page – Cœur de Hérisson

Poster – Re/Zero

Poster – Yo-Kai Watch [Avec le tome 5]

Recette n°3 – March Come in like a Lion

Stickers – Yo-Kai Watch [Panini][Avec le tome 4]

Pas mal de goodies sur le coup ^^ » Les marques-pages sont ceux que je n’avais pas eu avec mes 2 tomes de Bungô Stray Dogs et ironiquement j’ai trouvé ceux du tome 3 avec… Allez savoir la logique parfois. A côté se trouvait le poster de Re/Zero résultat je l’ai prit aussi, connaissant ma veine. Maintenant, il faut que je trouve un moyen de tout ranger mais ça c’est une autre histoire !

Autres articles :

Et oui, parce que j’ai parlé un peu d’autres titres également ! En ce mois d’avril, vous avez pu découvrir les tomes 1 d’En Scène !Somali et l’Esprit de la Forêt, d’Arte, de The Ancient Magus Bride et bien sûr Le Berceau des Mers. Mais ce n’est pas tout parce que vous avez découvert Magi avec le tome 24 et l’avis sur le tome 1 arrivera un peu plus tard, parce que oui j’aime aller à l’envers, en attendant Xander en avait parlé si cela vous dit ! Vous avez également vu apparaître un trio d’avis sur Queen’s Quality (1 ; 2 ; 3) que j’avais reçu en SP de la part de Kazé et en Ebook vous avez découvert Tendanô découvert grâce à la plateforme SimPlement !

En soi, ce fut un mois bien remplit et qui m’a permit de faire pas mal de découvertes 🙂 Si un titre vous intrigue dans ceux cités et qu’un avis vous plairait n’hésitez pas. La petite retardataire que je suis en rédigera un dès qu’elle aura le temps (Mais il faudra vous armer de patience *tousse*) J’espère que votre mois d’avril aura été bien remplit et que vous aurez également fait de magnifiques découvertes en tout genre !

Et votre mois d’avril à quoi a-t-il ressemblé ? Plein de surprises ? Dans la continuité des mois précédents ? Tout en douceur dans les achats ?