Le Goût d’Emma

Aloha les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Je l’espère en tout cas ! De mon côté, le stage de 40h a prit fin et j’étais triste de quitter l’endroit où j’ai passé d’agréables moments. Un très bon stage remplit d’apprentissages et extrêmement enrichissant !

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un titre dont vous avez probablement entendu parler. Le Guide Michelin sera à nos côtés car je vais vous parler…

« Le Goût d’Emma »

9782352045908_1_75

200 pages – 18€ – Roman graphique

Emma a un don, celui du goût. Grâce à la finesse de ses papilles, elle réussit à devenir inspectrice au prestigieux Guide Michelin. Elle réalise son rêve : découvrir les secrets des chefs.

Sa mission est semée d’embûches. On l’envoie sillonner seule les routes de France pour visiter hôtels et restaurants. Elle mange trop, parfois mal, et se heurte au machisme du milieu. Mais guidée par sa passion pour la cuisine et son indépendance farouche, elle vivra une extraordinaire aventure sensuelle et humaine. Cette quête initiatique la conduira même jusqu’au Japon.

Inspiré de la véritable histoire d’une des premières femmes inspectrices au Guide Michelin, Le Goût d’Emma dévoile les coulisses de la gastronomie.

Ce roman graphique est le fruit du travail de trois femmes : deux auteures françaises, Emmanuelle Maisonneuve et Julia Pavlowitch, et une dessinatrice japonaise, Kan Takahama.

Le Goût d’Emma a fait l’objet d’une publication inédite au Japon dans le prestigieux hebdomadaire Morning puis chez l’éditeur tokyoïte Kodansha, sous forme de manga.

Le Goût d’Emma nous fait suivre Emma alors qu’elle entre au guide Michelin et sillonnera les routes de France pour visiter des hôtels et des restaurants où elle goûtera différents plats. Emma se rendra rapidement compte du machisme présent dans le milieu, au début, et sera guidée par sa passion pour la cuisine et son indépendance afin de faire de jolies découvertes.

Ce roman graphique – Même si certains le classent dans les mangas, oui, oui est inspirée de l’histoire d’une des toute première femmes inspectrice au Guide Michelin, ce guide de renom permettant à des restaurants et hôtels d’avoir leurs étoiles. Et je dois avouer que je suis passée seulement trois fois devant avant de craquer tant ce titre m’intriguait et me donnait envie… Je dois dire que je ne connais pas énormément de choses sur le Guide Michelin, à l’origine, et que ce fut une découverte radicale. Parce que oui, je ne pensais pas qu’il était essentiellement masculin au départ. Cela peut sembler naïf, mais j’ai toujours cru qu’il y avait quelques femmes dans les personnes sillonnant les routes et lors de ma lecture je me suis rendue compte que ce n’était pas le cas. Emma brise d’une certaine manière les codes et montrera qu’elle est tout aussi capable qu’eux.

Pour ceux qui douterait de la véracité des faits présentés, il faut savoir qu’Emmanuelle Maisonneuve – l’une des co-auteures de Le Goût d’Emma avec Julia Pavlowitch – est la dénommée Emma de l’œuvre. Comme sa représentation du roman graphique, elle a travaillé auprès de Michel Bras et Alain Ducasse – deux chefs cuisiniers – tout en rencontrant également Alain Passard. Ces rencontres seront déterminantes pour la jeune femme, tout comme pour notre héroïne et lui permettront de forger son palais… Ce palais qui sera son atout lors de ses voyages pour le Guide Michelin et sa plus grande force. Et j’ai été ravie de la découvrir à travers l’héroïne !

Une héroïne qui sait ce qu’elle veut malgré les difficultés, qui avance et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Les différentes rencontre qu’Emma fera, au fil des pages, des jours et des mois lui permettront d’évoluer, de voir vers quel goût va sa préférence. Un certain voyage vers le pays du soleil levant l’aidera en ce sens, lui faisant réaliser ce qui est réellement important dans les plats. Est-ce tout ce qui est en plus ou l’aliment lui-même ? Peut-être le savez-vous déjà, sinon vous le découvrirez en tournant les pages de ce roman graphique.

Pour ce qui est de l’histoire réalisée par Emmanuelle Maisonneuve et Julia Pavlowitch, elle est logique et je voyais sans difficulté que les deux femmes savaient de quoi elles parlaient. L’une étant la source même du roman biographique et l’autre utilisant son bagage de journalise gastronomique pour écrire Le Goût d’Emma, le roman biographique savait jusqu’où il irait, ce qu’il allait raconter et jusqu’à quel point. Voir l’évolution d’Emma a été un ravissement et voir la manière dont elle se comporte donne envie de la rencontrer, de discuter avec elle.

Les illustrations de l’œuvre sont réalisées par Kan Takahama et j’ai été fascinée par celles-ci, par les détails, les couleurs et chaque chapitre fut un véritable régal, un moment de bonheur. Les plats étaient peut-être un peu trop lisses, mais reconnaissables entre mille malgré tout et donnaient réellement envie de les goûter, de les savourer. Chacun des personnages rencontrés avait son propre style, son faciès et ses traits faisant que je ne me suis jamais demandée qui était qui. Lors du voyage d’Emma, j’avais l’impression d’être avec elle et notre héroïne m’a encore plus donné envie de me rendre dans ce pays lointain. Un jour j’irai… Même si ce sera dans très longtemps. Je suis également curieuse de découvrir ses autres œuvres dont L’envol du papillon qui m’intriguait déjà depuis un moment.

Ce trio se marie merveilleusement bien pour donner naissance à l’œuvre que j’avais dans les mains, ce roman graphique que je ne désirais pas quitter et les Arènes BD ont fait du bon travail par rapport à l’édition de ce One Shot qui nous entraîne dans ce monde peut-être pas si connu que ça au final. Le papier était épais, le roman graphique en lui-même avait également un certain poids et sa taille le rendait repérable sans difficulté parmi les différents ouvrages présents sur ma table de nuit. La jaquette nous montre Emma avec un plat devant elle ce qui nous indique ce que nous aurons durant notre lecture. Notre héroïne, de la cuisine, des découvertes. Que demander de plus ?

Je pense que vous aurez comprit que j’ai passé un très bon moment dans ce roman graphique où le plaisir de la table apparaît, donne envie de se plonger dans quelque chose qui fera vibrer nos papillesdu moins les miennes – et je ne regrette pas l’acquisition de Le Goût d’Emma que je relirai à coup sûr prochainement afin de m’y replonger. On réfléchit sur la nature même des plats, sur ce que l’on recherche lorsque l’on mange quelque chose… Faut-il que ce soit complexe ou ressentir le vrai goût des aliments est-il suffisant ? Cela varie en fonction de chacun, de nos palais, de nos envies du moment. Un rien peut modifier nos perceptions et j’apprécie ce que Le Goût d’Emma m’a apprit par rapport à tout ça ainsi que sur les éléments importants pour le Guide Michelin. Un guide qui m’aura surprise tout le long et ouvert les yeux également. Sortir des sentiers battus n’est pas toujours un mal en soi et peut réserver de très belles surprises !

Et vous les matous, connaissez-vous ce titre ? L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Comptez-vous le lire ?

Les Nuits d’Aksehir – Tome 1

Coucou les matous ! On change un peu cette fois suite aux résultats du vote précédent, d’ailleurs je n’oublie pas que je dois vous parler de Yakitate Japan ce qui sera fait. (Et finir de parler des 2 tomes restant de Magdala Alchemist Path, oui j’ai de quoi faire haha) Mis à part cela, j’espère que vous allez bien et que vous avez bien profitez de votre week-end !

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un manga sortit aux éditions Akata cette année et qui sera une série se terminant en trois volumes. De ce fait, c’est assez court et c’est l’une des raisons m’ayant poussé à la débuter, mais pas seulement. Je vous laisse avec la suite les matous afin de découvrir tout cela !

« Les nuits d’Aksehir »

nuits-aksehir-1

8€50 – Seinen – 198pages

Ayako est une jeune étudiante à Tôkyô, en école de mode. Pourtant, peu motivée, elle ne trouve pas l’inspiration pour créer des designs satisfaisants et originaux. Mais grâce à l’amulette qu’elle porte autour du cou, une opportunité inattendue va se présenter à elle : Hodja, immigré turc, va lui proposer de travailler en tant que serveuse au sein d’Aksehir, son petit restaurant égaré au cœur de Shinjuku. Au fil de ses rencontres et de ses nuits de service, mais aussi du contact de Zakuro, fascinante danseuse orientale, Ayako va découvrir tout le charme de la culture turque… au-delà de tous clichés! Et si cette nouvelle ouverture sur l’étranger lui montrait enfin la Voie à suivre?

Ah les virées shopping qui finissent avec tout sauf ce que l’on recherchait de base. Vous l’aurez devinez c’est durant l’une d’entre elle que j’ai découvert Les nuits d’Aksehir et que j’ai décidé de prendre le premier tome avec moi. Ma curiosité était piquée par les thèmes présents dans ce manga, des thèmes pouvant trouver un écho avec notre société actuelle.

Lorsque nous ouvrons le manga, des pages couleurs apparaissent devant nous et se lisent dans le sens commun (Ne faites pas la même erreur que moi) c’est-à-dire de la page se trouvant avant le sommaire à celle menant au début du manga. C’était une belle surprise de les lire, de découvrir ce qu’elles voulaient nous raconter et d’observer tranquillement celles-ci. Le sommaire, de son côté, m’a également laissée curieuse car j’ai très peu de manga où une page translucide est utilisée pour celui-ci, d’ailleurs une amie peut attester de m’avoir vue tourner et retourner la page.

Par après, c’est l’histoire en elle-même qui se livre à nous. Comme l’héroïne nous sommes légèrement perdus, ne comprenant pas ce qu’il se passe et ne sachant pas ce qu’il s’est déroulé auparavant. De plus, le fait qu’elle ait été emmenée dans un endroit inconnu par quelqu’un qu’elle ne connaît pas n’est pas la chose la plus rassurante du monde. En soi, l’intrigue se déroule dans notre monde et dans un Japon moderne. Un Japon où nous ne trouvons, bien sûr, pas que des japonais.

Ici, ce ne sera pas la culture japonaise qui sera mise en avant, mais celle d’un autre pays plus lointain et orientalisant également. Pas mal de personne s’y rende en vacance, mais depuis peu la vision sur la religion pratiquée là-bas n’est plus aussi rassurante qu’auparavant. Vous devinez ? Non ? Et bien la réponse était la Turquie. Nous découvrons dans ce premier tome deux éléments de la culture turque qui sont la cuisine ainsi que la danse orientale et Akata a fait savoir que la religion – c’est-à-dire l’Islam – sera mentionnée dans les deux tomes suivants.

Plusieurs personnages apparaitrons, peu connu au début nous en découvrons un peu plus au fil du tome. Tout comme pour Ayako, jeune étudiante dans une école de mode, qui distille sa personnalité et quelques informations sur elle petit à petit. Elle est comme la plupart des étudiants, cherchant une idée pour son travail, n’en trouvant pas et devant avoir un déclic par rapport à un thème ce qui dans le domaine où elle se trouve est important. Imagination, rêve, choix. Trois choses parfois opposées et pourtant se rapprochant de temps en temps. L’indécision également sera de la partie, présente également chez chacun d’entre nous. Sommes-nous toujours certain de ce que l’on veut faire, du choix que l’on vient d’effectuer ? Ne veut-on pas, de temps en temps, revenir sur notre première décision ? Cela rend Ayako plus proche de nous, de moi en tout cas car je suis naturellement assez effacée, peu bavarde, toujours encline à aider et je m’épanouis dans certains lieux ou domaines.

Au côté de notre petite héroïne, pas si petite que ça, évolueront principalement deux autres personnages bien que nous rencontrons également certains camarades de la demoiselle. Hodja, homme d’un certain âge déjà s’occupant d’un restaurant turc à Shinjuku depuis peu, qui distille lui aussi des informations sur son passé au fil des pages et que nous découvrons peu à peu. C’est lui qui proposera de travailler dans le restaurant, lui qui permettra à Ayako de découvrir certains éléments de la culture turque et c’est également grâce à lui que nous en découvrirons un peu plus sur la cuisine. Cette cuisine qui me donnait l’eau à la bouche au fil de la lecture et des apparitions des plats ou boissons, je n’en connaissais d’ailleurs pas certains que je serai très curieuse de goûter un jour ou l’autre.

Présente aux côtés d’Hodja, nous découvrons une autre demoiselle. Zakuro, danseuse orientale amatrice et travaillant dans le restaurant d’Hodja. Comme Ayako, elle se pose des questions sur son avenir et sur son rêve pourtant, contrairement à notre étudiante, Zakuro n’a pas un caractère des plus doux. Elle n’a pas sa langue dans sa poche, n’hésite pas à faire des remarques à son patron et se montre également assez douée de ses mains. Zakuro est également présente quoi qu’il arrive, prête à se dépasser et à laisser libre court à la liberté donnée par la danse orientale si fascinante pour les clients du restaurant. Ses tenues sont magnifiques, nous font voyager vers un pays et une activité pas si connus que cela au point que je me suis retrouvée à parler danse orientale avec une connaissance. J’étais curieuse, fascinée par ce que je découvrais et ravie de l’enrichissement que cela apportait.

Que dire de plus par rapport aux personnages mis à part que d’autres finissent par pointer le bout de leur nez, petit à petit, sans que l’on ne se perde ? Les camarades d’Ayako se font connaître au bout d’un moment et je me demande jusqu’où cela ira avec eux. Prendront-ils plus d’importance au fil des tomes suivants ? Est-ce que l’un d’entre eux prendra plus d’importance suite à ce qu’il se passe à la fin du tome 1 ? Seule la lecture du deuxième tome me donnera la réponse et je l’attends de pied ferme afin d’en savoir plus sur qui est resté un peu en arrière-plan, sur ce qui nous est encore méconnu de la culture turque et bien entendu sur les divers protagonistes présents. Après tout, nous avons découvert une légère part du passé d’Ayako également durant ce premier tome, mais que nous réserve le second ?

J’en ai vu certain refermer le manga sans faire l’effort d’aller plus loin que les premières pages où la langue utilisée n’était pas forcément le français, se baser seulement sur ce qu’ils entendent pour le moment par rapport à l’Islam, aux pays islamiques. La méconnaissance sur certaines cultures reste bel et bien présente, alors qu’il suffit pourtant de se renseigner un peu plus, de passer outre les idées reçues. Oui, il y a des déviants comme dans toutes les religions mais pourquoi rester – à chaque fois – sur ce genre d’éléments ? La religion chrétienne n’a pas été toute rose non plus, pourtant on ne frappe pas dessus à tout va. Est-ce tout simplement parce que c’est la notre ? Celle que beaucoup n’ont pas choisit au final. Si j’avais dût rester sur mes idées fixes je n’aurais jamais osé prendre le manga avec moi, mais j’avais envie d’en savoir plus et de confronter ce que je savais déjà. En plus, la couverture m’avait déjà charmée alors malgré le drôle de regard lancé par mon voisin d’achat ce jour là j’ai prit le volume et j’ai été à la caisse.

Cela m’a permit d’en discuter avec d’autres, de faire des découvertes. Et bien que la religion ne soit pas abordée dans ce premier volume de Les Nuits d’Aksehir nous découvrons déjà certains détails de la culture turque, de cette culture si lointaine et peu connue hormis par ceux déjà intrigué par celle-ci. Personnellement, mis à part les Contes des Milles et une Nuits et de très rares notions gastronomiques je n’allais pas très loin par rapport à ce qui est oriental. D’ailleurs, il y a un aliment pour lequel j’ai été surprise de la provenance… Moi qui pensais que c’était italien.

Du côté des dessins, ils sont assez doux et détaillés. Les tenues et les plats, mais également les dessins réalisés par Ayako ou certains lieux. J’ai fini par être affamée après la lecture du tome, mais j’ai mangé un repas tout simple composé de frites ce jour là. Rien à voir avec la culture se trouvant dans le manga, n’est-ce pas ? Nous retrouvons également au fil des pages un jeu au niveau des ombres faisant, de ce fait, vivre les personnages sans aucun problème. J’aime énormément les traits de Raku Ishikawa qui vont à merveille avec le manga qu’elle nous offre ! L’édition

Et… Et je vois que je me suis laissée allée ! Oh mon dieu, ce pavé que j’ai écrit sur le coup, mais je dois avouer que ce premier tome de cette courte série (Trois tomes, ce n’est pas énorme) m’a réellement dépaysée et donné envie de découvrir un peu plus cette culture. Un simple conseil si vous vous lancer : Manger avant. Sauf si vous voulez mourir de faim et avoir l’eau à la bouche tout le long de la lecture, mais sinon tenter de vous remplir l’estomac ou préparer un Chai (Un thé) pour accompagner votre découverte. D’ailleurs, je sauterai à pieds joints dans la suite et ce sans aucune hésitation afin de retrouver le restaurant, cette culture, les personnages et les dessins. Ce fut une très belle lecture, une magnifique découverte et Akata a fait du très beau travail par rapport à l’édition du manga.

Et vous mes matous, l’avez-vous lu ? Êtes-vous curieux de le découvrir ? Si vous l’avez-lu qu’en avez-vous pensé ?

 

Site de l’éditeurExtrait

Restaurant Yayami – Bonne(s) adresse(s) #3

Roh et puis zut je prends un peu sur mon temps de repos pour écrire quelques articles T_T Je rêve de dormir, que mes examens soient terminés et c’est pour ça qu’il n’y a plus rien eu sur le blog. Travaillant seule, pour le moment, j’ai un peu de mal à gérer les deux. Enfin soit, ce n’est pas grave.

Je ne sais pas s’il y a des belges parmi vous, mais sachez que si vous allez sur Namur il y a un très bon restaurant japonais qui c’est ouvert près de l’Université. C’est le restaurant Yayami ouvert de midi à 15h et de 18h à 23h. Il est basé sur le principe de la formule à volonté, qu’il y a peu à Namur il faut l‘avouer, et c’est réellement bien pensé dans une ville autant estudiantine que commerçante.

Il y a plusieurs formules, celle du midi et présente tous les jours est de 16€90 quant à celles touchant le diner (ou souper, pour ceux employant ce mot pour le repas du soir) il y en a deux : celle à 24€90 du lundi au jeudi et celle à 26€90 du vendredi au dimanche. Oui, vous avez bien lu, le restaurant est ouvert tous les jours de la semaine. Les enfants de moins de dix ans ont, pour chaque formule, une réduction. Pour le midi, les parents ne payeront que 9€50 pour leurs petits bouts et le soir que 16€90. Après tout, il n’y a pas que les adultes ou adolescents qui peuvent manger ce genre de cuisine !

D’ailleurs parlons en des plats, tous plus savoureux les uns que les autres. Les produits sont frais et cela se ressent directement en bouche pour le bonheur des papilles. J’hésitais au début avec les sushis aux fruits et au final j’ai fini par les adorer. C’était extrêmement frais, pas trop sucré et cela se mariait parfaitement avec le riz. Quant au reste, il n’y avait aucun problème et tous s’avéraient savoureux. Les plats se succédaient et nous avions le temps de manger, ou de digérer un peu, entre eux sans nous forcer. Ils étaient tellement savoureux que nous ne ressentions pas au début le fait que notre estomac se remplissait, ce qui était pourtant le cas et fort heureusement nous n’avions pas trop reprit à ce moment là.

Le cadre est également très agréable, pas kitsch pour un sous et les serveurs n’hésitent pas à venir en aide en cas de besoin avec la tablette, pour expliquer comment l’utiliser et tout le reste. Ils sont extrêmement sympathique, n’hésitent pas à revenir vous voir pour vous demandez comment cela se passe, si vous préférez avoir des couverts plutôt que les baguettes, etc. On se sent bien dans le restaurant et on ne voit pas le temps passer. Il y a souvent de la place, ce faisant il ne faut pas encore réserver à moins d’être nombreux (Oui, oui, il est toujours préférable de réserver lorsque l’on dépasse un nombre « normal » de personnes. A dix, par exemple, une réservation est toujours préférée à une arrivée massive ♪ )

N’hésitez pas à vous y rendre si vous êtes sur Namur, c’est un bon endroit pour manger et goûter quelques plats ! Si vous désirez avoir une idée des plats ou d’autres avis, n’hésitez pas à aller voir leur Facebook.

♥♥♥♥♥