The Promised Neverland – Tome 2

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Ici, ça va mieux même si mes jambes me disent un joli « Tu ne bouges plus » à présent suite à mon vadrouillage sur la brocante de Temploux où je suis repartie avec 5 mangas pour très peu de frais. Cela augmente ma PAL, ma liste à faire, mais tant pis ! D’ailleurs j’en profite pour vous faire une demande assez spéciale car Milly travaille actuellement avec une équipe bossant sur le développement d’une plateforme dédiée spécialement aux illustrateur-ices qu’ils soient professionnels, étudiants ou amateurs. Pour ce faire, un questionnaire est actuellement en ligne et je me demandais si vous pourriez y répondre afin de l’aider. Cela ne vous prendra que quelques minutes et sera d’une grande aide. Il se trouve à cette adresse :

https://goo.gl/forms/22yignRDnUGXfSkC2

Je vous remercie d’avance pour elle et l’équipe travaillant là-dessus ! Mis à part cela, aujourd’hui – Non vous ne rêvez pas deux articles, deux jours de suite, vu qu’hier vous aviez celui sur Beyond the Clouds – porte sur une suite d’un manga dont on parle souvent actuellement et dont le tome 3 est sorti il y a peu. Je vous parle bien sûr de…

« The Promised Neverland »

the-promised-neverland-tome-2-1090274-264-432

6€79 – 193 pages – Shônen

Sous contrôle

Emma, Norman et Ray décident d’entraîner leurs petits frères et sœurs pour qu’ils soient capables de s’évader avec eux. Mais sœur Krone, l’assistante de Maman, ne cesse de contrarier leur plan et exerce une pression constante sur eux. Pour mener à bien leur projet, l’inséparable trio n’a d’autre choix que de révéler une part de la triste vérité à d’autres camarades… Mais à qui peuvent-ils se fier ?

Le tome 1 était déjà une bien belle découverte en lui-même, mais ce deuxième volume continue de mettre mes neurones à rude épreuve. Il y a tant à découvrir, tant de mystères par rapport à l’univers, tant d’inconnues dans ce qu’il pourrait se passer et dès qu’une information est enregistrée, prête à être exploitée pour commencer à émettre des théories voilà que d’autres renseignements arrivent, naturellement, sans faire le forcing, mais pouvant nous faire changer totalement d’avis. Chacun des personnages prend sa place, possède ses qualités, ses défauts, ses ambitions et on s’attache au moins à l’un d’entre eux sans aucune difficulté.

Dans ce deuxième volume, l’entraînement des frères et sœurs d’Emma, Norman et Ray bat son plein et j’ai été ravie de voir les différentes manières employées par le jeu. Un jeu tout simple, celui auquel ils jouent très souvent et qui change énormément en fonction des règles données, des contraintes et qui m’a donné envie d’y jouer également, d’essayer, tout en sachant parfaitement que je n’aurai aucune chance face à certains des personnages. Les défauts et les qualités de chacun d’eux apparaissent, petit à petit, et c’est une bonne chose de voir qu’un simple élément peut tout chambouler, remettre en question et nous surprendre. Oui, j’ai été surprise durant ma lecture ne serait-ce que par un élément que je ne dirai pas ici.

L’histoire avance, reste remplie de suspense, d’espoir, mais également de crainte. Un rien peut faire échouer la tentative d’évasion, tout pourrait se produire sans que notre trio ne puisse allez à l’encontre des événements et je me suis mise à espérer avec eux, stresser également, me demander ce qu’il se passerait si Maman faisait sa « livraison » en avance, qui seraient ceux vers qui ils se tourneraient et si, au final, ils seraient réellement tous d’accord à 100% pour emmener tout le monde. Certaines réponses tombent, petit à petit, d’autres n’arriveront probablement jamais, mais mon cœur battait à tout rompre au fil des révélations arrivant. Qu’allait-il se passer ? Cela changerait-il quelque chose à la suite ? Pourquoi ? Comment faire ? Tant de questions, tant de réponses possibles.

Revenons vite fait sur les personnages, qu’ils soient enfants ou adultes ils sont très différents les uns des autres. Certains sont plus calmes, d’autres plus virulents, d’autres encore doutent pendant que d’autres vivent pleinement leurs vies. Ils nous font face, avec leurs émotions, leurs désirs, leurs questionnements et on s’attache, comme dit plus haut, à certains de ces personnages. Pour ma part, ma préférence reste sur Emma qui est vraiment ma chouchoute. Elle reste sur ses convictions, est pleine d’énergie et je craque devant sa bouille vraiment adorable montrant pourtant aisément ses émotions. Du côté des adultes, Maman est vraiment un personnage intriguant et Sœur Krone me fait légèrement peur… Oui, elle ne me rassure pas et j’ai presque plus confiance en Maman qu’en elle… C’est pour dire !

Les graphismes, tout mignons tout en pouvant être sombres et sortant pourtant de l’ordinaire, collent également bien à The Promised Neverland et on reconnait aisément les personnages, les lieux et les objets. Les enfants ressemblent à des enfants alors que les adultes ont réellement des têtes d’adultes quant aux autres éléments tous possèdent leurs détails propres nous aidant à nous retrouver dans les salles, à reconnaître certains objets. J’ai bien aimé observer le plan en même temps que les personnages, découvrir un peu mieux certains lieux afin de mieux visualiser leurs emplacements. Je me casse encore la tête par rapport à l’énigme des numéros qu’ils portent au cou par contre… Détective Neko ne lâche pas l’affaire et trouvera la signification !

Parlons vite fait de l’énigme en question, j’apprécie grandement le fait qu’il y en ait une justement ! Dans Assassination Classroom il y en avait de temps en temps et je m’amusais comme une petite folle lorsque j’avais l’opportunité de tenter de les résoudre alors vous imaginez bien qu’ici je suis à nouveau comme une gamine attendant le Père Noël sous le sapin ! Je me creuse les méninges, note les rares pistes que je possède et me dit que je finirai bien par avoir le fin mot de l’histoire.

Par rapport à l’édition du manga en elle-même, je n’ai pas eu de souci dans l’édition que je possédais. Les pages ne sont pas trop fines, même si l’on entraperçoit parfois quelques éléments de l’autre côté, et le manga en lui-même est assez souple (… Moi et ma manie de tout mettre dans mon sac en mode random c’est très, très pratique…) La couverture nous montre Emma, Norman, Ray, Gilda, Don et Phil dans la bibliothèque de Grace Field House, l’un des lieux que j’adorerais arpenter dans cet univers ! Je la trouve jolie, Emma ressortant assez facilement avec sa tignasse flamboyante et ses yeux d’un vert étincelant, mais on voit facilement les autres enfants. La traduction ne m’a pas sembler incohérente non plus et j’ai passé un très bon moment durant ma lecture, malgré mon cœur battant à tout rompre. J’ai hâte de pouvoir me prendre le troisième tome, de découvrir ce que nous réserve la suite…

Pour finir, The Promised Neverland est l’une des séries qui me tient actuellement le plus en haleine et me triture le plus le cerveau. Je m’inquiète pour chacun d’eux, je veux comprendre, je me demande ce que le monde de dehors peut être, ce qui les attend et plus encore. Tout est possible, même l’idée la plus saugrenue et il est difficile de ne pas être happé par cet univers. Un univers sombre malgré les bouilles enfantines que nous côtoyons, un univers où le moindre détail à son importance, la moindre parole également.

The Promised Neverland - t2

Et vous les matous, qu’avez-vous pensé de ce deuxième tome ? L’avez-vous lu ? Êtes vous entré à Grace Field House ? Y a a-t-il un personnage qui vous intéresse ou plait plus que les autres ?

 

Site de l’éditeurMini SiteExtrait tome 1

Publicités

Riku-Do – La Rage aux poings – Tome 4

Coucou les matous ! Comment vous portez-vous ? Le week-end est là et j’espère que vous pourrez en profiter un peu !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans le monde de la boxe grâce aux éditions Kazé et Anita qui m’ont permit de recevoir le tome 4 de la licence. Je les remercie grandement pour cela 🙂 Pour ceux ne connaissant pas le titre, voici mon avis sur le tome 1 et pour les autres… Êtes-vous prêt, les matous boxeurs, à retrouver vos gants et à vous battre ?

« Riku-Do – La rage aux poings »

rikudo

7€99 – Seinen – 192pages

Dans ce premier tour du East Japan Rookie King, Riku affronte Tsuwabuki, un ancien kick-boxer que Tokorozawa a secrètement entraîné. Pour la première fois de sa jeune carrière, Riku est en sérieuse difficulté et même envoyé au tapis !
Parviendra-t-il à trouver la faille et faire plier cet adversaire aussi endurci physiquement que mentalement ?

Nous retrouvons Riku alors qu’il va affronter son nouvel adversaire – que nous avions rencontré dans le tome 3 – dans un match bien plus compliqué que les autres pour notre jeune boxeur car, comme vous le voyez dans le résumé, Tsuwabaki a été secrètement entraîné par Tokorozawa. Comment ce match se finira-t-il ?

Les personnages reprennent place sous nos yeux dans ce quatrième tome et nous ne les découvrons pas que « vainqueur ». Certains auront plus de difficultés qu’auparavant, d’autres prendront leur courage à deux mains et nous les voyons évoluer, faire leurs choix et ce peut importe le résultat. De plus, de nouvelles têtes – en plus des anciennes – apparaissent tout en laissant les anciennes garder leurs présences voire… S’imposer un peu plus ! Et pour ça, c’est réellement un bien par rapport à une certaine demoiselle que j’ai été ravie de voir un peu plus et surtout d’en apprendre plus sur elle grâce aux désormais célèbres flash-back. Des flash-back utiles et qui rajoutent pas mal d’éléments au personnage.

Les relations entre personnages évoluent également, après tout personne n’était myope par rapport à l’amourette existante et c’est une bonne chose de voir tout cela avancer. Il n’y a pas que cela, d’ailleurs, qui continue d’avancer – à son rythme bien sûr – mais également tout ce qui touche à la boxe, à ce milieu et aux relations entre les différents sportifs. Nous en voyons de plus en plus au fil des tomes, chacun ayant son style, son passé, son design, mais également son caractère et je me demande comment tout cela évoluera par rapport à certains d’entre eux. Riku aurait-il une chance des les battre ? Je n’en sais rien, en doute même légèrement, mais après tout rien n’est impossible et notre petit héros aux cheveux blancs reste réellement concentré sur sa discipline sportive. Est-ce un bien ou un mal ? Seul le futur nous le dira.

D’ailleurs, la psychologie de Riku reste vraiment intéressante… Tout du moins à mes yeux et comme il m’arrive d’avoir des goûts étranges peut-être n’est-ce pas le cas de tout le monde. Il est réellement tourné vers la boxe et ce malgré tout ce qui l’entour alors que d’autres personnages évoluent différemment et lui font remarquer certaines choses. Est-il réellement fait pour ce sport ? Si l’on se base sur ce qu’il se passe depuis le début, c’est le cas, mais au niveau psychologique ne devrait-il pas s’endurcir encore plus ? De plus, ne devrait-il pas tenter d’aller un peu plus vers les autres malgré ce que l’on dit de lui et s’ouvrir malgré tout ? Difficile à dire, mais ce qui est certain c’est qu’au moins un personnage – et d’autres, bien entendu – l’apprécie tout de même pour la personne qu’il est et ne se base pas sur son passé pour être ou non proche de lui.

L’histoire, de son côté, continue d’avancer pour notre plus grand plaisir et, comme dit plus haut, il n’y a pas que les combats qui sont mit en avant. Le relationnel également, tout comme l’observation. Après tout, on ne fonce pas lors d’un match de boxe tel un tank. Certes, il faut réagir rapidement, mais il faut également tenter de comprendre le jeu adverse, la manière de faire et prendre en compte nos points forts ainsi que nos points faibles. Même si ces derniers peuvent parfois nous être tout simplement inconnus, il faudra pourtant les dépasser. Et l’on se doute que dans un manga où un sport est présent, le dépassement de soi apparaîtra forcément à un moment, mais ne touchera-t-il que le milieu sportif ou également le social pour notre petit Riku ? Nous le voyons grandir, s’épanouir d’une certaine manière, mais il risque de faire des erreurs comme n’importe qui. Après tout, cela reste un humain, un être d’émotions et de sentiments, un être qui avance en mettant un pied devant l’autre et qui se trompera sûrement ou ne se rendra pas compte que certains de ses choix peuvent blesser.

Et ce côté humain mit en avant est l’une des forces de Riku-Do tout en ne nous mettant pas de la joie version bisounours à chaque page. Non, ici c’est un monde – toujours le nôtre, nous ne nous sommes pas téléporté au Pays des Merveilles – où rien n’est simple, où les dangers rôdent et où les gens n’hésitent pas à parler entre eux. Les êtres humains sont capables de blesser par des actes, des paroles, et même insuffler le doute pourtant il y a toujours une petite lueur d’espoir liée à une activité ou un rêve. Mais cette lueur reste fragile malgré tout…

Les dessins, de leurs côtés, nous permettent une immersion totale dans le manga et nous permet de faire face aux actions présentes, aux sentiments, aux personnages en toute circonstance. Douleurs, doutes, espoir nous le ressentons malgré nous et observons, sans pouvoir réagir, ce qu’il se passe. Il est facile d’entrer dans ce manga dont on ressort, d’une manière ou d’une autre, chamboulé par contre il n’est pas à mettre entre toutes les mains non plus. Les plus fragiles ne risquent pas d’en sortir indemnes.

Pour ce qui est de l’édition de ce manga Seinen sortit aux éditions Kazé, elle est toujours propre et souple. Transportable sans souci et ne risquant pas de finir plié façon origami au fond du sac, vous devriez pouvoir le lire lors de vos voyages sans trop de problème à moins de réussir à le bloquer d’une mauvaise manière entre deux plus gros romans qui seraient de véritables poids lourds à côté. La traduction est toujours un régal, les personnages ont toujours leurs manières de parlerfranche pour certainset il n’est pas difficile de les reconnaître dans les bulles de dialogues. Tout est compréhensible, sans erreur et nous permet de suivre les protagonistes sans difficultés. Les pages, de leurs côtés, sont opaques et évitent le risque de spoil lié aux pages arrières lorsque la page est plus translucide, de plus l’encre reste gentiment à sa place pour nous permettre d’apprécier les traits présents.

Vous le savez sûrement, mais depuis le tome 1 Riku-Do – La Rage aux Poings est un manga que j’apprécie énormément. Ce tome 4 reste un véritable régal, une belle découverte et suite qui me permet d’entrer un peu plus dans l’univers, d’en apprendre plus sur certains personnages voire de souffrir avec eux. J’ai réellement hâte de découvrir le tome 5, de voir ce qu’il se passera par la suite malgré la rudesse présente dans l’œuvre.

Et vous les matous, où en êtes-vous dans cette série ? Y a-t-il un personnage que vous appréciez ? Pratiquez-vous un sport de combat ?

Site de l’éditeurExtrait du tome 1