Fire Punch – Tome 1

Coucou les matous, comment allez-vous ? Moi ? Je suis plutôt fatiguée, mais je m’accroche. Le 1 juin approche à grand pas et les examens avec lui… Que je déteste cette période (Et oui, j’ai déjà eu un exam’ il y a peu qui c’était bien passé. Heureusement d’ailleurs.)

Aujourd’hui nous nous dirigeons vers un titre tout feu tout flamme qui ne sortira que le mois prochain. Et non, je ne vous parle pas de Fire Force sur le coup, sortit ce mois-ci,  même s’il faut avouer que le thème du feu à l’air d’être fréquent pour le moment… Je remercie d’ailleurs une nouvelle fois les éditions Kazé et Anita pour la découverte du titre longtemps en avance et pour la box qui l’accompagnait. Prêt à vous rendre dans un monde extrêmement froid ?

« Fire Punch »

fire-punch-1-kaze

7€99 – Seinen – 192 pages

Dans un monde où tout est recouvert de glace, la famine et le chaos règnent sur la Terre. Parmi les quelques humains qui tentent de survivre, certains sont dotés de pouvoir surnaturels. Agni et sa soeur, Luna, font partis de ces « élus » et possèdent la faculté de se régénérer. Agni utilise ce pouvoir pour nourrir les habitants de son village. Pourtant cela ne suffira pas à les préserver du terrible malheur qui va s’abattre sur eux… Agni sera le seul survivant du massacre qui a brûlé tous ses proches. Il part alors dans une quête effrénée pour assouvir sa soif de vengeance !

Ah, Fire Punch. Le titre tant attendu par pas mal de monde et que j’ai découvert grâce à la box presse reçue le mois passé. Pas de remarques sur ma vitesse de pointe du moment je vous prie sinon je vous offre une maquette, trois travaux sur Word – si pas plus, j’ai arrêté de compter – et tout ce qui va avec l’arrivée des examens.

Fire Punch n’est pas un monde de Bisounours et si vous cherchez de la chaleur humaine – et surtout quelque chose de joyeux – passez votre chemin. Vous ne trouverez pas cela dans ce manga, certes la chaleur sera là, mais pas du tout celle à laquelle vous pensez. L’être humain n’est pas vraiment un être de bonté et la noirceur humaine est belle et bien présente sous nos yeux… Jusqu’aux pires vices.

Certes, certaines actions pourraient être compréhensibles grâce aux pouvoirs de certains « élus » surtout dans un monde où la nourriture semble bien moins présente que dans le nôtre, où la chaleur est une rareté. Pour survivre jusqu’où seriez-vous capable d’aller ? Certains choix paraissant inhumains à nos yeux, le sont également pour certains personnages mais d’autres préfèreront essayer de vivre un minimum, même si cela sera probablement mal vu par d’autres.

Le cannibalisme est-il quelque chose de simple à réaliser ? Non. Et les habitants du village, présents au début du manga, le montrent chacun à leur manière. Certains s’y adapteront mieux que d’autres, mais cela ne sera pas le cas de tout le monde. Peut-on garder notre humanité en mangeant de la chair humaine ? De quelle manière cela sera-t-il vu par des personnes extérieures ? La réponse arrive assez facilement en soi, mais ne sera probablement pas la plus heureuse.

Bien entendu, il y aura d’autres éléments pouvant heurter la sensibilité de celui qui lit le manga et qui risquent de marquer d’une manière ou d’une autre le lecteur. Certains auront du mal à se mettre dans la peau du héros – ce qui était mon cas – ou du mal avec les autres personnages. Pour ma part, j’ai plutôt apprécié Sun qui a un caractère diamétralement opposé à d’autres que l’on croise au cours du récit. Et… Je pense que je l’aime bien justement parce qu’il est comme un petit rayon de soleil.

Mais laissons les personnages de côté pour nous tourner un peu vers l’histoire, histoire qui – comme vous l’avez-vu plus haut – n’est pas la plus heureuse existant. Nous rencontrons notre héros et sa sœur au début du manga, deux personnages vivant heureux malgré la vie rude qu’ils connaissent. Malheureusement pour eux, ces moments heureux finiront par disparaître tout comme la chaleur s’en est allé de nombreuses années auparavant. Seul un monde froid subsiste, un monde où la survie prime sur le reste et où les bassesses humaines réapparaissent.

Et bon sang, je n’étais pas à l’aise lors de certains événements. Pour d’autres suites à des travaux scolaires j’étais déjà drillée (Oui, oui, le cannibalisme est entré dans mon programme d’étude à un moment… Me demandez pas pourquoi je l’ai vu en long, en large et en travers, mais voila ce fut le cas… Pareil pour l’esclavage) ce faisant je n’étais pas si choquée que cela par les éléments déjà connus grâce aux cours.  Enfin, en même temps je commence à être habituée à pas mal de chose… Mais pas à tout semble-t-il. Je dois avouer ne pas avoir tout prédit en avance au niveau de ce que l’être humain était capable de faire dans un tel environnement…

D’ailleurs, ma curiosité est restée titillée par certains élémentsmême si nous avons des réponses pour quelques uns d’entre eux dans ce premier tome – et c’est pour ça que je serai curieuse de découvrir le tome 2. Je note pour la suite que les certitudes ne le sont pas toujours en tout cas vu la surprise que j’ai eue et je n’étais pas la seule. Vous vous souvenez sûrement que je ne suis pas la seule à lire les mangas à la maison et bien ma mère c’était également lancée dedans pour le meilleur et pour le pire…

Parce que oui, elle était assez expressive tout au long de sa lecture. Souvent à coup de « Pourquoi ? » certes, mais cela ne l’a pas empêchée d’être également intriguée par un point. Bon deux, parce que cette histoire d’Elus semble un peu plus l’intriguer que moi sur le coup (Même si je suis curieuse sur ce point également). Plus qu’à voir comment cela apparaîtra dans la suite et si cela continuera d’aller dans la noirceur humaine. (Un p’tit rayon de soleil perdu please ! Comment ça je rêve ?)

Pour ce qui est du dessin, il fait son boulot en nous permettant de savoir qui est quimême au fil des anset les lieux. Par contre, je me suis encore faite avoir avec Sun au début par rapport à son sexe cela commence à être un peu trop fréquent ces derniers temps. Je suis une bille pour reconnaître une fille d’un garçon ou un garçon d’une fille ou quoi ? (Oui, je sais la phrase veut dire la même chose *tousse*)

Du côté de l’édition, j’ai reçu l’épreuve non corrigée qui se trouvait dans la box presse et je dois dire que malgré tout c’était franchement agréable. Comme Xander, je n’ai pas vu grand-chose de problématique dans l’œuvre hormis, à de très rares moments, des inversions dans les bubulles. Rien de bien grave lorsque l’on arrive à se situer comme il se doit.

Bon ce n’est pas un coup de cœur, mais la curiosité par rapport à la suite est bel et bien présente malgré tout. (Curiosité fois deux… Merci de me le rappeler oh grande maman TT’) Par contre, il ne faudra pas que je sois épuisée lors de la lecture du tome 2 sinon je risque soit de chialer pour rien – moi, hypersensible ? Nooon – soit de gueuler sur les personnages… Oui, oui ça m’arrive assez souvent et c’est assez violent quand je suis crevée. Ce ne sera pas un manga pour tous, ça c’est certain vu la violence et la noirceur présentes dans le titre. Un titre qui débute assez lentement afin de nous permettre de prendre nos marques – Même si pauvre Agni malaimé à la maison – et qui pourrait être encore plus surprenant dans le futur. Plus qu’à voir ce que Tatsuki Fujimoto nous réserve, à quelle température nous allons brûler (Oui, le froid ça brûle aussi) et la manière dont tout cela arrivera !

Êtes-vous curieux par rapport au titre les matous ? Compterez-vous l’essayer le 21 juin prochain ?

Site de l’éditeurExtraitMinisiteInterview de l’auteur

Q-[Kou] – Tome 4

Hey ! Comment allez-vous les matous ? Ici, tout vas bien. Pas dans le meilleur des mondes, mais au moins la santé se porte bien. Je rêve juste d’un peu plus de repos… De vacances en fait, mais bon, cela restera un rêve durant encore pas mal d’années je crois.

Mais ne parlons pas de ça, non. Nous allons retourner auprès de Q, de Rem et des autres personnages de Q [Kou]. Le quatrième volume s’ouvre devant nous, le tome final et nous repartons à l’attaque de Solaris en compagnie des personnages. Qu’adviendra-t-il de l’humanité ? Que nous veut Solaris ? Les réponses viendront dans ce final. Bien sûr, n’oubliez pas vos Donuts car en cas de fringales ils seront excessivement utiles !

 

Q [Kou]

1507-1

7€90 – Seinen – 200 pages

Le Dr Narita a une théorie : il se pourrait bien que Solaris n’ait pas été créé pour détruire la Terre, comme tout le monde le croyait, mais juste pour l’étudier ! Quoi qu’il en soi, Rem et les U7 sont bien décidés à mettre en pièces l’intrus avant qu’il n’ait le temps de décimer un peu plus la population mondiale…

Machine à tuer ou simple laboratoire ? Quelle que soit la nature de Solaris, l’humanité ne va pas tarder à la connaître car, dans les entrailles du monstre, les U7 se préparent à affronter son ultime gardien…

Découvrez le dernier tome de cette série post-apocalyptique au rythme effréné et aux personnages hauts en couleurs !

 

Ah, Q-[Kou] dois-je encore vous en parler après les trois avis précédent ? Oui ? Ah bah oui, normal, il me reste ce quatrième tome sur lequel vous donner mon avis avant de me lancer dans l’avis général. Reprendre les cours beaucoup trop tôt ne me vaut rien. Dans ce dernier volume nous retrouvons Rem et les U7 face à la forme de vie ressemblant à Q, forme de vie s’avérant assez hostile en soi. Oui, ce tome nous montrera principalement le combat – et les dégâts collatéraux – avec cet être mais nous donnera également des réponses, réponses pouvant s’avérer assez… Surprenantes ? Le seul problème que j’ai eu avec l’histoire, dans ce tome, c’est peut-être le côté miraculeux. Oui, pour moi c’est un miracle qui se produit parce que je ne m’attendais pas à ça et ça m’a un peu ennuyé tout de même. Pas que je sois sadique, ni rien (bon, d’accord un peu) mais à mes yeux cela me paraissait normal que la mort soit si présente.

Nos chers personnages, que nous côtoyons déjà depuis un moment, se retrouvent dans une situation périlleuse où seule la mort – ou la fuite – semble être possible. De ce fait, nous en découvrons plus sur le passé de certains mais voyons leurs réactions. Même aux personnages pouvant s’avérer assez lointain sur le coup, bah oui, si vous vous rappelez bien Q n’était pas aux côtés de Rem lorsqu’il s’est aventuré au cœur de Solaris en compagnie des U7. Ces choix auront, bien entendu, un impact important. Impact nous donnant également des réponses à certaines de nos questions. Nous nous rendons compte que chacun des personnages à sa manière de penser, de voir les choses ce qui peut mener à des idées très différentes entre chacun d’entre eux. Cela les rend à nouveau plus proche de nous, plus humains malgré le fait qu’ils n’existent que sur papier.

Je vais éviter de trop m’aventurer afin de ne pas vous spoiler, ce serait bête que vous perdiez le plaisir de lire le tome. Sachez juste qu’il y a une grosse bestiole que j’adore qui est apparue, bestiole qui n’existe plus de nos jours ♥

Les dessins restent vraiment agréables, les décors et les actions sont plaisants à regarder. C’est dans la lignée des tomes précédents et c’est toujours un plaisir d’observer les éléments se trouvant sur les pages. Le design des personnages n’a pas beaucoup changé depuis le début, mais à la fin du volume vous les verrez sous un angle nouveau. Une fin, véritable, qui se présente à nous malgré le souci que j’avais énoncé plus haut.  Cela nous permet de revoir, même brièvement, certains personnages dans une vie comme nous pourrions la connaître, enfin si nous avions vécu la même chose qu’eux bien sûr ! L’illustration couleur, présente au début du tome, est comme toujours assez jolie et nous remontre certains personnages dans des attitudes pouvant être assez typique de chacun d’eux. Du côté de la couverture, rien à redire, elle est dans la lignée des précédentes bien que dans des teintes plus douces mais possède son propre effet. Je pense que c’est l’une de mes préférées de cette série.

Pour ce qui est de l’édition, elle reste assez bonne en soi. Le tome 4 est même plus volumineux que les trois précédents (dans la lignée du dernier tome de Pandora Hearts) et le papier est assez épais à mes yeux. Lire et transporter le manga ne pose pas de problème, même dans un sac surchargé par du matériel d’art pour cause de préparation d’AFP. Testé et approuvé par votre Neko. Et l’état du manga dans tout ça ? Toujours nickel, la couverture n’a même pas souffert.

Ce dernier volume de Q-[Kou] était celui des révélations, des pleurs, mais également des miracles qui n’arriveraient jamais dans la vraie vie. Cela reste un manga, c’est donc normal, mais j’ai toujours du mal à comprendre la « régénération » qui a eu lieu. Mais ce n’est pas grave, si l’on retire ce détail cet univers post-apocalyptique – que l’on retrouve autant à la fin que dans le bonus – créé par Tatsuya SHIHIRA et édité par Ki-Oon était franchement plaisant à découvrir. Je ne voulais pas fermer le volume, me demandant ce qu’il adviendrait des personnages par la suite, pourtant j’ai ma réponse : Ils continueront à vivre leurs vies. Je peux classer cette série dans celles que j’ai vraiment appréciés et ce malgré sa toute petite taille à côté de mastodontes du manga, elle était chouette à lire et je voulais toujours connaître la suite.

Tout ce qu’il me reste à faire, c’est vous écrire mon avis général. Le dernier moment que nous partagerons ensemble en compagnie de Q, Rem, des orphelins et des U7 mais peut-être vous lancerez-vous, après ces chroniques et l’avis sur l’entièreté de ce manga, dans cette aventure et les rencontrerez-vous également. Peut-être voudrez-vous manger un Donuts en compagnie de Q ?

Et vous les matous, avez-vous lu ce tome 4 ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ?

 

Site de l’éditeur – Extrait

Q-[Kou] – Tome 3

Hey ! Comment allez-vous les matous ? Personnellement, je suis toujours en plein blocus résultat j’étudie tranquillement – façon de parler – tous les jours jusqu’au 10 janvier. Enfin… Jusqu’au 9, vu que le 10 je débute mes examens avec les mathématiques. Mais on va positiver, cela se passera bien ! Et quoi de mieux pour se mettre de bonne humeur et se donner du courage que de lire un manga ? Comment ça, c’est pour se déconcentrer et ne plus se remettre au boulot ? Mais non !

Pff… N’oubliez pas de ne pas regarder le ciel lorsque vous sortirez. On ne sait jamais qu’un Demi nous tombe sur la tête et je n’ai pas trop envie de combattre ou de devoir me cacher dans un coin. Vous si ? Et bien rejoignons Q alors. Ah et n’oubliez pas votre sac de Donuts sur un banc !

Q-[Kou]

q-ku-3-ki-oon

7€90 – Seinen – 192 pages

Voilà Rem en route pour Yokohama où il a la surprise de retrouver les Q Rangers ! Objectif de la mission : protéger la population de redoutables demis de catégorie 3 et 4 pendant l’évacuation de la zone. Grâce à l’aide de Q, le jeune homme parvient à éliminer les trois monstres et à libérer la commune.

Mais pour s’en sortir, il a été obligé d’utiliser le Kuga, une arme qui lui avait été confiée lorsqu’il faisait partie des U7. Il reçoit donc la visite de Yuen, qui repart fort mécontente devant son refus de réintégrer l’équipe. Shinobu, un autre membre du groupe, décide de se débarrasser des indésirables… déclenchant la terrible colère de Q lorsque la petite Kino reçoit à sa place une blessure fatale !

Comme vous vous en doutez, nous retrouvons Q et Rem juste après le cliffhanger se trouvant à la fin du tome 2. Mais juste avant de retrouver notre duo habituel nous nous trouvons un très court instant du côté des U7 où un entraînement à lieu. Nos deux amis – oui, oui, on est de retour sur notre amoureuse des Donuts et Rem – se retrouve dans une situation assez compliquée. Comme vous vous souvenez sûrement, Kino – l’une des fillettes – s’est prit l’attaque de Shinobu de plein fouet alors que celle-ci ne lui était pas dédiée.

Sur cet état de fait, les états d’âme de Rem et Q ne sont plus les mêmes. Voir quelqu’un dont on est proche ou dont on prend soin mourir sans que l’on ne puisse faire quoi que ce soit n’est pas ce qui mettrait du baume au cœur, seule la souffrance peut apparaître. Souffrance et envie de se venger dans la plupart des cas. Q nous le montrera bien, elle qui n’est pas si humaine que cela – comme nous nous en doutions déjà – ressentira des émotions que nous pourrions ressentir si cela arrivait. Du côté de Rem, ce sera une bonne grosse remise en question et des choix qui changeront en partie sa vie. Oui, comme vous le lisez ces deux personnages sont tout aussi humains que nous et je suis certaine que l’un ou l’autre derrière son écran se laisserait envahir par les émotions ou réfléchirait sur ce qui lui semble le mieux à faire.

Nous retrouvons également d’autres personnages, ceux-ci reprenant une place dans la vie de l’un ou l’autre. Les U7, Irya, les orphelins, Mana et j’en passe parce que la liste risque de s’allonger un peu de trop. Tous sont là, tous continuent de grandir dans ce monde post-apocalyptique. Les choix posés par les uns peuvent mener à d’autres et ainsi de suite, c’est ainsi que tous évoluent petit à petit. L’impact des rencontres, de ceux qu’ils côtoient au quotidien reste présent et se remarque également dans ce volume. Confiance, peine, souffrance, ne sont que des exemples de ce que certains ressentiront dans ce troisième tome.

L’histoire en elle-même est bien plus « sombre » que dans les tomes précédents. Elle avance sans nous laisser de véritables temps morts et nous ne nous ennuyons pas une seconde. Nous découvrons également bien plus d’informations sur Solaris, sur le passé de Rem et Mana, mais nous nous demandons également si Solaris – justement – est véritablement un ennemi, une créature sans foi ni loi ne désirant que la fin de l’humanité. Tout cela apparaît dans ce troisième volume, dans ce tome qui nous mène vers la fin et nous fait espérer. Si Solaris finissait par être vaincu – ou si ce n’était pas le cas – que ce passerait-il ? Que deviendrait le monde où vivent tout les gens que l’on a suivit ? La réponse viendra sûrement dans le tome 4, le final, et l’on espère tout de même que tous les sacrifices ayant eu lieu au fil des tomes n’étaient pas pour rien. Mais est-ce que l’humanité possède une chance face à quelque chose qui la dépasse ? Je ne peux le dire pour le moment et seul l’auteur connait la réponse, réponse que nous découvrirons dans le dernier volume.

Les dessins sont toujours aussi jolis et les scènes d’actions – fort nombreuses – bien réalisées. Nous comprenons sans trop de problème ce qu’il se passe sous nos yeux, ce que ressentent les personnages et les lieux où ils se trouvent. La couverture, de son côté, reste vraiment très agréable à voir dans ses teintes mauves-roses et possède, comme les autres de la série, un petit effet pouvant ressembler à une sorte de petit feu d’artifice. (Oui, je n’ai aucune idée du nom que je peux lui donner *tousse*)

Pour ce qui est du papier et de la traduction, ils restent tout deux de bonnes qualités. L’ayant relu pour écrire mon avis, je n’ai pas aperçu de fautes durant ma lecture (enfin relecture) et le manga ne se pliait pas jusqu’à un angle étrange. Il tenait également très bien en main et le blanc des pages était bien présent, ne tirant pas vers le gris ou le beige. Il n’y a pas eu de souci d’encre qui fini sur les doigts non plus ou de transparence, ce qui est franchement agréable à la lecture !

Comme les tomes précédents, ce troisième volume se débrouille merveilleusement bien en faisant en sorte que l’on ne s’ennuie jamais. Tatsuya Shihira s’en sort vraiment bien dans cette courte série et la seule espérance que l’on pourrait avoir est que le tome 4 soit tout aussi bien que les autres. Pour ce faire vous ne le saurez que lorsque j’aurai écrit l’article sur celui-ci (et l’avis général également, faut pas l’oublier lui 😀 ) mais pour le moment, Q-Kou reste une bonne série agréable à lire et à découvrir et ce n’est pas le tome 3 qui me fera dire le contraire ! Je suis ravie que Ki-Oon ait licencié ce manga qui fut une très belle surprise en 2016 ♥

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Comptez-vous débuter la série ?

Site de l’éditeur – Extrait

Q – [Kou] – Tome 2

Hey ! Comment allez-vous depuis… Les derniers articles ? Personnellement, je peux enfin me reposer en attendant mes résultats et me défouler ainsi que lire. Mon petit stock de manga ayant bien augmenté. Peut-être vous ferais-je un article type « Haul », à voir. J’ai également eu des idées d’articles au fil des jours, en me rendant à la fac ou en me baladant pour décompresser, et si vous me suivez sur Twitter vous avez sûrement vu que je vous demandais s’il fallait que je modifie quelque chose aux articles « Bonne(s) Adresse(s) », la réponse étant positive il faut que j’y réfléchisse. Si vous avez des idées je suis donc preneuse !

q-manga-volume-2-simple-246046

Alléchée par les délicieux beignets que Rem lui a laissés, Q décide de le suivre jusqu’à la commune de Daiba, où elle se retrouve au beau milieu d’un champ de bataille. Ni une ni deux, elle engloutit le Demi qui s’apprêtait à attaquer son bienfaiteur et demande à être payée… en donuts !
La petite fille rejoint donc la joyeuse bande d’orphelins sous la garde de Mana, tandis que Rem s’infiltre dans Gated City pour se procurer la précieuse marchandise. Mais à son retour, ce sont les U7, un redoutable groupe armé, qui débarquent ! Et voilà qu’ils proposent au jeune homme de réintégrer leurs rangs, car ils affirment avoir un plan pour détruire Solaris…

Mis à part cela, ayant fini mon dernier examen lundi j’ai eu le temps de lire ou relire un peu quelques mangas. Dans cet article, nous repartons dans l’univers de « Q – Kou » avec son tome 2. Dans le tome précédent notre petite héroïne à l’appétit colossal avait finalement été acceptée par Rem et nous rencontrions les U7, les forces armées désirant détruire Solaris. Au début de ce tome 2, nous nous retrouvons en compagnie de cette bande découverte vers la fin du tome 1 et en apprenons un peu plus sur eux, leurs noms et à quoi ressemble leur QG. La découverte de leur plan pour détruire Solaris est également présente, bien que nous n’en saurons pas plus lors de ce tome hormis le fait que ma première pensée fût un joyeux : « Ils sont suicidaires, c’est pas possible ! » Et oui, comme les autres personnages de « Q – Kou » les U7 sont tout aussi farfelus et différents, tout en étant important dans la vie de Rem.

Rem… Notre principal personnage masculin est de retour pour notre grand plaisir. Comment ça, je laisse parler mes émotions ? Mais, vous ne pouvez pas dire qu’il n’a pas la classe quand il arrive à maîtriser un Demi ou quand on en apprend enfin plus sur son passé et sa rencontre avec Mana. Cette rencontre qui est assez importante en soi, vu que les deux personnages sont encore « ensemble » (Pas dans le sens en couple) et se tempèrent l’un l’autre tout en se complétant. Les orphelins sont également un bon moyen de voir que Rem pense à autrui plus qu’à lui-même, il veut les protéger au maximum et ne désire pas les voir souffrir. En cela, Rem est vraiment humain et fait des erreurs ainsi que des choix. S’il n’avait pas rencontré Mana, l’histoire aurait été totalement différente et notre petite destructrice qu’est Q n’aurait sûrement pas rejoint la bande. Non, la gamine serait même, peut-être, déjà les deux pieds sous terre ou ailleurs.

Mana qui avait déjà son petit caractère lors de sa rencontre avec Rem, caractère qui est toujours présent en soi. Cela m’a fait sourire de la voir jouer de ses charmes pour avoir de la nourriture avant de redevenir la Mana que l’on connait depuis le tome 1. Les enfants n’hésitent pas à la taquiner, mais elle est toujours là pour eux et leur proposera même une sorte de jeu pour que Q se nourrisse et… Ne mange pas toutes les provisions à chaque fois. La chasse aux Demis est lancée pour la petite bande !

Ces Demis, toujours aussi grands et puissants, toujours aussi effrayants pour une bonne partie de la population qui ne peut pas les affronter sans finir en pâtée pour Demi. Ces créatures peuvent, pourtant, être battue que ce soit par des Humains tels que Rem ou les U7, soit par la fillette qui donne son nom au manga. Q n’y va pas par le dos de la cuillère, les dévorant toujours à la vitesse de l’éclair et je trouve dommage que l’on ne voie pas un peu plus en détail sa manière de faire. Un petit coup de croc sur une partie du corps – la tête principalement – et hop, c’est réglé. En tout cas, si on se fie à Q les Demis doivent avoir bon goût, vu tout ceux qu’elle avale, même si elle semble toujours préférer les Donuts. Alors, désirez-vous goûtez un Demi cuisson saignante à défaut de le chasser ?

D’ailleurs, dans ce tome notre petite Q n’est pas en reste. Toujours avec les orphelins, elle les protège quand cela est possible tout en trucidant joyeusement les Demis – c’est tellement bien de tuer des êtres venus de Solaris et de se remplir l’estomac – et en rencontrant d’autres personnes. C’est ainsi que nous découvrons une autre fillette ressemblant étrangement à notre héroïne, héroïne qui nous donnera une explication à cela dans ce tome.

L’action a donc la part belle dans ce volume où nous suivons bien plus Rem que Q cette fois. Le jeune homme ayant sa période de gloire et nous montrant ce qu’il est capable de faire, bien que nombre mission lui passe sous le nez à cause d’un groupe s’en occupant avant lui. Il finira par se retrouver sur une mission bien plus importante se déroulant à Yokohama et nous permettra de retrouver des visages connus, ainsi que d’autres qui permettront à l’histoire de continuer son bout de chemin. Le mystère entourant Q est toujours présent et sert de fil rouge à l’histoire, des indices sont distillés au fil du temps, des rencontres et c’est plaisant de les mettre bout à bout pour se faire une théorie, essayer de découvrir ce qu’est réellement la gamine dévoreuse de Demis. L’humour, également présent, est bien distillé à mes yeux et permet de décompresser lors des phases plus sombres et difficiles présentes dans ce tome. Quant à la fin… Je dois avouer que je ne m’y attendais pas, rien ne nous y préparait réellement durant le tome et les dernières images sont réellement prenantes. On désire savoir la suite, découvrir ce qu’il va se passer et j’ai hâte que le tome 3 sorte, même s’il sera l’avant-dernier de cette série.

J’espère que ce petit avis vous sera utile, n’hésitez pas à commenter ou à venir discuter avec moi que ce soit sur les réseaux sociaux ou par n’importe quel autre moyen. Je ne mords pas et votre avis m’intéresse réellement, car il me permet de m’améliorer et de connaître votre opinion.

Sur ce, bonne fin de journée les matous et qu’elle se déroule merveilleusement bien !

Q – [Kou] – Tome 1

Q-1-ki-oon

Voilà déjà dix ans que, dans un monde désormais en ruines, une mystérieuse sphère, Solaris, est apparue dans le ciel. Créature d’une autre dimension ou envoyé des dieux missionné pour punir les humains ? Nul ne le sait. Une seule certitude : la regarder en face provoque sur terre l’apparition immédiate d’œufs géants qui donnent naissance en quelques heures à des monstres effrayants, les Demis, détruisant tout sur leur passage. L’humanité en est réduite à vivre dans la crainte, échine courbée et yeux rivés au sol.
Le jeune Rem Serizawa, voyou au grand cœur qui peine à assurer la survie du groupe d’orphelins dont il s’occupe, tombe un beau jour sur une petite fille qu’il sauve in extremis des griffes d’un de ces monstres. Mais l’enfant cache un pouvoir incroyable : c’est une extraterrestre capable de dévorer les Demis ! Très vite, la fillette va attiser les convoitises des organisations qui luttent pour la destruction de Solaris…

Et on continue, autant profiter d’être dans la lancée pour faire le lancer de chroniques. Comment ça, cela n’existe pas ? M-Mais… Bon je ne l’enregistrerai pas pour les futurs jeux olympiques alors… Mais je m’égare, comme d’habitude, et si vous vous souvenez de ce que j’avais dis dans l’article sur « Les enfants de la baleine » j’hésitais avec d’autres mangas à chroniquer et bien voici le suivant ! Parce que non je ne veux pas être en retard dans ce que j’ai à faire…

Sauf que, bah au final je le suis, bravo Neko voila ce que c’est d’aller jouer avec une pelotte de laine – ou de regarder des animes – plutôt que de travailler. Résultat, la chronique qui devait sortir dans la fin du mois de mars sort… Début avril ! Bonjour le changement de mois sur le coup et je l’écris juste après avoir vu le premier épisode de « My Hero Academia » disponible chez ADN et gratuit durant un an. Le pire dans tout ça ? Bah… la chronique ne porte pas dessus, mais sur un autre manga présent aux éditions Ki-Oon.

Mais quittons l’univers des supers-héros pour rejoindre celui où se trouvent des Demis qui nous tombent dessus. Oui, nous partons chez « Q – [Kou] » cette fois et plus particulièrement dans son tome 1 à la couverture en apparence simple, mais qui cache en réalité des étoiles bleutées. Les couvertures présentes aux éditions Ki-Oon sont, dans la majorité des cas, toujours très belles même quand elles paraissent simples aux premiers abords. Nous voyons sur celle-ci notre petite demoiselle – et accessoirement personnage principal – assise sur un énorme Demi.

Cette petite fille est « Q », un être qui nous vient tout droit d’un endroit inconnu. Nous ne savons pas ce qu’elle est, si elle provient de Solaris comme les Demis ou si elle est en partie humaine, mais ce qui est certain c’est qu’elle a un appétit hors du commun. Un Demi au petit-déjeuner, un téléphone portable en repas, des Donuts en veux-tu en voilà… Oui, Q est un estomac sur patte qui mange réellement tout. Viande, technologie, pâtisserie, tout y passe sauf les petits billets qui font tourner notre monde. Car la demoiselle n’en a strictement rien à faire de l’argent, après tout ce n’est pas très intéressant.

A ses côtés se trouve Rem Serizawa, un jeune adulte qui tente de survivre au quotidien. On se rend compte qu’il a tout de même un grand cœur, surtout lorsque l’on découvre les petits bouts dont il s’occupe en compagnie d’une autre personne. Son travail ? Apporter des informations à Iriya, une journaliste prête à tout pour avoir une exclusivité, et poursuivre ceux faisant de la contrebande pour avoir un peu plus de nourritures ou de sous. Rem sait également utiliser des armes comme le prouve sa poursuite avec un « contrebandier ayant des connaissances dans l’armée », sauf que Rem il n’en a rien à cirer de l’armée. Il ne veut pas y entrer et aimerait bien qu’on lui fiche la paix par rapport à ça.

Parlons-en de l’armée, tant que nous y sommes ! Elle apparaît, au début, sous  les traits d’un homme assez… Energique ? En tout cas, il essaie d’attirer les gens dans l’armée pour affronter les menaces extérieurs que sont… Solaris et les Demis ! Oui, oui, encore eux. Ce n’est pas pour rien qu’il est interdit aux gens de regarder le ciel. Ce capitaine de l’armée est assez sûr de lui, principalement grâce à une nouvelle arme qui devrait venir à bout de ces êtres venus du ciel.

Ce ciel que nous regardons quotidiennement chez nous, comme s’il pouvait nous venir en aide ou qu’il portait tout nos malheurs. Dans « Q – [Kou] », c’est lui qui nous pose un problème de taille car c’est là-haut, dans cet endroit que nous regardons par automatisme, que se trouve Solaris et que cet œil – ou tout du moins chose ressemblant à un œil – nous ponds des œufs donnant naissance aux Demis. Et je dois avouer que je n’aimerais pas du tout me retrouver face à un Demi en sortant de chez moi. Pour commencer, ils sont énormes – même ma fac doit être plus petite qu’eux – et d’une apparence assez effrayante pour le commun des mortels. Dans le manga, ils sont magnifiquement bien détaillés et aucun Demi ne se ressemble, ce qui est réellement bien, d’ailleurs cette non ressemblance se ressent également parmi les personnages. Q ne ressemble en rien à Iriya et Rem est bel et bien distinct d’autres personnages masculins apparaissant au fil des pages.

L’humour est également présent dans ce manga, nous permettant ainsi de nous détendre lors de périodes plus graves ou plus lourdes et certaines scènes permettent même d’en découvrir un peu plus sur nos nouveaux amis et l’univers où ils se trouvent. Univers qui est tout simplement le nôtre ! Parce que oui, « Q – [Kou] » est un manga de science-fiction post-apocalyptique, mais où vous ne trouverez pas de gentils petits zombies à dégommer. Allez plutôt trucider l’énorme truc qui vient de détruire une partie de la ville rien qu’en tombant du ciel et en naissant armé de ce que vous avez sous la main… Oui, c’est tout de suite moins rigolo de partir au combat armé d’une batte de base-ball.

Il ne reste plus qu’à voir dans la suite ce que cela donnera, mais je lui laisse volontiers une chance à ce petit Seinen qui sera une série courte. Quatre tomes, pas de quoi nous ruiner contrairement à certaines sagas qui peuvent paraître sans fin. Ici, un humour présent de pages en pages, des personnages qu’il est difficile d’oublier directement tant ils peuvent nous surprendre quand ils s’y mettent – Non je ne te vise pas Iriya… Pas du tout – et de magnifiques dessins qui pourraient paraître simples au début mais qui s’avèrent très bien maîtrisés.