Beyond the Clouds – Tome 1 (relecture) + Tome 2

Coucou les matous ! Comment allez-vous aujourd’hui ? Ici, on fait aller tranquillement et j’avance sur mes articles dans mon carnet spécial « blog » tout en postant un peu sur Instagram à certains moments.

Comme vous le voyez un nouvel article pointe le bout de son nez aujourd’hui ! Un article nous envoyant dans un monde différent du nôtre et une relecture pour moi… Pourquoi poster un article sur un manga déjà lu et chroniqué me direz-vous ? Tout simplement parce que j’en ai envie, que je n’étais pas tout à fait satisfaite du précédent probablement également. Peut-être parce qu’au fond… J’ai également changé au fil du temps, en deux ans ? Cela n’arrivera que rarement et si j’en ai réellement envie, ne vous en faite pas, tous les anciens articles ne seront pas refait ! Vous êtes prêt ? Go !

« Beyond the Clouds »

Percez les nuages gris du quotidien et retrouvez vos rêves d’enfant !

Dans la Ville jaune, les usines crachent leur fumée jour et nuit, cachant le ciel et ses astres. Le jeune Théo n’a jamais vu les étoiles, ni passé les portes de la ville. Enfant, il rêvait de partir à l’aventure, à la poursuite des créatures fantastiques de ses livres préférés, mais la réalité l’a rattrapé. Son travail à l’atelier de réparation Chikuwa devient son quotidien.

Sa routine est chamboulée le jour où il tombe sur une fillette pas comme les autres : c’est une humaine ailée, une espèce appartenant pourtant au monde des légendes ! Inconsciente après être tombée du ciel, elle a perdu une de ses ailes, ainsi que la mémoire… Théo fera tout pour percer le mystère de cette rescapée des cieux !

À mi-chemin entre les films de Ghibli et les mondes de Final Fantasy, découvrez l’univers poétique de Beyond the Clouds et suivez les aventures de deux enfants hors du commun : Théo, le jeune bricoleur de génie, et Mia, la fillette ailée !

Dans Beyond the Clouds, nous découvrons un univers fantasy, un monde où comme il est écrit dans le résumé il est simple de penser aux Ghibli ou à certains Final Fantasy, voire dans quelques petits éléments à Kingdom Hearts. Un monde où les rêves d’enfants sont rattrapés par la réalité avant de réapparaître, de prendre forme, de surprendre… D’être un élément que nous pensions impossible, avant de le voir de nos propres yeux. Des éléments prenant place dans les deux volumes que j’aurai lu à la suite cette fois.

J’ai réellement énormément apprécié ces éléments que je redécouvrais, parce qu’au fond c’est ce qui arrive fréquemment dans notre vie. Une vie où nous rêvons lorsque nous sommes enfants avant de faire face à tout autre chose, à ce monde dans lequel nous vivons et qui semble bien plus « dangereux » que lorsque nous étions petits. Un monde qui comme celui dans lequel nous allons suivre Théo n’est pas tout rose… Et là, nous nous en rendons rapidement compte. La rareté fait qu’elle est désirée, comme partout, et cela se remarque très vite…

Ici, c’est Mia qui chamboulera tout, qui fera que les gens s’intéresseront à elle, que Théo fera ce qu’il peut pour la protéger. Une fillette ailée, cela n’a rien de commun dans cet univers où pourtant nous croisons énormément d’êtres considérés comme surnaturels. D’ailleurs, cette fillette a le caractère allant avec, un caractère enfantin, curieux… Elle fait des erreurs également, peut paniquer, réagir de manière inattendue et c’est ce qui fait son charme à cette chère Mia ! Bon d’accord, j’aime bien les personnages curieux… ça aide aussi ! Pour ce qui est de Théo, il est tout autant intéressant, réserve également des surprises, des moments emplit de douceur ou qui montrent sa naïveté et d’autres pouvant nous faire frissonner. Il possède également sa propre force, son propre courage et même s’il nous semble « fragile » au départ, un peu trop rêveur, il peut faire preuve de beaucoup plus de force de caractère que ce que l’on peut croire. Une force qui apparaîtra même un peu plus dans le second tome. Il faut se dire que j’ai finalement apprécié chacun d’eux à ma relecture, là où j’avais bel et bien une préférence lors de ma première lecture justement.

Car l’histoire est certes mignonne aux premiers abords, mais il arrive que de petits éléments arrivent, mettent un grain de sable dans l’engrenage, font avancer l’histoire ou réaliser que tout peut être chamboulé soudainement. Chacune des petites choses que l’on voit prend doucement son sens, son importance, les liens de Théo avec les autres également et ça fait réellement plaisir de se dire que ceux qu’il côtoie à l’atelier de réparation Chikuwa ont une vie propre, une personnalité, des désirs, des moments rien qu’à eux et qu’ils ne sont pas là que pour faire de la figuration. On retrouve également un côté « Quête » purement vidéoludique dans ce manga et c’est d’ailleurs normal vu que l’auteur en parle à la fin du premier volume, mais ce dernier ne m’a pas dérangée outre mesure et m’a même fait sourire en faisant que je me demandais comment cela se passerait. Des réponses arrivant dans la suite, pouvant chambouler la perception de certains éléments ou tout simplement nous pousser à en savoir plus. Des éléments qui poussent, justement, le background un peu plus loin et c’est ça qui est bien d’ailleurs !

Au niveau des dessins, ils sont réellement doux même si certaines scènes m’ont semblé un peu plus brouillonne lors de ma première lecture. Lors de la seconde je n’ai pas eu de souci, mais au tout début j’ai un peu été déboussolée à certains moments avant de me repérer correctement, par contre les illustrations pleine page ou celles nous montrant les lieux étaient réellement « magiques », enchanteurs et comme dit à la seconde lecture je n’ai plus réellement eu cette sensation « brouillonne ». Peut-être a-t-il juste fallu que je m’acclimate ou alors j’ai tout simplement fini par m’y retrouver correctement par la suite, mystère. Cela n’empêche que j’ai réellement sût m’immerger dans ce petit monde dans lequel je voulais retourner… D’ailleurs, pour les personnages vous les reconnaîtrez aisément que ce soit par leurs particularités physiques ou tout simplement leurs traits, ils sont uniques. J’aime également les petites créatures et les animaux apparaissant, des êtres qui me fascineront toujours, qui me donnaient envie de m’en approcher, de prendre le temps de les découvrir un peu plus… (mention spéciale à un cervidé ~)

Nos personnages avancent, se heurtent à des soucis, des dilemmes, font des rencontres néfastes ou bénéfiques et peuvent se retrouver dans des situations problématiques. Chaque petit élément à sa place, même si cela semble anodin car ils permettent de voir leurs manières d’être lors de certains événements, lorsque cela se complique… Et j’avoue apprécier les moments calmes. Je pense que vous l’avez remarqué avec mes autres lectures, même si je lis de tout. Il faut se dire qu’ils auront réussi à me faire sourire, me faire me demander comment ils allaient s’en sortir, se débrouiller et oui je me suis attachée à eux même si parfois l’envie de les secouer arrivait… Mais ça, c’est habituel… J’ai la même chose avec mes chouchous d’autres univers ! J’ai de nombreuses fois eu des hésitations également, me demandant si un tel était réellement de nôtre côté ou si c’était faux… Alors qu’au fond, ce n’était pas difficile à savoir… Tout en m’inquiétant pour certains personnages, n’ayant qu’une hâte voir si cela se passerait bien…

Le premier volume est un beau tome nous introduisant dans ce monde « onirique », mais il ne fut pas le seul vu qu’un One-Shot a existé avant cette série, un One Shot que l’on retrouvait dans l’un des Ki-Oon Mag et que j’ai pris plaisir à lire tout en découvrant un peu plus d’informations sur ce doux petit univers, lisant tout ce qu’il y avait dessus, profitant tout simplement… Et prenant bien sûr le marque-page ! Quant au second tome, il nous enfonce un peu plus dans cet univers, nous en fait découvrir de nouveaux morceaux, nous plonge encore et encore dans cet endroit où il est simple de revenir, se perdre, se poser des questions, chercher les ressemblances avec d’autres éléments connus… Un monde qui semble emplit de surprises, qui m’a également fait aller vers des légendes celtes de temps en temps également en plus des jeux-vidéos et je suis certaines que ce ne sera pas tout ce à quoi je penserai au fil des volumes, des découvertes. Des tomes se suivant sans difficulté, dans lesquels se replonger permet de visualiser d’autres petits éléments ou modifier la vision par rapport à ce qu’il se passe. Parce que je continuerai volontiers cette série qui m’aura réellement plût et qui, même relue, fut un régal !

Et vous les matous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

 

43383_5063xzj2

Beyond the Clouds – Tome 1

Vagabondant à la recherche d’un cadeau pour maman Neko – que j’ai trouvé – j’en ai profité pour me rendre à la librairie après mon examen de soin, santé et hygiène. Pour ceux me suivant sur Instagram, vous avez pût voir mon loot livresque (… ça se dit « bookloot » ?) composé d’un roman et deux mangas. Les teintes étaient assez jaunes pour cette fois et je ne l’ai réalisé qu’au moment de la photo. Je tiens également à préciser que l’adresse mail du blog a changé suite à un piratage et que si vous désirez me joindre, à présent, il vous faudra passer par celle-ci :

otaklive@gmail.com

Ce faisant, nous partons aujourd’hui dans une odyssée onirique qui m’en aura mit plein les mirettes. Prêt à découvrir l’un des nouveaux titres des éditions Ki-Oon ?

« Beyond the Clouds »

9791032702864_1_75

7€90 – 224 pages – Collection Kizuna

Une odyssée onirique, à mi-chemin entre les films de Ghibli et les univers de Final Fantasy !

Dans la ville jaune, les usines crachent leur fumée jour et nuit, cachant le ciel et les astres. Le jeune Théo n’a jamais vu les étoiles, ni exploré le monde extérieur. Enfant, il rêvait de partir à l’aventure, à la poursuite de créatures fantastiques de ses livres préférés, mais la réalité l’a rattrapé… Son travail à l’atelier de réparation Chikuwa est devenu son quotidien.

Sa routine est chamboulée le jour où il rencontre une fillette pas comme les autres : une humaine ailée, espèce appartenant au monde des légendes ! Tombée du ciel, elle a perdu la mémoire ainsi qu’une de ses ailes… Théo fera tout pour percer le mystère de cette rescapée des cieux !

A mi-chemin entre les films de Ghibli et les mondes de Final Fantasy, l’univers poétique de Beyond the Clouds vous entraînera sur les pas de deux adolescents hors du commun : Théo, le jeune bricoleur de génie, et Mia, la jeune fille ailée !

J’avais lu l’extrait dans le magazine Ki-Oon sur lequel j’étais tombée par hasard avant de repartir avec et il m’avait bien plût. Les graphismes étaient déjà à couper dans le souffle à ce moment là et lorsque je suis tombée sur le tome 1 après mon examen de soin, santé et hygiène j’ai fini par craquer… La couverture est tellement belle et me fait penser à de l’aquarelle, elle nous transporte aisément dans l’univers de Beyond the Clouds en rappelant le côté onirique de l’œuvre tout en nous montrant Théo et Mia. Nos deux personnages principaux sont mit en avant plan, mais l’arrière nous fait aisément pensé à la ville jaune que nous découvrons au fil des pages.

Si vous avez lu l’extrait, le manga ou le résumé un peu plus haut, vous savez qui sont ces deux personnages. Pour les autres n’en sachant rien, nous commençons l’histoire en compagnie de Théo dans une cité nommée la ville jaune. Elle tient son nom des différentes usines crachant de la fumée jour et nuit et donnant à la cité sa teinte caractéristique. Notre héros, Théo, se rend dans un lieu qu’il nomme l’ïle des merveilles et tombera, par hasard, sur une fillette hors du commun. Fillette que nous découvrirons de plus en plus au fil des pages et qui s’avère être Mia, une demoiselle qui nous réservera de nombreuses surprises.

Comme Nicke nous l’explique dans « Le monde de Beyond the Clouds » l’idée de l’œuvre est née grâce à Fleeting Dream de Final Fantasy X. C’est cette OST qui a inspiré l’univers que nous découvrons à présent et en la réécoutant je me dis qu’elle colle vraiment bien à ce manga. Je me suis même surprise à écouter la mélodie tout en le relisant, ce que je fais rarement. D’ailleurs, cette partie finale du manga est vraiment intéressante à lire à mes yeux. J’aime découvrir ce genre de détails, en savoir plus sur les personnages alors ce fut un vrai régal.

Mais revenons en un peu sur le manga en lui-même, sur ce conte onirique aux graphismes qui m’ont conquises du début à la fin et ont fait briller mes mirettes. Chaque page fourmille de détails, d’êtres, de vie et je ne me suis pas ennuyée un instant durant mes observations. Parce que oui, je m’arrêtais un long moment sur les pages afin de m’y perdre, de découvrir ce qu’il y avait à voir et même après une relecture je me disais « Tient… Je ne l’avais pas vu celui là ! ». Je ne pense pas être la seule à le dire, mais les graphismes sont juste magnifiques ! Un véritable régal pour les yeux !

Du côté de l’histoire, elle se met en place dans ce premier tome où nous découvrons les personnages, la ville, les liens entre les protagonistes, mais également les différences existantes, les peuples, quelques éléments un peu plus légendaires et… Et… Je suis soufflée par un certain animal apparaissant à la toute fin. Il est si beau ! Erm… Je m’égare… Mis à part cela, on avance petit à petit au fil des découvertes, des décisions prises par Théo et des éléments prenant place au fil du temps avec leurs explications. Tout prend place, telle une pièce de puzzle, et s’avère compréhensible. Rien n’est réellement laissé au hasard et je suis curieuse de voir ce que réservera le tome 2… Surtout vu la fin.

Je me suis plus attachée à Théo durant ce volume, même si je trouve Mia vraiment adorable, et je trouve qu’ils se complètent parfaitement, qu’ils s’entraident et avancent grâce à l’autre. Bien entendu, d’autres personnages prennent place que ce soit les collègues de Théo, son patron, l’un de ses amis, un autre vendeur ou des personnages arrivant plus loin dans l’histoire dont je ne parlerai pas de suite afin de ne pas vous spoiler. Tous sont différents, tous ont leurs caractères, leurs designs, leurs habitudes, leurs passés aussi et leurs liens avec autrui. Ils ne sont pas figés, ils ont leurs peurs, leurs forces, leurs faiblesses et font également des choix en faisant, parfois, des erreurs, en pensant ne pas avoir assez fait. Hotch m’a réellement touchée à un moment et j’ai hâte d’en savoir plus sur eux tous, sur ce groupe aux caractéristiques diverses que j’apprécie déjà.

L’édition ainsi que l’adaptation graphique d’Erwan Lossoi en elles-mêmes sont vraiment bien réalisées et je craque toujours sur cette couverture, sur sa douceur, sur ses teintes et les dorures présentes. Le papier est relativement épais, même si de temps en temps il est possible de deviner ce qu’il y a de l’autre côté quant aux pages couleurs du début elles sont bien imprimées, tout aussi plaisantes que la couverture et aux teintes typiques de cet univers. Pour ce qui est des impressions des tons de gris, je n’ai pas souvenirs d’avoir vu un seul problème durant ma lecture. D’ailleurs, l’encre restait gentiment sur sa page sans venir agresser les doigts ce qui est vraiment chouette ! Pour ce qui est de la traduction de Fédoua Lamodière, je trouve qu’elle colle à l’univers présent, à l’onirisme qui se dégage de l’œuvre et nous permet de reconnaître qui parle sans difficulté. Je ne me souviens pas d’avoir vu d’erreurs durant ma double lecture, mais comme vous le savez déjà j’entre dans le monde en question…

Pour faire simple, vous l’aurez sûrement comprit, mais Beyond the Clouds fut une très belle surprise sur laquelle je suis heureuse d’être tombée. C’est un très beau titre que je suivrai volontiers au fil des sorties même si j’ai déjà une tonne de séries en cours… Enfin, une de plus ou de moins vu le nombre cela ne changera plus grand-chose je pense… Je ferai ce que je peux pour vous parler des prochains tomes ♥

 Beyond the cloud

Et vous les matous, avez-vous lu ce premier tome ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Comptez-vous l’essayer ?

 

ExtraitSite de l’éditeur