Le petit journal nekoien #9

2f4a66caed9e3dc075bcf668f10b8bc67186be39_hq

Poco – Poco’s Udon World

Coucou les matous, comment allez-vous en cette belle journée ? Comment ça, c’est lundi ? Oui et… ? Ah les cours et le travail on reprit ? Courage, la semaine passera vite tout du moins je l’espère pour vous et puis elle sera peut-être pleine de jolies découvertes ! De plus, qui dit lundi dit… Le petit journal nekoien !!! Et oui, il est en ligne pour le meilleur et pour le pire ! Prêt à le découvrir les petits matous ?

1b365c9432c53c139dbd8f6230294405-cat-silhouette-tattoo-design

« Il court à en perdre haleine à travers les champs »

« Gelées et compotes » Des pommes et des poires… Un peu d’orange et de cannelle aussi tout en ayant beaucoup de motivation. Mais au final, j’aurai mes pots pour l’année – pas plus malheureusement – et de quoi savourer tranquillement le matin alors que je suis encore dans le gaz. Avec Maman Neko on a pût tester l’extracteur de jus à vapeur qui fonctionne à merveille sur le coup !

« Recherche d’emploi » Et oui, encore et toujours je suis en quête ! Cela n’a pas beaucoup changé depuis la dernière fois, mais comme je n’en ai plus parlé… Pour le moment les rares réponses reçues sont négatives malheureusement, mais on ne lâche pas l’affaire ! Je finirai par trouver ! *lève ses pattes en l’air, bien décidée*

279a34a596a9fba654e2dc14cc79cd1a

« Les agriculteurs l’observent, silencieusement, pendant que les enfants se mettent à le suivre »

 

« Articles » Et oui… Je n’aurai pas prit d’avance dans mes textes cette fois-ci, par contre j’aurai écrit pas mal d’articles pour le blog. Oui ça change un peu, mais ce n’est pas pour autant qu’ils sont vraiment en pause. Je reprendrai plus que probablement les textes cette semaine d’ailleurs !

tumblr_inline_ne686jzzxi1qbiwtr

« Ils courent, eux aussi, et tentent de ne pas perdre de vue la petite créature ressemblant à un renard »

« Poco’s Udon World » Ah… Alors là je peux dire que cet anime m’aura fait passer par diverses émotions et ce jusqu’aux larmes… Oui, j’ai pleuré et je n’ai pas honte du tout de le dire. Je me suis attachée à Poco, Sôta et les autres et le dernier épisode m’aura réellement touchée. Beaucoup plus que prévu étant donné que deux mouchoirs ont dût être utilisé. Si l’on retire cet épisode qui m’aura rendue bien émotive, les autres m’ont rendu le sourire grâce à leur bonne humeur et à la nostalgie pouvant être de temps en temps ressentie. Pour le reste, j’avais craqué dessus à cause du character design et des couleurs… Bien m’en a fait vu que j’ai réellement adoré le découvrir. Une bien belle découverte apaisante et vraiment agréable ne m’ayant pas laissée de marbre. Pour ceux désirant le découvrir cela se passe sur la chaîne de Kazé pour l’épisode 1 et sur ADN pour la suite. (Sinon si vous avez un abonnement, tout est sur ADN) Si vous ne connaissez pas, nous suivons Sôta Tawara, un jeune homme de 30 ans travaillant à Tokyo, qui a décidé de prendre des vacances pour retourner à Kagawa, sa ville natale. Il y a fera la rencontre d’un étrange petit garçon… peut-être pas si humain que cela ! Vu 12 épisodes sur 12 ; Coup de cœur 

« L’Ere des Cristaux » Je n’ai pas encore vu l’épisode 2 et n’ai pas lu le manga sortit chez Glénat pour le moment. Lorsque j’ai lancé l’épisode – au hasard… oui, j’aime bien le hasard TT’ – je ne savais pas trop à quoi m’attendre et il m’a fallu un petit temps d’adaptation par rapport au design. Relativement court en soi vu que malgré tout je l’ai trouvé assez fluide lors des scènes où on les voit se déplacer. Plus qu’à voir ce que donnera l’épisode 2 ! Vu 1 épisode

« Moi, Moche et Méchant 3 » Changement de registre vu que cette fois je continuais gentiment les Moi,Moche et Méchant et n’ayant pas vu le 3 – et une certaine personne l’ayant téléchargé – j’en ai profité. Comme toujours, j’ai eu le sourire aux lèvres en compagnie des personnages et des Minions toujours fidèles à eux-mêmes.  Un très, très bon moment de passé en compagnie de Maman Neko qui squattait le canapé en ma compagnie à ce moment là ! Film d’animation

« TerraFormars : Le film » Comment dire que je ne m’attendais pas à me retrouver devant pour celui-ci ? C’est en me rendant dans le salon – comme chaque soir – que j’ai découvert le film lancé sur la télé par mon paternel – qui ne veut toujours pas me croire lorsque je lui dit que c’est basé sur un manga alors que je le lui ai montré – et poussée par la curiosité j’ai regardé. Ce qui est déjà sûr c’est que je préfère l’œuvre originale, mais j’ai fait l’effort, jusqu’au bout – tout comme maman Neko totalement perdue à mes côtés et à qui j’ai donné des explications – et la fin est peut-être ce qui a été le moins rude pour moi à regarder. Peut-être est-ce lié au fait que je connais déjà le manga, c’est bien possible… Film live

2e979fb3697a1aac6422361c877eed82-drawing-pictures-artwork-ideas

« L’être finit par s’arrêter, les enfants se tiennent à distance et l’un d’eux pose une miche de pain au sol. La petite créature s’en approche avant de la renifler et de manger l’aliment sous le regard attendrit du petit groupe. »

« GranBlue Fantasy » Et oui, je continue mon avancée dans le jeu. De plus l’évent CardCaptor Sakura a débuté, résultat je tente de garder notre célèbre magical girl dans mon équipe tout en débloquant certains éléments. (Kerobero en créature invocable par exemple) Je suis capable de le faire ! Sakura tu ne retourneras pas dans ton monde !

 

Et… c’est déjà terminé ! Un nouveau numéro de fini et une nouvelle semaine qui débute… Ah que le temps passe vite, trop vite parfois… Mais au moins, cela signifie que de nouveaux événements se dérouleront et que la semaine ne ressemblera pas à la précédente ! Je me demande ce qu’elle réservera cette fois-ci…

Sinon, comme toujours, vous pouvez donner vos avis par rapport au petit journal nekoien et me donner des idées si vous désirez que j’aborde quelque chose de particulier. Je n’ai pas d’idées précises en tête, mais on ne sait jamais après tout ! Et puis… Vos avis, vos remarques – aussi petites soient-elles – me font toujours chaud au cœur peut importe le support utilisé. Je ne vous remercierai jamais  assez d’être là, à me suivre et à me lire. On se retrouve la semaine prochaine pour ce petit format !

Comment s’est déroulée votre semaine les matous ? Qu’avez-vous découvert ? Qu’avez-vous fait ? Le week-end a-t-il été bon ?

 

Platinum End – Tome 6

Coucou les matous ! Comment allez-vous aujourd’hui ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ma part je récupère d’hier vu que j’ai passé une bonne journée à la Retro Made In Asia en compagnie de Maman Neko où j’ai croisé quelques personnes (dont Thiboutsu). C’était vraiment un bon moment et une belle journée !

Vous vous demandez dans quoi je vous entraîne aujourd’hui ? Et bien ce sera le tome 6 d’un shônen manga que vous connaissez déjà. Je remercie grandement Anita et les éditions Kazé pour l’envoi ! Prêt à rejoindre vos anges et le combat semblant sur le point de débuter ? On est partit !

« Platinum End »

platinum-end

6€99 – Shônen – 192 pages

Pour sauver sa  femme et sa fille, Mukaido a plongé tête baissée dans le piège tendu par l’ennemi. Rejoint par Mirai, les deux hommes sont condamnés à voler jusqu’à l’épuisement sous la surveillance de Hajime, le nouveau pantin de Metropoliman. De son côté, Rubel fait tout pour parvenir à doter Saki du pouvoir des ailes. Obtiendra-t-elle ce don divin à temps pour venir en aide à ses alliés ?

Nous retrouvons donc nos héros de Platinum End pour la suite de leurs aventures dans ce sixième volume. Et ici, il sera très, très difficile de s’ennuyer cette fois-ci parce que les événements vont s’enchaîner. Mais de quoi nous perlera ce tome 6 ?

Mukaido à plongé tête baissée dans le piège tendu par Metropoliman et Hajime lors du tome 5 afin de sauver sa  femme et sa fille. Rejoint, peu après par Mirai, ils seront obligés de trouver une solution afin d’éviter qu’il n’y ait des morts que ce soit du côté des civils ou de nos protagonistes. Du côté de Saki et Rubel, la demoiselle veut à tout prix venir en aide à ses amis même si elle ne possède toujours pas le pouvoir des ailes et Rubel fait tout ce qu’il peut pour y parvenir.

Et ils ne seront pas les seuls présents, bien entendu les différents anges déjà là dans les tomes précédents gardent leurs importances, mais également les personnages ainsi que quelques nouvelles têtes. Pas énormément, certes, mais ceux-ci pourraient s’avérer être de dangereuses menaces malgré tout. Et… Et… Je n’aimerais vraiment pas me frotter à eux… Déjà que Metropoliman est un cas, mais ceux le suivant sont de vrais dangers publics !

Parmi les personnages, j’apprécie énormément la famille de Mukaido. On voit qu’elle tient à lui que ce soit sa femme ou sa fille et c’est réciproque par rapport à l’adulte. Il est facile de comprendre les raisons l’ayant poussé à se jeter tête baissée dans le piège à son encontre et tout aussi simple de savoir pour quelles raisons Mukaido désire les mettre à l’abri. Pour ce qui est de Saki, elle prend sa place au fil du temps et heureusement d’ailleurs car elle est s’avère plus utile dans ce tome ! A ses côtés, Rubel continue de se démener pour lui venir en aide et lui donner des ailes, même si ce n’est pas facile et j’aime énormément la manière dont cela se fait. Au niveau de Mirai, il reste fidèle à lui-même durant ce volume en étant surprenant. Bah oui, Mirai reste Mirai après tout !

Au niveau de l’histoire, elle est bien plus rythmée dans ce tome où certains éléments évoluent. On se rend bel et bien compte de l’enjeu et du fait que Metropoliman n’en a, au fond, rien à faire des pauvres civils qui n’on strictement rien demandé d’autre que de continuer leurs vies. Après tout, ils sont une cible et des otages faciles. L’histoire avance, à son rythme, avec une intrigue reprenant de l’ampleur et nous mène vers un final qui semble explosif. De quoi sera fait le tome 7 ? Une idée est donnée par rapport à la fin du tome et j’espère qu’elle sera bien employée ! Nous verrons bien de quoi sera faite la suite !

Pour ce qui est des dessins, ils sont comme à leurs habitudes magnifiques je reste vraiment fan des couvertures tout comme Maman Nekoet on reconnait parfaitement les lieux, les personnages et les petits clins d’œil. Il y en a d’ailleurs un auquel je ne m’attendais pas du tout, mais je vous laisse la surprise même si vous le trouverez aisément sur Internet et les réseaux sociaux, beaucoup de gens ayant parlé de celui-ci. Chacun possède un physique bien distinct et pouvant coller sans difficulté à leurs tempéraments, même si dans certains cas cela peut être un peu… flippant ? Surtout vu le caractère… Les affrontements restent réellement beau également, je n’ai eu aucun mal à suivre le rythme présent et à savoir qui était qui malgré ma mémoire de poisson rouge.

Pour l’édition, elle reste vraiment agréable en main et avec un papier assez épais. La couverture possède de très jolis reflets et est l’une de celles que je préfère, je pense, parmi toute celles de la série pour le moment. D’ailleurs, je pense que c’est le tome étant classé le plus haut parmi ceux de la saga en ce moment dans mes préférences par rapport à Platinum End. Sinon, l’encre reste bien sur sa page et n’a baver nulle part dans l’ouvrage ce qui est réellement bien pour les doigts et les détails présents. Et oui, des détails il y en a dans ce volume et cela aurait été triste de les voir disparaître sous une petite flaque d’encre.

Plus qu’à espérer que la série continuera son petit envol et nous réservera de belles surprises. Tout est possible après tout, en positif ou en négatif, mais ce tome donne – en tout casenvie de découvrir le suivant vu le rythme soutenu et le rehaussement de l’intrigue. Surtout vu la fin du volume… La suite concrétisera-t-elle les bons éléments présents dans celui-ci ? La réponse dans le tome 7, les matous. Pensons positif – même si ce n’est pas toujours facile – et disons nous que le titre continuera sur cette nouvelle lancée !

Et vous les matous qu’en avez-vous pensés ? Avez-vous lu ce tome ou vous êtes-vous arrêtés dans les précédents ? Comptez-vous lui redonner une chance ? Sinon, pour ceux l’ayant lu pensez-vous que la suite sera tout aussi prometteuse que ce tome ?

 

Site de l’éditeur – Extrait du tome 1 – Mini Site

Les achats du mois de… Septembre

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ceux étant enrhumé ou malade, courage cela finira par passer 🙂 Pour ma part, j’ai récupéré des nuits un peu plus difficiles et je suis en pleine forme maintenant. Juste un peu à la ramasse, comme toujours, mais cela ne change pas au fil du temps.

Comme nous sommes le premier octobre, je vous entraîne dans les achats et arrivée ayant eu lieu en septembre. Déjà un mois de passé, cela a été tellement rapide… Prêt ? Go !

Service Presse :

Beyblade BurstTome 1 [Kazé]

Pochi&KuroTome 3 [Kazé]

Kuroko’s Basket Replace PlusTome 3 [Kazé]

Platinum End – Tome 6 [Kazé]

La Clé d’Oriane

Recueil de poèmes et rêveries

Presque tous les Services presses auront été chroniqués ce mois-ci ce qui est… rare quand j’y pense o_o D’une certaine manière tant mieux me direz-vous ! Je vous parle des titres non chroniqués bientôt alors soyez patient, les matous !

Nouveautés :

Tizombi – Tome 1 [Bamboo Edition]

Saint Seiya Saintia Shô – Tome 1 [Kurokawa]

Fate/Apocrypha – Tome 1 [Ototo]

Great Teacher Onizuka – Tomes 1 & 2 [Pika Edition]

J’avais découvert Tizombi sur le blog d’Euphox et son avis m’avait donné très, très envie de découvrir le titre. Résultat, lorsque je suis tombée dessus au Carrefour j’ai sauté sur l’occasion et je ne le regrette absolument pas ! C’était vraiment une bonne lecture et un très bon moment de passé. Pour ce qui était de Saint Seiya Saintia Shô, c’était l’avis de Xander qui m’avait donné l’eau à la bouche et dès que je l’ai vu en occasion je l’ai embarqué. J’en parlerai sûrement sur le blog, si je n’oublie pas comme une bonne Neko tête en l’air que je suis. Pour les deux autres titres, Maman Neko avait profité de l’opération anniversaire pour GTO le faisant apparaître à la maison car elle savait que je ne l’avais pas lu et j’ai suivi mon envie de découvrir Fate/Apocrypha sous sa forme manga (En plus de l’anime que je regarde)

Suites :

Les Légendaires Origines – Tome 2 [Delcourt]

To Your Eternity – Tome 3 [Pika Edition]

Food Wars – Tome 19 [Delcourt/Tonkam]

The Rising of the Shield Hero – Tomes 4 & 5 [Doki Doki]

Black Butler – Tome 24 [Kana]

Ayant trouvé au magasin d’occasion la suite de Les Légendaires Origines, j’en ai profité pour prendre la BD (qui était vraiment peu chère) et je ne le regrette absolument pas vu que j’ai vraiment bien aimé Jadina. Moi qui avait du mal avec elle dans la série initiale, cela m’a surprise sur le coup. Pour les autres, je reste à jour dans trois séries (j’accroche toujours autant à To Your Eternity ♥) et continue mon rattrapage dans The Rising of the Shield Hero. Une fois rattrapé, je m’attaquerai à d’autres mangas un peu à la bourre… 

Goodies :

Marque-page – Le Chant des Souliers Rouges

Posters – Cœur de Hérisson ; Platinum End ; Beyblade Burst

Ex Libris – Platinum End ; Pochi&Kuro

??? – Platinum End ; Kuroko’s Basket ; Let’s Get Married

Durant quelques virées en ville, j’avais mit la main sur quelques bricoles que j’avais ramené dans la joie et la bonne humeur. Bon, par contre les carrés avec une illustration (les ??? dans la liste, oui, oui xD) je ne sais pas du tout le nom qu’ils ont de base. Pourtant, ils doivent bien en avoir… Je continuerai de farfouiller !

Autres :

1 Carte SD

Des perles à repasser [Hama]

Plaques pour perles à repasser (Une ronde et une carrée)

Quelques petits achats en plus, vu que j’avais besoin d’une nouvelle carte SD pour mon téléphone et que j’ai eu envie – à la fin du mois, oui, oui – de tenter les perles à repasser. Vive le côté touche à tout ! Je verrai si j’arrive à faire quelques petites bricoles, mais j’ai hâte de tester ! Hormis cela, il y a aussi eu des mochi trouvé par hasard en faisant les courses avec Maman Neko et je suis repartie avec. Ils étaient au chocolat – non, il n’y en avait pas à la pâte de haricot rouge – et ils étaient tout de même très bon avec de la mousse au chocolat à l’intérieur. Une douce surprise.


Mis à part toutes ces joyeuses arrivées et certains avis liés à celles-ci, vous avez vu apparaître la lecture commune du mois – Le tome 1 de Your Name – ainsi que d’autres avis. Par exemple, au niveau des ebooks vous avez vu mon avis sur le tome 1 de Voyageuse et celui sur Mon Cousin l’avait prédit. Par rapport aux mangas, c’est celui sur le tome 1 de Dresseuses de Monstres qui a pointé le bout de son nez et ce sera tout sur le coup quand j’y pense, je n’aurai pas été très productive en fait… J’essayerai de vous parler du deuxième tome dès que possible.


Futurs achats :

Cela n’a pas beaucoup changé depuis le mois passé vu que… Je n’ai pas acheté les titres présents dans la catégorie. Juste un qui s’est ajouté pour le moment et vu tout ce qui sort je sens que je risque de craquer plus que prévu. Comme d’habitude au fond. Il y a tant de titres intéressants ♥

Et voilà déjà la fin de l’article avant qu’il ne revienne le mois prochain. J’ai hâte d’être la semaine prochaine pour voir les loots possibles lors de la Retro MIA et je suis curieuse de voir mes futurs achats également, comme je ne suis jamais mes idées de base ou ne trouvent pas directement ce que je cherche. Quelle sera la nouvelle découverte ? Que continuerais-je ? De bonnes questions pour lesquelles je n’ai pas encore de réponse au fond. Sur ce, passez un bon mois d’Octobre !

J’espère que votre mois de septembre ce sera bien passé et aura été remplit de découverte ! Y-a-t-il eu plus ou moins d’achats que d’habitude chez vous ? Quels titres avez-vous essayé ou continué ? Quels titres vous tentent ?

Kuroko’s Basket Replace Plus – Tome 3

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? J’espère que vous êtes en forme ! Pour ma part, je vais bien. Comme vous le savez peut-être j’avais mon premier entretien la semaine passée, mais finalement il fallait quelqu’un de bien plus expérimenté que moi (… En même temps avec 0 expérience… *Va chercher des Super Bonbons pour monter de niveau*) je vous en parlerai un peu plus dans le journal nekoien qui arrivera dans le courant de la journée. Sinon, préparez-vous à voir également arriver mon avis sur le tome 1 de Mon cousin l’avait prédit dans les prochaines 24h !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans le milieu du basket en compagnie des personnages de Kuroko’s Basket ! Et comme vous vous doutez, ayant déjà parlé de la série initiale et des Extra Game c’est dans Replace Plus que nous nous dirigeons. Comme toujours, je remercie les éditions Kazé et Anita pour l’envoi du tome 3. Prêt ? On est reparti à Teikô les matous !

« Kuroko’s Basket Replace Plus »

kurokosbasket_replace_3_3d_0x600

6€79 – Shônen – 192 pages

La fête du collège Teikô est sur le point de commencer ! Pour Momoi, c’est l’occasion idéale d’attirer l’attention de l’objet de son affection, le discret Kuroko. Par chance, ce dernier, de sa propre initiative, lui propose de devenir son binôme lors des différentes épreuves du festival. Mais attention, l’enjeu est de taille : on raconte que les gagnants trouveraient le bonheur… à deux !

Cette fois-ci pas de changements d’époque et d’équipe, non, nous restons avec nos basketteurs à l’époque du collège ! En compagnie de Momoi, nous découvrons la préparation de la fête du collège Teikô et… la fête en elle-même bien entendu.

Nous nous retrouvons donc à suivre la demoiselle aux cheveux roses durant ce troisième tome, un tome restant bien centré sur elle – Et les membres de la Génération des Miracles au collège – nous évitant, de ce fait, diverses petites histoires. Ici, une seule est suivie et cela m’avait d’ailleurs surprise au début vu que je m’attendais à ce que cela fasse comme dans les volumes précédents. Sauf que ce ne fut pas le cas et au final la surprise s’avéra même assez agréable… Même si Momoi reste l’un des personnages avec lesquels j’ai le plus de mal. Mais bon, ça c’est personnel et je sais que d’autres l’apprécient.

Dans ce troisième tome se déroulant au collège nous voyons les personnages avec leurs personnalités d’avant bien que nous pouvons voir sans aucun problème quelques bribes de leurs tempéraments connus. Après tout, certains n’ont pas énormément changé au fil du temps tel que Midorima contrairement à d’autres dont le caractère n’est pas allé en s’améliorant. Les voir dans le passé nous permet de nous rendre réellement compte de l’impact que tout cela a eu lorsqu’ils sont devenus les plus forts. Un impact bien plus important pour certains que pour d’autres.

Parce que oui, leurs liens étaient réellement forts lorsqu’ils se trouvaient au collège Teikô et ce jusqu’au « grand changement » (Je vais appeler cela comme ça, ce sera plus simple) menant aux personnages et aux situations que nous rencontrions dans Kuroko’s Basket et Kuroko’s Basket Extra Game. Dans ce troisième tome de Replace Plus nous nous en rendons encore plus compte grâce à la fête, aux taquineries, aux discussions et on se rend bel et bien compte des sentiments de la rose. Amitié, amour, envie de se dépasser, de faire plaisir, de montrer de quoi on est capable, esprit d’équipe, c’est également tout cela Kuroko’s Basket même si cela s’avère moindre que dans d’autres mangas pour certains thèmes cités.

Chacun des membres de la Génération des Miracles est un bon exemple par rapport aux désirs, aux rêves. S’ils sont entrés dans le club de basket de Teikô ce n’était pas pour se la couler douce, mais pour affronter des adversaires de plus en plus puissants même si… On sait jusqu’où tout cela à mener. Heureusement, il y avait tout de même des périodes plus calmes, plus habituelles dans la vie de collégiens tels que les sorties ou, tout simplement, les festivals. Et c’est ce que nous avons dans ce tome 3 comme vous le voyez depuis tout à l’heure. Un festival permettant de faire ressortir les qualités et les défauts de chacun, un festival donnant droit à des situations cocasses même si je plains Momoi dans certains cas.

Et je reste tellement attachée à Aomine… Mon cœur se serre dès que je repense à l’une de ses phrases prononcée dans la série initiale alors qu’il était – justement – au collège. Alors, le voir d’une humeur joyeuse, taquine, et aimer ce sport pour lequel il donnait tant fait réellement plaisir. Bien entendu, il n’est pas le seul du groupe que j’apprécie, mais il était le premier. Kise est le second, même s’il est l’un de ceux ayant le moins changé du groupe, pourtant lui aussi a été – d’une certaine manière – touché par ce qu’il s’est passé. Pareil pour les autres et bien entendu Kuroko, le joueur fantôme, le joueur apprécié de chacun des membres de la Kiseki no sedai et qui n’hésitera pas à leur tenir tête durant les matchs autant que possible dans Kuroko’s Basket.

D’ailleurs, dans ce spin-off, nous le voyons rire, sourire en compagnie de ses anciens amis. Nous le voyons également tel qu’il était avant, légèrement différent, mais en même temps tel que nous le connaissons. Lorsqu’il avait une idée en tête, il ne la lâchait pas déjà à l’époque et voir qu’il est resté ainsi fait également plaisir. Et le fait que ce tome suit une histoire unique plutôt que diverses petites historiettes nous permet de nous accrocher un peu plus à ces êtres de papier. Parce que oui, durant ce festival nous sourions face à certaines situations réellement cocasses, nous nous rendons bien compte de ce qu’aime chacun d’eux et… Et on voit bien qu’Akashi est vraiment doué en pas mal de choses finalement. (Même si je me demande où il est durant la course… Mystère)

Pour conclure ce petit avis, ce tome 3 est réellement celui que j’aurai préféré pour le moment par rapport au spin-off et je suis curieuse de voir si le tome 4 suivra la logique présente dans ce volume-ci. En attendant, retrouver les personnages dans ce spin-off s’avère agréable tout en nous permettant d’en apprendre plus sur ce qu’ils faisaient comme activité sur le côté – hormis le basket s’entend – ou dans le passé. Plus qu’à voir comment cela évoluera !

Et vous les matous, lisez-vous ce spin-off ? Qu’en pensez-vous ?

Site de l’éditeurExtrait

Pochi & Kuro – Tome 3

Coucou les matous, comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ma part, je suis en pleine forme malgré la météo grisâtre. Point positif, il ne drache pas pour le moment… Et j’espère que ça ne tombera pas en une fois.

Aujourd’hui, je vous emmène une nouvelle fois dans le monde des Démons et plus précisément sur le FrankenShip que nous découvrions dans le tome précédent. Je remercie les éditions Kazé et Anita pour l’envoi du troisième tome de cette série qui me remet irrémédiablement de bonne humeur ! Prêt à embarquer les matous ? On est partit !

« Pochi&Kuro »

pochi_kuro_3_3d_0x600

6€79 – Shônen – 192 pages

Désormais équipés d’un navire rutilant, « Le FrankenShip », Kuro et sa bande vont pouvoir ramener Pochi chez elle, dans le monde des humains. Mais, à court de carburant, l’équipe n’a d’autre choix que de rejoindre Mercuria, où se tient un festival, mais surtout… un tournoi ! C’est alors que de nouveaux adversaires de taille entrent en scène, et pour cause : il s’agit de la fratrie royale…

Dans cet avant dernier tome de la série, nous retrouvons nos chers personnages ainsi que de nouvelles têtes s’ajoutant à une certaine famille que nous connaissons depuis un moment. Mais avant de vous parler des personnages, concentrons-nous un peu sur l’histoire en elle-même les matous !

La petite bande peut désormais voyager grâce au navire – Le FrankenShip – jusqu’à Sunkust afin de ramener Pochi chez elle. Tout du moins c’est l’idée de départ parce que quelques petits problèmes vont pointer le bout de leurs nez durant le périple et pas des moindres pour certains. Entre le manque de carburant et une fratrie royale très, très tenace, la bande aura beaucoup à faire !

Comme vous le voyez dans ce troisième tome le périple continue avec un crochet pour trouver du carburant dans une autre ville du monde des Démons nommée Mercuria. Une escale rappelant légèrement celle du tome 1, mais s’avérant également très différente vu la finalité de celle-ci. D’ailleurs j’ai bien aimé la petite référence camouflée durant cette petite pause festivalière et le fait que Pochi mette également la main à la pâte (dans tous les sens du terme cette fois) afin d’aider à sa manière. Parce que non, la demoiselle ne reste pas les bras ballants à ne rien faire et garde ses propres réactions.

Normal vu qu’elle est ainsi depuis le tout début de l’histoire. D’ailleurs, Pochi est vraiment adorable par rapport à Kuroet c’est réciproque – même si ça ne doit pas être simple non plus. Je me demande comment évoluera tout ça dans le dernier volume vu qu’elle est censée rentrer dans le monde des Humains… Hm… Je verrai bien ! D’ailleurs, c’est tout de même chouette de voir qu’elle est vivante, ne se laisse pas marcher sur les pieds même si… Bah on ne sait pas tenir tête à tout le monde quoi qu’on en dise.

Du côté des autres personnages que nous connaissions déjà, ils continuent de prendre un peu plus d’ampleur à leurs manières. Le mystère par rapport à Kuro est toujours présent – non pas celui en rapport avec ses sentiments… ça ce n’est pas un mystère du tout ! – et j’espère que l’on aura notre réponse dans le tome 4, après tout il est vraiment, vraiment puissant notre Kuro… Mais il a également un caractère hyper chouette qui fait plaisir à voiret à lire lorsqu’il parle – dans ce manga ! A ses côtés, se trouve toujours son fidèle ami félin nommé Léo. Notre Frankenchat préféré prend également son envol dans ce volume, même s’il aura – lui aussi – quelques pépins. Et… Et bah je l’apprécie toujours autant ! De plus, on se rend compte des liens existant tout de même avec sa mère et puis ce n’est pas vraiment un mauvais bougre ce Léo. Le dernier petit membre est Wapple, la pomme vivante toute adorable qui est également utile à sa manière et se débrouille comme il peut…

Parce que oui, peut importe la taille ou l’apparence chacun des personnages prendra soit sur lui, soit gagnera en maturité (Coucou Ishizu… Quoi ? Oui, pour moi il gagne en maturité !) et prendra, petit à petit, son chemin en fonction de ses choix. D’ailleurs vous avez remarqué que je n’ai pas parlé de notre petit prince à une corne et de son majordome ? Et bien, et bien… Ishizu continue de prendre de l’ampleur et Sebasmiaou nous fera remarquer – avec raison – des changements ayant eu lieu chez son jeune maître. Et finalement, ce prince on le comprend un peu mieux au fil de la lecture du tome et de la vision qu’à sa famille sur lui… Cela ne doit pas être simple tous les jours. Heureusement pour lui, même dans la pire des situations, Sebasmiaou – que je renomme inlassablement Sebastian – est toujours à ses côtés. Ce n’est pas rien lorsque l’on sait qu’il n’y a pas tant de personnes sur qui peut réellement compter le jeune prince…

Et puis il y a les nouveaux venus liés à la famille royale – ce n’est pas un spoil c’est dans le résumé – chacun de ses membres ayant un majordome. J’ai bien aimé les références pour chacun d’eux d’ailleurs. Nous avons même un aperçu, lors d’un flashback, d’un personnage dont on entendait seulement parler depuis le début et… Et… Pourquoi ils n’apparaissent que maintenant !!! Bon même si l’un des membres de la fratrie m’a surtout donné envie de le secouer comme un prunier par rapport à l’une de ses phrases lâchée à Ishizu, ce n’était pas le cas des deux autres… Tout du moins sur le moment, après on verra dans le prochain tome. M’enfin, cela n’empêche qu’ils ont des caractères très différents les uns des autres, des capacités variant également tout comme leurs manières de discuter, d’être. J’aurais bien aimé les voir un peu plus…

D’ailleurs un personnage est également un moyen de locomotion et j’ai trouvé l’idée vraiment originale. Le protagoniste en lui-même, sa manière de discuter avec les autres et le fait qu’il ai – semble-t-il – tout autant de sentiments qu’un être fait de chair et de sang, d’ailleurs il doit l’être aussi vu ce que l’on voit dans ce tome 3, fait que l’on s’attache malgré tout à lui. Il m’a bien fait rire d’ailleurs lors du tour du propriétaire et le jeu de mot pour son nom fait qu’il est simple à retenir, mais je vous laisse le rencontrer durant votre lecture vu qu’il montre le bout de son museau relativement rapidement.

Pour le reste et bien cela reste un magnifique remonte moral ! Vous le savez sûrement qu’au moment où les résultats sont tombés je n’ai pas eu très, très facile au début… Ce qui est logique au fond et je m’étais lancée dans… Et oui, Pochi&Kuro relisant ainsi les trois tomes à la suite qui sont vraiment bien raccord les uns avec les autres, qui font sourire et ne donnent pas vraiment envie de quitter ce joyeux petit groupe. Pourtant la fin arrive, dans le tome suivant même, et je sens que j’aurai une nouvelle fois du mal à quitter des personnages.

Les dessins nous permettent sans problèmes de nous immerger, quelque soit le volume, là où l’on se trouve et j’avais envie de vagabonder entre les échoppes de l’escale improvisée pour trouver des petits sous et du carburant ou de découvrir l’intérieur du FrankenShip, j’avais également envie d’être dans le public à observer le tournoi ou tout simplement en train de goûter ce que la bande avait préparé. Bon par contre, j’aurai sûrement prit mes jambes à mon cou face aux membres de la famille royale, mais ça ce serait de l’instinct de survie… Je ne suis pas timbrée jusqu’à ce point là. Sinon, pour en revenir aux dessins, ils font en sorte que l’on reconnait sans difficultés les personnages, mais également les monstres apparaissant ou les références se repérant au fil des pages.

Pour ce qui est de l’édition en elle-même, comme toujours l’encre restait gentiment sur les pagesNon, je n’ai pas fait face à un vilain monstre d’encre – et donnait tout de même de la profondeur à certaines pages. Au niveau des dialogues, je n’ai pas souvenirs de coquilles ou alors il y en avait vraiment, très, très peu et ils collaient sans difficultés aux différents personnages, à leurs manières de parler. Mis à part cela, le manga en lui-même est relativement souple pour ne pas se retrouver à garder la forme du pliage s’il se retrouve bloqué entre différents objets dans un sac… Il retrouve sa forme sans difficulté, rassurez-vous…

Alors oui, je suis une nouvelle fois ravie d’avoir lu Pochi&Kuro et je n’ai qu’une hâte : lire le tome 4. Même si ce sera le dernier volume… Je sens déjà mon cœur se serré et une certaine attaque n’est pas lié à cette sensation. J’espère que nous aurons toutes nos réponses, que les nouveaux venus seront assez bien traités, que les anciens resteront tout aussi agréable à suivre. Non, je ne veux pas du tout quitter notre petite troupe parce que je sais d’avance que chacun d’eux me manquera à sa manière et ce même si la série fut assez courte… Je la lirai à nouveau sûrement dès que possible ou lorsque j’aurai un peu plus le cafard.

Et vous les matous, comment avez-vous trouvé ce troisième volume ? Quel personnage appréciez-vous ? Comment pensez-vous que cela se terminera ? Relirez-vous la série ?

 

Site de l’éditeur – Extrait

Beyblade Burst – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Moi ? Je vais plutôt bien, un peu fatiguée, mais mis à part ça je n’ai pas à me plaindre. En plus, j’ai commencé à postuler pour trouver un boulot. On verra bien au fil du temps ce que cela donnera !

Aujourd’hui, je vous entraîne dans une nouvelle licence de chez Kazé et je remercie la maison d’édition et surtout Anita pour l’envoi ainsi que la découverte du titre ! Le nom vous dira peut-être quelque chose, mais je suis certaine qu’une phrase en particulier ravivera quelques souvenirs. Prêt ? 3…2…1… HYPER VITESSE !

« Beyblade Burst »

beyblade-burst

6€79 – Kodomo – 192 pages

Valt Aoi est un véritable passionné de Beyblade ! Bien que débutant, il s’inscrit dans un tournoi pour réaliser son rêve : devenir le meilleur blader du monde ! Mais très vite, il se retrouve face à des adversaires redoutables… S’il veut les battre, il va devoir s’entraîner dur pour développer de nouvelles techniques secrètes !

Vous vous souvenez peut-être de ces toupies se combattant un peu partout dans la cour de récrée ou dans des stadiums en plastique ? Personnellement j’avais grandit avec et m’amusait en affrontant d’autres personnes également. Et bien les revoici en plastique, métal et bien entendu avec les bladers qui vont avec, mais surtout sous le format manga !

Je retrouvais légèrement Tyson – De la première saison de Beyblade – en Valt même s’il est un peu plus enfantin que cet ancien blader qui n’était pas déjà le plus mature de la bande. Et, au fil des pages et des apparitions, jarrivais à retrouver quelques éléments rappelant les bladers que j’avais connu enfant. Je ne m’y attendais pas sur le moment et pourtant c’est possible pour certains des personnages qui apparaissent. Pas tous et encore moins dans la totalité de la personnalité ou du physique, mais c’était tout de même présent.

Mais revenons-en un peu sur l’histoire réalisée par Hiro Morita les matous ! Nous suivons donc Valt Aoi, un garçon passionné de Beyblade bien qu’il ne soit que débutant. Malgré tout, il s’inscrira dans un tournoi où il affrontera diverses personnes possédant probablement le même rêve que lui : Devenir le meilleur blader du monde. Mais pour devenir le meilleur, il faut battre ceux ayant déjà un niveau bien plus élevé que le nôtre, est-ce que Valt s’en sortira ?

Classé dans les Kodomo, Beyblade Burst est un manga se dirigeant tout doucement vers le Shônen et posant les bases du genre tout en touchant un public bien plus jeune que le dernier genre cité. Nous y voyons l’évolution de Valt, sa manière d’être et de jouer au fil du premier tome qui nous permet de nous rendre compte qu’en fonction du positionnement du lanceur cela peut changer « quelques données » lors du duel de toupies. Vous avez déjà essayé de l’envoyer totalement de biais ? Oui, ça rate très, très souvent… Testé et non approuvé y a des années surtout que j’utilisais des toupies plutôt… Défensives !

Et cela ressort également dans le manga où l’on découvre qu’il y a différentes sortes de toupies et que leurs « composants » peuvent être légèrement différents. Ayant de nombreuses fois modifié les miennes plus jeune je voyais sans difficultés de quoi les personnages parlaient. Après tout cela avait fait partie de mon vocabulaire… Mais de ce que j’ai pût voir en laissant le manga à une personne ne le connaissant pas du tout il était tout à fait compréhensible (Comment ça, j’utilise Maman Neko pour voir si tout se comprend facilement ? Non…)

Comme vous vous en doutez, nous découvrons également d’autres personnages qui prendront sûrementun peu plus d’ampleur dans les prochains volumes étant donné que l’histoire n’est pas composée de différentes petites histoires pouvant être lues indépendamment, mais s’avère être dans la continuité. Ici, il vaut mieux ne pas rater un chapitre, même si pour nous cela sera tout de même compréhensible si cela arrivait. Les différents protagonistes apparaissant possèdent des liens différents avec Valt allant du camarade de classe à… Bah à l’inconnu aux premiers abords vu qu’il y a certains bladers que notre petit héros ne connaissait pas. De plus, notre personnage principal possède une famille que nous découvrons également. Il est juste dommage que l’on ne voie pas encore de filles parmi les bladers, mais peut-être arriveront-elles plus tard si c’est comme dans la série mère…

Mis à part tout cela, les dessins sont simples à suivre et ne posent pas de soucis pour reconnaître qui est qui voire la toupie. Par contre, je ne sais pas si l’un des éléments que l’on aperçoit sera l’équivalent des « Spectres » que je connaissais ou pas du tout, j’aurai peut-être ma réponse dans le tome 2… Même si je ne me suis pas encore attachée à ceux que l’on voit brièvement. Mais on sent l’attachement de certains bladers envers leurs toupies même si parfois cela peut sembler exagéré aux yeux de quelques personnes.

Bien entendu, je n’ai pas eu trop de surprises au fil de la lecture, mais elle a tout de même été agréable et m’a permit de passer un bon moment en compagnie de Valt et de ceux que l’on découvre. Je suis tout de même curieuse de voir comment le titre va évoluer et ce qu’il adviendra de notre jeune héros. Deviendra-t-il le meilleur blader ? Comment évolueront ses relations avec les autres ? L’histoire reste tout de même intéressante et on retrouve même quelques « gags » durant la lecture qui ne sera pas la plus sérieuse du monde, ce qui fait un bien fou si on a besoin de se changer les idées ou d’avoir une lecture plus douce voire enfantine. Oui, je vous assure que cela peut faire du bien !

Vous l’aurez comprit, la lecture des 192 pages c’est bel et bien avérée relativement bonne en soi ! Juste dommage l’éternelle absence de personnages féminins du côté des bladersparce qu’il y a des protagonistes féminins qui sont bel et bien présent juste qu’elles ne sont pas « blader »mais comme dit, il se peut qu’elles arrivent plus tard. Pour le reste, j’ai passé un bon moment qui m’a rappelé pas mal de souvenirs sur le coup. Oui, cela peut sembler bête, mais c’est comme ça.  De plus, l’édition proposée par Kazé est agréable à tenir en main et ce même si c’est un manga, à l’origine, pour les enfants ce qui est plutôt une bonne chose. Il est également accompagné d’un petit goodies qui fera sûrement plaisir à certaines personnes. Maintenant, j’attends le tome 2 pour voir ce que le titre nous réservera !

Et vous les matous, connaissez-vous Beyblade Burst ? Connaissez-vous Beyblade tout simplement ? Compteriez-vous l’essayer ?

 

Site de l’éditeurExtrait

Les achats du mois… Août

Coucou les matous ! Comment allez-vous en ce deuxième jour de septembre ? Oui… C’était la rentrée des classes hier et encore j’aurai préféré avoir ma rentrée à ce moment là que le duo d’examens… Psychomotricité (1 & 2) et Natation se sont suivit et après avoir terminé la matinée avec une migraine, j’ai fini la journée avec les poumons totalement oppressés suite à l’apnée… La joie en soi ^^’ Mais ça a fini par passer et je suis un peu plus en forme…

Reprenons donc, qui dit début de mois – et pas spécialement septembre – dit apparition sur le blog de mon article des arrivées/achats du mois passé ! Et même si aujourd’hui nous sommes le 2, comme celui-ci n’est pas paru hier suite à mon état, cela reste la même chose. (Comment ça, non ? Mais je vous assure que si !) Prenez un cookie dans la boite à biscuit et allons-y mes petits matous tout doux ! ♥

 

Service Presse :

Fire PunchTome 2 [Kazé]

Riku-Do – La rage aux PoingsTome 4 [Kazé]

Takane & HanaTome 7 [Kazé]

Mon Cousin l’avait prédit – Tome 1

Quatre petits services presse ce mois-ci et je dois encore vous parler d’un ebook des mois précédents en plus de celui présent ici ^^ Vous savez à quoi vous attendre sur le coup ! Je suis contente d’être à jour, pour une fois niveau manga… ça faisait longtemps qu’à la fin du mois je ne les avais pas tous chroniqué comme il se doit (Moi, retardataire ? Non…) Et je reste réellement fan de Takane&Hana c’est un vrai remontant niveau bonne humeur

Nouveautés :

Black Butler – Artbook n°2 [Kana] Grâce à Thiboutsu 🙂

Dresseuses de Monstres – Tomes 1 & 2 [Komikku] ♦ Série terminée

Comme vous le savez déjà, j’ai rencontré Thiboutsu ce mois-ci et on a passé une super journée à deux (Je ne vous refais pas le blabla, ahah) Si vous aviez suivit, j’avais reçu le deuxième artbook de Black Butler de sa part et je ne me lasse pas de tourner les pages de celui-ci ! J’aime énormément les illustrations présentes à l’intérieur, retrouver les personnages, les couvertures, voir d’autres dessins réalisés par Yana Toboso. C’est toujours un régal Il a rejoint le premier artbook de Black Butler ainsi que le deuxième artbook de Pandora Hearts dans mes précieux (Voui, je n’ai pas beaucoup d’Artbook ^^’) Pour Dresseuses de Monstres j’essayerai de vous en parler dès que possible !

Suites :

Assassination Classroom – Tomes 16 & 17 [Kana]

Fairy Oak – Tome 4 [Kennes] Début de la 2ème série en 4 tomes

Food Wars – Tomes 17 & 18 [Delcourt X Tonkam]

Iris Zero – Tome 7 [Doki-Doki]

The Rising of the Shield Hero – Tomes 2 & 3 [Doki-Doki]

Les Enfants de la Baleine – Tome 8 [Glénat]

J’ai rattrapé mon retard, ce mois-ci, dans quelques séries comme vous le voyez tout en continuant les autres. La joie que j’ai ressenti lorsque le tome 7 d’Iris Zero est sorti était sans pareil vu que cela faisait un bon moment que je l’attendais et j’en ai profité pour relire la série que j’a-d-o-r-e ! Pour ce qui est de Fairy Oak c’est une série de romans jeunesses tout en douceur qui m’a fait un bien fou, j’apprécie retrouver les jumelles et les autres personnages ainsi que l’univers. De plus, dans ce quatrième tome on complète la trilogie précédente et les sentiments présents entre les personnages ne sont plus réellement inconnus. Je me demande ce que donneront les trois autres volumes… Si l’une des séries mentionnées vous intrigue n’hésitez pas à me demander pour un avis, si tout va bien vous devriez l’avoir au fil du temps !

Emprunts :

/

Comment ça je n’ai pas été à la Bibliothèque ou embêter quelqu’un pour lire l’un de ses mangas ou romans ? M-Mais j’avais autre chose à faire durant mon mois d’août malheureusement ;_ ; Enfin, lorsque ma mère aura fini de lire son cadeau (La Merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane) je le lui emprunterai sûrement !! Après tout, je n’ai lu que le résumé et je suis très, très curieuse de le découvrir aussi !

Goodies :

 

Éventail –  Reine d’Egypte [Ki-Oon] Toujours grâce à Thiboutsu

Figurine – Sailor Vénus [Sailor Moon]

Portes clefs – Sailor Vénus [Sailor Moon] ; WarGreymon, WereGarurumon & MégaKabuterimon [Digimon]

Stickers – Naruto [Kana] Et… Une nouvelle fois grâce à Thib’ !

Marque-page – Le Chant des Souliers Rouges [Kazé]

Vive les brocantes ! Comment ça, non ? M-Mais c’est chouette de trouver des perles en fouillant ! D’ailleurs, les cartes Pokémon de la partie autres viennent de là-bas aussi comme vous le savez déjà. Le reste vient soit de Thib’Thib soit de Kazé vu que j’ai reçu le marque-page avec un petit duo de mangas, il mettait une petite touche plus douce au milieu des univers sombres. Le nombre de goodies augmente petit à petit à la maison, par contre j’ai vraiment un souci pour trouver un endroit où ranger mes marque-pages… Ils sont en petit tas pour le moment, mais j’aimerais bien pouvoir les classer et pouvoir les retrouver sans partir en fouille dans ma chambre TwT Vous faites comment, vous ?

Autres :

Cartes – Pokémon

DVD – Vaïana : La légende du bout du monde [Disney] ; Zootopie [Disney]

Jeu 3DS – Final Fantasy Explorers


Mis à part tout cela, je vous aurai également parlé du tome 1 d’Iris Zero, du tome 1 d’Après la pluie et du tome 1 de Library Wars. Il y a également eu une lecture commune en comapgine de Tiboutsu, Allandryl et Xander sur le tome 1 d’Hunter X Hunter. Niveau roman ce seront le recueil de poèmes nommé Ironie du Sort, le tome 1 des Chroniques d’Eyridian et la seconde partie du tome 2 d’Exilium qui sont venus s’ajouter sur le blog. Mis à part tout cela, ce mois-ci est né mon petit rendez-vous du lundi en votre compagnie… Vous devinez ? Et oui, ce sont les petits journaux nekoien qui sont nés ! Je suis contente qu’ils aient été bien accueillit, je ne m’y attendais pas du tout au début.


Futurs achats :

En plus des suites que vous ne voyez pas ici parce que je découvre semaine après semaine ce qui sort (voire le jour même), ce que j’aimerais débuter n’a pas trop changé au fond. Nous verrons bien ce que réservera le mois de septembre et si je me lancerai dans quelque chose de nouveau. Il faut également que je termine Les Nuits d’Aksehir, je n’ai pas sût me prendre les tomes 2 et 3 TwT Courage portemonnaie-chan, je te promet d’être sage… Enfin… Peut-être… Mais il y a tant de titres qui sont intéressants !!!

 

Et voilà… C’est déjà la fin de l’article de ce début de mois de septembre… J’espère que le mois d’août se sera bien passé de vos côtés également et que vous aurez fait de nombreuses découvertes. AH et tant que j’y suis, je précise que tout ce qui est cité – hormis l’ebook pour le moment – est déjà lu. C’est l’un des rares titres de ma PAL inexistante… Comme certains se demandaient comment je faisais pour ne pas avoir de Pile à Lire et bien c’est le malheur de lire trop vite (Même en ralentissant j’engloutis mes différentes lectures, il faut que je ne sois pas concentrée pour être hyper lente) tout en lisant dès l’arrivée. C’est assez embêtant même si ça n’en a pas l’air ^^’

Hormis tout cela, je vous remercie encore et toujours pour votre présence, vos retours, vos petits messages sur le blog ou Twitter pour un peu tout. Cela me fait vraiment plaisir de partager mes découvertes et tout le reste avec vous mes matous. Comme toujours j’espère vous retrouver dans les prochains articles qui sortiront et continuer de discuter joyeusement en votre compagnie. Je ne mords vraiment pas alors n’hésitez pas.

Et vous les matous, vos achats du mois passé ont donné quoi ? Y a-t-il un titre que vous avez préféré découvrir ? Y a-t-il des titres qui vous intéresses en ce mois de septembre ou que vous comptez tout simplement acheter ?

Fire Punch – Tome 2

Hey les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Chouette alors ! Parce que le week-end prend petit à petit fin… Mais pas encore les vacances ! Bon pour ceux qui sont en vacance, ce qui n’est plus vraiment mon cas depuis le début des examens de récupération… Je suis également peu présente en ce 27 août, pour la simple et bonne raison que je fête l’anniversaire de ma mère en sa compagnie (et celle de mon paternel, bien sûr… mais disons que ce n’est pas encore la joie avec lui…)

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un monde post-apocalyptique dont je vous avais déjà parlé lors de l’arrivée d’une certaine box presse et… Bien sûr du tome 1 ! Sinon, cela serait ballot que je vous parle à présent du deuxième volume – quoi que je serais capable… – et je remercie une nouvelle fois les éditions Kazé et Anita pour l’envoi vu qu’il était arrivé à destination en compagnie du tome 4 de Riku-Do et cette fois il n’avait pas fait le tour du village ^^ C’est toujours une joie de voir apparaître une petite enveloppe ou un paquet, je suis comme un enfant devant. Prêt à rejoindre un monde extrêmement froid ?

« Fire Punch »

fire-punch

7€99 – Seinen – 192pages

Agni, qui brûle désormais d’un manteau de flammes inextinguibles, part à la recherche du cruel Doma pour venger le meurtre de sa sœur ! En chemin, il est surpris par un élu qui parvient à le décapiter ! Les soldats de Behemdolg décident de jeter sa tête  à la mer, seul moyen de se débarrasser définitivement de lui. Surgit alors Togata, énigmatique jeune femme dont la passion pour le cinéma n’a d’égal que sa puissance…

Nous  retrouvons Agni en mauvaise posture au début de ce tome – Souvenez-vous de la fin du tome 1 où il était décapité – et un certain personnage nommé Togata se décide à prendre beaucoup, beaucoup plus d’ampleur. Et ironiquement cela fait plaisir ! Mais que nous réserve-t-elle ?

Parce que oui, Togata sera bien plus au centre de ce tome que notre homme de feu immortel sur le coup, prenant carrément le manga en « otage » dans la manière où certaines scènes seront… A sa sauce ! Si vous trouviez des trajets trop longs ou des scènes de combats redondantes, oubliez cela avec cette jeune femme dingue de cinéma !

Du côté d’Agni, j’ai eu un peu plus de facilité avec lui dans ce deuxième volumeParce que bon, je n’ai pas eu trop d’atomes crochus avec notre héros durant le tome 1 – et c’est un soulagement… Bon peut-être suis-je anormale, mais j’ai réussi à apprécier, un peu plus, sa manière d’être, sa volonté dans ce tome-ci… Même s’il n’est toujours pas mon personnage préféré, loin de là, il augmente un peu et ne se trouve plus dans le bas du classement le malheureux.

De plus, d’autres personnages commencent à apparaître de manière un peu plus fréquentes même si… La vie est rude dans ce monde, alors il vaut mieux éviter de s’attacher à quelqu’un trop vite au fond. (Un peu comme dans GoT, oui… M’enfin pour le moment ça va encore…) L’un des nouveaux venus est d’ailleurs relativement troublant et je me pose de nombreuses questions par rapport à celui-ci (ou celle-ci ? Mouahaha, non je n’ai pas envie de donner son sexe !) Et puis, il y a Neneth… Nous la rencontrions dans le tome 1 cette petite demoiselle et je dois avouer l’apprécier – je n’ai pas envie de la voir mourir, c’est un bon point, non ? – même si cela ne doit pas être simple pour elle.

Au fond, chacun des personnages possèdent son propre background, ses raisons, son tempérament, ses problèmes, son espoir également. Ils sont bel et bien distinct les uns des autres faisant que l’on s’attache, ou non, à l’un d’entre eux. Dans mon cas, j’aime énormément Sun et… Et j’ai mal pour lui d’une certaine manière… Et puis Togata parce que c’est Togata. Comment ça ce n’est pas une raison suffisante ? Disons que son caractère m’enchante, cela vous va mieux ?

Tout simplement parce qu’elle nous évite les temps mortspouvant être considérés comme longstout en nous apprenant pas mal de choses sur cet univers où il fait bon vivre froid toute l’année. Par contre une certaine faculté semble bien fréquente parmi les élus, je ne pensais pas la revoir aussi souvent ! Ah et les fans de Comics – et les cinéphiles – ne seront pas dépaysé avec notre petite Togata qui mentionne plus d’une fois des éléments liés à certains superpouvoirs que nous connaissons dans les films – et de ce fait comics par déduction – Marvel (Aucune idée par rapport aux DC Comics, mais je ne pense pas… *néophyte de chez néophyte*)

L’histoire, de son côté, est toujours présente. Et non, elle n’a pas disparu d’un coup de baguette magique et pour notre plaisir elle avance ! Agni et sa quête de vengeance continuent leur route, mais à présent se trouve une énergumène prête à tout pour réaliser un bon film… Oui, oui, on peut dire que le désir de Togata change sur le coup. La fin me donne également envie de voir ce qu’il se passera dans le tome 3, mais je ne vous en dirai pas plus par rapport à celle-ci sous peine de vous spoiler.

Pour ce qui est des illustrations, j’aime énormément la couverturequi représente Togata, oui elle est partout dans ce tome 2 – et j’ai hâte de voir « en vrai » les suivantes. A l’intérieur, on suit sans trop de difficulté les événements tout en reconnaissant nos joyeux personnageset les remarques de Togata, mais ceci n’a rien à voir avec les illustrationsainsi que les lieux ou les scènes prenant place sous nos yeux. Je n’ai pas eu trop de difficulté, pour ma part, à m’y retrouver.

Au niveau de l’édition du manga, la maison d’édition Kazé reste fidèle à elle-même et nous propose un manga souple dont les pages sont opaques empêchant de voir les pages suivantes. L’encre reste gentiment sur ces dernières pour le bonheur de nos doigts parfois meurtris, après tout qui aime finir avec des doigts noirs ? (Quoi que… Quand je fais mumuse dans la gouache j’ai les mains multicolores…) Quant à la traduction, elle est nickel et permet une immersion dans ce monde froid où nous côtoyons les personnages tout en montrant, sans soucis, leurs états d’esprit.

Mis à part tout cela, comme vous le voyez j’ai bien plus accroché à ce tome qu’au précédent. Ce faisant je suis pressée de lire le tome 3, de savoir ce qu’il adviendra des personnages et les mystères. Tant de choses sont encore à découvrir, tant d’éléments présents et… Et avec un peu de chance mon petit Sun se portera mieux… Je m’y suis beaucoup trop attachée à ce petit bout… De plus, de ce que j’ai pût voir – j’ai attendu de finir mon article pour ça – le deuxième tome est bien plus apprécié que le premier alors pour ceux ayant eu du mal avec le tome 1, tentez le deuxième volume au cas où !

Et vous les matous, lisez-vous la série ? Qu’en pensez-vous ? Où en êtes-vous ? Quel personnage appréciez-vous ?

Site de l’éditeurExtraitMinisiteInterview de l’auteur

Riku-Do – La Rage aux poings – Tome 4

Coucou les matous ! Comment vous portez-vous ? Le week-end est là et j’espère que vous pourrez en profiter un peu !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans le monde de la boxe grâce aux éditions Kazé et Anita qui m’ont permit de recevoir le tome 4 de la licence. Je les remercie grandement pour cela 🙂 Pour ceux ne connaissant pas le titre, voici mon avis sur le tome 1 et pour les autres… Êtes-vous prêt, les matous boxeurs, à retrouver vos gants et à vous battre ?

« Riku-Do – La rage aux poings »

rikudo

7€99 – Seinen – 192pages

Dans ce premier tour du East Japan Rookie King, Riku affronte Tsuwabuki, un ancien kick-boxer que Tokorozawa a secrètement entraîné. Pour la première fois de sa jeune carrière, Riku est en sérieuse difficulté et même envoyé au tapis !
Parviendra-t-il à trouver la faille et faire plier cet adversaire aussi endurci physiquement que mentalement ?

Nous retrouvons Riku alors qu’il va affronter son nouvel adversaire – que nous avions rencontré dans le tome 3 – dans un match bien plus compliqué que les autres pour notre jeune boxeur car, comme vous le voyez dans le résumé, Tsuwabaki a été secrètement entraîné par Tokorozawa. Comment ce match se finira-t-il ?

Les personnages reprennent place sous nos yeux dans ce quatrième tome et nous ne les découvrons pas que « vainqueur ». Certains auront plus de difficultés qu’auparavant, d’autres prendront leur courage à deux mains et nous les voyons évoluer, faire leurs choix et ce peut importe le résultat. De plus, de nouvelles têtes – en plus des anciennes – apparaissent tout en laissant les anciennes garder leurs présences voire… S’imposer un peu plus ! Et pour ça, c’est réellement un bien par rapport à une certaine demoiselle que j’ai été ravie de voir un peu plus et surtout d’en apprendre plus sur elle grâce aux désormais célèbres flash-back. Des flash-back utiles et qui rajoutent pas mal d’éléments au personnage.

Les relations entre personnages évoluent également, après tout personne n’était myope par rapport à l’amourette existante et c’est une bonne chose de voir tout cela avancer. Il n’y a pas que cela, d’ailleurs, qui continue d’avancer – à son rythme bien sûr – mais également tout ce qui touche à la boxe, à ce milieu et aux relations entre les différents sportifs. Nous en voyons de plus en plus au fil des tomes, chacun ayant son style, son passé, son design, mais également son caractère et je me demande comment tout cela évoluera par rapport à certains d’entre eux. Riku aurait-il une chance des les battre ? Je n’en sais rien, en doute même légèrement, mais après tout rien n’est impossible et notre petit héros aux cheveux blancs reste réellement concentré sur sa discipline sportive. Est-ce un bien ou un mal ? Seul le futur nous le dira.

D’ailleurs, la psychologie de Riku reste vraiment intéressante… Tout du moins à mes yeux et comme il m’arrive d’avoir des goûts étranges peut-être n’est-ce pas le cas de tout le monde. Il est réellement tourné vers la boxe et ce malgré tout ce qui l’entour alors que d’autres personnages évoluent différemment et lui font remarquer certaines choses. Est-il réellement fait pour ce sport ? Si l’on se base sur ce qu’il se passe depuis le début, c’est le cas, mais au niveau psychologique ne devrait-il pas s’endurcir encore plus ? De plus, ne devrait-il pas tenter d’aller un peu plus vers les autres malgré ce que l’on dit de lui et s’ouvrir malgré tout ? Difficile à dire, mais ce qui est certain c’est qu’au moins un personnage – et d’autres, bien entendu – l’apprécie tout de même pour la personne qu’il est et ne se base pas sur son passé pour être ou non proche de lui.

L’histoire, de son côté, continue d’avancer pour notre plus grand plaisir et, comme dit plus haut, il n’y a pas que les combats qui sont mit en avant. Le relationnel également, tout comme l’observation. Après tout, on ne fonce pas lors d’un match de boxe tel un tank. Certes, il faut réagir rapidement, mais il faut également tenter de comprendre le jeu adverse, la manière de faire et prendre en compte nos points forts ainsi que nos points faibles. Même si ces derniers peuvent parfois nous être tout simplement inconnus, il faudra pourtant les dépasser. Et l’on se doute que dans un manga où un sport est présent, le dépassement de soi apparaîtra forcément à un moment, mais ne touchera-t-il que le milieu sportif ou également le social pour notre petit Riku ? Nous le voyons grandir, s’épanouir d’une certaine manière, mais il risque de faire des erreurs comme n’importe qui. Après tout, cela reste un humain, un être d’émotions et de sentiments, un être qui avance en mettant un pied devant l’autre et qui se trompera sûrement ou ne se rendra pas compte que certains de ses choix peuvent blesser.

Et ce côté humain mit en avant est l’une des forces de Riku-Do tout en ne nous mettant pas de la joie version bisounours à chaque page. Non, ici c’est un monde – toujours le nôtre, nous ne nous sommes pas téléporté au Pays des Merveilles – où rien n’est simple, où les dangers rôdent et où les gens n’hésitent pas à parler entre eux. Les êtres humains sont capables de blesser par des actes, des paroles, et même insuffler le doute pourtant il y a toujours une petite lueur d’espoir liée à une activité ou un rêve. Mais cette lueur reste fragile malgré tout…

Les dessins, de leurs côtés, nous permettent une immersion totale dans le manga et nous permet de faire face aux actions présentes, aux sentiments, aux personnages en toute circonstance. Douleurs, doutes, espoir nous le ressentons malgré nous et observons, sans pouvoir réagir, ce qu’il se passe. Il est facile d’entrer dans ce manga dont on ressort, d’une manière ou d’une autre, chamboulé par contre il n’est pas à mettre entre toutes les mains non plus. Les plus fragiles ne risquent pas d’en sortir indemnes.

Pour ce qui est de l’édition de ce manga Seinen sortit aux éditions Kazé, elle est toujours propre et souple. Transportable sans souci et ne risquant pas de finir plié façon origami au fond du sac, vous devriez pouvoir le lire lors de vos voyages sans trop de problème à moins de réussir à le bloquer d’une mauvaise manière entre deux plus gros romans qui seraient de véritables poids lourds à côté. La traduction est toujours un régal, les personnages ont toujours leurs manières de parlerfranche pour certainset il n’est pas difficile de les reconnaître dans les bulles de dialogues. Tout est compréhensible, sans erreur et nous permet de suivre les protagonistes sans difficultés. Les pages, de leurs côtés, sont opaques et évitent le risque de spoil lié aux pages arrières lorsque la page est plus translucide, de plus l’encre reste gentiment à sa place pour nous permettre d’apprécier les traits présents.

Vous le savez sûrement, mais depuis le tome 1 Riku-Do – La Rage aux Poings est un manga que j’apprécie énormément. Ce tome 4 reste un véritable régal, une belle découverte et suite qui me permet d’entrer un peu plus dans l’univers, d’en apprendre plus sur certains personnages voire de souffrir avec eux. J’ai réellement hâte de découvrir le tome 5, de voir ce qu’il se passera par la suite malgré la rudesse présente dans l’œuvre.

Et vous les matous, où en êtes-vous dans cette série ? Y a-t-il un personnage que vous appréciez ? Pratiquez-vous un sport de combat ?

Site de l’éditeurExtrait du tome 1

 

Takane et Hana – Tome 7

Coucou les matous, comment allez-vous ? Bien ? Chouette alors ! Vous vous souvenez qu’hier je vous avais parlé du tome 1 d’Après la Pluie n’est-ce pas ? Comment ça, non ? M-Mais ! Vous n’êtes même pas curieux ? Ah si ! Vous me soulagez quand même…

Aujourd’hui, je vous entraîne dans le tome 7 de Takane&Hana arrivé dans la boîte aux lettres il y a déjà une bonne semaine. Je remercie énormément Anita et les éditions Kazé pour la confiance donnée depuis déjà pas mal de temps. Sur ce… Rejoignons notre duo !

« Takane&Hana »

takane-et-hana

6€79 – Shôjo – 192pages

Après avoir d’abord refusé son aide, Takane apprend à vivre comme les gens du peuple auprès de Hana et s’adapte ainsi à son quotidien. Grâce à la jeune lycéenne, l’ancien riche reprend alors du poil de la bête et retrouve peu à peu son caractère habituel. Toutefois, suite à ces épreuves, Hana a découvert de nouvelles facettes de Takane et ne peut désormais plus nier ses sentiments. Mais pas question de capituler pour autant ! Il suffit juste de ne rien laisser transparaître…

Quand Takane renaît de ses cendres, Hana se fait plus tendre…

Ah, Takane&Hana est un titre que je suis toujours ravie de lire grâce à la bonne humeur présente dans les différentes pages. Lorsque j’ai un petit coup de blues, c’est l’un des titres qui me remet sur pieds sans trop de problème avec son dynamisme et son humour omniprésent. Mais revenons à ce septième tome, après tout vous êtes là pour lire son avis, non ?

Nous retrouvons Takane dans sa nouvelle vie, ce faisant il découvre diverses choses qui nous semblent tout à fait normales à nous, petits êtres s’occupant de toutes les tâches du quotidien, mais qui ne l’étaient pas aux yeux de notre homme d’affaire. Heureusement pour lui, Hana est là pour lui expliquer les rudiments de bases et lui permettre de reprendre du poil de la bête.

Et du poil de la bête, il en reprendra bel et bien notre Takane. Tel un phœnix il renait de ses cendres et reprend son envol tout en retrouvant son magnifique caractère. J’ai plutôt bien apprécié voir son évolution et les différences entre le début de ses déboires et le moment où il redevient lui-même. Pour ce qui est d’Hana, elle est fidèle à elle-même et ce même si certaines de ses réactions changent par rapport à Takane suite à la réalisation de ses sentiments. Pourtant, cela restera secret et la relation entre les deux personnages continuera doucement d’avancer tout en humour et dérapages.

Oui, c’est habituel avec eux sauf que voir Takane de manière si… faible ? – Peu sûr de lui ? – Autant au bout du rouleau au début, n’est pas ce que nous avions déjà connu durant les tomes précédents. Alors le voir ainsi et se rendre compte des gens qui tiennent à lui au fil des pages est réellement touchant. De plus, il n’y a pas que la relation entre Hana et Takane qui évolue mais également celle d’autres personnages… Même si, je vais finir par attacher Yukari – la sœur d’Hana – quelque part ! Même si son caractère, au fond, n’a pas changé depuis le début et que cela fait plaisir de la voir reprendre une petite place dans la bande, cela ne m’empêche pas d’avoir envie de lui dire « Va voir ailleurs ! »

Et non, ce n’est pas parce que c’est mon personnage préféré la cible mais parce que je le vois avec quelqu’un d’autre… Oui, ça m’arrive aussi de vouloir protéger le shipping qu’a pût faire ma cervelle – et que l’on voyait quand même prendre forme durant la lecture – et principalement lorsque ce sont deux personnages que j’apprécie énormément. Mais, comme dit plus haut, la revoir un peu plus ne peut pas faire de mal non plus… Il faut juste voir comment son personnage évoluera et s’il continuera d’être présent par la suite. Parce qu’elle faisait tout de même de brèves apparitions déjà l’aînée d’Hana.

De plus, deux autres personnages apparaissent également vers la fin ce qui nous permet d’en découvrir un peu plus sur la famille d’un des protagonistes et la vision qu’ils ont d’elle… Je la plains tout de même vu les deux énergumènes… Cela ne doit pas être simple du tout surtout si sa mère – aucune idée du papa, cela doit être un monsieur fantôme – rentre très souvent tardivement… En tout cas, cela rajoute un peu plus au background du dit personnage et c’est toujours bon à prendre surtout lorsque cela permet une avancée pour la demoiselle !

Pour ce qui est de l’illustration de la couverture, elle est toute douce ! Les teintes m’ont captivée dès que j’ai sorti le manga de son enveloppe protectrice et je ne me lasse pas de l’observer. J’aime énormément les coloris pastel et doux alors ce septième volume tape dans le mile avec sa douceur ♥ Du côté des dessins, ils sont dans la lignée des tomes précédents en nous permettant de comprendre les scènes, les personnages, mais également en nous faisant sourire lors des « changements d’apparence » de certains personnages. Ils aident à la bonne humeur du titre !

Au niveau de l’édition, c’est toujours du bon travail de la part des éditions Kazé ! Les pages restent épaisses et agréables au toucher tout en évitant l’éternelle vue sur la page se trouvant de l’autre côté. L’encre ne coule pas, restant gentiment sur l’image qu’elle occupe et permettant de donner de la douceur ou de la profondeur à certaines scènes, certaines coupes de cheveux ou vêtements. Pour ce qui est de la traduction elle est toujours aux petits oignons car elle colle parfaitement aux personnages dans leurs manières de parler, de plus je n’ai pas croisé de coquilles durant la lecturequi s’est faite entre deux révisions, alors il se peut que j’en ai raté *tousse* – ce qui fait toujours plaisir. Ah, pour les chercheurs de bonus sous jaquettes vous ne trouverez rien à vous mettre sous la dent ici mis à part… Une couverture donnant le titre. Rien de bien intéressant sur le coup, n’est-ce pas ? Par contre, un petit bonus à la fin du manga nous permet de vous les différentes tailles des personnages et c’est amusant de voir les décalages !

Alors, alors, je pense que vous l’aurez comprit, mais j’apprécie toujours autant ce titre qui me met de bonne humeur, réchauffe mon cœur et me rend le sourire. Hana est une héroïne que j’aime suivre et qui reste fidèle à elle-même pour mon plus grand plaisir et je m’attache un peu plus aux autres protagonistes au fil des tomes. Vivement le tome 8 car je suis curieuse de voir comment cela évoluera et si le titre restera un petit rayon de soleil !

Et vous les matous, avez-vous lu ce tome ? Y-a-t-t-il un personnage que vous préférez ? Que pensez-vous de la série ?

Site de l’EditeurExtrait