Qualia Under The Snow – OS

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Après l’avis sur le tome 2 d’Ikumen After et le vote effectué, voici celui sur Qualia Under The Snow qui aura eu 60% des votes (contre 40 pour Le Bonheur c’est simple comme un bento de Yuzu). Cette semaine sera bien remplie quand j’y réfléchis, mais j’espère que cela vous permettra de faire des découvertes.

Avant de débuter l’article, je remercie le stand Ototo/Ofelbe/Taifu présent à la Made In Asia pour les explications données sur le titre et l’envie donnée de le découvrir encore plus présente ainsi qu’Hebi réapparue comme par magie quand je regardais le manga en question ♥

« Qualia Under The Snow »

qualia-under-the-snow-taifu

8€99 – Yaoï – 200 pages

Akio Kobayashi et Umi Oohashi sont deux étudiants aux caractères diamétralement opposés. Le premier est passionné par les plantes et préfère leur compagnie à celle des personnes. Le second est gay et aime enchaîner les relations d’un soir. Tous deux vivent dans le même dortoir et étudient dans la même université. Ces moments passés ensemble vont leur permettre d’apprendre à mieux se connaître et se comprendre. Ainsi, au fur et à mesure que le temps passe, leur relation évolue.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, je ne possède pas une grosse quantité de Yaoï dans ma bibliothèque – c’est plutôt le domaine d’Hebi – mais au fil du temps cela augmente. Lors de l’achat du tome 2 d’Ikumen After, je me suis penchée sur Qualia Under the Snow qui est un One Shot et s’avère être une belle découverte où l’on voit la relation entre nos deux protagonistes principaux évoluer.

Nous suivons deux personnages dans ce manga de Kii Kanna dont la relation évoluera petit à petit au fil des pages et de l’hiver qui nous mène inexorablement vers le printemps. Nous découvrons le passé de nos protagonistes, ce qu’ils ont vécus et les raisons les ayant poussés à être tels qu’ils sont. Les relations avec autrui, les membres de nos familles, tout cela nous marque à sa manière et fait de nous qui nous sommes.

Akio et Umi sont deux personnages ne se ressemblant pas du tout et qui, pourtant, se  trouveront des points communs tout en s’entendant bien. Après tout, nous pouvons être amis avec des êtres aux tempéraments et passions bien différents des nôtres. Certains sujets apparaissant au fil des pages avec eux peuvent sembler difficiles aux yeux de certains, mais ce sont ces derniers qui ont fait d’Akio et d’Umi ce qu’ils sont dans les pages que nous tournons.

L’absence parentale, le fait de cacher son identité et de n’avoir que des histoires d’un soir, du choix de commencer ou d’arrêter de fumer, la vie à deux, l’incertitude et le doute. Tout cela apparaît au fil du temps, mais pas seulement car les tranches de vie de nos deux étudiants s’étalent devant nous, nous font sourire ou nous donnent envie de réagir, de leur tendre la main. Je trouvais ce duo réellement adorable tout le long de ma découverte de ce titre et j’appréciais tout autant les moments où ils côtoyaient d’autres personnes.

Je me sentais proche d’eux, de leurs tourments, de leurs  choix, de leurs peines et de leurs joies. Les événements se suivent, sont logiques et gardent leurs douceurs tout en pouvant rappeler des souvenirs, dans certains cas, au lecteur. L’hiver de leur rencontre, du froid présent au début, fera place au printemps et à la chaleur présente entre eux. Une évolution tout en délicatesse et avançant à son rythme au fil des deux saisons où nos deux personnages font apparaître un jardin qui leur est propre dans leurs cœurs bien qu’il n’y ait pas que là. La nature est présente sur certaines pages, dans certains livres lu ou se trouvant face à Akio et bien sûr avec certaines fleurs.

Du côté des illustrations, j’aime énormément la douceur présente dans les traits des personnages et leurs oppositions présentes également dans leurs physiques. Je trouvais également cette douceur dans les trames, les paysages tout en voyant l’opposition belle et bien présente au niveau des protagonistes, des petites boules de poils que l’on voit apparaître. Pour ceux qui se poseraient la question, c’est la jaquette qui m’a attirée en premier lieu et qui nous permet de découvrir l’hiver, ce qui est raccord avec le début de notre « aventure ». Quant à la partie nous présentant le résumé, elle rappelle sans difficulté le printemps et donc la fin de l’histoire. J’ai beaucoup aimé ces rappels, même si lorsque l’on découvre le titre pour la première fois on n’y pense pas forcément.

Le manga en lui-même est relativement épais, au point d’être un peu plus rigide que ceux bien plus « sveltes » que lui. Cela m’a même légèrement surprise au début – il faut dire que je passais de Black Butler à Qualia Under The Snow – mais malgré sa rigidité il gardait une légère souplesse malgré tout. Certes, elle est moins voyante que pour d’autres titres, mais elle était présente. Pour ce qui est de la traduction d’Isabelle Eloy, malgré ma fatigue je n’ai pas l’impression d’avoir vu de coquilles – ou alors elles sont très peu nombreuses – et les différentes manières de parler, d’expliquer, collaient bien aux personnages. Quant à l’encre, il n’y a eu aucun souci vu que cette dernière restait sagement sur ses pages ou ses emplacements sans camoufler un élément important ou venir sur les doigts.

Vous l’aurez sûrement comprit les matous, mais Qualia Under The Snow fut une découverte réellement agréable, un petit flocon se transformant en printemps à la fin de l’histoire et un bon moment de passé en compagnie d’Akio et Umi qui m’auront, petit à petit, touchée à leurs manières. La fin de l’histoire est ouverte pour notre adorable petit duo qui découvrira, sûrement, encore pas mal de choses, mais cela ne me dérange pas de les laisser là sans en savoir plus car cela laisse le champ des possibles dans notre imagination. Ils ont le futur devant eux.

Qualia Under The Snow

Et vous les matous, avez-vous lu le titre ? Qu’en avez-vous pensé ?

ExtraitSite de l’éditeur

Le petit détour par la bibliothèque…

Hey les matous ! Comment allez-vous en ce mardi 10 avril ? Il fait un peu plus gris que les jours passés cette fois-ci… J’espère qu’il n’y aura pas d’orage ou, s’il y en a un, qu’il ne sera pas trop violent. Vous vous demandez sûrement dans quoi je vous embarque cette fois-ci et vous avez bien raison, pourtant la réponse est toute simple : « A la bibliothèque ».

Oui, ce lieu où l’on peut découvrir des trésors littéraires et des titres parfois totalement inconnus. Cela fait depuis le début de l’année que je m’y rends – que je me suis fait une carte surtout – et comme vous vous en doutez j’emprunte quelques petits titres par-ci, par-là. Je ne vous ai pas parlé des tout premiers comme j’étais encore absente, mais nous allons rattraper gentiment le retard ici.

Cet article paraîtra toutes les 3 semaines, lorsque je fais un roulement dans mes emprunts en fait, et vous parlera brièvement des titres empruntés. Allez, on est partit les matous !

♦ ♦ ♦ ♦

Amanchu !Tome 1 à 5J’avais souvent entendu parler d’Amanchu ! et certains me l’avaient même conseillé si mes souvenirs sont bons. L’ayant vu à la bibliothèque, il fut l’un des premiers titres à me suivre et je ne regrette pas du tout. C’est vraiment frais, agréable à suivre, amusant et je me suis vraiment bien amusée en compagnie de nos personnages tout en apprenant d’innombrables choses sur la plongée sous-marine. Si j’en ai la possibilité, je pense bien que j’irai acquérir la série petit à petit dans le futur 🙂

Les 100Tomes 1 & 2 – Je n’ai pas encore lu le tome 3 de Les 100, ce dernier étant souvent emprunté on dirait mais dès que j’en aurai la possibilité je m’y attellerai. La majeure partie d’entrevous connait sûrement la série du même nom (ou The 100) et je ne l’ai découverte qu’après lecture des deux volumes pour ma part. Une agréable découverte pour laquelle je n’étais pas sûre d’accrocher au départ. J’ai juste dû m’habituer au changement de personnages (ou point de vue) au début et j’avoue avoir eu plus de simplicité avec Clarke pour le coup même si toutes ses réactions n’étaient pas parfaites loin de là. De ce que j’ai comprit, un volume égal une saison et je reste curieuse de voir la suite des aventures de nos personnages envoyés sur Terre.

PoisonTome 1Poison est le premier tome d’une trilogie dans laquelle nous retrouvons également Charme et Beauté. Les contes y sont revisités et dans ce premier volume c’était celui de Blanche-Neige qui n’est absolument plus la petite princesse adorable dépeinte par Disney sur le coup. L’histoire en elle-même nous met principalement du côté de la belle-mère qui possède ici un prénom et que l’on découvre d’une façon nouvelle. J’ai malheureusement trouvé son changement de réaction, à un moment de l’histoire, bien trop radicale alors que je l’appréciais – Oui, oui, vous avez bien lu – au début du roman. Ce qui m’a le plus surprise restera la fin de ce volume car je ne m’attendais absolument pas à ça et j’étais triste pour Blanche-Neige justement… Je me demande si on la revoit ainsi que le Prince (pas charmant) dans les tomes suivants…

La Pâtisserie BlissTome 1 à 3 – Une série que j’ai lue entièrement et que j’ai même recommandé à une amie dans sa longue liste de titres qui pourraient lui plaire… Bon j’ai un peu exagéré sur la taille de la dite liste, mais ce n’est pas grave. J’ai bien aimé suivre Rosemary durant les trois volumes de cette aventure magicoculinaire et les pâtisseries présentes me donnaient bien envie. Certes, certains passages peuvent sembler niais, mais cela n’empêche pas cette courte série d’avoir réussi à retenir mon attention. Durant le dernier tome, nous voyons peu la tante Lili par contre nous en entendons parler et j’ai bien aimé la finalité rappelant le début de ce tome 3 d’une manière bien plus joyeuse. Une douce découverte !

NanaTome 1 & 2 – De quoi ? Oui, vous connaissez sûrement Nana vu que c’est un titre connu. Pour ma part, j’avais surtout regardé l’anime il y a… Pfiou plusieurs années maintenant. Résultat, dès que j’ai pu lire les 5 tomes présents à la bibliothèque d’Amanchu ! je me suis lancée sur Nana que je compte bien continuer (Que je continue… Mais chut ça vous ne deviez le savoir que dans 3 semaines xD) Les deux Nana s’opposent merveilleusement bien et se complètent également, j’ai vraiment adoré découvrir l’avant rencontre de nos demoiselles et voir la manière dont elles emménagent ensemble ainsi que leurs relations avec autrui. Chacun à se manière d’être, sa propre profondeur et ses sentiments. J’ai également envie de réentendre les OST et musiques de l’anime tout d’un coup ♥

Le Gourmet SolitaireOne ShotTrouvé par hasard en regardant ce avec quoi je pourrais bien repartir le mois passé, je l’ai vu sur une étagère qui était un peu plus vide que d’habitude. Curieuse, je l’ai rapidement feuilleté avant de l’ajouter au stock rendu aujourd’hui (stock qui était composé des deux premiers tomes de Nana et du tome 3 de La Pâtisserie Bliss) Je dois avouer que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et que je n’avais jamais lu de titres de Jiro Tanigushi auparavant. Résultat, c’était de la totale découverte qui m’a fait plonger à la rencontre du personnage que nous suivons tout au long de ce One Shot dans divers coins de restaurations. Son état d’esprit, ses tentatives dans les « restaurants », tout est retranscrit au fil des pages et bien qu’il m’ait fallut – une nouvelle fois – un temps pour m’acclimater à sa manière de faire, je ne me suis pas rendue compte du temps qui passait et de la vitesse à laquelle je tournais les pages. A la fin, je me suis même dit « C’est déjà fini ? » Résultat des courses, je tenterai bien un autre titre de l’auteur !

♦ ♦ ♦ ♦

Pfiou… Sur le coup ça en aura fait pas mal… La prochaine fois, vous n’aurez que 3 titres différents normalement à moins que je m’y rendre à nouveau et que je lise sur place vu que cela m’arrive de temps en temps. Je ne sais pas comment vous aurez trouvé cet article qui regroupe mes petits emprunts, mais j’espère qu’il vous aura plût et vous aura fait découvrir quelques titres. Après tout, on ne sait jamais ! Je vous remercie également de l’avoir lu et ajoute que, normalement, la prochaine fois il y aura une photo des emprunts… Je dois avouer avoir totalement oublié la dernière fois.

Je vous souhaite une douce ainsi qu’agréable journée !

Avez-vous lu certains de ces titres ? Qu’en avez-vous pensé ? En avez-vous à conseiller ?

Chroniques d’Eyridian – Le pays Noir

Coucou les matous, comment allez-vous ? Bien ? J’espère en tout cas ! Le week-end touche à sa fin, petit à petit, pourtant ça n’empêche pas certaine personne de travailler ou de réfléchir à ce qu’ils ont encore à faire. Que la reprise, pour ceux qui travaille, soit agréable et pour les autres profitez bien de vos vacances !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans un ebook qui m’intriguait déjà depuis un moment alors j’ai été ravie lorsque j’ai pût me lancer dans sa lecture. Prêt à découvrir le titre mes matous romanesques ? Go !

« Chroniques d’Eyridian – Le Pays Noir »

28404-image_librairie

2€49(ebook)/7€50 – Fantasy – 112pages

Chaque pays a ses contes et légendes, ses monstres sous le lit et ses murmures apeurés. Chaque pays a ses mystères. Mais le mystère du Pays Noir, personne ne l’a jamais percé.

Lorsque Jerod, son grand frère adoré, traverse la frontière en promettant de revenir un an plus tard, Alyssa est certaine qu’il reviendra avec des dizaines d’histoires merveilleuses à raconter. Mais les mois passent, et Jerod ne revient toujours pas. La jeune fille décide alors de partir à sa recherche. En traversant la frontière, elle ne se doute pas qu’elle va changer le destin du monde à tout jamais…

Comme dit plus haut, le titre m’intriguait énormément lorsque je l’ai vu apparaître sur SimPlement Pro – Oui, oui, la plateforme que je mentionne assez souvent quand j’y pense – et j’ai été ravie de pouvoir me lancer à l’aventure lorsque les demandes ont été rouvertes ! Je remercie de tout mon cœur Mao P. pour m’avoir permit de découvrir le titre car ce fut une très belle aventure.

Comme le dit le résumé, Alyssa et Jerod sont membres de la même famille et plus précisément frère et sœur. Dit comme cela, cela peut sembler tout à fait habituel vu le nombre de roman ou de saga jeunesse ayant des personnages de même sang dans ses pages, mais comme toujours cela fonctionne merveilleusement bien. Ici, nous suivrons Alyssanotre adorable héroïne de ce faitqui partira à la recherche de son grand-frère disparu. Alyssa le retrouvera-t-elle ? Ceci est une bonne question dont je ne vous donnerai pas la réponse !

La demoiselle, que j’ai franchement bien apprécié suivre durant son périple, rencontrera également divers autres personnages. Vous connaissez sûrement vos classiques des peuples de la fantasy et bien vous retrouverez ici fae, trolls ou nains, mais ce ne seront pas les seuls car Le Pays Noir est peuplé de créatures surnaturelles. De l’être inoffensif au plus dangereux, Alyssa devra pourtant faire face et continuer sa quête malgré les difficultés pouvant apparaître. Une quête qui lui permettra d’en apprendre plus – tout comme nous, ce plaisir de la découverte est toujours vivant de mon petit cœur – sur  cet endroit mystique et inconnu où elle rencontrera divers autres personnages. Devra-t-elle les aider ? Seront-ils des alliés ou des ennemis ? Les réponses sont, comme toujours, dans les pages du roman, mais sachez qu’elle ne fera pas la route seule. Parce que bon, voyager c’est bien, mais le faire en groupe c’est mieux. On évite de se retrouver à parler aux arbres par exemple !

Revenons un peu sur Alyssa voulez-vous les matous ? Comment ça, non ? Mais je ne vous ai pratiquement rien dit d’elle petits Chacripan ! (Oui, je vous nomme avec un nom de Pokémon sans aucune gène) Bien que jeune, elle s’avère très intelligente tout en étant attachanteun peu comme Alex dans Le pays des Conteset se montre également débrouillarde au fil du temps. Bah oui, vous imaginez voyager sans savoir rien faire vous ? Oui, ça s’apprend et pas d’un coup de baguette magique, mais si vous n’êtes pas un minimum débrouillard dès le départ vous êtes dans la panade. De plus, comme d’autres personnages évolueront à ses côtés cela nous permettra également de découvrir ses forcesaka son intelligenceet ses faiblesses. Parce que comme tout le monde Alyssa en possède, sinon ça ne serait pas drôle !

Bien entendu, l’autre personnage dont on entend rapidement parler c’est Jerod. Le grand-frère d’Alyssa pour ceux qui auraient la mémoire poisson rouge… Ou une mémoire de gobelin, ça a une petite mémoire un gobelin, non ? Comment ça je tergiverse ? Ah, pardon… Donc revenons-en à Jerod qui s’avère être un garçonVous ne vous en doutiez pas, hein ?relativement aventureux et sûr de lui. Déjà adolescent, il est même devenu relativement séduisant d’après les dires… mais pour moi c’est aussi une tête à claque ! Bah oui, quelle idée de se rendre dans un coin d’où PERSONNE ne revient ?! Mis à part en étant suicidaire ou totalement irréfléchi, je ne trouve pas. Ah, les garçons parfois (ne me frappez pas !!!)

A leurs côtés, au tout début, nous découvrons leur mère adoptive que je trouvais vraiment choute. Adorable, sympathique, inquiète pour Alyssa et Jerod malgré tout et tenant à eux c’est réellement une bonne mère pour ce duo. Même si, d’une certaine manière, on ne l’écoutera pas trop vu que les deux partiront pour le Pays Noir… Parfois écouter sa mère – même adoptive – ça pourrait être pratique, mais à côté nous n’aurions pas vécu une belle aventure aux côtés d’Alyssa alors… Tant mieux qu’elle ai passé outre les protestations de sa mère adoptive.

Le roman est relativement court112 pages comme marqué sous la couverturemais ne possède pas de temps mort. Ne vous attendez pas à de l’ennui, parce qu’il n’y en aura pas surtout parce que le rythme est bien régulier et équilibré. L’intrigue, de son côté, est réellement agréable à découvrir bien que la fin peut sembler « facile » à première vue ou bien trop simple. Pourtant, elle s’avère également très, très logique si on suit l’histoire et les différents éléments apparaissant tout du long. De plus, suivre Alyssaque j’ai fini par renommer Alyly avec ma folie des surnomset Jerod fut tout de même bien sympathique et reposant, un bon moment de passer en leur compagnie et surtout avec celle d’Alyssa. Rahlala, que Jerod a de la chance d’avoir une sœur comme elle ! Rajoutons à tout cela que la lecture se fait de manière fluide et que les pages sont tournées sans que l’on ne s’en rende compte, cela nous fait une bonne lecture.

Du côté de la plume de l’auteur, elle est également très agréable à lire. Je l’ai même trouvée très douce durant la lecture tout en étant entraînante. Ne m’étant pas ennuyée un instant, je n’avais pas de difficulté à imaginer les lieux et puis il y a des illustrations ! Et les illustrations c’est toujours le bien – Enfin, pour moi qui les aime bien… Oui, je suis un grand chaton ! – qui apparaissent en fin de chapitre. Elles sont certes simples, mais rajoute un petit quelque chose en plus toujours appréciable. Ou alors c’est mon côté enfant qui parle… C’est possible aussi. Puis la couverture est ce qui m’a captivée, en plus du résumé, alors comme quoi parfois la couverture donne le ton de ce que l’on s’apprête à lire ! Surtout qu’elle reflète comme il se doit les dernières pages.

Ah… Je serais bien restée un peu plus longtemps aux côtés des personnages pour ma part, ils me manquent déjà. J’espère pouvoir les retrouver, un jour, parce qu’ils étaient franchement sympathiques. Il peut permettre de découvrir la fantasy aux plus jeunes tout en douceurNe les lancer pas directement sur le Seigneur des Anneaux, cela peut être radical sur certainsmais les plus âgés, comme moi, peuvent également passer un bon moment et se changer les idées. J’en suis ressortie avec un doux sourire sur les lèvres pour ma part.

Et bien mes matous, avez-vous lu ce titre ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Compteriez-vous l’essayer ?

 

Site de l’auteurTwitterFacebookInstagramSimPlement

C’est lundi, que lisez-vous ? #9

Pfiou, rude journée aujourd’hui les matous TT’ Mais, elle est finie à présent et j’en profite pour avoir un peu de repos. Que cela va faire du bien !

Un petit rappel, qui sera présent chaque semaine : Ce rendez-vous a été créé par Mallou et reprit par Galleane ^^ Vous pouvez vous y rendre facilement en cliquant sur les pseudos.

Les lectures finies zuste avant la sieste :

J’ai relu les tomes 3 et 4 du manga « Les Enfants de la Baleine » afin d’écrire mes chroniques 🙂 Toujours un vrai plaisir ce manga ^^

Les lectures du moment dans le panier :

Un bon gros roman qui avance lentement, un livre de poche que je trimballe souvent et un manga pour la soirée.

Les futures lectures qui attendent sur la chaise :

Beaucoup de futures relectures afin d’écrire les chroniques sur les tomes en question. Bon cela risque de prendre du temps, mais c’est faisable si je reste concentrée.

Et vous, qu’avez-vous lu ?

Et si l’école devenait un calvaire ? – Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka

Salut les matous, je sais cela fait très longtemps… Mais j’ai eu pas mal de soucis personnels en tout genre. Je réalise que mon autre rédacteur n’a plus rien mit en ligne non plus depuis trois mois et je m’excuse platement du manque de nouvelles *fait une courbette* Mais à présent je vais mieux, je vois la vie dans la lumière du soleil et je vais reprendre le boulot !

Et si on commençait avec un One Shot ? Même si cela peut être surprenant j’en lis énormément – principalement parce que la plupart des séries que je fais s’avèrent… Assez longues – et je suis souvent surprise des titres qui peuvent sortir. Il y a tant de mangas différents, tant de thèmes abordés que c’est un bonheur – ou parfois un peu moins heureux – d’en avoir un entre les mains.

Mais du quel vais-je vous parler ? Après tout j’ai bien dit qu’il y avait énormément de choix.

Pour ceux ayant lu le titre de l’article, vous le devinez aisément, mais si je vous parle de la peur de retourner à l’école ? Et oui, nous sommes dans le manga semi-biographique écrit par TANOZONO Syoichi et sortit aux éditions Akata. Son titre ? « Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka ».

sans-aller-a-lecole-akata

9€99 – Seinen – 294 pages

Le jeune Masatomo aurait pu avoir une vie normale : jusqu’à son entrée à l’école primaire, il était en effet un petit garçon plutôt jovial. Mais hélas, en première année, sa trop colérique professeur lui donne une gifle particulièrement violente et pas du tout justifiée. Dès lors, la spirale infernale commence pour Masatomo, qui n’ose plus retourner à l’école : peur du regard d’autrui et des rumeurs, incapacité à sortir de chez lui, difficultés à s’intégrer et à se comporter naturellement avec les autres… Tous les ans, malgré les efforts de ses parents, mais aussi de nombreux professeurs et pédagogues, il n’arrivera jamais à suivre une scolarité ordinaire. Préférant passer ses journées chez lui, à copier des dessins de Dragon Ball… Et si, au fil des pages, une vocation salvatrice était en train de naître ?

Avant de commencer, il faut savoir que la phobie scolaire existe dans tous les pays et que les personnes en souffrant sont parfois – voire souvent – mal vues par la société alors que ce phénomène est en augmentation. Cela touche toutes les années d’études, même les maternelles, et cette phobie devient telle que certains étudiants sont déscolarisés.

Dans ce manga, on en parle justement. Masatomo le vit au quotidien depuis que sa prof de primaire l’a giflé, il en souffre et ses parents ne le comprennent pas. Ils essaient de l’aider sans y arriver, il suit des cours à l’aide de professeurs particuliers, malheureusement il n’arrivera pas suivre une scolarité « ordinaire ». Heureusement, sa passion pour Dragon Ball et sa rencontre avec Akira Toriyama lui permettront de s’épanouir petit à petit. Ce sont ses dessins qui le sauveront en quelque sorte, lui permettront de devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Masatomo est un enfant, à l’origine, comme ceux que l’on croise dans la rue. Il était jovial, s’amusait tel un enfant, et c’est une action particulière qui chamboulera entièrement sa vie. Une action qui aura un impact important. Il n’avait rien fait de mal, pourtant, et ne comprendra pas pourquoi elle réagira ainsi. Un geste peut-être réalisé sans que la professeur ne réalise son acte sur le moment, mais qui reste assez important pour modifier, du jour au lendemain, le comportement de quelqu’un. Ne sommes-nous pas censé faire confiance aux professeurs ? Tenter de vivre avec les autres ? Mais justement, ces « autres » ont assisté à la scène et il est impossible de prévoir leurs réactions. La peur s’insinue petit à petit et fera en sorte que Masatomo préférera rester chez lui, à l’abri, bien qu’il désire également se faire des amis.

Les dessins peuvent paraître simples, mais ils sont en rapport avec l’envie du mangaka de montrer ce qu’il désire montrer au lecteur. De plus, la présence de Toriyama à la fin de l’œuvre est une bonne et belle surprise. Le seul détail qui pourrait en ennuyer certains est le passage rapide vers l’âge adulte, mais personnellement cela ne pas déranger.

J’avoue que ce manga a été une belle découverte à mes yeux, principalement depuis que j’ai débuté des études pour devenir institutrice maternelle après mes déboires universitaires. J’ai également apprit que de nombreuses personnes étaient touchées par cela, parfois dans notre entourage et d’autres fois de simples « inconnus » que l’on croise au détour d’un couloir. N’importe qui peut être touché par cette phobie, pour une raison x ou y, et j’espère sincèrement que les petits bouts que j’aurai n’auront pas à affronter cela.

Ce One Shot a été un coup de cœur et une magnifique révélation, je remercie d’ailleurs les éditions Akata d’éditer tant de beaux mangas.

Lire un extraitAcheter sur AmazonSite d’AkataTwitter du mangaka