Fire Punch – Tome 2

Hey les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Chouette alors ! Parce que le week-end prend petit à petit fin… Mais pas encore les vacances ! Bon pour ceux qui sont en vacance, ce qui n’est plus vraiment mon cas depuis le début des examens de récupération… Je suis également peu présente en ce 27 août, pour la simple et bonne raison que je fête l’anniversaire de ma mère en sa compagnie (et celle de mon paternel, bien sûr… mais disons que ce n’est pas encore la joie avec lui…)

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un monde post-apocalyptique dont je vous avais déjà parlé lors de l’arrivée d’une certaine box presse et… Bien sûr du tome 1 ! Sinon, cela serait ballot que je vous parle à présent du deuxième volume – quoi que je serais capable… – et je remercie une nouvelle fois les éditions Kazé et Anita pour l’envoi vu qu’il était arrivé à destination en compagnie du tome 4 de Riku-Do et cette fois il n’avait pas fait le tour du village ^^ C’est toujours une joie de voir apparaître une petite enveloppe ou un paquet, je suis comme un enfant devant. Prêt à rejoindre un monde extrêmement froid ?

« Fire Punch »

fire-punch

7€99 – Seinen – 192pages

Agni, qui brûle désormais d’un manteau de flammes inextinguibles, part à la recherche du cruel Doma pour venger le meurtre de sa sœur ! En chemin, il est surpris par un élu qui parvient à le décapiter ! Les soldats de Behemdolg décident de jeter sa tête  à la mer, seul moyen de se débarrasser définitivement de lui. Surgit alors Togata, énigmatique jeune femme dont la passion pour le cinéma n’a d’égal que sa puissance…

Nous  retrouvons Agni en mauvaise posture au début de ce tome – Souvenez-vous de la fin du tome 1 où il était décapité – et un certain personnage nommé Togata se décide à prendre beaucoup, beaucoup plus d’ampleur. Et ironiquement cela fait plaisir ! Mais que nous réserve-t-elle ?

Parce que oui, Togata sera bien plus au centre de ce tome que notre homme de feu immortel sur le coup, prenant carrément le manga en « otage » dans la manière où certaines scènes seront… A sa sauce ! Si vous trouviez des trajets trop longs ou des scènes de combats redondantes, oubliez cela avec cette jeune femme dingue de cinéma !

Du côté d’Agni, j’ai eu un peu plus de facilité avec lui dans ce deuxième volumeParce que bon, je n’ai pas eu trop d’atomes crochus avec notre héros durant le tome 1 – et c’est un soulagement… Bon peut-être suis-je anormale, mais j’ai réussi à apprécier, un peu plus, sa manière d’être, sa volonté dans ce tome-ci… Même s’il n’est toujours pas mon personnage préféré, loin de là, il augmente un peu et ne se trouve plus dans le bas du classement le malheureux.

De plus, d’autres personnages commencent à apparaître de manière un peu plus fréquentes même si… La vie est rude dans ce monde, alors il vaut mieux éviter de s’attacher à quelqu’un trop vite au fond. (Un peu comme dans GoT, oui… M’enfin pour le moment ça va encore…) L’un des nouveaux venus est d’ailleurs relativement troublant et je me pose de nombreuses questions par rapport à celui-ci (ou celle-ci ? Mouahaha, non je n’ai pas envie de donner son sexe !) Et puis, il y a Neneth… Nous la rencontrions dans le tome 1 cette petite demoiselle et je dois avouer l’apprécier – je n’ai pas envie de la voir mourir, c’est un bon point, non ? – même si cela ne doit pas être simple pour elle.

Au fond, chacun des personnages possèdent son propre background, ses raisons, son tempérament, ses problèmes, son espoir également. Ils sont bel et bien distinct les uns des autres faisant que l’on s’attache, ou non, à l’un d’entre eux. Dans mon cas, j’aime énormément Sun et… Et j’ai mal pour lui d’une certaine manière… Et puis Togata parce que c’est Togata. Comment ça ce n’est pas une raison suffisante ? Disons que son caractère m’enchante, cela vous va mieux ?

Tout simplement parce qu’elle nous évite les temps mortspouvant être considérés comme longstout en nous apprenant pas mal de choses sur cet univers où il fait bon vivre froid toute l’année. Par contre une certaine faculté semble bien fréquente parmi les élus, je ne pensais pas la revoir aussi souvent ! Ah et les fans de Comics – et les cinéphiles – ne seront pas dépaysé avec notre petite Togata qui mentionne plus d’une fois des éléments liés à certains superpouvoirs que nous connaissons dans les films – et de ce fait comics par déduction – Marvel (Aucune idée par rapport aux DC Comics, mais je ne pense pas… *néophyte de chez néophyte*)

L’histoire, de son côté, est toujours présente. Et non, elle n’a pas disparu d’un coup de baguette magique et pour notre plaisir elle avance ! Agni et sa quête de vengeance continuent leur route, mais à présent se trouve une énergumène prête à tout pour réaliser un bon film… Oui, oui, on peut dire que le désir de Togata change sur le coup. La fin me donne également envie de voir ce qu’il se passera dans le tome 3, mais je ne vous en dirai pas plus par rapport à celle-ci sous peine de vous spoiler.

Pour ce qui est des illustrations, j’aime énormément la couverturequi représente Togata, oui elle est partout dans ce tome 2 – et j’ai hâte de voir « en vrai » les suivantes. A l’intérieur, on suit sans trop de difficulté les événements tout en reconnaissant nos joyeux personnageset les remarques de Togata, mais ceci n’a rien à voir avec les illustrationsainsi que les lieux ou les scènes prenant place sous nos yeux. Je n’ai pas eu trop de difficulté, pour ma part, à m’y retrouver.

Au niveau de l’édition du manga, la maison d’édition Kazé reste fidèle à elle-même et nous propose un manga souple dont les pages sont opaques empêchant de voir les pages suivantes. L’encre reste gentiment sur ces dernières pour le bonheur de nos doigts parfois meurtris, après tout qui aime finir avec des doigts noirs ? (Quoi que… Quand je fais mumuse dans la gouache j’ai les mains multicolores…) Quant à la traduction, elle est nickel et permet une immersion dans ce monde froid où nous côtoyons les personnages tout en montrant, sans soucis, leurs états d’esprit.

Mis à part tout cela, comme vous le voyez j’ai bien plus accroché à ce tome qu’au précédent. Ce faisant je suis pressée de lire le tome 3, de savoir ce qu’il adviendra des personnages et les mystères. Tant de choses sont encore à découvrir, tant d’éléments présents et… Et avec un peu de chance mon petit Sun se portera mieux… Je m’y suis beaucoup trop attachée à ce petit bout… De plus, de ce que j’ai pût voir – j’ai attendu de finir mon article pour ça – le deuxième tome est bien plus apprécié que le premier alors pour ceux ayant eu du mal avec le tome 1, tentez le deuxième volume au cas où !

Et vous les matous, lisez-vous la série ? Qu’en pensez-vous ? Où en êtes-vous ? Quel personnage appréciez-vous ?

Site de l’éditeurExtraitMinisiteInterview de l’auteur

Riku-Do La Rage aux poings – Tome 3

Coucou les matous ! Vous allez bien ? Il fait chaud ces derniers temps, je sais… Ici, cela s’avère irrespirable à certains moments. Vivement qu’il pleuve cela fera du bien parce que vu les températures c’est réellement rude. Je n’arrive pas du tout à me concentrer c’est pour dire TT

Aujourd’hui, je vous entraîne sur le ring pour le troisième round d’un manga parlant de boxe. Je remercie les éditions Kazé et Anita pour l’envoi du titre qui reste un véritable régal à découvrir Vous êtes prêt pour remettre vos gants et repartir affronter tous vos adversaires malgré la souffrance endurée lors des combats ?

« Riku-Do – La Rage aux Poings »

rikudo

7€99 – Seinen – 192pages

Pour son deuxième combat chez les pro, Riku affronte Misehaya, son camarade de classe ! Ce dernier est convaincu de sa supériorité et n’éprouve que du dédain pour Riku, contraint par son entraîneur à changer son style de boxe. Pour ces deux challengers que tout oppose, quelle sera la vérité du ring ?

Nous continuons notre avancée dans le monde de la boxe en compagnie de Riku, un monde pas si simple au fond et dans lequel la souffrance semble être assez présente. Il affrontera dans ce troisième tome l’un de ses camarades de classe ce qui nous permettra de voir la manière dont il est perçu par les autres, même à l’extérieur de l’environnement scolaire.

Une perception qui n’est pas celle que voudrait la plupart des gens. Qui apprécierait d’être considéré de la même manière que Riku suite à un événement passé, un événement où notre propre survie ne tenait qu’à un fil ? Si vous avez lu le tome 1, vous savez parfaitement ce qu’il a vécu et sa manière d’être à présent.

Dans ce troisième tome – qui est la suite logique du tome 2 – nous le verrons continuer son ascension dans le monde de la boxe professionnelle tout en gardant son caractère. Nous savons également ce qui lui permettait de deviner – à peu près – où le coup risquait de tomber, mais également la manière dont il gérera ce changement de style. Après  tout ce n’est pas simple de devoir modifier sa manière de faire et Riku nous le prouvera.

Les personnages changent également, continuent d’évoluer. C’est par exemple le cas de Naeshiro qui est de plus en plus présente et dont le regard semble se modifier envers Riku et elle ne sera pas la seule dans ce cas de figure. Bonne ou mauvaise chose ? Cette question trouvera sa réponse au fil des pages. Mais est-il toujours bénéfique de voir une personne autrement ? Bien entendu, les camarades de classe de Riku ne sont pas en reste, leur vision semblant malheureusement peu changer envers notre héros quant au jeune homme, il n’a toujours pas de vrais amis. D’autres personnages finissent par apparaître petit à petit que ce soit dans l’entourage de Riku, sur le ring, du côté de Naeshiro ou même là où se trouve Kyosuke. Les sentiments retranscrits dans ce volume sont réellement prenant également et l’on voit bel et bien les répercussions que peuvent avoir eues les discussions des tomes précédents.

Parce que oui, les dialogues et les rencontres possèdent un impact non négligeable. Et par impact, cela peut autant être moralement que physiquement. Moralement de part la manière de voir les gens, dont on ressent les regards, dont le passé peut nous hanter d’une manière ou d’une autre et physiquement par les coups, les réactions imprévues d’autrui ou les entrainements. Cela se passe réellement dans notre monde, peut être comprit sans difficulté car ce sont souvent nos rencontres ou nos discussions avec autrui qui peuvent ou non nous donner du courage, nous donner envie de nous relever ou – au pire – faire en sorte que l’on s’effondre.

Les combats, présents dans cet univers, sont réellement prenants et très, très bien retranscrit par les dessins. Des combats où un déclic, un élément peut tout modifier et ce sera le cas ici. Mais est-ce que cela sera positif pour Riku ou pour son adversaire ? Adversaires qui possèdent un véritable background appréciable afin qu’ils ne soient pas que des faire-valoir ou des personnes se trouvant là seulement pour le combat. Ils ont leurs vies, leurs familles, leurs passés et leurs rêves, mais également leurs caractères et il se peut que vous ayez, vous aussi, l’envie de boxer l’un d’entre eux.

Pour en revenir aux dessins, ils sont réellement agréables et nous plongent dans la rudesse des combats, de la vie, de notre monde. Ils nous permettent de nous rendre compte au premier coup d’œil des sentiments des personnages, de ce qu’ils font ou comptent faire. Chacun des personnages possède son chara design, ses traits caractéristiques et que ce soit en habits « normaux » ou sur le ring nous les reconnaissons sans problème. Les lieux également sont reconnaissables entre mille que ce soit la rue, le foyer, la salle où s’entraîne Riku, le ring ou n’importe quel autre endroit nous ne nous perdons pas et c’est un plaisir pour moi qui me perd en ligne droite. (Le matou au fond à droite, on ne rigole pas ! Ce n’est pas marrant de se perdre aussi facilement et de se baser seulement sur ce qui nous entours ;_; )

Ce tome trois a été une nouvelle fois un régal à lire et à découvrir. On ne s’ennuie pas un seul instant en suivant Riku ou n’importe quel autre personnage tant c’est prenant malgré l’ambiance relativement sombre du titre. Personnellement j’en redemande encore et je me demande réellement ce que nous réservera le prochain match vu ce qu’il se passe dans ce volume. J’ai été ravie de revoir certains personnages, de voir l’évolution présente et retrouver le sang-froid de Riku même si je n’aimerais pas du tout être à sa place. Ce manga reste une très belle découverte qui me permet de découvrir ce sport qu’est la boxe au passage.

Et vous les matous que pensez-vous de ce manga ? Avez-vous déjà lu les tomes sortis ? Où en êtes-vous ? Si vous ne l’avez pas encore débuté comptez-vous vous lancer ?

Site de l’éditeurExtrait du tome 1

Riku-Do – La Rage aux Poings – Tome 2

Bouh les matous ! Comment allez-vous ? Ici, tout va bien même s’il fait chaud. Oui, je préfère la fraicheur… Pourtant la chaleur peut avoir ses points positifs même si dans le cas présent je ne vois que les négatifs… M’enfin, elle finira par partir je l’espère pour nous redonner des températures à peu près normales.

Aujourd’hui, je vous entraîne dans le monde de la boxe afin d’entamer le second round de l’aventure de Riku. Vous êtes prêt ? Les gants sont à vos poings et la bouteille d’eau n’est pas loin ? On est repartit !

« Riku-do – La rage aux poings »

rikudo-2_3d_0x600

7€99 – Seinen – 192pages

Riku, désormais boxeur professionnel, s’apprête à livrer le premier combat officiel de sa carrière. De l’autre côté du ring se tient Kikuchi, un ancien poids welter qui souhaite rendre fier son fils venu l’encourager. Mais face à cet amour filial qui lui a cruellement fait défaut, difficile de garder son sang-froid ! D’autant que ce n’est pas un seul adversaire qu’il doit affronter, mais bien une famille…

Avant de vous parler du tome 3 autant vous parler du deux. Comment ça il est sorti il y a un moment ? Mais non, mais non ! Vous vous souvenez que j’avais vraiment bien aimé le tome 1 ? Et bien le tome 2 était également un régal ! Bon, vous allez me dire que c’est simple à dire comme ça alors suivez votre matou guide pour son petit avis habituel. Pour les matous affamés, une boite de cookies est ouverte sur la table et pour les assoiffés de l’eau bien fraiche est à disposition. Pour les autres, nous repartons directement dans notre monde en compagnie de Riku.

Notre cher petit Riku n’est plus du tout l’enfant que nous avions connu au début du premier volume, à présent il est devenu un boxeur professionnel réalisant son aspiration première. Mais qui dit boxeur professionnel, dit combat tout aussi professionnel et le tout premier sera contre Kikuchi. L’homme veut rendre fier son fils venu l’encourager, ce faisant Riku n’affrontera pas qu’un homme seul.

Pourquoi dis-je cela ? Ah bah, c’est une bonne question dont vous avez la réponse dans le résumé. En fait, c’est assez simple lorsqu’on y réfléchit. Quand quelqu’un vient nous encourager, on souhaite de tout notre cœur le rendre fier ce qui est le cas de Kikuchi et de ce fait nous nous dépassons. Certes, cela peut autant être bénéfique que problématique, mais cela n’empêchera pas que le personnage en question ne restera pas concentré sur lui-même. Kikuchi ne sera, justement, pas seul sur le ring et ce même si les personnes ne se trouvent pas réellement près de lui. Mais avant ce match nous voyons notre jeune protégé s’entraîner, un entraînement qui ne sera pas des plus simples surtout avec Baba, son entraîneur ne faisant absolument pas dans la dentelle. Peu de personnes seraient capables de supporter un tel entraînement…

Les combats présents au fil de ce deuxième tome tourné plus action que le premier sont réellement prenant et il est difficile de se détacher de la scène se jouant sous nos yeux. Des scènes passant de l’entraînement aux combats tant professionnel qu’avec un camarade. Parce que oui, dans ce tome nous découvrons d’autres boxeurs dont un qui jouera des poings « gentiment » (c’est possible ça ?) avec Riku. Ce qui nous amène sans problème en direction des personnages présents, des personnages qui continuent également de grandir, de vivre leurs vies et sur lesquels nous nous attardons un peu plus même si… Pourquoi on voit si peu Kyosuke ?! Enfin, c’est logique en soi, mais voilà j’aurais bien aimé le voir un peu plus. Nous voyons un peu plus Naeshiro que dans le tome 1, la découvrons et la voyons prendre de l’importance. Elle a sa place aux côtés de Riku et découvre le monde de la boxe tout comme certains lecteursCe qui est mon cas, donc oui j’ai plus de facilité à me mettre à la place de Naeshiro que d’un autre personnagetout en nous permettant d’en découvrir un peu plus sur la vie au lycée de Riku et cie.

Les dessins continuent d’être un véritable régal pour les yeux, même si les cous des personnages lors de certaines scènes peuvent paraître légèrement plus longs que la norme. Enfin, cela ne me choque pas plus que cela c’est juste ma camarade lecture – aka maman – qui l’a remarqué et me l’a dit résultat je m’en suis aperçue. Mis à part ce détail de physionomie qui ne dérangera pas tout le monde, nous retrouvons le côté réel des combats grâce au sang apparaissant ou aux diverses blessures liées aux coups reçus. Les émotions restent parfaitement retranscrite, je trouve, nous permettant sans détours de savoir ce que ressentent les personnages. J’apprécie toujours autant d’observer en détail une page, de regarder les petits détails présents ou d’essayer de savoir les sentiments de chacun. Je suis de base observatrice alors devant un manga cela reste un vrai plaisir.

D’ailleurs je n’ai pas mentionné l’histoire qui avance petit à petit, nous mène vers les combats avec sa rudesse particulière propre à l’œuvre créée par Toshimitsu Matsubara tout en nous donnant envie de continuer notre lecture peu importe ce qu’il se passe devant nous. Oui, la lecture se déroule relativement rapidement et on en redemande juste après lorsque nous découvrons la fin. Heureusement pour moi, j’avais le tome 3 sous la main et me suis lancée directement dans ma lecture.

Je pense que vous l’aurez comprit Riku-Do – La Rage aux poings reste un manga que je dévore et apprécie découvrir. Les pages se tournent sans arrêts et une fois la fin apparaissant seul l’envie d’attraper le tome suivant subsiste. J’apprécie également en découvrir un peu plus sur la boxe au fil du temps, même si l’entraînement que subit Riku n’est vraiment pas simple et surtout voir de nouveaux personnages apparaître tous différents et présents à leurs manières. De plus, l’édition proposée par Kazé est réellement agréable en main et je n’y ai pas vu de coquilles durant ma lecture. Un vrai délice, même si une lecture un peu plus douce ne peut pas faire de mal après avoir enchainé les tomes à la suite.

Et vous les matous que pensez-vous de ce deuxième tome ? Accrochez-vous toujours autant ? Si vous ne l’avez pas encore essayé comptez-vous vous lancer ?

Site de l’éditeurExtrait du tome 1

Fire Punch – Tome 1

Coucou les matous, comment allez-vous ? Moi ? Je suis plutôt fatiguée, mais je m’accroche. Le 1 juin approche à grand pas et les examens avec lui… Que je déteste cette période (Et oui, j’ai déjà eu un exam’ il y a peu qui c’était bien passé. Heureusement d’ailleurs.)

Aujourd’hui nous nous dirigeons vers un titre tout feu tout flamme qui ne sortira que le mois prochain. Et non, je ne vous parle pas de Fire Force sur le coup, sortit ce mois-ci,  même s’il faut avouer que le thème du feu à l’air d’être fréquent pour le moment… Je remercie d’ailleurs une nouvelle fois les éditions Kazé et Anita pour la découverte du titre longtemps en avance et pour la box qui l’accompagnait. Prêt à vous rendre dans un monde extrêmement froid ?

« Fire Punch »

fire-punch-1-kaze

7€99 – Seinen – 192 pages

Dans un monde où tout est recouvert de glace, la famine et le chaos règnent sur la Terre. Parmi les quelques humains qui tentent de survivre, certains sont dotés de pouvoir surnaturels. Agni et sa soeur, Luna, font partis de ces « élus » et possèdent la faculté de se régénérer. Agni utilise ce pouvoir pour nourrir les habitants de son village. Pourtant cela ne suffira pas à les préserver du terrible malheur qui va s’abattre sur eux… Agni sera le seul survivant du massacre qui a brûlé tous ses proches. Il part alors dans une quête effrénée pour assouvir sa soif de vengeance !

Ah, Fire Punch. Le titre tant attendu par pas mal de monde et que j’ai découvert grâce à la box presse reçue le mois passé. Pas de remarques sur ma vitesse de pointe du moment je vous prie sinon je vous offre une maquette, trois travaux sur Word – si pas plus, j’ai arrêté de compter – et tout ce qui va avec l’arrivée des examens.

Fire Punch n’est pas un monde de Bisounours et si vous cherchez de la chaleur humaine – et surtout quelque chose de joyeux – passez votre chemin. Vous ne trouverez pas cela dans ce manga, certes la chaleur sera là, mais pas du tout celle à laquelle vous pensez. L’être humain n’est pas vraiment un être de bonté et la noirceur humaine est belle et bien présente sous nos yeux… Jusqu’aux pires vices.

Certes, certaines actions pourraient être compréhensibles grâce aux pouvoirs de certains « élus » surtout dans un monde où la nourriture semble bien moins présente que dans le nôtre, où la chaleur est une rareté. Pour survivre jusqu’où seriez-vous capable d’aller ? Certains choix paraissant inhumains à nos yeux, le sont également pour certains personnages mais d’autres préfèreront essayer de vivre un minimum, même si cela sera probablement mal vu par d’autres.

Le cannibalisme est-il quelque chose de simple à réaliser ? Non. Et les habitants du village, présents au début du manga, le montrent chacun à leur manière. Certains s’y adapteront mieux que d’autres, mais cela ne sera pas le cas de tout le monde. Peut-on garder notre humanité en mangeant de la chair humaine ? De quelle manière cela sera-t-il vu par des personnes extérieures ? La réponse arrive assez facilement en soi, mais ne sera probablement pas la plus heureuse.

Bien entendu, il y aura d’autres éléments pouvant heurter la sensibilité de celui qui lit le manga et qui risquent de marquer d’une manière ou d’une autre le lecteur. Certains auront du mal à se mettre dans la peau du héros – ce qui était mon cas – ou du mal avec les autres personnages. Pour ma part, j’ai plutôt apprécié Sun qui a un caractère diamétralement opposé à d’autres que l’on croise au cours du récit. Et… Je pense que je l’aime bien justement parce qu’il est comme un petit rayon de soleil.

Mais laissons les personnages de côté pour nous tourner un peu vers l’histoire, histoire qui – comme vous l’avez-vu plus haut – n’est pas la plus heureuse existant. Nous rencontrons notre héros et sa sœur au début du manga, deux personnages vivant heureux malgré la vie rude qu’ils connaissent. Malheureusement pour eux, ces moments heureux finiront par disparaître tout comme la chaleur s’en est allé de nombreuses années auparavant. Seul un monde froid subsiste, un monde où la survie prime sur le reste et où les bassesses humaines réapparaissent.

Et bon sang, je n’étais pas à l’aise lors de certains événements. Pour d’autres suites à des travaux scolaires j’étais déjà drillée (Oui, oui, le cannibalisme est entré dans mon programme d’étude à un moment… Me demandez pas pourquoi je l’ai vu en long, en large et en travers, mais voila ce fut le cas… Pareil pour l’esclavage) ce faisant je n’étais pas si choquée que cela par les éléments déjà connus grâce aux cours.  Enfin, en même temps je commence à être habituée à pas mal de chose… Mais pas à tout semble-t-il. Je dois avouer ne pas avoir tout prédit en avance au niveau de ce que l’être humain était capable de faire dans un tel environnement…

D’ailleurs, ma curiosité est restée titillée par certains élémentsmême si nous avons des réponses pour quelques uns d’entre eux dans ce premier tome – et c’est pour ça que je serai curieuse de découvrir le tome 2. Je note pour la suite que les certitudes ne le sont pas toujours en tout cas vu la surprise que j’ai eue et je n’étais pas la seule. Vous vous souvenez sûrement que je ne suis pas la seule à lire les mangas à la maison et bien ma mère c’était également lancée dedans pour le meilleur et pour le pire…

Parce que oui, elle était assez expressive tout au long de sa lecture. Souvent à coup de « Pourquoi ? » certes, mais cela ne l’a pas empêchée d’être également intriguée par un point. Bon deux, parce que cette histoire d’Elus semble un peu plus l’intriguer que moi sur le coup (Même si je suis curieuse sur ce point également). Plus qu’à voir comment cela apparaîtra dans la suite et si cela continuera d’aller dans la noirceur humaine. (Un p’tit rayon de soleil perdu please ! Comment ça je rêve ?)

Pour ce qui est du dessin, il fait son boulot en nous permettant de savoir qui est quimême au fil des anset les lieux. Par contre, je me suis encore faite avoir avec Sun au début par rapport à son sexe cela commence à être un peu trop fréquent ces derniers temps. Je suis une bille pour reconnaître une fille d’un garçon ou un garçon d’une fille ou quoi ? (Oui, je sais la phrase veut dire la même chose *tousse*)

Du côté de l’édition, j’ai reçu l’épreuve non corrigée qui se trouvait dans la box presse et je dois dire que malgré tout c’était franchement agréable. Comme Xander, je n’ai pas vu grand-chose de problématique dans l’œuvre hormis, à de très rares moments, des inversions dans les bubulles. Rien de bien grave lorsque l’on arrive à se situer comme il se doit.

Bon ce n’est pas un coup de cœur, mais la curiosité par rapport à la suite est bel et bien présente malgré tout. (Curiosité fois deux… Merci de me le rappeler oh grande maman TT’) Par contre, il ne faudra pas que je sois épuisée lors de la lecture du tome 2 sinon je risque soit de chialer pour rien – moi, hypersensible ? Nooon – soit de gueuler sur les personnages… Oui, oui ça m’arrive assez souvent et c’est assez violent quand je suis crevée. Ce ne sera pas un manga pour tous, ça c’est certain vu la violence et la noirceur présentes dans le titre. Un titre qui débute assez lentement afin de nous permettre de prendre nos marques – Même si pauvre Agni malaimé à la maison – et qui pourrait être encore plus surprenant dans le futur. Plus qu’à voir ce que Tatsuki Fujimoto nous réserve, à quelle température nous allons brûler (Oui, le froid ça brûle aussi) et la manière dont tout cela arrivera !

Êtes-vous curieux par rapport au titre les matous ? Compterez-vous l’essayer le 21 juin prochain ?

Site de l’éditeurExtraitMinisiteInterview de l’auteur

Riku-do La rage aux poings – Tome 1

Hey les matous ! Vous allez bien ? J’espère en tout cas. De mon côté, un peu – beaucoup – fatiguée, mais cela finira par passer ! Une bonne longue nuit de sommeil et tout rentrera dans l’ordre normalement, même si je me lèverai sûrement tôt malgré tout.

Aujourd’hui, je vous vous mener vers un titre reçu grâce à Anita et Kazé que je remercie grandement ! Un titre se déroulant dans notre monde et parlant d’un sport spécifique. Pas de basket pour cette fois (d’ailleurs vous aurez mon avis sur le tome 2 de KnB Extra Game au fil des semaines qui viennent), ni de volley même si au fond je ne vous en ai pas tant parlé que cela pour le moment. Non. Le sport en question est la boxe ! Je préviens d’avance, Riku-Do – La rage aux poings n’est pas à mettre entre toutes les mains donc ne laissez pas le petit bout de 6ans vous l’emprunter, il ne sortira pas indemne de sa lecture.

 

« Riku-Do – La rage aux poings »

riku-do-1-kaze

8€29 – Seinen – 192 pages

Pour se venger des coups qu’il a reçus, Riku boxe le corps de son père qui vient de se pendre. Il veut vivre avec sa mère, mais il découvre avec horreur qu’elle est dépendante d’un dealer brutal et sadique. Empli de rage face à toutes ces tragédies, Riku demande à un ancien boxeur devenu yakuza de lui apprendre à se battre pour défendre ceux qu’il aime. L’ex-champion refuse mais l’envoie chez son ancien entraîneur de boxe. Le jeune garçon trouvera-t-il sa voie dans ce sport âpre et violent ?

 

Dans ce manga seinen de Toshimitsu MATSUBARA nous  suivons Riku, un garçon qui n’a pas eu énormément de chance dans sa vie entre un père violent qui s’est pendu et une mère vivant avec un dealer, l’amour familial n’est pas ce qu’il a le plus connu. Suite à certains événements et à l’envie de protéger ceux qu’il aime, il se mettra à la boxe.

L’histoire en elle-même se déroule dans notre monde, un monde dur et assez sombre qui montre parfaitement que la vie n’a rien de facile ou de rose. Il ne faut pas se dire que l’on va lire une histoire où tout le monde est gentil lorsque l’on ouvre Riku-do parce que c’est tout le contraire, les âmes beaucoup trop sensibles doivent s’abstenir. (Pour avoir vu la réaction maternelle, je peux le dire sans problème, ahaha)

Riku, le personnage que nous rencontrons enfant, est vraiment prenant. Ce qu’il vit pourrait être considéré comme inhumain par pas mal de gens, mais c’est sa vie qui lui permettra de s’élever petit à petit dans la boxe. Il sait naturellement viser les points vitaux, même s’il ne s’en rendait pas compte au début, et n’était pas du genre à rendre les coups lorsqu’il était jeune. Il se les prenait, ne savait pas comment réellement se battre. Un peu comme chacun de nous. Sans entraînement dans l’un des sports de combat, il est difficile de s’en rendre compte et ici c’est la boxe qui sauvera Riku. Sauver dans le premier sens du terme vu qu’un jab bien placé lui évitera probablement un triste destin. L’envie de devenir plus fort pour protéger les autres, principalement ceux qu’il aime, peut paraître assez simple car récurrente dans les mangas, pourtant c’est un désir qui peut apparaître chez n’importe qui en fonction de son passé ou de ce qu’il vit sur le moment.

A ses côtés, nous découvrons différents personnages. Son père, sa mère, celui avec qui vit celle-ci (Je pourrais dire « le dealer » tout simplement en fait…), les enfants du foyer, une éducatrice, mais également Kyôsuke et Baba. Ces deux derniers permettant à Riku de découvrir et de s’améliorer dans ce sport. Chacun des personnages, bien que certains ne possèdent qu’une brève apparition, aura son importance que ce soit dans la psychologie du jeune homme – parce qu’il ne reste pas enfant durant tout ce premier tome – que sur sa manière d’être.

La boxe peut être un défouloir pour certaines personnes, mais pour Riku c’est sa vie, ce qui lui permet d’avancer et de devenir plus fort. Aux yeux de notre héros, c’est ce qui l’a sauvé. Mais il n’y a pas que ce sport qui a son importance dans Riku-do la rage aux poings car nous y retrouvons les traumatismes – ceux vécus par Riku, mais l’on se rend compte que d’autres personnages en auront – et la violence. Violence physique principalement, les coups volent dans ce premier tome et le corps de l’enfant – et plus tard adolescent – sera réellement meurtrit tout comme ceux d’autres protagonistes. Mais il y a également quelques lueurs d’espoir, des touches plus enjouées bien que la noirceur retrouve rapidement sa place. Le foyer, la pratique du sport, les véritables liens noués entre certains personnages dont de la confiance. Bien qu’il soit possible de perdre certaines choses d’une seconde à l’autre, elles restent présentes et ce malgré le regard des autres.

La douleur. La rage. L’espoir. Le désespoir. La peur. La confiance. La désillusion. La ténacité. La mort. La vie.

Des mots, énumérés comme cela à première vue, mais pouvant coller d’une manière où d’une autre à ce qu’a vécu Riku.

La douleur des coups reçus. La rage de vivre. L’espoir d’une vie meilleure. Le désespoir face à certaines situations. La peur lorsque l’on sait que l’on risque de perdre la vie. La confiance envers certaines personnes. La désillusion avec d’autres alors que l’on espérait pouvoir vivre avec, que tout irait bien. La ténacité dans la pratique du sport. La mort de personnes proches. La vie… La vie que l’on a sauvée grâce à un coup de chance, grâce à un simple mouvement.

Les dessins, de leur côté, nous mettent directement dans l’ambiance. Sombres, ils sont également extrêmement détaillés ce qui nous permet d’apprécier les mouvements liés à la boxe, les différentes actions, les personnages et les lieux. Les émotions également car nous les lisons sans problèmes sur les visages de ceux que l’on croise au fil des pages. Des émotions pouvant passer de la joie à la douleur en une fraction de seconde. Pour ce qui est de la traduction effectuée par Arnaud DELAGE, elle nous met également dans le ton du manga, mais colle à chacun des personnages. Après tout, un dealer ne parle pas comme un enfant ou un ancien boxeur yakuza comme une éducatrice. C’était vraiment agréable de voir grâce à ça les différences d’âge entre les personnages, leurs connaissances et leurs manières de parler tout simplement pouvant montrer leurs visions du monde.

Ce manga est vraiment fort, percutant, malgré sa noirceur pouvant heurter la sensibilité de certains – comme c’est écrit sur la quatrième de couverture dans le coin supérieur gauche – et l’on se demande comment grandira Riku, quelles seront ses relations avec les autres. Nous savons déjà ce dont il est capable pour le moment, mais peut-il devenir encore plus dangereux avec ses poings ? On ne sait pas non plus ce qui arrivera dans le futur, étant donné qu’il a déjà vécu de nombreux événements pouvant être considérés comme dramatiques ou perturbants – pour certaines personnes – durant son enfance. Tout est possible, mais les lueurs d’espoir le sont également et la boxe reste ce qui lui permet de garder la tête hors de l’eau, de s’épanouir.

Curieuse de voir ce que donnera le tome 2, de voir ce qui attend Riku et de découvrir les personnages qui apparaîtront dans celui-ci. Curieuse de voir comment tout cela évoluera, ce qu’il adviendra de chacun des personnages que l’on a déjà croisé. Alors oui, vivement le tome 2 afin d’en savoir plus et de repartir dans le monde de la boxe.

Et vous, comptez-vous le lire ? Qu’en pensez-vous ?

 

Site de l’EditeurExtrait