Sa Majesté le Chat – One Shot

Hey les matous ! Comment allez-vous ? Oui, je sais l’article à un peu beaucoup trainé cette fois-ci… Désolée, vraiment… Mais bon, pas mal de choses se sont passées et résultat des courses mon document Word restait ouvert à attendre afin d’être continué. Finalement le voici, le voilà sortant enfin du logiciel le gardant prisonnier pour votre plus grand plaisir, tout du moins je l’espère.

Si vous me suivez sur Twitter, vous savez parfaitement de quel titre je vais vous parler en ce 21 juillet et ce même s’il a été retardé… Vous commencez à être habitué, je pense, mes petits matous voyageurs. Prêt à découvrir les chats d’Akihiro Kimura ? On y  va !

« Sa Majesté le Chat »

sa-majeste-le-chat-1-doki

9€90 – Shôjo – 146pages

Chez Akihiro Kimura, auteur de manga, on comprend vite qui commande : ce sont ses chats !

Depuis ce jour où il a ramené chez lui un premier petit chaton tout mignon, les félins règnent sur son foyer ! Ils l’empêchent de travailler, n’en font qu’à leur tête, se battent pour un rien…  Ce sont eux les maîtres, et lui ne semble être là que pour les servir !

Découvrez le quotidien de cinq maîtres chats et de leurs dévoués serviteurs humains… Une vie avec ses joies et ses peines, et surtout pleine d’amour, de gaffes et de ronrons qui feront vibrer le cœur des amoureux des chats.

Vous vous dites sûrement que je l’ai débuté parce que ce titre parle de chats et… Vous avez légèrement raison sur ce point, mais c’est également l’avis de Thiboutsu qui m’a réellement décidée à le prendre. Nous en avions reparlé ensemble, depuis la date de l’achat, et finalement je vous partage également mon avis. Oui, je sais il est temps, mais il m’a été réellement utile durant ma période d’examens surtout pour celui d’art. Et ce même si ma prof était dubitative au début, elle a fini par le regarder de long en large et arrêter de faire des remarques. Et toc !

Erm… Passons ce petit moment purement enfantin et replongeons-nous dans ce qui nous intéresse c’est-à-dire Sa Majesté le Chat d’Akihiro Kimura et ce même si vous en avez marre de voir des mangas parlant de chats. Ironiquement, j’en ai très peu… En fait, avec un chat comme héros c’est le seul que je possède à ma connaissance niveau manga même si je connais Chi – Une vie de chat ou d’autres titres ayant des félins comme protagonistes principaux.

Ici, nous suivons le quotidien d’Akihiro Kimura et de ses chats. Les hauts et les bas, les divers moments de rencontres entre les futurs « maitres » et les futurs « esclaves » et surtout la tendresse existant entre les humains et les félins.

Parce que oui, ce One Shot vous fera sourire en vous rappelant diverses scènes du quotidienpour ceux ayant des chatsmais pourra également vous mettre les larmes aux yeux. Ce que l’on a sous les yeux n’est rien d’autre qu’une vie tout à fait normale, un quotidien qui pourrait l’être pour n’importe qui que ce soit le vôtre ou celui d’une connaissance. En réalité, ce manga est une œuvre personnelle et nous découvrons réellement la vie de l’auteur – Akihiro Kimura pour les poissons rouges – qu’il nous fait découvrir avec humour, mais également émotion comme vous vous en doutez vu les lignes que j’ai écrite ci-dessus. Nous voyons sous nos yeux les étapes clefs de sa vie en compagnie de sa femme et des boules de poils aux caractères assez variés, mais également aux physiques différents.

Comment ça, un manga c’est en noir et blanc ? Non, non, pas spécialement et je vous l’ai déjà prouvé avec le tome 1 d’Un Coin de Ciel Bleu (d’ailleurs le t2 est sur ma liste de futurs achats… Oui, j’ai une malédiction en magasin lorsque je cherche des trucs) et ici nous retrouvons également un manga en… Couleurs ! Et elles sont réellement utiles dans ce titre car elles nous permettent de reconnaître chacun des félins en fonction de ses caractéristiques physiques dont la couleur de ses poils. On s’immerge encore plus dans le quotidien d’Akihiro Kimura grâce à cela car cela nous évite de nous demander quel est le chat apparaissant sur la page que nous lisons… En sachant qu’il n’y en a pas qu’un, cela s’avère rapidement utile.

Les dessins, de leurs côtés, sont assez simples pourtant ils ne choquent pas plus que cela. Oui, ils sont ronds et ne vont pas aussi loin que ceux, par exemple, de Les Enfants de la Baleine mais cela ne pose pas de problème tout simplement parce qu’ils font bien leur boulot en nous permettant de reconnaitre les personnages et les lieux. Chaque endroit étant lié aux protagonistes que l’on rencontre au fil de la lecture, ils nous permettent d’en savoir plus sur les rencontres, le lieu d’adoption, les raisons et surtout de nous en apprendre un peu plus également.

Et oui, texte et dessin se lient pour nous permettre d’en savoir plus sur le quotidien du mangaka et ses tracas. Les moments de joie sont retranscrits de telles manières qu’on les ressent au fil de la lecture tant en lisant les bulles de dialogues qu’en voyant les dessins, mais c’est également pareil pour les périodes plus tristes qui touchent sans trop de problème le lecteur. De plus, il n’y a pas que des dessins dans ce manga car des photos apparaissent de temps en temps, permettant ainsi de faire un lien avec la réalité et de se rendre compte qu’Akihiro Kimura à réellement créé un manga se centrant sur ce qu’il a vécu. Les teintes sont assez douces durant la lecture, mais peuvent également se montrer vives et chaleureuses par moment pour le plaisir des yeux et surtout en fonction de ce qu’il se passe devant nous.

Sincèrement, ce petit One Shot sorti aux éditions Doki-Doki fut une agréable surprise lors de sa lecture et s’est avéré plus utile que prévu pour un boulot (Pourquoi n’ai-je pas prit le service à thé et la table en carton en photo ? Pourquoi ? ) Comme je ne vous en avais pas directement parlé je l’ai relu, plusieurs fois, et c’était toujours les mêmes émotions qui m’assaillaient. On ne s’ennuie pas et on voit les différents êtres grandir au fil des pages, des êtres qui sont des êtres existants réellement et que l’on peut également voir à travers la photographie. Le papier s’avère très, très peu transparentje n’ai eu aucun problème de « Oh, je vois ce qu’il se passe après ! » et la traduction était tout à fait bonne, n’ayant pas vu de coquilles au fil de mes nombreuses lectures. C’est réellement un titre tout en douceur et en émotion douce-amère qui s’offre à nous, un titre qui nous montre un quotidien que chacun pourrait connaître sans problème et je suis ravie d’avoir pût le découvrir. Et puis… Qui résisterait aux bouilles de ces adorables petites boules de poils ?

Et vous mes matous l’avez-lu ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Si non, allez-vous le tenter ? Quel est votre animal préféré ?

Site de l’éditeurExtrait

Les achats du mois de… Juin

Coucou les matous, comment allez-vous ? Qui dit début de mois, dit présentation des différentes arrivées du mois passé ! Ce fut relativement plus calme que d’autres mois étant donné que j’étais en examen, mais n’hésitez pas à dire si l’un ou l’autre titre vous intéresse pour un avis ou si vous en avez lu l’un d’entre eux ! Sur ce, je vous laisse avec l’article 🙂

Service Presse :

 

Pochi&Kuro – Tome 1 & 2 [Kazé]

Black Clover – Tome 7 [Kazé]

Le chant des souliers rouges – Tome 2 [Kazé]

Kuroko’s Basket Replace Plus – Tome 2 [Kazé]

 Les avis arrivent dans les prochains jours sans fautes ! L’article sera donc mit à jour, comme souvent, afin que vous puissiez cliquer sur le numéro du tome pour vous retrouver sur l’article correspondant. J’ai mis la couverture japonaise du tome 2 de Pochi&Kuro vu que je n’arrivais pas à mettre la main sur la vf, je ferai le changement dès que possible 🙂

Nouveautés :

 

Fire Force – Tome 1 [Kana]

Un Coin de Ciel BleuTome 1 [Nobi Nobi] Série en 3 tomesRemporté grâce au concours sur Facebook

Soul Eater – Triple tome (1 – 2 – 3) [Kurokawa]

To Your Eternity – Tome 1 [Pika]

Kingdom Hearts – Intégrale 1 [Nobi Nobi]

Our Summer HolidayOS [Delcourt/Tonkam]

 Et oui, deux manga d’un même auteur sur le coup, vu que Soul Eater sort à nouveau je me suis lancée dans sa lecture ! Pour ce qui est de la première intégrale de Kingdom Hearts, c’est le côté fan du jeu vidéo qui a parlé également… Oui, je suis faible.

Suites :

My Hero Academia – Tome 8 [Ki-Oon]

Im – Great Priest Imhotep – Tome 2 [Ki-Oon]

Wizard’s Soul – Tome 2 ; 3 ; 4 [Doki Doki] ♦ Série complétée

Je continue de rattraper mes légers retards dans certaines séries, d’ailleurs début de ce mois de juillet je me suis également acheté quelque chose en rapport avec My Hero Academia. Prochaines suites ? Heu… Je verrai bien ce sur quoi je tomberai ! Ce qui est sûr c’est que Yu-Gi-Oh risque bien de réapparaitre dans les prochains mois. Je suis tout de même contente d’avoir complété une série 🙂

Emprunts :

 

/

Aucun emprunt pour ce mois de juin… En même temps, j’ai passé plus de temps dans mes cours que dans mes lectures de ce fait j’ai évité de m’en ajouter… Pourtant, il y avait pas mal de mangas qui me tentaient à la bibliothèque !

DVD :

 

Les Animaux Fantastiques [BluRay]

My Little Pony – Friendship is Magic [Coffret 2 DVDs]

J’en vois déjà derrière leur écran se dire qu’il doit y avoir un problème… Oui, oui, j’ai bien acquis Les Animaux Fantastiques et My Little Pony et ce même si cela peut paraître étrange aux yeux de certains. Le premier a été payé plein prix quant au second, et bien j’ai profité de le voir à un prix dérisoire pour me le prendre.

Goodies :

 

Figurines FunkoPop – Végéta & Piccolo [DragonBall] ; Rush [Mégaman]

Cartes – Yokai Watch ; Black Clover [Accompagnant le tome 7]

Tsum Tsum Mystery Pack – Baymax Armor avec support (Pas de chance pour moi c’est un double ToT)

Marque-page – Le chant des souliers rouges [Accompagnant le tome 2]

Comme toujours quelque petits goodies se sont ajoutés et ma collection de Pop augmente. Parmi les DragonBall, il ne me manque plus que Cell parmi mes recherches (peut-être Beerus… Je verrai bien) et dans la collection Mégaman il m’en manque 3. Je ne les paie pas toutes vu que ma mère en profite également, ce qui me permet de faire quelques légères économies…


Le mois passé je n’ai pas sût vous parler de grand-chose, résultat vous n’avez eu que quelques articles. En plus des deux avis portant sur Our Summer Holiday et Un Coin de Ciel Bleu vous avez également eu droit à mon avis sur la première partie du tome 2 d’Exilium et sur le tome 1 du LN d’Overlord. Soit deux mangas, un ebook et un light novel. Comme vous le voyez, pourtant, il y a eu de l’arrivage… Ce début de mois de juillet sera principalement pour vous parler des Services Presses pour le moment – autant ebook que manga, vu que j’ai légèrement prit du retard avec le mois de juin – et par après ce sera tout autre chose. Je ne vous en dis pas plus, mais certains titres cités plus haut auront leurs avis tout comme d’autres qui n’y ont pas encore eu droit.

Et vous les matous quels ont été vos achats du mois de juin ? Le mois passé c’est-il bien déroulé ? J’espère que vous passerez tous de bonnes et agréables vacances pleines de jolies découvertes en tout genre.

Un Coin de Ciel Bleu – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Pas trop mal j’espère… Enfin, vu la météo qui n’arrête pas de changer c’est difficile de ne pas tomber malade pour certains et je trouve que c’est un miracle que je n’ai rien pour une fois. (Moi, avoir une santé fragile ? Non…)

Vous vous souvenez sûrement qu’un concours avait lieu durant plusieurs jours sur la page Facebook de Nobi Nobi et comme beaucoup je faisais tourner la roue en espérant voir apparaître le message me disant que je venais de gagner le lot mit en jeu. Verdict ? Ce fut fait au deuxième jour par je ne sais quel miracle alors que je ne voyais plus rien du tout. Oui, mon ordi avait décidé que je pouvais faire tourner la roue mais que je ne saurai pas le résultat directement. Il commence à se faire sérieusement vieux le pauvre petit…

« Un Coin de Ciel Bleu »

un_coin_de_ciel_bleu-1-nobi

8€50 – Seinen (?) – 128pages

Bienvenue à Aobato, coin tranquille loin du tumulte de la ville, quelque part sur la côte japonaise. Doux bruit des vagues, chant apaisant des oiseaux, mais aussi rires en cascade sont au programme ! C’est là que vivent Haruka, Yuki et Misaki, trois amies unies comme les doigts de la main, malgré des personnalités très différentes. Venez donc découvrir leur quotidien : entre les balades sur la plage et les festivals d’été, impossible de résister à l’envie de rejoindre ce joyeux trio !

Vous connaissez sûrement le mangaka grâce au manga « Dédale » – dont je dois toujours parler sur le blog, vous me connaissez à force – qui avait fait parlé de lui durant l’été. Takamichi revient en Europe avec un autre titre à présent, un titre tranche de vie qui nous met du baume au cœur et ramène le soleil sans trop de difficulté s’il pleut à l’extérieur. Je parle du manga en trois tomes « Un Coin de Ciel Bleu » sortit aux éditions Nobi Nobi cette année et qui se trouve être entièrement en couleur.

Un peu comme « Sa Majesté Le Chat » ou « ReLife » si vous voulez, mais des titres entièrement colorés restent relativement peu courants lorsque l’on prend un manga et que l’on tourne les pages. Des pages qui s’avèrent plus épaisses que celles que l’on connait habituellement et qui se trouvent être plutôt agréables au toucher. D’ailleurs, qui dit papier plus épais dit poids du manga légèrement plus élevé également (mais moindre qu’un double ou triple tome).

Mais bon, c’est bien beau de parler de tout ça, mais l’histoire que vaut-elle ? Et bien, mes chers matous, c’est – comme vu l’avez lu normalement plus haut sinon, ce n’est pas bien de sauter des paragraphes – du tranche de vie où nous suivons Haruka, Yuki et Misaki, trois amies relativement différentes, mais également adorables. Lorsque l’on dit, chaque jour, que nos amis ne nous ressemblent pas forcément cela s’avère relativement vrai et nous le voyons durant la lecture de ce manga entrecoupés de scènes de vie typiquement japonaises dans une ville… N’existant pas dans notre monde.

Et oui, Aobato est un coin totalement imaginé par Takamichi et l’origine du nom de la ville est relativement simple à trouver lorsque l’on lit le manga tout simplement parce que la réponse nous y est donnée. Peut-être ne le réaliserez-vous pas lors de la première lecture, mais un certain volatile est extrêmement présent et donne son nom à la ville. Le découvrirez-vous au fil de la lecture ? Nous suivons donc nos trois héroïnes dans ce petit coin de paradis où elles vivent au quotidien avec la plage à quelque pas – ou presqueet dans une ambiance joyeuse et ensoleillée.

Même si les histoires peuvent être lues indépendammentpar exemple lorsqu’il faut un bon remontant, non je ne vise pas mon état psychologique lié aux examenselles nous permettent tout de même d’en savoir plus sur chacune des trois demoiselles tout en découvrant d’autres personnes. Certains réapparaissent d’ailleurs de manière légèrement récurrente tels que les oiseaux, la serveuse du café où se rend notre trio ou un personnage masculin (voire deux, mais l’un d’eux est surtout mentionné).

Bien entendu, nous retrouvons également un lieu emblématique lorsque les personnages sont des lycéennes. Parce que non, les différentes activités d’Haruka, Yuki et Misaki n’ont pas lieu durant les vacances mais bel et bien durant l’année scolaire. Et qui dit année scolaire dit lycée et… Club ! Et oui, les matous, nous découvrons deux clubs dans ce premier volume – laissant le mystère sur celui dans lequel se trouve l’une des protagonistes même si comme beaucoup je penche pour le club de natation… Allez savoir pourquoi – qui sont le club d’art plastique et celui de photographie. Vous comprendrez rapidement que tout ce qui est lié à celui des photographes, je n’ai aucun souci pour comprendre le jargon et que je me retrouvais à me répéter certains éléments de mes cours passés. Que de souvenirs… (D’ailleurs, il faut toujours que je vous parle du tome 1 de La Photographe aussi…)

Erm… Désolée pour la digression et retournons sur notre sujet du jour *tousse*. Les dessins, comme vous le savez, entièrement en couleur rendent réellement bien et je dois avouer qu’il y a de nombreuses teintes qui apparaissent ne serait-ce que sur la couverture, mais que l’on retrouve également dans ce premier tome. Ah et je veux un Alpaga *-* Comment ça, j’ai déjà assez à faire avec un chien ? M-Mais ! Il est juste trop mignon celui qui apparait dans Un Coin de Ciel Bleu même s’il est assez peu présent au final le petit… M’enfin, les différents animaux que l’on aperçoit sont reconnaissables sans aucun problème soit grâce à leurs teintes ou leurs physiques réellement bien retranscrit.

Les personnages également au fond, car je n’ai eu aucun problème à reconnaître notre trio et les autres protagonistes apparaissant. Ils sont réellement variés, lorsqu’ils daignent apparaître, et possèdent des tempéraments tout aussi différents ainsi que quelques secrets pour certains. Même si on est centré sur Haruka, Yuki et Misaki cela n’empêche pas les autres personnages de vivre leurs propres vies et de discuter les uns avec les autres, ce faisant nous faisons face à une vraie vie lycéenne se déployant sous nos yeux.

Mais une vie lycéenne avec des coins idylliques à visiter et une vie quotidienne qui ne nous donne pas le cafard. Seule la bonne humeur est présente et ce, même lorsque certains événements pour le moins étranges aux yeux des demoiselles ont lieux. C’est leur quotidien que nous découvrons, un quotidien remplit d’éléments tout à fait normaux qui mit bout à bout font tout de même vivre une petite aventure aux jeunes filles. Les couleurs présentes dans le manga représentent très bien ce côté ensoleillé, le côté positif de l’œuvre et surtout la joie de vivre présente au fil des pages malgré les petits obstacles du quotidien.

Donc oui, Un Coin de Ciel Bleu est un manga positif où il fait bon vivre. Un remontant parfait en période d’examens ou de coup de blues qui nous rendra le sourire lors de ses courts chapitres. Je me suis mise à rêver, durant quelques instants, de me trouver à leurs côtés afin de découvrir les lieux et les habitants tout en passant un agréable moment.

Et vous les matous avez-vous tenté le titre ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Comptez-vous l’essayer ou pas du tout ? Avez-vous lu l’autre titre de l’auteur ?

 

Site de l’Editeur – Extrait