Recueil de poèmes et rêveries

Hello les matous ! Vous allez bien en cette nouvelle journée ? J’espère en tout cas ! Pour ma part, je liquide déjà ma PAL qui était fraîchement née… elle n’aura pas tenu longtemps pourtant ce n’est pas faute de l’avoir bien remplie dimanche. Le pire dans tout ça, c’est que je fais d’autres choses durant mes journées et pas que lire… Enfin bref !

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un recueil de poèmes. Oui, je sais c’est assez rare, mais une fois de temps en temps cela ne peut pas faire de mal ! Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement  Pro pour la découverte ainsi que pour la confiance donnée. Vous êtes prêt ? On y va !

« Recueil de poèmes et rêveries »

53-recueil-poemes-et-reveries

1€49 (ebook) & 7€50 (broché) – Poésie – 71 page

Entre une réalité trop présente et la rêverie, mon choix a été simple : Ecrire pour exorciser.

Une phrase en guise de résumé ? C’est normal Neko ?  Et bien oui, parce que c’est le résumé en lui-même du recueil alors ne vous inquiétez pas les matous. Une phrase, certes courte, mais voulant dire énormément. Après tout, nous écrivons – lorsque nous le faisons – tous pour quelque chose. Mettre sur papier nos idées, nos émotions, ce que l’on voit ou entend, ce que nous rêvons. Cela peut également faire du bien parce que, justement, on ne se retient pas et les mots apparaissent sur l’écran ou la feuille. Ecrire, c’est une liberté bel et bien présente faisant un bien fou.

Ici, nous découvrons des poèmes pouvant être séparé en deux parties distinctes. La première parlant de l’amour et l’amitié, elle ne suit pas les règles connues de la poésieles vers et les rimespourtant cela ne m’a pas dérangé. Il serait possible de dire qu’ils sont libres et il existe de nombreuses poésies à présent n’utilisant pas la réglementation poétique. Adressés à des proches de Frédéric Marcou, on entre d’une certaine manière dans son intimité tout en gardant une neutralité. Cette neutralité évite que les personnes se sentant parfois mal à l’aise en découvrant des éléments réels des auteurs le soient justement tout en nous permettant d’en découvrir un peu plus sur lui et ses proches.

Dans la seconde partie, ce seront les rêves qui seront à l’honneur. Et vous vous doutez que là où pour l’amour et l’amitié cela pouvait être facilement comprit, dans le cas des rêves le sens pourra être caché. Ce sera même métaphorique en réalité et nous permettra de réfléchir lors de leurs lectures. Bien sûr, certaines personnes seront peut-être déroutées par rapport à cela mais… Un poème ne nous fait-il pas réfléchir peut importe son thème ? C’est à nous de faire notre interprétation au moment de la lecture ou par aprèsmême en discutant avec autruiet c’est quelque chose que j’apprécie énormément dans la poésie, même si depuis pas mal d’années j’en lis peu.

En tout, si je ne me trompe pas, j’ai compté une bonne quarantaine de poèmes qui toucheront – ou non, cela dépend vraiment des goûts et des couleurs – le lecteur et dans lesquels l’auteur y a mit réellement tout son cœur. Cela se ressent lors de la lecture, de la découverte de cette œuvre touchante à sa manière et pouvant s’avérer un peu naïve également. Mais la naïveté n’est pas quelque chose de mal, c’est quelque chose pouvant nous faire avancer également et rêver… Elle fait partie de nous, même si elle est parfois camouflée, et il est possible de la ressentir lors de la lecture du recueil.

Certaines phrases peuvent rester en tête, sans difficulté, tel que le « c’est ma fée de la fenêtre » que je n’arrive pas à oublier. Certes, j’aime les fées – de base – mais c’est une petite phrase qui me touche à sa manière. Cela peut paraître idiot à certains, mais pour imaginer le ressenti il faut comme toujours lire le passage, le poème ou le texte d’où cela est tiré. D’ailleurs, une certaine lettre de motivation m’a également fait sourire car elle est relativement originale et légèrement mélancolique. On ressent, pourtant, un espoir qui pourrait arriver à sa lecture et l’espoir est bien quelque chose qui nous permet d’avancer au fil du temps, de nous lancer dans certaines activités.

Pour ce qui est de l’écrit, je n’ai vu aucune faute d’orthographe lorsque je tournais les pages et découvrais les textes. Je ressentais la sincérité de l’auteur, sa foi en la vie, ses sentiments. L’espoir se mêle à la tristesse et au bonheur tout en rencontrant la souffrance, pourtant quelque chose nous donne envie de sourire à la vie, de ne pas se lamenter sur les différents malheurs apparaissant par-ci par-là dans la vie que l’on connait. Une sorte d’optimisme en ressort, un joli rayon de soleil pouvant faire du bien dans notre monde où certaines personnes peuvent être pessimistes ou tentent d’enfoncer les gens.

Je ne saurai pas en dire plus sans spoiler, ce dont je n’ai pas envie, et parler poésies n’est pas encore ce dont j’ai le plus simple au fond. Ce n’est que la deuxième fois, mais j’aime vous partager cela également. Certes, cela change de d’habitude et n’en touchera peut-être pas beaucoup, mais si je peux vous le faire découvrir pourquoi pas ? Certains d’entres-vous pourraient être touché ou déjà le connaître après tout ! Même s’il n’a pas été un coup de cœur, j’ai passé un doux petit moment en compagnie des différents textes présents bien que je sais parfaitement qu’ils ne toucheront pas tout le monde.

Et vous les matous, les avez-vous lus ? Lisez-vous de la poésie ? Connaissez-vous l’auteur ?

 

Site de l’auteurSimplement ProTwitterBabelioBooknodeFacebook

Les achats du mois de… Septembre

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ceux étant enrhumé ou malade, courage cela finira par passer 🙂 Pour ma part, j’ai récupéré des nuits un peu plus difficiles et je suis en pleine forme maintenant. Juste un peu à la ramasse, comme toujours, mais cela ne change pas au fil du temps.

Comme nous sommes le premier octobre, je vous entraîne dans les achats et arrivée ayant eu lieu en septembre. Déjà un mois de passé, cela a été tellement rapide… Prêt ? Go !

Service Presse :

Beyblade BurstTome 1 [Kazé]

Pochi&KuroTome 3 [Kazé]

Kuroko’s Basket Replace PlusTome 3 [Kazé]

Platinum End – Tome 6 [Kazé]

La Clé d’Oriane

Recueil de poèmes et rêveries

Presque tous les Services presses auront été chroniqués ce mois-ci ce qui est… rare quand j’y pense o_o D’une certaine manière tant mieux me direz-vous ! Je vous parle des titres non chroniqués bientôt alors soyez patient, les matous !

Nouveautés :

Tizombi – Tome 1 [Bamboo Edition]

Saint Seiya Saintia Shô – Tome 1 [Kurokawa]

Fate/Apocrypha – Tome 1 [Ototo]

Great Teacher Onizuka – Tomes 1 & 2 [Pika Edition]

J’avais découvert Tizombi sur le blog d’Euphox et son avis m’avait donné très, très envie de découvrir le titre. Résultat, lorsque je suis tombée dessus au Carrefour j’ai sauté sur l’occasion et je ne le regrette absolument pas ! C’était vraiment une bonne lecture et un très bon moment de passé. Pour ce qui était de Saint Seiya Saintia Shô, c’était l’avis de Xander qui m’avait donné l’eau à la bouche et dès que je l’ai vu en occasion je l’ai embarqué. J’en parlerai sûrement sur le blog, si je n’oublie pas comme une bonne Neko tête en l’air que je suis. Pour les deux autres titres, Maman Neko avait profité de l’opération anniversaire pour GTO le faisant apparaître à la maison car elle savait que je ne l’avais pas lu et j’ai suivi mon envie de découvrir Fate/Apocrypha sous sa forme manga (En plus de l’anime que je regarde)

Suites :

Les Légendaires Origines – Tome 2 [Delcourt]

To Your Eternity – Tome 3 [Pika Edition]

Food Wars – Tome 19 [Delcourt/Tonkam]

The Rising of the Shield Hero – Tomes 4 & 5 [Doki Doki]

Black Butler – Tome 24 [Kana]

Ayant trouvé au magasin d’occasion la suite de Les Légendaires Origines, j’en ai profité pour prendre la BD (qui était vraiment peu chère) et je ne le regrette absolument pas vu que j’ai vraiment bien aimé Jadina. Moi qui avait du mal avec elle dans la série initiale, cela m’a surprise sur le coup. Pour les autres, je reste à jour dans trois séries (j’accroche toujours autant à To Your Eternity ♥) et continue mon rattrapage dans The Rising of the Shield Hero. Une fois rattrapé, je m’attaquerai à d’autres mangas un peu à la bourre… 

Goodies :

Marque-page – Le Chant des Souliers Rouges

Posters – Cœur de Hérisson ; Platinum End ; Beyblade Burst

Ex Libris – Platinum End ; Pochi&Kuro

??? – Platinum End ; Kuroko’s Basket ; Let’s Get Married

Durant quelques virées en ville, j’avais mit la main sur quelques bricoles que j’avais ramené dans la joie et la bonne humeur. Bon, par contre les carrés avec une illustration (les ??? dans la liste, oui, oui xD) je ne sais pas du tout le nom qu’ils ont de base. Pourtant, ils doivent bien en avoir… Je continuerai de farfouiller !

Autres :

1 Carte SD

Des perles à repasser [Hama]

Plaques pour perles à repasser (Une ronde et une carrée)

Quelques petits achats en plus, vu que j’avais besoin d’une nouvelle carte SD pour mon téléphone et que j’ai eu envie – à la fin du mois, oui, oui – de tenter les perles à repasser. Vive le côté touche à tout ! Je verrai si j’arrive à faire quelques petites bricoles, mais j’ai hâte de tester ! Hormis cela, il y a aussi eu des mochi trouvé par hasard en faisant les courses avec Maman Neko et je suis repartie avec. Ils étaient au chocolat – non, il n’y en avait pas à la pâte de haricot rouge – et ils étaient tout de même très bon avec de la mousse au chocolat à l’intérieur. Une douce surprise.


Mis à part toutes ces joyeuses arrivées et certains avis liés à celles-ci, vous avez vu apparaître la lecture commune du mois – Le tome 1 de Your Name – ainsi que d’autres avis. Par exemple, au niveau des ebooks vous avez vu mon avis sur le tome 1 de Voyageuse et celui sur Mon Cousin l’avait prédit. Par rapport aux mangas, c’est celui sur le tome 1 de Dresseuses de Monstres qui a pointé le bout de son nez et ce sera tout sur le coup quand j’y pense, je n’aurai pas été très productive en fait… J’essayerai de vous parler du deuxième tome dès que possible.


Futurs achats :

Cela n’a pas beaucoup changé depuis le mois passé vu que… Je n’ai pas acheté les titres présents dans la catégorie. Juste un qui s’est ajouté pour le moment et vu tout ce qui sort je sens que je risque de craquer plus que prévu. Comme d’habitude au fond. Il y a tant de titres intéressants ♥

Et voilà déjà la fin de l’article avant qu’il ne revienne le mois prochain. J’ai hâte d’être la semaine prochaine pour voir les loots possibles lors de la Retro MIA et je suis curieuse de voir mes futurs achats également, comme je ne suis jamais mes idées de base ou ne trouvent pas directement ce que je cherche. Quelle sera la nouvelle découverte ? Que continuerais-je ? De bonnes questions pour lesquelles je n’ai pas encore de réponse au fond. Sur ce, passez un bon mois d’Octobre !

J’espère que votre mois de septembre ce sera bien passé et aura été remplit de découverte ! Y-a-t-il eu plus ou moins d’achats que d’habitude chez vous ? Quels titres avez-vous essayé ou continué ? Quels titres vous tentent ?

Voyageuse – Tome 1

Et vous savez qui est en retard les matous avec le stress et tout qui s’était accumulé la semaine passée ? Oui… C’est moi… Vous me direz que c’est habituel, mais tout de même d’habitude j’arrive à tenir mes délais… Comme vous l’avez remarqué, la semaine passée n’avait pas du tout été riche en article – depuis la reprise des examens en fait – et devoir attendre me faisait pas mal stresser. (Et à force vous savez comment je suis à l’arrivée dès que je me sens mal…) J’avais réussi à en sortir quelques uns, mais contrairement à d’autres fois mon rythme était très, très réduit. A présent, cela va mieux et je reprend tous mes petits retards >.<

Je remercie Iman Eyitayo et la plateforme SimPlement pour le service presse et m’excuse pour le retard vu qu’il devait sortir pour le 7 de la semaine passée normalement au plus tard. Le pire dans tout ça ? Il était lu et l’avis était prêt… Mais avec la totale à la maison tout était un peu parti en cacahuète (Heureusement, c’est passé et dans ma tête ça va également bien mieux) faisant que mon cerveau ne suivait plus du tout… Enfin, bref c’est parti pour l’avis les matous ! Après tout, c’est ce que vous attendez tous !

« Voyageuse »

couv51618112

4€99/11€90 (broché) – Fantastique – 293 pages

À 18 ans, Kanyin vient de terminer son lycée avec brio et ne tient plus en place à l’idée d’entrer enfin à l’université.
Toutefois, lorsque sa mère lui annonce qu’elle doit passer ses vacances au Bénin, auprès de son père, sa bonne humeur s’évapore. Ce dernier étant constamment accaparé par son métier de chirurgien, la jeune fille s’attend à deux mois d’ennui et de solitude.
Elle ne prévoyait certainement pas retrouver un vieil ami d’enfance dans une situation plus qu’inattendue : dans le coma.
Et elle s’attendait encore moins à ce qu’en le touchant, elle se retrouve projetée dans un endroit des plus étranges…

Mais qu’est-ce que « Voyageuse » ? Un roman autoédité où nous suivons Kanyin, une demoiselle de 18 ans venant de finir le lycée et qui s’avère être pressée d’entrer à l’université. Une personne normale en somme. Pourtant, sa mère lui annoncera qu’elle passera ses vacances au Bénin auprès de son père ce qui… Ne rend pas la demoiselle très heureuse… Pourtant, quelque chose d’étrange se déroulera durant ses vacances.

Parce que oui, Kanyin se retrouvera dans un monde fantastique, mais également cruel, où tout comme d’autres personnes elle sera piégée bien malgré elle. Le personnage en lui-même est vraiment agréable à suivre, à découvrir et on la comprend réellement sans difficulté dans ses choix. Le simple fait qu’elle aille aux côtés de son ami d’enfance qui se trouve dans le coma, le soutenant comme lui l’avait soutenue dans le passé, est réellement logique. On la comprend, on la suit et on découvre ce nouveau monde en sa compagnie.

Un monde qui n’est pas très, très féérique au fond. Parce que oui, fantastique ne rime pas forcément avec féérique –même si dans le cas du son final c’est le cas – et Iman Eyitayo c’est réellement bien débrouillée pour nous faire entrer dans ce nouvel univers. Un univers qui apparaissait sans aucune difficulté sous mes yeux lorsque je lisais, que j’aurais réellement aimé découvrir en me baladant moi-même malgré les risques.

Vous le savez à présent, je suis curieuse alors dès qu’un univers me plait ma cervelle fonctionne à du cent à l’heure. Ce faisant, les images se créent et mon subconscient me fait vivre l’aventure aux côtés des personnages tel un fantôme que l’on ne voit pas, un être dont la présence n’est pas détectée. Et sincèrement, entrer dans le monde et ne plus se sentir réellement dans le nôtre c’est réellement chouette ! Bon par contre le retour à la réalité est parfois violent…

Mais revenons-en à l’histoire, parce que je m’égare encore. En plus de Kanyin, nous découvrons également son ami d’enfance nommé Jun. Un garçon plus réservé, en fait il complète parfaitement son amie qui est bien plus impulsive. De plus, comme nous découvrons tout du point de vue de Kanyin nous ne savons pas ce que ressentent les autres personnages, ne savons pas tant d’informations sur eux. Ce faisant, nous gardons le mystère sur ce que ressent Jun durant ce volume, sur ses sentiments.

Certes, ce genre de point de vue peut poser problème à certaines personnes, mais on s’attache à Kanyin, à sa vision. Même si, vu ma curiosité maladive, je voulais en savoir plus sur ceux que l’on découvre et leurs états d’esprit. Curiosité quand tu nous tiens, tu ne nous lâches plus durant un bon moment. Pourtant, garder du mystère sur les autres protagonistes ne m’a pas tant dérangée que cela vu que nous les reconnaissons malgré tout grâce à leurs physiques ou leurs caractères. Ils sont chacun unique, on s’y attache même lorsque l’on galère un peu à retenir leur prénom mais ça, c’est ma mémoire de poisson rouge vu que même IRL cela m’arriveet cela fait plaisir de les découvrir, chacun leur tour.

De plus, c’est la plume de l’auteur en elle-même qui m’a fait entrer dans ce monde à travers les yeux de l’héroïne. Une héroïne forte, possédant ses défauts, que la plume d’Iman Eyitayo fait vivre tout en nous peignant un monde irréel qui devient, pourtant, réel à nos yeux. Et puis, le résumé en lui-même attire pas mal de gens tant il nous donne envie de savoir dans quoi Kanyin va se retrouver, les raisons faisant que Jun se trouve dans le comma et j’en passe. Des questions arrivant dès la lecture et trouvant des réponses en tournant les 293 pages.

J’entends parfois des gens dire que plus de 100 pages c’est long à lire, ce qui n’est pas du tout mon cas vu que j’avale des romans de 500 pages sans trop de difficulté lorsque je ne suis pas épuisée psychologiquement ou malade comme un  chien, pourtant les pages de ce roman se tournent toutes seules. Dès que l’on entre dans l’univers, dès que l’on arrive à suivre Kanyin on ne voit pas le temps passer. Tout du moins, je ne le voyais pas et j’ai été surprise d’arriver à la fin de ce premier volume. Un premier tome donnant terriblement envie de découvrir la suite, de continuer l’aventure, d’en savoir plus… D’être tout simplement avec eux encore un peu plus longtemps.

Je pense que vous l’aurez comprit durant la lecture, mais j’ai réellement bien accroché à l’univers créé par l’auteur et aux personnages même si, comme à chaque fois, je veux en savoir plus et aller encore plus loin dans le monde créé. Les vieilles habitudes ne partent jamais après  tout… Si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à l’essayer et à vous lancer dans sa lecture afin de changer de monde le temps de tourner – virtuellement dans mon cas – les 293 pages constituant ce petit ebook. Un ebook remplit de douces surprises et attirant le regard dès sa couverture que je suis ravie d’avoir découvert. A présent, je suis aux anges de pouvoir vous en parler, même si c’est avec du retard, car cela vous fait découvrir un nouveau titre les matous !

Connaissez-vous le titre ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ? Désirez-vous le découvrir ?

 

SimPlementSiteTwitterFacebookInstagramYoutubeBabelioBooknodeLivrAddict

Exilium – Tome 2 Partie 2

Hey les matous ! Vous allez bien en ce cinquième jour du mois d’août ? Pour ma part, tout va bien ! Mes révisions ont reprit et lundi je vais chercher – dans la matinée – le traitement habituel pour mon petit souci de santé en plus d’avoir, dans l’après-midi, de l’aide pour mon cours de musique. Neko fight !

Aujourd’hui, je vous entraîne une nouvelle fois dans un roman. Et oui, je ne vous lâche pas avec ça ! De plus, c’est la suite de la première partie du tome 2 d’Exilium qui apparait aujourd’hui… En gros, la deuxième partie. Oui, je sais j’aurai eu plus rapide de l’écrire directement, mais tant pis ! Prêt à retrouver notre pion préféré et les différents personnages qu’il côtoie ? Let’s go !

« Exilium – Livre 2 Partie 2 : Les legs noirs »

couv47057781

7€99(ebook)/17€ – Fantastique – 380pages

C’était il y a quatre mois, lors de mon premier face-à-face avec les rigueurs de l’hiver saint-amandois. Trois discrets élèves du lycée où j’exerce comme pion m’ouvraient les yeux sur leur étrange faculté de se transformer en une improbable et redoutable créature. Je fus terrorisé. Mais ils m’aidèrent à surmonter mes peurs pour comprendre leur place dans l’ordre naturel des choses. Je devins leur meneur, et l’un d’entre eux mon gardien.

Partager cette expérience dans mon premier témoignage fut éprouvant mais me servit de thérapie post-traumatique. Je restai convaincu qu’après cela plus rien ne pourrait m’effrayer.

Jusqu’à ma confrontation avec quelque chose de plus grand, plus fort, imprévisible. Et pour la première fois : maléfique !

Une nouvelle fois je remercie Frédéric Bellec et la plateforme SimPlement pour la découverte de la seconde partie du deuxième tome et la confiance donnée également afin que je vous parle du titre ♥ Pour ceux ne le connaissant pas encore, mon avis sur le tome 1 est également présent sur le blog et pour ceux ayant raté pour mon avis sur la première partie de ce second tome et bien… Elle est également trouvable ici.

Mais faisons tout de même un rapide résumé, même si celui du roman (et de l’ebook) est parfait pour cela ! Nous suivons le témoignage de Fred, un pion travaillant dans un lycée saint-amandois, qui découvrira quelque chose de peu commun lors d’un hiver bien plus rigoureux que les autres. Est-ce vrai ? Est-ce du fantastique pur et dur ? Ces questions se posent tant les témoignages de notre cher pion semblent vrais et plausibles. Les suites de cet hiver sortiront également de l’ordinaire et nous les découvrions dans la première partie du tome 2 avant de continuer notre aventure dans cette partie-ci.

Comme pour les deux tomes le précédent, j’ai vraiment apprécié la couverture qui est certes légèrement différente, mais totalement en rapport avec ce qu’il se passe dans cette seconde partie. Une seconde partie qui nous permet d’éclaircir les mystères présents dans la première, des mystères nous tenant en haleine comme toujours et que je ne mentionnerais pas, même sous la torture et même si vous me proposez le Pudding du leg noir ! Non, mais a vous de les découvrir ! Par contre j’ai faim maintenant à parler de pudding…

Dans ce volume nous débutons sur… Hein ? Non pas sur une leçon de cuisine ! Rahlala, je vous savais gourmands les matous, mais quand même… Non, on débute sur une partie plus explicative que les autres grâce à l’abbé Paulet ses confrères, ne les oublions pasqui sont en plein sur le dossier des « Legs noirs ». Et ce chapitre fut réellement instructif tout en me servant parfaitement de tremplin pour ce qui allait suivre. Comme vous vous en doutez, cette seconde partie touchera principalement le sujet des dits legs noirs, nous en apprenant plus sur le sujet et je ne vous spoil rien vu que c’est écrit dans le titre et dans le résumé. (Non, je ne spoilerai pas >.< Jamais !)

Les liens entre les différents protagonistes sont encore bien plus mit en avant et bon sang que ça fait plaisir de retrouver les personnages ! Tous ont leurs caractères, leurs « liens » avec les autres, leurs vécus et on s’attache à l’un ou l’autre sans difficulté. Bon il arrive aussi que certains nous plaisent moins, mais au fond c’est tout à fait normal. Apprécie-t-on toutes les personnes que l’on croise ? Pas vraiment et c’est le cas ici aussi en fonction des comportements. Et ça, c’est réellement bien car cela rend les personnages plus proches de nous. D’ailleurs, l’un d’eux est un véritable rayon de soleil et on la croisait déjà dans la première partie. Vous vous demandez de qui je parle ? Et bien la réponse se résume en un prénom : Maïwenn (Alias MaïMaï dans ma tête… Oui vous savez, moi et les surnoms à deux centimes TT’) De plus, l’humour de Fred est toujours présent alors difficile de ne pas apprécier notre très cher pion ! Bien sûr, les autres ne sont pas en reste, on ne s’ennuie pas une seule seconde en leur compagnie et il y a toujours différents apprentissages qui ont lieu avec eux.

Bien entendu ce volume ne se concentre pas que sur les différentes relations inter-personnages, bah non vous vous attendiez à quoi les matous ? On en apprend certes plus sur ceux que nous côtoyons depuis le premier tome – ou le tome précédent – mais y aussi de nouvelles têtes. Mais en plus de cela, de nos nouveaux camarades d’infortunes, on bouge ! Lycée, forêt, appartement, des lieux que l’on croise joyeusement durant la lecture et que l’on prend plaisir à découvrir ou redécouvrir. Que de plaisir de les retrouver, de chercher si un petit détail pourrait avoir changé – parce qu’on ne sait jamais ! – et surtout on bouge également parce que de l’action, il y en a. De quoi ? Vous vous apprêtiez à voir les personnages manger tranquillement du pudding tout le long ? Et puis quoi encore ? Ici vous serez en plein cœur de l’action, alors accrochez-vous !

L’histoire de son côté, comme vous l’aurez bien comprit, continue d’avancer en nous donnant des réponses, mais également en nous laissanttoujoursavec un magnifique suspense. Rahlala que j’ai hâte de lire le tome 3 ! Comment résister à l’envie de découvrir le tome suivant vu la fin de cette seconde partie ? L’écriture de Frédéric Bellec est toujours aussi prenante, captivante et… Et… Et bah elle nous permet d’entrer en un claquement de doigts dans l’univers. Je pense que je ne dois pas vous répéter que j’adore cette saga et que j’accroche encore plus après ce tome… Comment ça je ne l’avais pas encore dit dans cet article ? Et bien c’est réparé !

Si vous n’avez pas encore tenté l’aventure, n’hésitez pas ! C’est réellement une très, très bonne saga et vous ne regretterez pas de vous être lancé à l’eau afin de découvrir ce que veut nous raconter Fred. D’une part parce que vous ne quitterez que difficilement le livre et d’autre part parce que vous ne vous ennuierez pas du tout, la lecture se fera relativement rapidement normalement ou tout du moins vous ne verrez pas le temps passer. Chaque tome est meilleur que le précédent qui plus est, alors pourquoi ne pas se laisser convaincre de sauter à pieds joints dans le pudding le plat ?

Et vous les matous, lisez-vous Exilium ? Qu’en pensez-vous ? Y-a-t-il un personnage que vous préférez ou un tome qui a votre préférence ? Si non, y-a-t-il une raison particulière ?

 

Site d’ExiliumSimPlementTwitter de l’auteurFacebook

 

ALIENOR – L’origine de toutes les haines

Coucou les matous, comment allez-vous ? Pas trop chaud ? De mon côté, ça varie vu que la température joue au yo-yo. Un jour il pleut, le lendemain il fait bouillant et ainsi de suite même si normalement cette semaine devrait être sous le signe du soleil. Si je me fie à la météo… En sachant que cette dernière peut se tromper de manière monumentale.

Aujourd’hui je vous entraîne une nouvelle fois dans un ebook découvert grâce à la plateforme SimPlement. Et oui, encore ! Si vous saviez le nombre de découvertes que l’on fait sur ce site, c’est réellement énorme. Vous êtes prêt ? On est parti !

« ALIENOR, l’origine de toutes les haines. »

41lqdzl1zul-_sy346_

4€99/12€ (broché) – Thriller politique – 180 pages

Alexia est encore petite fille lorsque des inconnus l’arrachent à sa famille pour la conduire dans une école privée, l’Académie Aliénor d’Aquitaine.

Le pensionnat d’élite est censé lui promettre le plus brillant des avenirs, bien loin de la misère qui l’a vue naître.

Mais les choses ne se passent pas comme prévu et la petite prend progressivement conscience, en compagnie de ses deux amies, Jade et Clarisse, qu’elles sont promises à de plus beaucoup plus sombres desseins…

Comme à chaque début d’avis pour un ebook je remercie grandement l’auteurAurélien Grallet la plateforme SimPlement pour la découverte de ce monde qui a beau être irréel pourrait parfaitement être le nôtre dans certains cas. Mais je ne vous en dit pas plus pour le moment. Si je me suis lancée dans l’aventure c’est à cause du résumé avant toutcomme beaucoup de monde je pensequi aura titillé ma curiosité naturelle. Quand je vous dis qu’être curieux peut être utile, même si parfois c’est un calvaire. Je m’excuse également pour le léger retard engendré par pas mal de choses s’étant déroulée en juin et la fatigue engendrée par le mois passé. A présent cela va tout de même mieux et c’est le plus important.

Nous suivons Alexia, une fillette arrachée à sa famille biologique et conduite à l’Académie Aliénor d’Aquitaine où nous découvrirons d’autres personnages dont les amies de la demoiselle nommées respectivement Jade et Clarisse. Cette académie est censée lui permettre d’avoir un brillant avenir, permettre seulement, parce que vous vous doutez que quelque chose va capoter quelque part. Ce quelque chose sera tout simplement le futur de nos trois héroïnes, un futur sortant de l’ordinaire.

Nous verrons les trois demoiselles grandir au fil des pages et de petites filles, elles deviendront des jeunes femmes. Mais elles ne seront pas seules car quelques autres personnages prennent peu à peu forme autours d’elles, même s’il est possible de chercher à en savoir plus sur les autres pensionnaires, sur ses autres personnes n’ayant sûrement rien demandé également et ayant pourtant fini à Aliénor. Ce sera peut-être l’un des rares reproches que je ferai, mais ceci est purement lié à ma curiosité, à mon envie d’en savoir toujours plus. L’évolution de nos héroïnes débute de manière rapprochée, ce faisant nous les voyons grandir sous nos yeux, avant de s’espacer petit à petit nous évitant les répétions du quotidien. Personnellement, je me suis attachée à ces fillettes que je ne voulais pas quitter, pour lesquelles je m’inquiétais également.

L’histoire, de son côté, n’est pas répétitive comme dit plus haut grâce justement au quotidien présent au début et à l’espacement qui arrive par la suite. L’intrigue, que je ne vous spoilerai pas, est présente tout le long de notre lecture et n’est pas oubliée. L’évolution étant bien maitrisée nous ne nous ennuyons pas durant la lecture qui s’avère même bien documentée par rapport aux armes et au matériel employé ou évoqué dans l’histoire. J’ai adoré lire les petites notes en bas de page. Il est également possible de dire que l’histoire se découpe en deux parties distinctes, la première se concentrant principalement sur l’Académie en elle-même et la seconde sur des Missions. A vous d’essayer de deviner ce que deviennent nos héroïnes, sinon lancez-vous dans la lecture afin de le savoir parce que je ne dirai rien de plus par rapport à ça.

Nous ressentons diverses émotions durant la lecture, passant de l’indignation au bouleversement sans aucun problème tout en croisant la mélancolie liée aux souvenirs ainsi que la peine. Oui, vous avez bien lu, la peine s’immisce également dans nos cœurs et principalement vers la fin, au moment où nous arrivons au terme de notre lecture. Une fin pouvant s’avérer relativement surprenante, mais également plaisante à découvrir.

La société que nous découvrons est fictive, ce n’est pas la nôtre et personne ne finira à Aliénor parmi nos jeunes connaissances normalement, mais les événements se produisant sous nos yeux au fil de la lecture sonnent tellement vrai que j’avais l’impression qu’ils pourraient se produire dans notre monde, notre société. D’ailleurs, maintenant que j’écris ces mots je me dis que ce serait réellement probable que certains des événements cités se déroulent, du jour au lendemain, par chez nous sans que nous nous y attendions. Notre monde est tel qu’il est naturellement possible que des choses fictives – à l’origine – pointent le bout de leur nez sans demander leur reste. Et se dire cela, c’est assez flippant au fond…

L’écriture, de son côté, est réellement prenante et nous propulse dans l’univers créé par Aurélien Grall sans aucun problème. Elle colle parfaitement au genre que nous découvrons pendant que nous lisons, même si le présent se trouvant en début de chapitre pourrait casser le rythme de lecture de certaines personnes et rappeler les didascalies. Pour ma part, je n’ai pas eu de problème du tout par rapport à cela. Ah et pour ceux se disant que le sous-titre n’est, justement qu’un sous-titre, ils se trompent lourdement car à lui seul il est capable de résumer l’histoire. Ce n’est qu’une petite phrase, mais une phrase lourde de sens que l’on comprend parfaitement lorsque l’on tourne les pages et découvrons ce qu’il se passe.

En général, j’ai donc dévoré l’ebook et eu envie de réagir lors de pas mal de scènes même si… Même si mes réactions n’auraient eu aucun véritable impact lorsque j’y réfléchis bien. Après tout, je ne suis qu’une humaine de notre monde sans aucun pouvoir et réel impact sur un lieu fictif. Pourtant, cela fait réfléchiret ce énormément à ce qu’il se passerait si cela existait réellement, à ce que nous ferions nous et également au simple fait du « Et si cela avait été moi, qu’est-ce que j’aurais fait ? Quelle est la vie que j’aurai préférée menée ? Quelle aurait été ma réaction ? » Oui, ce furent les trois questions qui m’ont taraudée durant un bon moment et lors de la première partie je me demandais surtout comment il était possible de faire cela à un enfant car certaines actions étaient réellement dures à lire, surtout lorsque l’on sait que nous ne pouvons rien faire.

J’aurai du mal à ajouter quelque chose d’autre sans spoiler l’histoire dans son ensemble, les personnages, l’intrigue en elle-même, mais il faut savoir que tout est bien ficelé et nous emmène sans problèmesi l’imagination fonctionne – dans l’Académie que nous découvrons. Tout parait, d’une manière ou d’une autre, réel et nous permet de faire des rapprochements avec notre petit univers à nous. Alors je ne dirai qu’une chose, si vous cherchez un thriller où se trouvent également de la politique et du drame n’hésitez pas à lui laisser une chance et je suis presque certaine qu’ALIENOR L’origine de toutes les haines vous permettra de passer un bon moment, de faire une belle découverte et de vous surprendre. En plus, vous aurez dû mal à le lâcher tant l’immersion se fait rapidement alors que demander de plus ?

Et bien mes petits matous, avez-vous lu ce ebook ? Si c’est le cas qu’en avez-vous pensé ? Si non compteriez-vous l’essayez ? Appréciez-vous les thrillers où se mêlent drame et politique  habituellement ?

 

Blog de l’auteurSimPlement

Note de Neko : Lire cet ebook m’a redonné envie de découvrir d’autres thriller, je sais vers qui me tourner étant donné que ma mère apprécie ce genre à ces heures perdues, mais également certaines connaissances. Plus qu’à les embêter pour qu’elles me donnent des titres ou me laissent emprunter leurs exemplaires !