Wonder Woman – Warbringer

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ma part, c’est une fin de week-end un peu plus cocooning après la rudesse de ces derniers jours… Il me faut vraiment un agenda, c’est déclaré, surtout avec tout ce qui doit encore arrivé. De quoi ? Une semaine totalement vide ? Heu… Heu… J’ai l’impression que ça n’existe plus du tout.

Aujourd’hui, je vous entraîne vers une super-héroïne que j’ai apprit à découvrir durant cette lecture bien avant qu’elle soit celle que nous connaîtrons tous. Une découverte effectuée grâce à la Masse Critique Prestige de Babelio et aux éditions Bayard que je remercie. Un titre dont je vous parle aujourd’hui dans la joie et la bonne humeur. Prêt à rejoindre les Amazones ?

« Wonder Woman : Warbringer »

452-jacey-wonder-women-31067

16€90 – Aventure – 400 pages

Un jour, elle sera la plus grande superhéroïne de tous les temps : Wonder Woman. Mais elle n’est encore que Diana, 17 ans, princesse des Amazones. Quand un bateau explose au large de son île, Diana porte secours à la jeune Alia, bravant ainsil’interdiction faite aux Amazones d’accueillir des humains parmi elles. Et Diana pourrait le payer d’autant plus cher qu’Alia est une Warbringer : descendante d’Hélène de Troie, elle fait souffler partout un vent de discorde. Ensemble, de New York à la Grèce, les deux jeunes filles vont pourtant tenter de contrer la malédiction qui pèse sur Alia.

Et c’est parti pour un roman les matous ! Certes, comme toujours je suis une retardataire professionnelle, mais il a réussi à être posté (Moi et les semaines beaucoup trop pleines…) pour le bonheur de certains. Je débute d’ailleurs en mentionnant le fait que, de base, je ne connaissais pas énormément Wonder Woman. Et non, je n’ai même pas vu les films où elle apparaît quant aux Comics je ne l’ai vue que dans le Justice League acheté lors des 48h BD.

Nous découvrons Diana Prince, celle qui deviendra Wonder Woman, alors qu’elle a 17 ans et a des difficultés à s’intégrer parmi les Amazones. Elle ne possède, d’ailleurs, pas encore tous ses pouvoirs et fait tous les efforts possibles pour prouver aux autres qu’elle a tout autant sa place qu’elles sur l’île de Themyscira où elle est née. Princesse de ce peuple ayant peu de considération pour elle, Diana fera tout pour prouver qu’elle est une grande guerrière ainsi que trouver sa place.

Le début du roman est relativement calme, pépère pourrait-on dire aisément, et pose les bases nous permettant de découvrir cette île unique, ses habitants et bien entendu notre future super-héroïne qui reste une jeune femme malgré tout. Elle n’est pas au-dessus de tout et je me suis énormément attachée à elle au fil des pages. Des pages qui se tournaient rapidement dès les premiers chapitres passés, ceux-ci nous permettant de bien comprendre ce qu’il se passe tout en nous faisant découvrir Diana. Mais elle ne sera pas la seule qui prendra face sous nos yeux, loin de là.

Déjà, les Amazones seront présentes, que ce soit la reine Hyppolyte – la mère de Diana – ou celles prenant un peu plus de place auprès de la jeune femme. Elles ont toutes un tempérament différent et se comportent, également, de manières diverses avec Diana. Amie, parente, camarade, rivale lors de la course, il y a de tout sur cette île aux allures de Paradis… Quoi que, d’une certaine manière c’est un Paradis vu qu’à l’origine ce sont les femmes tombées au combat que nous y retrouvons, hormis une personne : Diana. Raison pour laquelle elle n’est pas considérée de la même manière que les autres par certaines.

Un peu plus tard, d’autres personnages apparaîtront tel qu’Alia. La demoiselle vient de notre monde, celui que Diana ne connaît pas, et nous découvrirons rapidement ce qu’est cette jeune Alia. Ceux ayant lu le résumé le savent également, bien que le titre nous donne une jolie indication. La demoiselle est une Warbringer, une descendante d’Hélène de Troie faisant souffler un vent de discorde partout où elle se rend malgré elle. Comme quoi, ce n’est pas toujours la joie de descendre d’une personnalité antique. Mais elle ne sera pas seule car, aux côtés d’Alia et de Diana, nous verrons apparaître Jason, le frère d’Alia voulant plus que tout la protéger, Nim qui est la meilleure amie de la demoiselle ainsi qu’une personne pleine de doute malgré son extravagance et Théo, l’ami de Jason qui est également un génie de la technologie possédant un manque de confiance en soi évident.

Ces personnages gravitaient déjà autours d’Alia et graviteront, par la suite, autours de Diana également. Nous en apprendrons donc plus sur eux tout en nous y attachant car Leigh Bardugo parvient à faire de ce groupe de personnages un ensemble cohérent possédant une certaine profondeur tout en ayant de réelles interactions. Ces dernières ne sont pas fades, peuvent faire sourire et respectent bien les différents caractères. Puis la naïveté de Diana par rapport à notre monde est totalement adorable je trouve et tellement vraie qu’il est difficile de ne pas la comprendre… En fait, c’est même terriblement logique qu’elle soit perdue face à tout ça au début. Le seul personnage avec lequel j’ai eu un peu plus de mal est Jason pour lequel j’ai eu un mal fou à cerner son caractère bien trop changeant…

Bien sûr, nous ne resterons pas que sur l’île et sa mythologie car nous voyagerons également entre New-York et la Grèce. Cela ne sera pas un voyage de plaisir car de nombreuses personnes souhaitent la mort d’Alia afin d’empêcher une guerre, mais vous vous doutez bien que Diana fera tout le contraire et voudra la sauver. Et pour sauver quelqu’un quoi de mieux que de discuter avec un Oracle, Oracle qui nous fera savoir ce qu’il faut faire tout en faisant réfléchir suite à ses propos. Et si j’étais à la place de Diana qu’aurais-je fais ? Serais-je partie vers des destinations totalement inconnues afin de sauver une personne que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam ? L’aurais-je laissé mourir ou aurais-je voulu lui venir en aide ?

Certes, ce n’est pas nous qui vivons cela, mais cela peut paraître idiot ce sont ce genre de quête qui peuvent faire nous faire réfléchir sur nous-mêmes. Du moins, moi, ce sont des questionnements qui me viennent en tête lorsque cela arrive dans ces mondes de fiction. Pour ce qui est de notre future super-héroïne, ce seront également des découvertes sur énormément de domaines. Le monde extérieur, sur elle-même, mais aussi sur les autres et c’était réellement chouette de la voir découvrir tout cela.

Hm ? J’avais parlé de mythologie ? Et oui, elle est présente que ce soit au niveau d’êtres que nous croisons réellement tel que le peuple des Amazones voire des divinités ou suite à des évocations comme la désormais célèbre Hélène de Troie. Ce n’est pas survolé, tout cela possède réellement sa place et  c’est un régal de découvrir tout cela car il n’y a pas que les grands dieux grecs qui sont présents. Non, non, les plus mineurs peuvent prendre un peu d’ampleur pour mon plus grand plaisir et je trouve cela dommage qu’on ne les voie pas plus dans d’autres œuvres utilisant également la mythologie.

Je ne pourrai pas dire que je n’ai pas passé un bon moment, même un très, très bon moment tant je n’ai pas vu le temps passer lors de ma lecture. Bon, d’accord, je lis vite de base, mais dès que l’on rentre dans l’intrigue les pages sont lues en une journée sans difficulté même par une tortue j’en suis certaine ! Les voyages sont bien menés que ce soit au niveau géographique ou mythologique et mettent des étoiles plein les yeux. Sincèrement, l’île de Thémyscira apparaissait sans souci dans mon cerveau durant la lecture et je rêverais de la visiter tant elle m’a fait rêver. Pareil pour les autres endroits, moi qui ne suis pratiquement jamais partie je n’ai eu aucun mal à me rendre durant le temps de la lecture dans ces lieux présents.

De plus, les éditions Bayard ont fait un beau travail au niveau de la traduction du texte dans lequel je n’ai pas eu l’impression de voir de coquilles et c’est pareil pour la couverture. Lorsque l’on passe la main sur cette dernière, on se rend rapidement compte qu’il y a des parties en reliefs et pourtant elles ne dénotent pas du tout lorsqu’on regarde l’ouvrage une première fois. Elles sont même agréables au toucher.

Wonder Woman : Warbringer fut donc une très jolie découverte qui me donne envie d’en savoir plus sur celle qui deviendra Wonder Woman. L’histoire nous permet d’en savoir plus sur sa genèse, sur la manière dont c’est formé son caractère et sur qui elle était en tant que jeune femme de 17 ans. Une personne déterminée et prête à tout pour sauver l’humanité.

Et vous les matous avez-vous lu ce roman ? Connaissez-vous Wonder Woman ? Quelle est la mythologie qui vous intéresse le plus ?

 

Site de l’éditeurExtrait

Kuroko’s Basket – Extra Game – Tome 2

Hey ! Comment allez-vous les matous ? Ici, la météo est tellement changeante que je tousse joyeusement. Rien de grave, je sais que ça passera, mais c’est assez casse-pied surtout lorsqu’on vous fait des remarques T_T ‘ M’enfin, ce n’est rien ! J’aurai ça assez souvent lorsque la météo sera telle qu’elle est… Mis à part ça, je reviens du cinéma où j’ai été voir « Valérian et la cité des mille planètes » qui fut plutôt sympa à voir !

Aujourd’hui, on repart sur un terrain de basket. Alors sortez vos chaussures et tenues de sport parce que ce sera sportif ! Nous allons courir dans tous les sens, tirer et même sauter, faire des passes aussi… On est parti !

« Kuroko’s Basket – Extra Game »

kurokosbasket_extragame2_3d_0x600

6€79 – Shônen – 192 pages

Face aux Jabberwock, les Vorpal Swords envoient Aomine et Kise en binôme pour une prise à deux sur Silver. La stratégie paie et l’équipe remonte au score, mais l’écart reste important. Le dernier quart-temps commence et Kuroko, Kagami et leurs camarades de la G.M. vont chacun devoir libérer leur plein potentiel s’ils veulent remporter ce match. Le réveil du second Akashi sera-t-il suffisant face à Nash et la team américaine ?

Et je continue de rattraper mes petits avis en retard pour le moment (Même si je vous ai parlé d’un « non retard » dernièrement) et cette fois nous nous tournons vers le tome 2 de Kuroko’s Basket Extra Game. Pour l’avis sur le tome un, suivez le guide !

Nous sommes toujours en plein match et reprenons pile à la fin du premier volume, c’est-à-dire avec Aomine et Kise faisant tout deux face à un autre personnage durant le match de basket. L’équipe des Vorpal Swords fait tout ce qu’elle peut pour vaincre les Jabberwock et vice versa, quelle sera l’équipe vainqueur ? Les étrangers ou nos chers basketteurs ?

Comme vous vous en doutez, nous aurons la réponse dans cet ultime volume de Kuroko’s Basket Extra Game, volume qui clora les aventures « normales » de nos camarades basketteurs. Pour rappel, l’équipe des Vorpal Swords est composée de la Génération des Miracles et d’autres personnages que nous avions côtoyés durant l’aventure principale alors que l’équipe de Jabberwock est une équipe américaine.

Les différents caractères restent pareils à ce que nous avions connu auparavanttant dans la série principale que dans le tome 1 et je continue de détester, réellement, l’équipe de Nash. Je n’aime pas du tout leurs caractères (pourtant mon chouchou a un caractère bien à lui aussi…) et je n’arrive pas à apprécier leurs manières de jouer. Certes, c’est du street basket, mais vu leurs tempéraments j’ai juste envie de leur faire tomber les foudres de Zeus dessus ! Qu’ils retombent un peu sur terre, plutôt que de prendre tout le monde de haut (Comment ça une certaine génération des miracles a aussi été comme ça ? Oui, mais non pas tout à fait >.> Au moins, certains restaient fidèles à certaines choses morales >.<)

Tant que je mentionne notre chère génération des miracles ils sont… Fidèles à eux-mêmes et ce même si je plains Kise… On voit qu’il prend sur lui à certains moments, mais c’est son propre choix et il n’est pas le seul à se dépasser. Tous le font à leur manière et j’ai juste trouvé dommage que les autres personnages faisant partie de l’équipe soient légèrement mit de côté. Certes, en deux  tomes il aurait été difficile de tous les mettre tout le temps en avant, mais cela reste tout de même un peu triste pour eux. Bien que l’on sache pertinemment qu’eux-mêmes savaient, dès le début, qu’ils seraient moins importants que les membres de la GM. Les différents personnages de la célèbre Kiseki no Sedai (oui, j’avais envie de changer un peu…) ainsi que Kagami évolueront également dans leurs manières de jouer et l’ont se rend compte de l’évolution depuis la fin de Kuroko’s Basket.

Au niveau des techniques, on les reconnait sans difficultés que ce soit la Zone, les yeux de l’empereur, les passes de Kuroko ou toute autre technique vous venant en tête et il n’y a pas que les japonais qui en possèdent. Et oui, les américains aussi peuvent réserver quelques surprises – même si ce n’est pas le cas de tous les joueurs – et cela pourrait mettre à mal les Vorpal Swords s’ils ne font pas attention. Comment feront-ils pour s’en sortir durant le match face aux Jabberwock ?

L’histoire prend fin dans ce deuxième tome qui nous permet de totalement clôturer la série bien que nous ne sachions pas ce qu’il advient d’eux après le lycée. Il clôture également un certain élément lié à Akashi tout en nous permettant de savoir qu’il n’y a pas que les personnages que nous avions côtoyés durant la première série qui possèdent diverses techniques pouvant être considérées comme ahurissantes. (Même si la Zone est explicable avec un autre nom, oui, oui ! Cela existe réellement)

Pour ce qui est des personnages, comme vous l’avez lu plus haut j’ai réellement du mal avec l’équipe de Jabberwock… Ses membres m’horripilent et me donnent envie de les secouervoire de les remettre à leur place… Oui… Alors que je suis hyper timide – contrairement à l’équipe de Vorpal Swords. Même si nous connaissions déjà les personnages de cette dernière, cela fait plaisir de les retrouver et ce malgré la mise à l’écart de certains… Bon, on dira que c’est l’heure de gloire Génération des Miracles et Kagami, mais les pauvres sur le côté quand même… (Cela ne m’empêche pas d’avoir été plus que ravie de revoir Aomine et Kise pour la GM, mais un peu plus de Takao je n’aurai pas dit non !)

Du côté des dessins, ils suivent la logique du tome 1 en nous permettant une immersion dans les actions tout en reconnaissant sans problème ce qu’il se passe. Bah oui, ça serait bête de confondre un dunk et un tir quand même ! Comment ça j’ai pris des cas extrêmes ? Mais non… Au moins, vous êtes sûr qu’ici ce ne sera pas le cas et que vous comprendrez presque d’un coup d’œil ce que vous avez sous les yeux.

Au niveau des bêtisiers, ils sont toujours présents et cela reste vraiment un élément que j’apprécie énormément dans la saga Kuroko’s Basket quant à la catégorie « Après la Winter Cup », elle continue d’être agréable à découvrir vu qu’elle nous permet de savoir ce qu’il s’est passé juste après la dite Winter Cup et donc avant les Extra Game.

Résultat des courses, ce deuxième tome fut bien sympathique à suivre et nous permet d’avoir une fin logique pour les deux volumes tout en restant dans la continuité de la série principale. Il n’y a pas de problèmes au niveau des tempéraments qui sont restés identiques – malgré qu’ils aient un peu mûrit – et les personnages restent assez haut en couleur à leurs manières. Il n’y a que le fait que certains personnages soient moins présents qui peut poser quelques soucis à certaines personnes ou le fait que l’on voulait faire durer le plaisir, mais mis à part cela je n’ai rien vu de problématique. L’envie de faire du basket après avoir lu l’un des tomes est restée présente, également, ce qui est plutôt chouette je trouve !

Et vous les matous avez-vous lu cette courte série clôturant la saga initiale ? Qu’en avez-vous pensé ? Quelle équipe avez-vous préféré ? Quel personnage préférez-vous ?

 

Site de l’EditeurExtrait

Avis de la Neko : Pour ceux qui veulent un avis général sur la série principale c’est par ici ! Si j’y arrive je reprendrai les différents avis généraux durant le mois d’août, mais avant ça je dois encore vous parler de quelques titres alors un peu de patience !