Minuscule – Tome 1

Coucou les matous, comment allez-vous ? Prêt pour une nouvelle journée et une nouvelle semaine ? Je l’espère ! Avant de débuter l’article en lui-même j’aimerais vous parler d’un forum, sauf que cette fois c’est celui que je gère en compagnie d’une autre personne ~ Il se nomme Projet Matrice et permet aux personnes s’inscrivant de jouer autant un personnage de jeux vidéo (les créatures sont comprises dans le lot ainsi que les personnages secondaires) ou un Humain faisant partie de Matrice, mais pouvant ne pas être en total accord avec les principes de ce groupe… Le tout dans notre monde, ce faisant les avatars sont des personnalités [acteurs, chanteurs, cosplayeurs, etc, etc] C’est un RP par mois sans limite de mots ! Pour allez voir, n’hésitez pas à cliquer sur le logo juste en-dessous.

bouton 1

Et le contexte en teaser :

** Teaser du contexte **

Tu te relèves… Tu titubes… Tes derniers souvenirs sont ceux d’un portail, qui t’a aspiré, attiré dans cet endroit inconnu… Les formes sont différentes, les couleurs… Tu te retiens de tomber un seconde fois, tremblant… Tu en as vu, pourtant, des choses… Mais là… Là. C’était différent… Comment vas-tu réagir ? Que vas-tu faire ?

Réveillés d’entre les Morts… Enlevés à une vie paisible… Héros ou vilain… PNJ ou personnage secondaire… Tous sont logés à la même enseigne ! Tous ont été pris dans le portail créé par l’Homme. Ils ont fini ici, sur Arkadia… Pourquoi ? Comment ? Tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils revoient des ennemis morts il y a si longtemps, des compagnons perdus, des héros s’étant sacrifiés pour les autres. Que leur corps est différent. Que leur monde est différent. Leur appréhension, leur vie… Rien n’est plus pareil…

Sur ce partons à présent sur…

« Minuscule »

61t5t86xfnl._sx210_

212 pages – 8€50

Hakumei et Mikochi mesurent 9 centimètres et vivent dans la forêt. Elles habitent dans un tronc d’arbre, se déplacent à dos de scarabée et construisent des tentes avec des feuilles de mandarinier… C’est fou tout ce qu’on peut réaliser quand on n’est pas plus haut que trois pommes ! Venez partager leurs aventures à la fois simples, paisibles et attendrissantes. Ces minuscules personnages et leurs amis à fourrure vont enchanter votre quotidien !

L’un des mangas que j’avais cherché durant un bon moment et que j’avais un mal fou à trouver ! Il faut savoir que j’apprécie tout ce qui est lié au petit peuple, qu’enfant j’adorais les Minipouces et que, du coup, lorsque j’avais entendu parler de « Minuscule » j’étais réellement curieuse de voir ce que cela allait donner. Une fois le manga trouvé et embarqué, de longues années après sa sortie, je me suis plongée dedans et je peux vous dire que j’ai passé un doux moment.

Comme tout premier tome, on découvre les personnages, on nous les présente et on nous plonge dans cet univers remplit de douceur. Un monde miniature, lié à la nature, où les animaux coexistent avec ce petit peuple pour le moins adorable. Adorable et pourtant nous faisant réfléchir car ce Slice of Life possède un petit côté plus mature, même si on n’y pense pas spécialement en le prenant vu la rondeur des traits. Il ne faut pas oublier qu’il ne faut jamais se fier à ce que l’on voit en premier lieu. Il n’est d’ailleurs pas difficile de se rendre compte que chaque personnage est différent, à sa manière d’être, ses aspirations, ses rêves, ses goûts et c’est un plaisir de les découvrir au fil des pages, des tomes.

Les dessins, bien que tout en délicatesses, nous plongent dans cet univers, ce monde qui pourrait être celui se trouvant juste là, dehors, et que nous ne connaissons pas car nous sommes incapables de les voir. J’adorais me perdre dans les planches, observer les décors, les éléments apparaissant petit à petit. Je n’ai pas eu de souci à reconnaître qui était qui, un peu plus à retenir leurs noms, mais ça c’était normal… et habituel. Je l’ai à chaque fois du coup, il ne faut pas s’en faire.

Des personnages qui évoluent à leur rythme, qui peuvent s’opposer, ne pas être en accord, comme dans la vie de tous les jours. Des êtres qui possèdent leurs propres visions et qui doivent faire des choix, qui avancent doucement, mais sûrement. Certains d’entre eux sont énergiques alors que d’autres seront plus posés et c’est tout à fait logique, normal, de retrouver tout cela dans cet univers. J’ai réellement apprécié les voir prendre vie sur les pages, se faire connaître petit à petit.

Pour l’histoire en elle-même, vous vous doutez que l’on est dans du slice of life comme je l’ai mentionné plus haut. Cela signifie que l’on suit la vie des personnages, ce qu’il s’y passe et que si vous recherchez de l’action à plein régime… Eh bien… il faudra vous tourner vers autre chose… Parce que ce n’est pas ce que vous trouverez ici, non… Mais des moments de douceurs, un temps où se poser, se ressourcer en compagnie de tout ce beau monde, de la nature les environnant.

Pour moi, ce fut un coup de cœur. Réellement. Le seul souci étant la difficulté à trouver les tomes, à mettre la main dessus… C’est dommage car le titre pourrait plaire à ceux recherchant ce genre d’univers, mais il disparaît si vite des rayons que c’en est difficile hormis en passant par internet. J’ai enchaîné les tomes que j’ai pu trouver et maintenant… je cherche la suite car mes boutiques ne les ont pas, mais je ne baisse pas les bras, je remettrai la main dessus et je compléterai petit à petit la série.

Et vous l’avez-vous lu ?

Maison d’édition – Extrait –  Soutien

Bakemonogatari – Tome 1

Coucou les matous ! Prêt pour un nouvel article ? Comme vous l’avez vu, on arrive à tenir le rythme d’un article par lundi pour le moment ! J’espère que vous faites toujours des découvertes ou tout simplement que vous pouvez voir l’avis que je me fais de tel ou tel titre.

Sur ce, on y va !

 

« Bakemonogatari »

9782811655266-001-t

184 pages – 7€20

Koyomi Araragi est un lycéen un peu particulier : mordu par une vampire âgée de 500 ans, il doit composer avec des capacités hors du commun qui le rendent, malgré lui, sensible aux phénomènes surnaturels… Un jour, il rattrape Hitagi, une de ses camarades de classe, alors qu’elle chutait dans les escaliers. Quelle n’est pas sa surprise quand il découvre qu’elle ne pèse pratiquement rien ! Très vite, Koyomi réalise qu’une entité chimérique a pris possession de la jeune fille et qu’il va devoir lui venir en aide…

C’est lors de l’opération « tome 1+2 » des éditions Pika que je suis repartie avec les deux premiers tomes de la série ainsi que « Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX ». J’étais plutôt intriguée vu que j’en entendais parler depuis sa sortie et que les retours étaient relativement positifs. Même si, vous l’avez sûrement vu sur Twitter j’ai eu un petit souci suite à une information écrite sur l’une des jaquettes : cela parlait de jaquette réversible et… J’ai eu la surprise de voir que l’arrière était d’un blanc immaculé. On m’a donné la réponse sur Twitter, me disant que ce n’était que sur les premières éditions sorties, mais que du coup cela n’avait pas été retiré.

Par rapport aux dessins, j’ai énormément apprécié les jaquettes. C’est ce qui m’avait attiré l’œil au départ, quant aux dessins se trouvant dans le manga en lui-même ils permettaient aisément de savoir à qui on avait affaire, où on était, quels étaient les éléments importants présents. Je n’ai pas eu de mal à m’immerger dans l’œuvre. Ils restent pourtant assez « typiques », ne sortant pas réellement de ce que l’on connait au niveau des traits… Du moins à mes yeux. Cela ne dépaysera donc pas les gens se plongeant dans l’univers. Je ne me suis pas perdue dans les cases, les scènes et ce peu importe ce qu’il se passait de plus les personnages possèdent leurs particularités physiques qui font qu’on ne les confond pas, que nous ne nous perdons pas. Parce que oui, c’est rageant de ne pas savoir où on en est quand on lit…

Au niveau de l’histoire, on découvre dans le premier tome les éléments importants, quelques personnages également vu qu’ils nous sont présentés au fil des pages afin que l’on sache dans quoi nous nous lançons, les êtres que l’on va suivre. On se rend petit à petit compte d’éléments touchant aux légendes, aux mythes du Japon ce qui est relativement plaisant ainsi que de l’importance des liens entre les gens, du poids qu’il est possible de porter sur ses épaules… Pour ce qui est de l’édition en elle-même, hormis la mention d’une jaquette réversible qui ne l’était pas, je n’ai pas vu de souci à première vue, mais il se peut que je sois tout simplement passé à côté.  On réalise que chaque petit élément peut avoir une conséquence, cette dernière pouvant s’avérer plus importante… Il ne faut d’ailleurs pas s’attendre à de la douceur durant la lecture, même si des moments plus « doux » peuvent arriver, certains événements sont relativement sombres.

J’ai bien apprécié ma lecture, ce qu’il y avait comme éléments, même s’il y a eu quelques moments de fanservice qui pourraient en rebuter certains. J’ai lu le tome 2 presque directement, enchaînant les deux alors qu’il était dans ma pile à lire, lorsque je me suis rendue chez Inu-chan car je voulais déjà savoir la suite, comprendre ce qu’il se passait, voir comment cela évoluerait. Curieuse de voir ce que les suivants réserveront, donneront, mais j’apprécie déjà les jaquettes que j’ai aperçue, qui me donnent envie de savoir ce qu’elles cachent. Et si vous souhaitez une approche un peu plus psychologique sur Hitagi Senjôgahara n’hésitez pas à aller lire cet article.

Et vous l’avez-vous lu ?

Maison d’édition – Extrait –  Soutien

Tags manga de Janvier

Coucou tout le monde ♥ Cet article sera un peu spécial vu qu’il reprendra les différents tags réalisés par Angel sur Twitter chaque dimanche auquel j’ai participé durant le mois de janvier. Si vous souhaitez y répondre que ce soit sur Twitter ou sur vos blogs je pense que cela ne posera pas de problème ! Si vous voulez retrouver toutes les réponses, n’hésitez pas à jeter un œil à ce Moment créé par Angel.

EOGcqfcWoAI5lLQ

  1. Ikumen After – 2 tomes, c’est l’un des Boy’s Love que j’ai préféré, dans lequel j’aime me replonger afin de retrouver l’atmosphère que le titre dégage. Cette douceur, l’homoparentalité, les bouts de chou qui sont un véritable rayon de soleil… Oui, j’ai réellement adoré ma lecture, je me sentais bien après celle-ci et ce titre rentre dans mes mangas coup de cœurs ! [Mes avis : 1 & 2]
  2. Yu-Gi-Oh ! – Composé de 38 tomes, de ma bibliothèque c’est la série comptant le plus de tomes actuellement. J’avais découvert l’univers avec l’anime et je m’étais doucement lancée dans la saga sous format papier… Me rendant compte qu’il était bien plus sombre en réalité. Un régal. D’ailleurs, une certaine personne se reconnaîtra, étant une aide inestimable dans le fait de compléter cette série !
  3. Bakemonogatari – acheté le mois passé en même temps que « Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX« , j’ai lu les deux premiers tomes à la suite ayant embarqué le tome 2 chez Inu-chan. Je suis curieuse de voir ce qu’il se passera ensuite ! N’ayant jamais regardé les anime, ayant évité les spoils, je ne sais pas du tout ce qui m’attends.
  4. Fushigi Yugi – Pré-publié de 1992 à 1996, il compte 18 volumes. Je l’ai découvert après sa suite « Fushigi Yugi – La légende de Gembu« , commençant donc… A l’envers. Comme c’est souvent le cas étrangement… Malheureusement, il me manque quelques tomes… Et c’est également l’un des titres pour lesquels je possède une édition collector (son tome 1) et qui est totalement dépareillé dans ma bibliothèque. Non, cela ne me dérange pas… Cela me fait même sourire car chaque tome possède sa propre histoire, son vécu sur le coup.

EOqdGLvXUAMx6wt

  1. Pokémon : La Grande Aventure – Le vrai premier manga que j’ai reçu, celui offert par ma grand-mère alors que nous étions dans une libraire. Ce n’était même pas le tome 1, mais j’étais ravie de me replonger dans l’univers Pokémon que j’adorais. Je le possède toujours dans ma bibliothèque, même si depuis j’ai pris les Intégrales de la première génération. Il faut encore que je me lance sur la suite, mais je suis ravie d’avoir pu enfin lire le tout.
  2. Fushigi Yugi : La Légende de Gembu – En fait, j’ai été happée par l’univers, les pouvoirs, ce monde qui apparaissait et les découvertes que je faisais. Les quatre dieux du ciel et de la terre, cette mythologie qui m’était inconnue… J’ai été subjuguée… Et j’ai souffert une fois arrivée à la fin.
  3. Vampire Knight – Aussi surprenant que cela puisse paraître à sa sortie j’ai eu… Un mal fou… Au point que je n’ai que le tome 1 et le dernier dans ma bibliothèque. Résultat ? Je lui redonne sa chance à présent et, cela peut surprendre, j’accroche bien mieux. Peut-être n’était-il pas fait pour moi à l’époque ?
  4. Yakitate!! Ja-pan : Un pain c’est tout – Un manga culinaire… Celui qui m’a lancée dans ce genre en réalité, celui qui m’a donné envie de faire du pain, m’a donné faim, fait rire… Et que je n’ai même pas au complet parce que je n’ai JAMAIS trouvé les tomes qu’il me manquait ! J’aimerais réellement une réédition, mais je pense que je peux rêver… Vous comprenez peut-être mieux pourquoi j’apprécie autant « Food Wars » maintenant !

EPOfzr6X4AAG6tR

  1. Magi : The Labyrinth of Magic – Une ode à l’aventure, aux mille et une nuit… Un vrai coup de cœur pour moi même si au début j’avais des doutes, j’avais peur que cela ne soit trop fanservice… Ce qui n’a pas été le cas, la série est devenue petit à petit plus complexe, plus sombre, plus politique même et je me suis attachée à chacun d’eux, je ne voulais qu’une chose la suite, encore et encore au point d’acheter les tomes déjà présents sur le marché à la vitesse de l’éclair. Il n’est pas difficile de dire que j’ai totalement craqué sur ce titre qui me fait rêver et m’entraîne aisément dans ses pages. [Mon avis sur le tome 1]
  2. Haikyû – Un manga de sport, l’un des genres avec lesquels j’ai le plus de mal et que j’avais découvert avec « Kuroko’s Basket« . J’ai bien plus de facilité lorsque je regarde l’anime pour ceux-là, réussissant mieux à me plonger dans ce qu’il se passe, à comprendre les scènes… Et pourtant « Haikyû » me subjugue à ce niveau ainsi qu’avec ses personnages, leurs liens, tout ce qui apparaît petit à petit. Un vrai régal que je ne regrette pas du tout d’avoir débuté même si je ne suis pas du tout à jour !
  3. Food Wars – Eh oui, je lis peu de mangas culinaires alors que je les apprécie énormément. Même si au début je me posais des questions – il faut dire qu’une certaine scène marque l’esprit – je me suis prise au jeu, j’ai salivé devant les recettes, j’ai commencé à aimer de plus en plus les personnages, la force de caractère de certains, leurs passés, leurs histoires et j’ai hâte d’avancer, de savoir la suite… Même si la fin approche tout comme pour « Magi« …
  4. Space BrothersSissel m’en parle assez souvent et m’a donné envie de me plonger sur ce manga de science-fiction que je n’ai jamais lu. Je suis réellement curieuse de sauter le pas, au point qu’il est dans le haut de ma WishList en compagnie d’autres titres de genre que je lis un peu plus à l’origine. Plus qu’à voir quand je me lancerai, quand je le trouverai, quand je me dirai un magnifique « Lançons-nous dans l’aventure !« , mais cela ne devrait tarder… Tout du moins, ce sera à coup sûr dans l’année !

 

Et voilà pour ce tout premier article basé sur un tag auquel je participe le dimanche sur Twitter, un tag réellement agréable et qui permet de découvrir de nombreux titres. Si certains d’entre-vous veulent y participer qu’ils n’hésitent pas, cela permettra peut-être de faire encore plus de découvertes ! Je n’ai pas ajouté les couvertures pour le moment, peut-être le ferais-je par la suite, il faut encore que je me décide correctement sur comment faire l’article. Mais j’espère qu’il vous aura plu ! Sur ce, on se retrouve lundi pour l’article sur l’un des titres présents justement ici : Bakemonogatari.

Passez un bon weekend ! Avez-vous lu certains des titres cités ? En avez-vous d’autres à proposer ?

Soutien