The Promised Neverland – Tome 3

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Je vous envoie tout plein de bonnes ondes remplies de bonne humeur et de joie dans tous les cas ♥

On continue dans notre lancée au niveau des avis et j’en profite pour remercier les éditions Kazé et Anita pour l’envoi de ce troisième volume de…

« The Promised Neverland »

the-promised-neverland

6€79 – Shônen – 200 pages

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible !

Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Troisième tome de The Promised Neverland et tome se déroulant toujours à Grace Field House. Vous savez, l’établissement – type orphelinat – où vivent Emma, Norman et Ray avec leurs petits frères et sœurs ainsi que Maman et Sœur Krone. Vous avez retrouvé le tableau ? Chouette, nous allons pouvoir nous y remettre alors !

Dans le tome précédent, deux autres personnages étaient mis au courant de ce qu’il se tramait lorsque les enfants étaient « adoptés » sans, pour autant, en savoir les aboutissants. La curiosité restant présente, vous vous doutez bien qu’ils ne sont pas rester les bras croisés et ont décidé de s’assurer que cela était vrai. Durant ce début de tome, la confiance est mise à rude épreuve et je peux parfaitement comprendre Don et Gilda par rapport à tout cela. C’est difficile à croire, difficile de se dire que l’on est trompé par une personne qui compte réellement pour nous et encore plus difficile de réaliser certaines choses.

Même si Don est plus impulsif que Gilda ou Emma, voire que Ray ou Norman, j’ai tout de même apprécié chacun des plus grands. De plus, j’étais ravie d’en apprendre plus par rapport au fonctionnement des « fermes » ou sur la manière de devenir « Maman » dans ce volume, même si l’échappée continue de se préparer, je me demande si elle ne se rapproche pas vu la fin de ce tome 3. D’ailleurs, si l’on se base sur chacun des événements il est possible de se dire que la fuite doit être de plus en plus proche…

J’ai de plus en plus hâte de voir le monde extérieur, de découvrir ce qu’il réserve, ses mystères car comme les enfants de Grace Field House nous n’en savons rien finalement hormis que certains éléments proviennent de là-bas et ce que l’on apprend dans ce volume. Cela reste vague, très vague, et de nombreux mystères restent à découvrir, comprendre et ma curiosité est réellement touchée actuellement. Je désire savoir… Je veux voir si les enfants s’en sortiront, si « Maman » gagnera, comment est le monde extérieur, les voir évoluer voire grandir si cela est possible. Je me demande vraiment ce que donnera la suite et j’ai hâte de pouvoir la découvrir.

Les personnages restent fidèles à eux-mêmes et j’ai été ravie de voir qu’ils font également des erreurs, comme n’importe qui. Ils ne sont pas parfaits et cela fait du bien de le voir, de s’en rendre compte, au point de faire des erreurs que n’importe qui, ou presque, ferait. Ma préférence reste sur Emma et vu ce qu’elle subit, je me demande ce que donnera la suite… Mais chacun d’eux possède son caractère, un trait de personnalité qui le fera apprécier de tout à chacun et ce même si certains des personnages s’avèrent être encore un peu « flous », laissés sur le côté. Peut-être en saura-t-on plus sur eux prochainement.

Au niveau de l’histoire, elle avance lentement vers la fuite menant, probablement, vers le monde extérieur. Pourtant, j’ai réussi à être surprise malgré moi lors de certaines scènes et j’attends avec impatience le tome 4 tel un enfant attendant le Père Noël. J’ai hâte de voir ce qu’il va se passer, surtout par rapport à la dernière page… Et je reste pressée d’en savoir plus sur le monde extérieur aux fermes.

Pour ce qui est du manga en lui-même, je n’ai pas eu de souci avec la traduction qui collait à chacun des personnages tant dans leurs manières de parler que leurs mots. Les pages n’étaient ni trop fines, ni trop épaisses – à mes yeux – et je n’ai pas aperçu ce qu’il se tramait de l’autre côté pour mon plus grand bonheur. Pour ce qui est de la souplesse du manga, il se pliait facilement et entrait sans difficulté dans un sac. L’encre, pour sa part, restait tranquillement sur les pages sans faire de flaques et ne se retrouvaient pas, non plus, sur les doigts pour mon plus grand bonheur.

Ce troisième tome reste dans la lignée des deux précédents, même si j’apprécie le fait que deux personnages ce soient rajouter au trio par rapport à la fuite et que les mystères par rapport à Grace Field House restent présents. J’ai tout de même hâte de voir le moment où ils fuiront, quittant ainsi les préparatifs, et ce que cela donnera !

The Promised Neverland - Tome 3

Et vous les matous, qu’en avez-vous pensé ? L’avez-vous lu ? Pensez-vous que l’échappée de Grace Field House est pour bientôt ?

 

Site de l’éditeurMini SiteExtrait tome 1

Publicités

@Ellie – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous aujourd’hui ? Pas trop mal ? Tant mieux ! Parce que je vous entraîne encore et toujours dans mon univers, les matous. De mon côté, je recherche toujours un stage au moment où j’écris ces lignes et j’ai hâte de l’avoir pour pouvoir me lancer totalement. Courage…

Aujourd’hui, nous allons parler… Shôjo ! Et oui, j’avais envie de mignonnitude. Alors, dirigeons-nous directement vers l’un des nouveaux titres des éditions Kana afin que je puisse vous parler d’…

« @Ellie »

-at-ellie_5186

5€45 – Shôjo – 192 pages

@Ellie_crazylove Lycéenne impopulaire qui tweet ses fantasmes au quotidien.

Eriko Ichimura est une lycéenne discrète que l’on ne remarque pas. Son seul plaisir est d’admirer Akira Ômi, un beau jeune homme plein de fraîcheur, et de « murmurer » ses fantasmes quotidiens sur Internet. Mais, un jour, elle découvre par hasard la vraie nature d’Ômi. Et ce dernier prend connaissance des tweets embarrassants d’Ellie… !!

Voici l’amour peu ordinaire d’une perverse discrète.

J’ai découvert @Ellie grâce à Shino qui m’en avait parlé par MP, curieuse et le prix aidant lorsque j’ai fini par mettre la patte dessus je l’ai pris et… Et c’est une jolie découverte. Une très, très bonne d’ailleurs qui m’aura fait rire de long en large. Au niveau bonne humeur, @Ellie est un manga rendant facilement le sourire et permettant également de montrer que oui, les filles aussi peuvent fantasmer. Il n’y a rien d’anormal là-dedans et ce, que ce soit sur n’importe qui quel que soit le sexe

Eriko est une demoiselle se considérant comme transparente, invisible, pas assez belle, pas assez intéressante et qui fantasme sur le garçon que tout le monde – ou presque – aime dans le lycée. Oui, cela arrive souvent dans les shôjos et pourtant, ici, je n’ai pas eu cette sensation du « Je sais comment cela va se passer » parce que la majeure partie des clichés sont mis à mal durant la lecture, même s’ils existent, et j’avais hâte de tourner les pages, de découvrir ce qu’Eriko allait écrire, penser, fantasmer. Le manga en lui-même tient bien son surnom de « manga connecté » grâce à la publicité ayant eu lieu autours du titre, du compte Twitter existant réellement et de l’utilisation à l’intérieur même du manga. C’était une douce surprise, d’ailleurs, de le découvrir et de voir la manière dont il est exploité autant de manière réelle que dans l’ouvrage.

Parce que oui, même si Twitter est présent il n’est pas omniprésent. Le réseau social est assez dosé durant ce premier volume et nous permet de voir l’évolution d’Eriko également au fil de ses tweets, de ses fantasmes et de ses relations réelles qui lui permettent d’avancer, de prendre petit à petit confiance en elle ou d’aider les autres. De plus, ils nous permettent également de réaliser que fantasmer, ce n’est pas mal. Loin de là. C’est même normal surtout lorsque c’est par rapport à l’être aimé et ce quel que soit le caractère de ce dernier, voire même l’époque où cette personne a vécu.

L’humour est également présent tout du long de ce premier volume, mais n’est absolument pas lourd. Non, loin de là. Il m’aura fait sourire du début à la fin, fait un bien fou et je suis réellement ravie de m’être lancée dans l’aventure d’@Ellie rien que pour ça. Je ne m’attendais pas à être tant happée par le manga, le ton humoristique et pourtant vrai qu’il nous partage, ou par les personnages même si j’ai eu un peu de mal avec le protagoniste masculin qu’est Ômi. C’est bête, mais même s’il y a des moments où sa carapace parfaite est absente je le trouve encore trop… Commun ? Il sort un peu moins de l’ordinaire dirais-je qu’Ellie par exemple ou que l’autre protagoniste féminin que j’ai juste adoré ! J’apprécie également voir la relation entre les protagonistes évoluer à son rythme, doucement, mais sûrement tout en gardant des moments plus amusants, parfois maladroits dans les réactions des personnages sans pour autant que cela soit forcé.

Du côté des graphismes, ils sont tout en douceurs et délicatesses tout le long de ce premier volume. Ils restent dans la norme du shôjo, tout en ayant leur petite touche personnelle qui les rends reconnaissables. Ils ne surprennent pas, ne gênent pas la lecture et il ne faut nullement prendre le temps de s’y habituer contrairement à d’autres titres, mais permettent, tout de même, d’entrer sans difficulté dans ce que souhaite nous raconter ce manga. Les émotions sont également bien retranscrites, à mes yeux, et j’ai vraiment bien aimé parcourir les pages.

Pour ce qui est de l’ouvrage en lui-même, @Ellie possède des pages ni trop fines, ni trop épaisses et garde sa souplesse en cas de pliage abusif dans le sac (… ça arrive, je vous assure) Je n’ai pas eu de souci au niveau de la transparence, ne me spoilant pas ce qu’il se passait par la suite. Au niveau de la traduction, je n’ai pas souvenir d’avoir vu une coquille durant ma lecture et cette dernière était agréable du début à la fin, que ce soit avec les dialogues ou les tweets d’Ellie sur Twitter. Par rapport à l’encre, elle est gentiment restée sur le papier et n’est jamais venue sur mes doigts. Il n’y avait également aucune coulée sur les pages, permettant ainsi de tout voir ou lire sans difficulté.

Vous l’aurez sûrement compris, mais @Ellie fut une très belle surprise du début à la fin de son tome d’ouverture et je me demande comment ce titre évoluera. J’espère de tout cœur que la série gardera ce ton et continuera de doser comme il se doit l’utilisation du réseau social qui, bien qu’important, n’était pas intrusif. Un shôjo remplit de bonne humeur, qui m’aura également bien marquée de la première à la dernière page ♥

@Ellie - Tome 1

Et vous les matous, qu’avez-vous pensé de ce titre ? Le continuerez-vous ? Comptez-vous l’essayer ?

 

Site de l’éditeurExtraitTwitter

We Never Learn – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Pour ma part, c’est la forme, même si j’étais tout de même un peu claquée hier, et je suis contente de vous retrouver dans la joie et la bonne humeur !

Petite surprise dans la boite aux lettres avec l’arrivée d’un des nouveaux titres des éditions Kazé. Je remercie la maison d’édition et Anita pour l’envoi du premier tome de cette série qui s’annonce déjà assez amusante à découvrir. De laquelle est-ce que je parle ? Et bien de…

« We Never Learn »

we_never_learn_7456

6€79 – Shônen – 192 pages

Nariyuki est un élève de terminale aussi brillant que pauvre qui rêve d’obtenir une bourse pour poursuivre ses études dans l’université de son choix. La chance lui sourit lorsque le proviseur lui propose de la lui accorder… mais à une condition ! Devenir le tuteur des deux génies du lycée, Rizu et Fumino. La tâche aurait dû être des plus faciles, mais les belles demoiselles lui réservent une surprise de taille !

Génies mais pas trop !

Je dois être l’une des rares personnes à ne jamais avoir lu ou vu Nisekoi, pas que le titre ne m’intéressait pas, mais… Je n’avais jamais sauté le pas. Ce faisant, je ne saurai pas faire de parallèles avec la série manga de Naoshi Komi parce que… Cela ne servirait à rien vu que je ne la connais pas. Logique. Mais comme n’importe qui, j’ai déjà lu des Shônen school life plutôt comédies et romances alors je ne me retrouve pas en terrain inconnu.

Ici, nous suivons Nariyuki, un élève plutôt brillant dans les études, mais qui souhaite obtenir une bourse afin de se rendre à l’université de son choix car sa famille est pauvre. Famille que l’on découvre au fil des pages de ce premier volume et j’ai sourit face aux jumeaux – faux jumeaux plutôt, mais… passons – tout en voyant apparaître les autres personnages. Principalement deux génies, celle de la littérature nommée Fumino et celle des sciences nommée Rizu, que notre héros aura sous sa tutelle afin de les aider à entrer dans l’université de leurs choix. Facile ? Détrompez-vous… Et Nariyuki s’en rendra rapidement compte. Un troisième personnage, que l’on découvre sur la jaquette, fera également son apparition et je dois avouer avoir bien apprécié son entrain.

Mais revenons à nos moutons. Chaque personnage possède ses qualités, ses défauts et être un génie quelque part ne signifie pas l’être partout comme nous le prouve Fumino et Rizu. J’ai adoré les surnoms donnés à nos trois demoiselles – oui, je ne parle que de deux jeunes filles ici… mais plus haut vous en avez eu une troisième, voui ça compte ! qui rappellent les contes d’enfants et montre l’un des traits physiques, d’aptitudes ou de caractères du personnage l’ayant. Je ne m’attendais pas à voir apparaître « Poucelina » par exemple. Chacune des trois demoiselles possède son tempérament allant de celle s’endormant facilement, à celle pleine d’entrain ou encore celle possédant, naturellement, plus de réserves. La douce, la froide, l’énergique… Un trio pour le moins habituel me direz-vous, mais qui fonctionne toujours à merveille et qui me rappelait également certaines des demoiselles d’Ichigo 100%. Pour ce qui est de Nariyuki, il est « normal » et s’avère plutôt remplit de bonté quand on y regarde de plus près, que nous le découvrons au fil des pages. J’ai bien aimé les explications données, les phrases qu’il prononce de temps en temps, même si au début j’avais envie de le secouer lorsqu’il pensait « Maudit génie » … Parce que oui, cela m’agaçait…

Pour ce qui est de l’histoire de Taishi Tsutsui, elle nous est principalement racontée en suivant Nariyuki, mais lors de quelques petits passages nous nous trouvons en compagnie de l’une ou l’autre des demoiselles. Bien que rares, cela change de notre héros masculin. Pour le moment, je n’ai pas eu la surprise du « mais quelle surprise réservent-elles à Nariyuki ? » ayant réussit à facilement le deviner au début… Suite à une simple pensée. J’ai hâte de voir comment cela évoluera pour chacune d’elles, si elles réussiront leurs objectifs et leurs rêves. J’ai principalement préféré certaines phrases en réalité telle que :

« J’en ai assez qu’on décide de ma vie à ma place… sous prétexte que je suis hyper douée dans une matière ! » Rizu Ogata

Ou

« (…) lorsque l’on part perdant… il est impossible de comprendre même en s’acharnant… et on en souffre d’autant plus. » Nariyuki Yuiga

Ainsi que d’autres parsemant, de ci, de là, ce premier volume… Mais c’est principalement la première, celle prononcée par Rizu qui m’aura le plus marqué malgré tout. Je la comprends sans difficulté et même si ce sont des génies, elles devraient avoir le droit de tenter ce qu’elles rêvent de faire comme n’importe qui, comme chacun d’entre nous. Tomber, se relever, continuer de se battre pour ses rêves cela devrait être possible pour n’importe qui.

Dans la vraie vie, je serais plutôt Team Littérature car c’est ce que je préfère tout simplement. Mais durant ma lecture, j’allais plutôt vers notre petite génie des Sciences et j’ai hâte de voir un peu plus notre sportive de service. Elles se complètent, s’opposent et c’est agréable à voir. Même si certains clichés du genre ressortent.

Du côté des dessins, je n’ai pas eu de mal à m’y accrocher. Ils sont plus communs que ceux trouvés dans Spiritual Princess ou Le Chant des Souliers Rouges (Oui, ce ne sont pas des shônen, mais ils montrent aisément ce que je veux dire !), mais possèdent également leurs charmes lors de certaines scènes. L’une m’ayant particulièrement marquée touche aux étoiles, mais je n’en dirai pas plus ici afin de ne pas spoiler. Je n’ai pas eu de souci pour reconnaître les personnages ou voir leurs caractères dans leurs actions et j’ai bien aimé me plonger dans certains décors lorsque ceux-ci étaient un peu plus présents.

Pour ce qui est de l’édition, j’aime beaucoup la jaquette toute colorée où l’on voit le trio féminin. Chacune ressort à sa manière et les couleurs sont bien « peps », ce qui me plait tout particulièrement. Par rapport au papier, je n’ai pas vu de souci en tournant les pages quant aux dialogues traduit par Ilan Brunelli, je n’ai pas vu de coquilles aux premiers abords. Peut-être lors d’une relecture en verrais-je ? Cela reste du bon travail de la part de l’équipe se chargeant de cette série.

Ce qui ressort de cette lecture est un moment de bonheur, j’ai ris lors de certaines scènes et ait eu les larmes aux yeux à d’autres moments lorsque cela résonnait avec mon propre passé d’une manière ou d’une autre. Je me demande ce que réserveront les prochains tomes et ce que notre pauvre héros devra encore subir !

We Never Learn - Tome 1

Et vous les matous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Quelle serait votre team, plutôt Littéraire, Sciences ou Sport ?

Site de l’éditeurExtrait

Dr.Stone – Tome 1

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Bien ? Tant mieux alors ! Ici, tout va pour le mieux actuellement et ce ne sont pas les personnes me côtoyant qui diront le contraire. J’en profite pour remercier tout ceux passant sur le blog, que vous laissiez ou non des commentaires je reste surprise de voir autant de passage même lorsque j’ai été absente ainsi que le nombre de personnes recevant les notifications d’articles par mails. 523 personnes. Je n’en reviens pas ! Surtout que cette possibilité se trouve au fin fond de la page, ce n’est pas comme si c’était la première chose que l’on voyait. Mais ça fait plaisir, vraiment, que vous soyez des visiteurs de l’ombre ou de la lumière je vous salue et vous remercie !

Où partons-nous aujourd’hui ? Bonne question. Il y a tant de lieux que je souhaite vous faire connaître, d’univers divers et variés, d’aventure en compagnie d’êtres aussi différents les uns que les autres et d’histoire en tout genre. J’ai le choix, mais préparez le mangaportail car nous partons dans un titre des éditions Glénat cette fois. Et oui, nous rejoignons…

« Dr.Stone »

9782344028032-g

6€90 – Shônen – 192 pages

Survivre et évoluer !

Taiju, un lycéen tokyoïte, est un jour victime d’un phénomène mystérieux : en une fraction de seconde, l’humanité entière est transformée en pierre ! Des milliers d’années plus tard, à son réveil, il décide de rebâtir la civilisation à partir de zéro avec son ami Senku !! Ne manquez pas le premier opus du meilleur récit de survie et d’aventure S.F. de tous les temps !!

Lorsque le scénariste d’Eyeshield 21 et le dessinateur de Sun-ken Rock, décident de travailler ensemble, le résultat ne peut être qu’exceptionnel. Issu du prestigieux Weekly Shônen Jump, qui a vu éclore Dragon Ball et One Piece, Dr. Stone séduit d’emblée par son propos novateur et ses enjeux colossaux. Quand le renouveau de l’espèce humaine ne tient qu’à deux garçons, quelles solutions peuvent bien s’offrir à la survie de l’humanité ?

Il y a de ça plusieurs mois je me questionnais par rapport à ce titre. Fallait-il que je me lance ? Que je tente ? Dans quoi allais-je me lancer ? Certaines personnes m’avaient répondu sur Twitter et c’est lors d’un vadrouillage avec Maman Neko que je suis retombée dessus, que j’ai pris le temps de lire le résumé et que j’ai fini par craquer… Pour le malheur de cette dernière.

Il faut savoir que je n’ai pas lu Eyeshield 21, je ne le connais que de nom grâce à une personne connue à l’université, et par rapport à BOICHI je n’avais pas beaucoup de titres où il était inscrit. Non… Seul TerraFormars Asimov se trouve dans ma mangathèque, c’est pour dire que je me lançais un peu dans l’inconnu. Mais le résumé m’intriguait… et les avis n’étaient pas mauvais non plus. Bien sûr, comme tous les titres ça passe ou non, mais sans tenter il est difficile de deviner ce qui peut nous plaire.

Ici, je faisais donc la rencontre de deux lycéensTaiju et Senkudans un monde identique au nôtre vu que… C’est le nôtre. Logique me direz-vous. J’ai d’ailleurs bien apprécié le fait de ne pas voir que le Japon lorsque le mal touche cet univers et les modifications qui se produisent au fil du temps. Une fois l’être humain disparubon d’accord, transformé en caillou – les changements se produisant au niveau de la faune et de la flore sont prodigieux. Je me souviens avoir vu il y a déjà pas mal de temps une vidéo où l’on voyait ce qu’il se passerait, probablement, si nous disparaissions soudainement et c’était le jour et la nuit entre ce que nous connaissons et ce qu’il y aurait.

Et dans Dr.Stone j’ai retrouvé cette vision de ce que notre monde serait sans notre présence durant des millénaires. Oui, parce qu’au fond dans le manga nous sommes toujours là d’une manière ou d’une autre et nos deux héros nous le prouverons au fil des pages, des actes et des visions diamétralement opposées pouvant apparaître. Le duo se complète, des choix seront fait pour le meilleur et pour le pire en fonction de ce qu’il se passe. Les points forts, les faiblesses, tout ce qui fait de nous un humain sont également présent même si cela apparaît de manière plus « extrême ». L’intelligence, la force, l’endurance, la robustesse, tant de choses et plus encore qui apparaissent au fil des pages. Bien que poussé à leurs paroxysmes dans certains cas, j’ai fini par apprécier certains des personnages même si ce n’est que le premier volume, celui nous mettant dans le bain et nous permettant de voir dans quoi on se lance.

Parce que oui, ce premier tome est une mise en bouche, celui qui nous expliquera ce qu’il se passe, les modifications de notre monde, ce qui aurait pût alerter les gens aussi et diverses autres informations éparpillées au fil du temps. J’ai d’ailleurs appris quelques petites bricoles durant ma lecture et suite à certaines explications j’avais envie de tenter telle ou telle action ou réalisation. Ma curiosité est parfois vraiment difficile à gérer.

Au niveau des dessins de BOICHI, il m’a fallu le temps de me remettre dans le bainn’ayant lu qu’un seul titre en deux tomes où il était le dessinateuret au final, je m’y suis plutôt bien accrochée. Ayant relu ce premier tome plusieurs fois afin de pouvoir vous en parler, je peux dire sans souci qu’il est assez reconnaissable. Le dessinateur à son propre style qui est assez dynamique lorsqu’il le faut et qui permet de reconnaître sans difficulté les personnages, les objets, les plantes et les animaux.

Par rapport à l’édition en elle-même, Glénat a fait du bon travail. Lorsque j’ai pris le manga en main la première fois, la jaquette me semblait étrangement douce tout en étant brillante, légèrement métallisée à certains endroits j’ai l’impression. On voit dessus l’un des personnages principaux ainsi que le titre, même si pour ce dernier c’est logique. A l’intérieur du manga, les pages ne m’ont pas parue trop fines, ni trop épaisses et je n’ai pas eu de problème avec l’encre qui est restée là où elle devait être. Au niveau des dialogues, après plusieurs lectures je n’ai pas vu de coquilles, tout du moins s’il y en a elles ne sont pas grosses comme des maisons et j’ai réussi à tout comprendre au fil du temps. Oui, je suis fière !

Ce premier tome de Dr.Stone fut donc une agréable surprise, je ne pensais pas être aussi prise dedans lors de ma lecture et le tome 2 est déjà dans ma liste de futurs achats. Allez savoir quand par contre vu tout ce que j’ai à rattraper comme manga… Mais il sera acheté, lu et chroniqué ! Foi de matou ! Parce que oui, j’ai vraiment bien aimé ce premier volume et je suis curieuse d’en savoir plus, de découvrir ce qu’il se passera dans la suite !

Dr.Stone - Tome 1

Et vous les matous, qu’en avez-vous pensé ? L’avez-vous lu ? Comptez-vous l’essayer ?

 

Site de l’éditeurExtrait

Récapitulatif du mois précédent

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? Ici, un peu fatiguée avec les derniers jours où je n’ai pas arrêté, mais ce n’est rien. Cela ira mieux prochainement… Enfin, il vaut mieux vu que le 6 je reprends ma formation !

Aujourd’hui, je tente un petit quelque chose… Il aurait été plus facile de faire un « Les achats du mois » comme avant, mais j’ai eu envie de changer un peu… Voyons ce que cela donnera. Après tout, sans essayer, il est difficile de savoir ! Vous êtes prêt ? On est parti !

 

Les derniers articles parus :

172085033004202

Pas grand-chose ces derniers temps, il faut dire que mon temps sur Word était occupé par mon Projet d’accueil qui a fini par avoir 24 pages écrites. C’était rude, mais j’y suis parvenue !

Durant le mois d’août vous en avez eu 5, même si normalement un sixième aurait dû pointer le bout de son nez – mais le côté IRL a fait que je suis rentrée trop tard ces différents jours – ainsi vous avez pût découvrir en Light Novel le premier tome de Re : Zero des éditions Ofelbe ainsi que le tome 1 de Beyond the Clouds des éditions Ki-Oon en manga. Deux titres très différents, mais qui m’ont énormément plût pour le malheur de mon porte-feuille.

Au niveau des suites, le tome 2 de The Promised Neverland et le tome 8 de Takane & Hana sont enfin arrivé ! Oui, il aura fallu le temps, mais vaut mieux tard que jamais. J’apprécie énormément la série de The Promised Neverland, je suis très curieuse de voir ce que va réserver la suite, ce que donnera l’extérieur. Quant à Takane&Hana, ce huitième tome était plus lent que les autres… J’espère que la suite sera plus entraînante, même si j’adore toujours autant cette saga.

Nous avons également terminé la série Le Chant des Souliers Rouges avec le tome 6 de cette dernière. Une courte série qui fut remplie d’émotions et qui m’aura bien marquée au fil de ses tomes.

Pour ceux qui se poseraient la question, l’article ayant le plus de vue sur le blog est celui sur le Light Novel d’Overlord… Il a engrangé durant le mois d’août plus de 200 vues. Je ne sais pas pourquoi, mais il attire depuis quelque temps…

Les petites modifications :

tumblr_nahdkqczy91ttzn7oo1_500

Alors, alors… qu’y a-t-il eu de modifié par rapport au blog dernièrement ? Pour commencer l’adresse mail, tout simplement qui n’est plus kymeria@mail.be mais otaklive@gmail.com suite à un piratage. J’ai mis à jour cette information dans la partie « Me contacter » peu après la création de la nouvelle adresse.

Le matériel a également été légèrement modifié, et oui. Mon ancien ordinateur a bien bataillé jusqu’à présent, mais il commençait sérieusement à devenir beaucoup trop vieux. Maman Neko est venue à ma rescousse et à présent, j’utilise un nouvel ordi. Toujours un Packard Bell, mais il fonctionne très bien par rapport à ce que je veux faire. Pour Office, je suis passée d’Office 2007 Oui, j’y étais encore – à Office 2016 et je ne suis pas trop dépaysée heureusement. Non… Le plus gros changement pour moi est de passer de Photoshop à GIMP, mais je finirai par prendre mes marques ! Jouant sur Steam, j’avais également le souci de la maniabilité sur certains jeux… Vu que je ne jouais qu’au clavier/souris et le problème est réglé suite à l’achat d’une manette, certes elle vient de chez Action, mais elle fait très bien son travail. D’ailleurs, afin de pouvoir faire plus de photos en extérieur à l’aide de mon GSM j’ai également acquit… Une batterie externe ! Et oui… Ce sera plutôt utile je pense…

J’ai également activé le partage automatique sur les réseaux sociaux lorsque je publie quelque chose afin de gagner un peu de temps. Comme il m’arrive souvent de publier de manière random, il est fréquent qu’une minute après je doive quitter l’ordinateur et connaissant ma mémoire de poisson rouge je risque d’oublier de partager le malheureux article… C’est plus sûr et au moins vous savez ce qui est paru sur le blog !

Les futurs achats et articles :

o4v7

En fait… Je n’ai rien de réellement prévu. Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous avez vu que j’ai acquit les tomes 1 de @Ellie des éditions Kana et le tome 1 de The Dungeon of Black Company aujourd’hui. En fonction des sous, j’achèterai sûrement la suite de Re : Zero (le tome 4), mais également les tomes manquant de Moi, quand je me réincarne en Slime, le tome 29 de Magi ainsi que ce qui me passera sous la main et m’attirera. Il m’arrive souvent de changer d’avis en plein milieu du magasin et me balader avec une liste ne me sert à rien… Alors, autant laisser faire le « destin » sur les titres qui arriveront chez moi !

Au niveau des articles qui paraîtront en septembre, vous aurez à coup sûr celui sur le tome 1 de Dr.Stone qui devait paraître cette semaine de base ainsi que l’avis sur le tome 4 de Kuroko’s Basket Replace PLUS, les tomes 1 et 2 de Spiritual Princess et le tome 6 de RikuDo – La rage aux poings. Après, ce sera en fonction de mes lectures, de ce dont je veux parler, etc. J’ai de quoi faire et je compte bien vous embêter avec tout ça ! Pour ceux qui s’inquiète lorsqu’ils voient le mot Service Presse, je tiens à préciser que je reste fidèle à moi-même que le manga soit un SP ou non et Maman Neko, Luna ainsi que d’autres personnes sont témoins que je ne fais aucun favoritisme, ils ont le même traitement de faveur que les autres.

Mes lectures du mois écoulé :

2b776153bc3dabff32b4d88741e2ea9582d7ebff_hq

Comment dire que c’est un bon gros paquet de lecture qu’il y a eu… Il faudrait que je pense à faire une photo pour cette partie de ma Pile Lue (et non pas de ma PAL ni de ma PAC… Là vous en avez pour dix ans… Du moins pour la seconde, la première se vidant souvent très, très vite), mais je me débrouillerai pour le mois écoulé sans… Comment dire que j’ai la flemme de repartir en quête des tomes éparpillés un peu partout dans la maison ?

Commençons par… Ah bah, la dernière collection Hachette tient ! C’est grâce à Maman Neko que je peux me lancer dedans car… Bah on ne l’a pas encore en Belgique. Une fois par mois, nous nous rendons dans le nord de la France pour les courses et elle m’a offert – avec le tome 2 de Moi, quand je me réincarne en Slime – les deux numéros sortit des DragonBall des dites éditions Hachette Collection. J’ai lu le numéro 1 pile à la fin du mois d’août. Je ne sais pas si j’en parlerai sur le blog… Je verrai bien, mais en tout cas retrouver l’univers de DragonBall que je connaissais principalement par l’anime fait plutôt plaisir !

Aux éditions Kurokawa, ce sont CandyLife, le tome 1 de OnePunch Man, le tome 1 de Moi, quand je me réincarne en Slime et le tome 28 de Magi qui ont été (re)lu. Un quatuor plutôt différent en soi. Pour les deux premiers j’avais profité de la brocante de Temploux pour repartir avec et découvrir ou redécouvrir le titre. OnePunch Man est vraiment un titre dans lequel il ne faut pas se prendre la tête, ça fait du bien, quant à CandyLife je ne savais pas dans quoi je me lançais et au final je ne suis pas déçue de l’acquisition non plus, cela reste une histoire d’amour, mais j’ai plutôt bien apprécié parcourir les pages du manga. Du côté de Moi, quand je me réincarne en Slime et Magi, c’était un duo de relecture dans la joie et la bonne humeur. Le premier afin de pouvoir lire le tome 2 en sachant où j’en était arrivé auparavant et le second pour me remettre dans le bain avant le tome 29… que je n’ai pas encore acheté, mais que je prendrai dès que possible.

Du côté de chez Ki-Oon, j’ai continué Barakamon avec le tome 5 qui m’a tout aussi plût que les tomes précédents. J’aime énormément le côté positif de cette série, elle fait un bien fou et je la classe volontiers dans mes titres Feel Good. Il y a bien sûr eu Beyond the Clouds dont je vous ai parlé sur le blog et que j’ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé ♥ Une très belle découverte !

Pour ce qui est de Kazé, j’ai relu le tome 8 de Takane&Hanace qui était mieux pour en parler n’est-ce pas ? – ainsi que les tomes 1 et 2 de Spiritual Princess. Pour le premier, vous avez déjà eu mon avis dessus dans un article et dans celui-ci je ne vais donc pas en parler plus quant au second… Les articles arriveront, mais sachez qu’au début j’ai eu du mal avec les graphismes avant de réussir à faire abstraction de ceux-ci et de finalement les apprécier un minimum tout en m’attachant à l’histoire. J’ai également lu le tome 2 de The Promised Neverland comme vous le savez et c’est une série que j’apprécie également. A voir comment elle évoluera !

Des éditions Komikku, j’ai seulement lu le tome 2 de l’Enfant et le Maudit et relu le tome 2 – à croire que j’aime les tomes 2 – de Somali et l’esprit de la forêt. Je vous en parlerai probablement, mais ce sont deux séries de chez Komikku que j’adore ♥ Bon… Il y en a beaucoup de cette maison d’édition en fait… Mais là n’est pas la question ! Je suis toujours émerveillée par L’Enfant et le Maudit, par les traits de Nagabe quant à Somali et l’esprit de la forêt j’aime énormément les dessins, observer les détails, suivre nos personnages, j’ai des étoiles plein les yeux.

Et il me reste un trio de maisons d’éditions où je n’ai lu… Qu’un titre chez chacune d’elle. Du côté d’Ototo, ce sera le tome 2 de Made In Abyss qui m’aura entraînée et fait froid dans le dos avec l’un des personnages, j’aime énormément redécouvrir l’univers que j’ai découvert sous forme d’anime dans la version manga qui est tout aussi jolie. Cette saga est un vrai coup de cœur. J’ai également lu un manga de chez Delcourt/Tonkam qui s’avère être le tome 24 de Food Wars et wow… J’apprécie toujours autant ce manga, ce qu’il s’y passe et les différents protagonistes. Hâte du tome 25 ! Enfin, il reste les éditions Kana chez qui j’ai lu le one shot Ristorante Paradiso, également trouvé sur la brocante de Temploux et une douce découverte aussi. Les graphismes sortent de l’ordinaire, mais une fois le temps d’adaptation effectué c’est tout bon !

Niveau roman, j’ai lu le tome 2 d’Hayden j’ai été plus que ravie de retrouver Eli et toute la flopée de personnages ainsi que les nouveaux. Je me demande ce que réservera le tome 3 vu ce que celui-ci nous a fait connaître. J’ai également terminé Assassin’s Creed – La croisade secrète et je suis toujours émerveillée de voir comment ce que j’ai connu en jeu peut être raconté sous forme de livre, tout ce qu’il y a à découvrir également… Surtout que c’est l’un des jeux vidéo que j’adore, alors lire les romans est une continuité à mes yeux.


 

Je pense que ce sera tout actuellement, je ne vois pas quoi ajouter et il serait bête de tourner en rond. Je me suis dit que ce serait un peu plus intéressant qu’un article « Achats », même si vous ne voyez pas vraiment tout ce que j’ai pût acheter sur le mois écoulé cela vous donne une légère idée. Ce soir, je me lance dans le tome 2 de Moi, quand je me réincarne en Slime ayant terminé ce matin le volume 2 de DragonBall. Je me creuse encore la tête sur les différents articles qui paraîtront… Mais nous verrons bien !

Une belle rentrée à ceux qui rentrent ce lundi – et même ceux rentrant plus tard – et tout plein de bonheur à tout le monde.