Les Nuits d’Aksehir – Tome 1

Coucou les matous ! On change un peu cette fois suite aux résultats du vote précédent, d’ailleurs je n’oublie pas que je dois vous parler de Yakitate Japan ce qui sera fait. (Et finir de parler des 2 tomes restant de Magdala Alchemist Path, oui j’ai de quoi faire haha) Mis à part cela, j’espère que vous allez bien et que vous avez bien profitez de votre week-end !

Aujourd’hui, je vous entraîne dans un manga sortit aux éditions Akata cette année et qui sera une série se terminant en trois volumes. De ce fait, c’est assez court et c’est l’une des raisons m’ayant poussé à la débuter, mais pas seulement. Je vous laisse avec la suite les matous afin de découvrir tout cela !

« Les nuits d’Aksehir »

nuits-aksehir-1

8€50 – Seinen – 198pages

Ayako est une jeune étudiante à Tôkyô, en école de mode. Pourtant, peu motivée, elle ne trouve pas l’inspiration pour créer des designs satisfaisants et originaux. Mais grâce à l’amulette qu’elle porte autour du cou, une opportunité inattendue va se présenter à elle : Hodja, immigré turc, va lui proposer de travailler en tant que serveuse au sein d’Aksehir, son petit restaurant égaré au cœur de Shinjuku. Au fil de ses rencontres et de ses nuits de service, mais aussi du contact de Zakuro, fascinante danseuse orientale, Ayako va découvrir tout le charme de la culture turque… au-delà de tous clichés! Et si cette nouvelle ouverture sur l’étranger lui montrait enfin la Voie à suivre?

Ah les virées shopping qui finissent avec tout sauf ce que l’on recherchait de base. Vous l’aurez devinez c’est durant l’une d’entre elle que j’ai découvert Les nuits d’Aksehir et que j’ai décidé de prendre le premier tome avec moi. Ma curiosité était piquée par les thèmes présents dans ce manga, des thèmes pouvant trouver un écho avec notre société actuelle.

Lorsque nous ouvrons le manga, des pages couleurs apparaissent devant nous et se lisent dans le sens commun (Ne faites pas la même erreur que moi) c’est-à-dire de la page se trouvant avant le sommaire à celle menant au début du manga. C’était une belle surprise de les lire, de découvrir ce qu’elles voulaient nous raconter et d’observer tranquillement celles-ci. Le sommaire, de son côté, m’a également laissée curieuse car j’ai très peu de manga où une page translucide est utilisée pour celui-ci, d’ailleurs une amie peut attester de m’avoir vue tourner et retourner la page.

Par après, c’est l’histoire en elle-même qui se livre à nous. Comme l’héroïne nous sommes légèrement perdus, ne comprenant pas ce qu’il se passe et ne sachant pas ce qu’il s’est déroulé auparavant. De plus, le fait qu’elle ait été emmenée dans un endroit inconnu par quelqu’un qu’elle ne connaît pas n’est pas la chose la plus rassurante du monde. En soi, l’intrigue se déroule dans notre monde et dans un Japon moderne. Un Japon où nous ne trouvons, bien sûr, pas que des japonais.

Ici, ce ne sera pas la culture japonaise qui sera mise en avant, mais celle d’un autre pays plus lointain et orientalisant également. Pas mal de personne s’y rende en vacance, mais depuis peu la vision sur la religion pratiquée là-bas n’est plus aussi rassurante qu’auparavant. Vous devinez ? Non ? Et bien la réponse était la Turquie. Nous découvrons dans ce premier tome deux éléments de la culture turque qui sont la cuisine ainsi que la danse orientale et Akata a fait savoir que la religion – c’est-à-dire l’Islam – sera mentionnée dans les deux tomes suivants.

Plusieurs personnages apparaitrons, peu connu au début nous en découvrons un peu plus au fil du tome. Tout comme pour Ayako, jeune étudiante dans une école de mode, qui distille sa personnalité et quelques informations sur elle petit à petit. Elle est comme la plupart des étudiants, cherchant une idée pour son travail, n’en trouvant pas et devant avoir un déclic par rapport à un thème ce qui dans le domaine où elle se trouve est important. Imagination, rêve, choix. Trois choses parfois opposées et pourtant se rapprochant de temps en temps. L’indécision également sera de la partie, présente également chez chacun d’entre nous. Sommes-nous toujours certain de ce que l’on veut faire, du choix que l’on vient d’effectuer ? Ne veut-on pas, de temps en temps, revenir sur notre première décision ? Cela rend Ayako plus proche de nous, de moi en tout cas car je suis naturellement assez effacée, peu bavarde, toujours encline à aider et je m’épanouis dans certains lieux ou domaines.

Au côté de notre petite héroïne, pas si petite que ça, évolueront principalement deux autres personnages bien que nous rencontrons également certains camarades de la demoiselle. Hodja, homme d’un certain âge déjà s’occupant d’un restaurant turc à Shinjuku depuis peu, qui distille lui aussi des informations sur son passé au fil des pages et que nous découvrons peu à peu. C’est lui qui proposera de travailler dans le restaurant, lui qui permettra à Ayako de découvrir certains éléments de la culture turque et c’est également grâce à lui que nous en découvrirons un peu plus sur la cuisine. Cette cuisine qui me donnait l’eau à la bouche au fil de la lecture et des apparitions des plats ou boissons, je n’en connaissais d’ailleurs pas certains que je serai très curieuse de goûter un jour ou l’autre.

Présente aux côtés d’Hodja, nous découvrons une autre demoiselle. Zakuro, danseuse orientale amatrice et travaillant dans le restaurant d’Hodja. Comme Ayako, elle se pose des questions sur son avenir et sur son rêve pourtant, contrairement à notre étudiante, Zakuro n’a pas un caractère des plus doux. Elle n’a pas sa langue dans sa poche, n’hésite pas à faire des remarques à son patron et se montre également assez douée de ses mains. Zakuro est également présente quoi qu’il arrive, prête à se dépasser et à laisser libre court à la liberté donnée par la danse orientale si fascinante pour les clients du restaurant. Ses tenues sont magnifiques, nous font voyager vers un pays et une activité pas si connus que cela au point que je me suis retrouvée à parler danse orientale avec une connaissance. J’étais curieuse, fascinée par ce que je découvrais et ravie de l’enrichissement que cela apportait.

Que dire de plus par rapport aux personnages mis à part que d’autres finissent par pointer le bout de leur nez, petit à petit, sans que l’on ne se perde ? Les camarades d’Ayako se font connaître au bout d’un moment et je me demande jusqu’où cela ira avec eux. Prendront-ils plus d’importance au fil des tomes suivants ? Est-ce que l’un d’entre eux prendra plus d’importance suite à ce qu’il se passe à la fin du tome 1 ? Seule la lecture du deuxième tome me donnera la réponse et je l’attends de pied ferme afin d’en savoir plus sur qui est resté un peu en arrière-plan, sur ce qui nous est encore méconnu de la culture turque et bien entendu sur les divers protagonistes présents. Après tout, nous avons découvert une légère part du passé d’Ayako également durant ce premier tome, mais que nous réserve le second ?

J’en ai vu certain refermer le manga sans faire l’effort d’aller plus loin que les premières pages où la langue utilisée n’était pas forcément le français, se baser seulement sur ce qu’ils entendent pour le moment par rapport à l’Islam, aux pays islamiques. La méconnaissance sur certaines cultures reste bel et bien présente, alors qu’il suffit pourtant de se renseigner un peu plus, de passer outre les idées reçues. Oui, il y a des déviants comme dans toutes les religions mais pourquoi rester – à chaque fois – sur ce genre d’éléments ? La religion chrétienne n’a pas été toute rose non plus, pourtant on ne frappe pas dessus à tout va. Est-ce tout simplement parce que c’est la notre ? Celle que beaucoup n’ont pas choisit au final. Si j’avais dût rester sur mes idées fixes je n’aurais jamais osé prendre le manga avec moi, mais j’avais envie d’en savoir plus et de confronter ce que je savais déjà. En plus, la couverture m’avait déjà charmée alors malgré le drôle de regard lancé par mon voisin d’achat ce jour là j’ai prit le volume et j’ai été à la caisse.

Cela m’a permit d’en discuter avec d’autres, de faire des découvertes. Et bien que la religion ne soit pas abordée dans ce premier volume de Les Nuits d’Aksehir nous découvrons déjà certains détails de la culture turque, de cette culture si lointaine et peu connue hormis par ceux déjà intrigué par celle-ci. Personnellement, mis à part les Contes des Milles et une Nuits et de très rares notions gastronomiques je n’allais pas très loin par rapport à ce qui est oriental. D’ailleurs, il y a un aliment pour lequel j’ai été surprise de la provenance… Moi qui pensais que c’était italien.

Du côté des dessins, ils sont assez doux et détaillés. Les tenues et les plats, mais également les dessins réalisés par Ayako ou certains lieux. J’ai fini par être affamée après la lecture du tome, mais j’ai mangé un repas tout simple composé de frites ce jour là. Rien à voir avec la culture se trouvant dans le manga, n’est-ce pas ? Nous retrouvons également au fil des pages un jeu au niveau des ombres faisant, de ce fait, vivre les personnages sans aucun problème. J’aime énormément les traits de Raku Ishikawa qui vont à merveille avec le manga qu’elle nous offre ! L’édition

Et… Et je vois que je me suis laissée allée ! Oh mon dieu, ce pavé que j’ai écrit sur le coup, mais je dois avouer que ce premier tome de cette courte série (Trois tomes, ce n’est pas énorme) m’a réellement dépaysée et donné envie de découvrir un peu plus cette culture. Un simple conseil si vous vous lancer : Manger avant. Sauf si vous voulez mourir de faim et avoir l’eau à la bouche tout le long de la lecture, mais sinon tenter de vous remplir l’estomac ou préparer un Chai (Un thé) pour accompagner votre découverte. D’ailleurs, je sauterai à pieds joints dans la suite et ce sans aucune hésitation afin de retrouver le restaurant, cette culture, les personnages et les dessins. Ce fut une très belle lecture, une magnifique découverte et Akata a fait du très beau travail par rapport à l’édition du manga.

Et vous mes matous, l’avez-vous lu ? Êtes-vous curieux de le découvrir ? Si vous l’avez-lu qu’en avez-vous pensé ?

 

Site de l’éditeurExtrait

Publicités

10 réflexions sur “Les Nuits d’Aksehir – Tome 1

  1. Xander dit :

    Ta critique confirme ma première impression, ce manga n’est pas pour moi. La thématique ne m’intéresse pas vraiment (bien que je n’ai rien contre la Turquie^^) et le dessin sur la couverture n’est pas très beau (la taille de la bouche ! on croirait voir le Joker^^).

    Je n’étais pas emballé avant, je le suis encore moins maintenant, je ne pense pas être le public ciblé. Merci pour ton article, toujours bien construit et qui permet de se faire une idée sur le titre 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Neko dit :

      Mais de rien 🙂
      Ah mais je peux comprendre que la thématique n’intéresse pas, c’est plus les remarques qui fusent par rapport à ça IRL qui m’horripile (j’ai malheureusement une bonne ouïe résultat, même si la personne maugrée à côté de moi je l’entend TT »)

      Ah ça, c’est possible aussi ahah 🙂

      … Comment dire que je me suis un peu lâchée malgré moi durant l’écriture de l’article ? ^^ » Mais contente de voir que cela permet de se faire une idée malgré tout !

      Aimé par 1 personne

    • Neko dit :

      Cela dépend tes goûts après tout ^^ Je sais que tout le monde ne sera pas touché par ce manga ou intrigué 🙂 Mais de rien ! Si tu le lis, n’hésites pas à me dire comment tu l’auras trouvé ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s