Overlord – Tome 1

Yo les matous ! Vous allez bien ? Personnellement, je profite des rares jours de repos qu’il me reste avant de retrouver mes cours et mon stage. Stage pour lequel j’ai lu un album dont je vous parlerai sur le blog, par contre, ce n’est pas du tout pour les grands sauf si vous avez une âme d’enfant. Bah oui, je fais des études pour être institutrice maternelle il est normal que les lectures d’albums soient liés aux enfants de 3 à 6 ans.

Mais le manga dont je vais vous parler aujourd’hui n’a strictement rien à voir avec ce monde. Du tout. D’une part parce que c’est un Seinen et d’autre part parce que je ne mettrais pas des petits bouts dans l’univers en question… Ils ne tiendraient pas longtemps je crois. Non, aujourd’hui nous allons partir dans Overlord !

 

« Overlord »

overlord_1_jaq

7€99 – Seinen – 176 pages

Faites d’Ainz Ooal Gown une légende immuable. S’il existe de nombreux héros, gommez leur nom avec le mien. Faites savoir à tous qu’Ainz Ooal Gown est le plus grand des héros. Face à des êtres plus puissants que nous, employez un moyen autre que la force. Face à un magicien protégé par une armée, employez autre chose que le nombre. Nous n’en sommes encore qu’aux préparatifs, mais agissez le moment venu, dans le but de leur apprendre qu’Ainz Ooal Gown est le plus grand homme du monde.

Overlord connu, principalement, grâce à son anime et dont le manga est paru en ce mois de janvier aux éditions Ototo dans la catégorie Seinen. Un manga où l’on découvre Momonga, être humain dans notre monde – comme vous et moi en soi – et mort vivant se baladant, de ce fait, sous la forme d’un squelette dans le monde d’Yggdrasil. Faisant partie d’une guilde nommée Ainz Ooal Gown et composée essentiellement d’adultes, Momonga voudra rester connecté jusqu’à la fermeture du jeu. Sauf que quelque chose d’étrange se passera…

Je me doute que vous savez ce qu’il se passe, mais laissons la surprise à ceux qui n’auraient pas d’idées.

De base on se dirait que ça tient encore de la saga //Hack, SAO ou Log Horizon (pour ne citer qu’eux, et encore j’en cite un que je n’ai même pas vu… La logique Nekonienne) et pourtant ce n’est pas le cas. Là où le jeu vidéo reste réellement un jeu, ce n’est pas tout à fait le cas ici, enfin, il semblerait. Et ça, nous nous en rendons compte assez vite même si les PnJ sont bel et bien identiques et se comportent tels qu’ils ont été créés. D’ailleurs j’adore les jumeaux, Aura et Mare sont vraiment à l’opposé l’un de l’autre mais se complètent tellement bien.

En parlant des personnages, tous possèdent un tempérament propre et bien distinct mais il n’y a pas que cela qui les distinguent les uns des autres. Physiquement, il n’y en a pas deux identiques que ce soit Momonga ou les différents gardiens de Nazarick.  De plus, les styles vestimentaires sont assez variés et l’on passe de la tenue de maid aux tenues un peu plus fantasy, d’ailleurs j’ai réussi à me tromper de sexe pour un personnage… ça commence à devenir fréquent quand même. (Ceci m’arrive souvent dans Les Enfants de la Baleine par exemple) Leurs manières de parler retranscrivaient leurs caractères et la traduction nous permettait sans problème de savoir qui parlait ♥

L’histoire, de son côté, ne nous laisse pas tant de temps morts que cela dans ce premier volume. Nous y découvrons le monde « virtuel », les lieux, les personnages, mais également les motivations de certains. Motivations ne rivalisant pas toujours avec « Sauvons le monde des vilains pas beaux ! » Comment ça, j’exagère ? Pas du tout. Surtout que le but de la guilde où se trouve Momonga sera bel et bien mentionné à un moment donné. D’ailleurs, j’ai bien apprécié certaines phrases ou manière de parler, après tout le ciel (ou le monde) peut très bien être considéré comme un coffret à  bijoux vu sa beauté.

Les dessins collaient parfaitement aux différents protagonistes (je vous ai dis que j’aimais bien Aura et Mare ? Oui ? Bah je le redis !) et comme dit plus haut il est très facile de reconnaître les personnages. Monstres, humains, autres races – parce que si j’énumère tout, dans trois lignes je suis encore occupée -, lieux, artefacts ou tenues. Rien n’est laissé au hasard et chaque page nous permet d’en savoir plus sur ce qui entours Momonga, sur la guilde et le reste du monde.

Un monde où semble régir la loi du plus fort et où les faibles sont opprimés. Un monde à découvrir et que l’on verra probablement au fil des tomes.

Bien sûr, nous nous demandons si Momonga est le seul de chez nous à s’être retrouvé bloqué dans cet univers. On sait qu’il était seul dans le Tombeau de Nazarick, mais était-il le seul à attendre la fermeture du jeu ? Si l’on se fie à ce qui se fait dans notre monde, cela serait étrange et de ce fait je me demande si nous découvrirons quelques « Terriens » perdus en Yggdrasil. Tant de choses sont encore possibles.

Mais ce qui est certains, c’est qu’un ton plus adulte est présent, plus sombre dans certains passages mais que des touches un peu plus humoristiques apparaissent de temps en temps. La fin laisse présager quelque chose d’intéressant en tout cas. De plus, au détour de fin de chapitres/épisodes, nous trouvons des explications sur des éléments présents dans le manga tels que les Objets ou sur Yggdrasil lui-même. A la fin du premier volume se trouve également un bonus dans lequel nous retrouvons Aura, Shalltear et Albedo en pleine discussion. C’était agréable à lire, même si je plains la pauvre Aura sur le coup !

Comme vous devez vous en doutez à la vue de l’article, j’ai passé un très, très bon moment en compagnie des personnages, créés par Kugane Maruyama et dessinés par Hugin Miyama, sur le coup même si je me doute que le manga ne plaira pas à tout le monde. J’espère que la tournure des événements ne sera pas trop simple à déduire par la suite, étant donné que ce ne fut pas le cas pour une fois hormis durant certains passages (mais bon… Ce n’était pas vraiment de la déduction mais mon moi intérieur qui hurlait *tousse*). Vivement mars – si je ne me trompe pas – pour pouvoir  découvrir la suite et en savoir plus sur ce monde !

AH et si je l’appelle Momonga, c’est juste parce que je désirais l’appeler par le premier « nom » qu’il porte dans ce tome. Cela me paraissait bien plus logique. Ne soyez donc pas surpris si lors de mon avis sur le tome 2 un petit changement s’opère, mais cela sera précisé !

 

Et de votre côté, avez-vous lu ce tome 1 ? Qu’en avez-vous pensé ? Lirez-vous la suite ? Un anime existant, l’avez-vous vu ? Quel est le format que vous préférez pour le moment ? (anime ou manga)

 

Site de l’éditeurExtrait

Publicités

Q-[Kou] – Tome 4

Hey ! Comment allez-vous les matous ? Ici, tout vas bien. Pas dans le meilleur des mondes, mais au moins la santé se porte bien. Je rêve juste d’un peu plus de repos… De vacances en fait, mais bon, cela restera un rêve durant encore pas mal d’années je crois.

Mais ne parlons pas de ça, non. Nous allons retourner auprès de Q, de Rem et des autres personnages de Q [Kou]. Le quatrième volume s’ouvre devant nous, le tome final et nous repartons à l’attaque de Solaris en compagnie des personnages. Qu’adviendra-t-il de l’humanité ? Que nous veut Solaris ? Les réponses viendront dans ce final. Bien sûr, n’oubliez pas vos Donuts car en cas de fringales ils seront excessivement utiles !

 

Q [Kou]

1507-1

7€90 – Seinen – 200 pages

Le Dr Narita a une théorie : il se pourrait bien que Solaris n’ait pas été créé pour détruire la Terre, comme tout le monde le croyait, mais juste pour l’étudier ! Quoi qu’il en soi, Rem et les U7 sont bien décidés à mettre en pièces l’intrus avant qu’il n’ait le temps de décimer un peu plus la population mondiale…

Machine à tuer ou simple laboratoire ? Quelle que soit la nature de Solaris, l’humanité ne va pas tarder à la connaître car, dans les entrailles du monstre, les U7 se préparent à affronter son ultime gardien…

Découvrez le dernier tome de cette série post-apocalyptique au rythme effréné et aux personnages hauts en couleurs !

 

Ah, Q-[Kou] dois-je encore vous en parler après les trois avis précédent ? Oui ? Ah bah oui, normal, il me reste ce quatrième tome sur lequel vous donner mon avis avant de me lancer dans l’avis général. Reprendre les cours beaucoup trop tôt ne me vaut rien. Dans ce dernier volume nous retrouvons Rem et les U7 face à la forme de vie ressemblant à Q, forme de vie s’avérant assez hostile en soi. Oui, ce tome nous montrera principalement le combat – et les dégâts collatéraux – avec cet être mais nous donnera également des réponses, réponses pouvant s’avérer assez… Surprenantes ? Le seul problème que j’ai eu avec l’histoire, dans ce tome, c’est peut-être le côté miraculeux. Oui, pour moi c’est un miracle qui se produit parce que je ne m’attendais pas à ça et ça m’a un peu ennuyé tout de même. Pas que je sois sadique, ni rien (bon, d’accord un peu) mais à mes yeux cela me paraissait normal que la mort soit si présente.

Nos chers personnages, que nous côtoyons déjà depuis un moment, se retrouvent dans une situation périlleuse où seule la mort – ou la fuite – semble être possible. De ce fait, nous en découvrons plus sur le passé de certains mais voyons leurs réactions. Même aux personnages pouvant s’avérer assez lointain sur le coup, bah oui, si vous vous rappelez bien Q n’était pas aux côtés de Rem lorsqu’il s’est aventuré au cœur de Solaris en compagnie des U7. Ces choix auront, bien entendu, un impact important. Impact nous donnant également des réponses à certaines de nos questions. Nous nous rendons compte que chacun des personnages à sa manière de penser, de voir les choses ce qui peut mener à des idées très différentes entre chacun d’entre eux. Cela les rend à nouveau plus proche de nous, plus humains malgré le fait qu’ils n’existent que sur papier.

Je vais éviter de trop m’aventurer afin de ne pas vous spoiler, ce serait bête que vous perdiez le plaisir de lire le tome. Sachez juste qu’il y a une grosse bestiole que j’adore qui est apparue, bestiole qui n’existe plus de nos jours ♥

Les dessins restent vraiment agréables, les décors et les actions sont plaisants à regarder. C’est dans la lignée des tomes précédents et c’est toujours un plaisir d’observer les éléments se trouvant sur les pages. Le design des personnages n’a pas beaucoup changé depuis le début, mais à la fin du volume vous les verrez sous un angle nouveau. Une fin, véritable, qui se présente à nous malgré le souci que j’avais énoncé plus haut.  Cela nous permet de revoir, même brièvement, certains personnages dans une vie comme nous pourrions la connaître, enfin si nous avions vécu la même chose qu’eux bien sûr ! L’illustration couleur, présente au début du tome, est comme toujours assez jolie et nous remontre certains personnages dans des attitudes pouvant être assez typique de chacun d’eux. Du côté de la couverture, rien à redire, elle est dans la lignée des précédentes bien que dans des teintes plus douces mais possède son propre effet. Je pense que c’est l’une de mes préférées de cette série.

Pour ce qui est de l’édition, elle reste assez bonne en soi. Le tome 4 est même plus volumineux que les trois précédents (dans la lignée du dernier tome de Pandora Hearts) et le papier est assez épais à mes yeux. Lire et transporter le manga ne pose pas de problème, même dans un sac surchargé par du matériel d’art pour cause de préparation d’AFP. Testé et approuvé par votre Neko. Et l’état du manga dans tout ça ? Toujours nickel, la couverture n’a même pas souffert.

Ce dernier volume de Q-[Kou] était celui des révélations, des pleurs, mais également des miracles qui n’arriveraient jamais dans la vraie vie. Cela reste un manga, c’est donc normal, mais j’ai toujours du mal à comprendre la « régénération » qui a eu lieu. Mais ce n’est pas grave, si l’on retire ce détail cet univers post-apocalyptique – que l’on retrouve autant à la fin que dans le bonus – créé par Tatsuya SHIHIRA et édité par Ki-Oon était franchement plaisant à découvrir. Je ne voulais pas fermer le volume, me demandant ce qu’il adviendrait des personnages par la suite, pourtant j’ai ma réponse : Ils continueront à vivre leurs vies. Je peux classer cette série dans celles que j’ai vraiment appréciés et ce malgré sa toute petite taille à côté de mastodontes du manga, elle était chouette à lire et je voulais toujours connaître la suite.

Tout ce qu’il me reste à faire, c’est vous écrire mon avis général. Le dernier moment que nous partagerons ensemble en compagnie de Q, Rem, des orphelins et des U7 mais peut-être vous lancerez-vous, après ces chroniques et l’avis sur l’entièreté de ce manga, dans cette aventure et les rencontrerez-vous également. Peut-être voudrez-vous manger un Donuts en compagnie de Q ?

Et vous les matous, avez-vous lu ce tome 4 ? Qu’en avez-vous pensé si c’est le cas ?

 

Site de l’éditeur – Extrait

Shirayuki aux cheveux rouges – Tome 1

Yop les matous ! Comment allez-vous ? Pas trop froid ? Il faut avouer que ça c’est refroidit dernièrement, il y a même eu de la neige. Ça change quand même de la pluie… De quoi ? Pourquoi je vous parle de la pluie et du beau temps ? Heu… Bonne question.

Mais reprenons nos sujets principaux voulez-vous ? Oui, c’est moi qui ai tergiversé je sais… Vous vous y connaissez en plantes ? Sur la manière de soigner tel ou tel maux ? Non ? Bon… Est-ce que vous savez vous battre à l’épée alors ? Parce que l’un ou l’autre, ça peut être utile vu que nous allons rejoindre Shirayuki ! Oui, enfin, il en aura prit du temps ce pauvre petit avis.

« Shirayuki aux cheveux rouges »

shirayuki-aux-cheveux-rouges-tome-1-467932-250-400

6€85 – Shôjo – 208 pages

Rouge est la couleur du destin.

A cause de sa chevelure rouge, Shirayuki attire bien des regards… Dont celui du prince Raji qui veut en faire sa concubine ! Résolue à prendre en main son destin, Shirayuki s’enfuit et fait la connaissance de Zen. Une étrange amitié naît entre la jeune fille et ce prince aux allures de vagabond. Quelles aventures incroyables vont-ils traverser ?

Sorti aux éditions Kana, Shirayuki aux cheveux rouges de Sorata Akiduki nous plonge dans un univers médiéval où se trouvent différents royaumes. Shirayuki, l’héroïne, est une jeune femme ayant une caractéristique assez spéciale. Là où vous croisez fréquemment des personnes aux cheveux blonds, roux, châtains ou bruns, la demoiselle les a rouges comme une pomme. Ceci n’étant pas commun, elle attire l’attention malgré elle au point qu’un prince désire en faire sa concubine.

Je dois avouer avoir apprécié Shirayuki, la demoiselle n’est pas si naïve que ça et sait se débrouiller un minimum. Elle nous le montre bien durant ce premier volume où nous découvrons les différents personnages et là où Yona, l’héroïne de Yona Princesse de l’Aube, m’agaçait au début (ce qui c’est arrangé par la suite *tousse*) pour Shirayuki c’est tout le contraire. J’apprécie assez le personnage au point de ne pas lui hurler dessus pour telle ou telle action. Quant à Zen, il est assez sympathique et l’on devine aisément poindre la romance entre les deux protagonistes. Après tout, nous nous trouvons dans un shôjo et il est rare qu’il n’y ait pas une histoire d’amour dans ce genre.

Dans ce volume, nous découvrons principalement les personnages au fil des chapitres présents. Il nous permet de mettre en place l’histoire, mais également les liens existant déjà entre chacun des protagonistes. Tous semblent avoir un rôle à jouer, même s’il n’est pas obligatoirement clair dès le départ et nous les découvrirons sûrement au fil des tomes qui suivent. Ceux que je n’ai pas encore bien sûr, ahaha. (Bah oui, j’ai un peu commencé plus tard que beaucoup de gens… Comme très souvent…)

Les dessins nous permettent de savoir, sans aucun problème, les émotions ressenties par les personnages mais nous reconnaissons également facilement chacun des protagonistes et c’est pareil pour les lieux. Heureusement me direz-vous vu qu’il y a quand même une forêt, un château et d’autres endroits parcouru par Shirayuki. Ce serait bête qu’ils se ressemblent tous et que nous nous y perdions. (Déjà que j’ai un mauvais sens de l’orientation, on évitera les lieux qui se ressemblent de trop ;_ ; )

A la fin de ce premier tome de Shirayuki aux cheveux rouges, se trouve un One Shot qui s’est avéré assez agréable à lire où le lecteur est plongé dans une période agréable : les vacances d’été. On y fait la rencontre d’Aki, Haru, Natsu et Fuyu – dont ce ne sont pas les vrais noms, mais des surnoms – et ce One Shot s’avère assez surprenant sur certains aspects. Il était également assez mignon et j’ai passé une bon petit moment en le lisant. Il y a également quelques pages Bonus où l’on en apprend un peu plus sur les personnages ainsi qu’une page où l’on voit un cauchemar d’un des antagonistes (on va l’appeler comme ça pour éviter de dire qui c’est…) de ce tome. On se rend compte qu’un certain événement se déroulant dans ce premier volume l’a vraiment marqué.

Shirayuki aux cheveux rouges titille ma curiosité et je me dis que je tenterai bien de trouver le tome 2 afin de le lire et voir vers quoi ce dirige ce shôjo. Sinon, il était assez agréable à découvrir et voir une héroïne pas trop naïve change également de pas mal d’autres titres du genre, c’était assez rafraichissant. Elle sait se débrouiller et n’hésite pas à aller de l’avant par rapport à ce qu’elle désire faire, peu importe les obstacles elle cherchera une solution. Quant à la traduction réalisée par Pascale Simon, elle était vraiment agréable à lire et collait à chaque personnage, chaque situation. Bon bah, je sais ce qu’il me reste à faire : lire le tome 2 lorsque j’en aurai l’opportunité, parce que ma curiosité me pousse à voir ce cela va donner.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ? Je sais qu’un anime existe, l’avez-vous vu ? Voulez-vous débuter le manga  (ou l’anime) ?

Site de l’Editeur – Extrait

La maison du soleil – Tome 1

Coucou les matous ! J’ai enfin terminé mes examens et bon sang que ça fait du bien. Une petite semaine de repos avant de reprendre et de préparer mon stage, le bonheur. Et de votre côté, comment ça va ? Pas trop mal j’espère malgré la grippe qui se balade pour le moment. L’article était censé sortir hier, mais suite à une virée boutique imprévue il ne sort qu’aujourd’hui ^^’

Dans quoi allons-nous nous diriger aujourd’hui ? Ah… J’ai tant de mangas sur lesquels je peux vous parler (dont un pour lequel la chronique traine, je sais >.<) et nous nous dirigeons vers l’un des mangas sortit en ce début d’année : « La maison du soleil » Prêt à le découvrir les matous ?

« La maison du soleil »

maison-du-soleil-1-pika

6€95 – Shôjo – 200 pages

Petite, Mao passait ses journées dans la famille d’Hiro, son voisin d’en face. La vie y était joyeuse et insouciante et comblait le vide qui était en elle.

Plusieurs années ont passé… Le père de Mao s’est remarié et la jeune fille se sent étrangère sous son propre toit. Hiro, lui, vit seul dans la maison familiale depuis le décès de ses parents. Il propose alors à Mao d’emménager chez lui…

Commençons par le commencement « La maison du soleil » est un shôjo manga sorti aux éditions Pika et créé par TAAMO dont nous n’avions pas encore eu de manga licenciés en Europe (ou alors j’ai réussi à les rater, mais je ne pense pas)

Durant son enfance, Mao passait énormément de temps chez les Nakamura car la joie et l’animation s’y trouvant étaient tout le contraire de chez elle. Là-bas, elle se sentait heureuse malgré son quotidien pour le moins compliqué. L’histoire en elle-même ne révolutionnera pas le genre je pense -mais difficile d’en être certaine après un tome – mais reste assez mignonne et touchante.

Les personnages que l’on découvre dans ce volume sont principalement Mao (Mayo *fuit*) et Hiro, deux amis d’enfance qui finiront, suite à quelques événements, par vivre ensemble. De ce fait, vous comprenez vite que nous nous trouvons plutôt dans la tranche de vie qu’autre chose pour ce shôjo. Tranches de vie que j’ai plutôt appréciées grâce aux changements de point de vue. Après  tout, nous sommes de temps en temps du côté de Mao et à d’autre moment du côté d’Hiro ce qui nous permet de savoir ce qu’il se passe de chaque côté ou de connaître des informations inconnues de l’autre personnage.

Voir le duo, qui n’a tout de même pas eu une vie facile, évoluer au fil des pages et avancer petit à petit au contact de l’autre. Les sentiments, les relations avec d’autres personnes, tout cela nous apparait petit à petit au fil des pages et le quotidien de Mao et Hiro se pare de rayons solaires lorsqu’ils peuvent être ensembles. Eux qui connaissaient la solitude, découvrent ce que cela fait de vivre avec quelqu’un d’autre, d’être réellement en contact avec cet être. A côté de nos deux protagonistes apparaissent, petit à petit, d’autres personnages, des camarades de classe ou des collègues. Eux aussi se rapprochent d’Hiro et Mao ou semblent montrer une certaine distance avec les personnages principaux. De ce fait, nous nous demandons tout de même comment évoluera la suite et si les diverses relations existant déjà changeront.

Les dessins sont assez doux, je dois juste avouer qu’au début j’avais un peu de mal avec les yeux de Mao mais au fil des pages et du temps on s’y habitue finalement assez rapidement. Ils sont vraiment dans le ton du manga et nous transportent également dans le quotidien de Mao et Hiro. J’aime beaucoup les teintes de la couverture, elles attirent l’œil et restent, pourtant, assez douces. Pour ce qui est de la traduction réalisée par Claire Olivier, elle colle parfaitement aux différents personnages, à leurs caractères et rien qu’à leur façon de parler il est facile de reconnaître qui est en train de discuter. Les dialogues étaient vraiment agréables à lire et à découvrir au fil des pages

Pour ce premier tome, La maison du soleil nous fait découvrir le quotidien de Mao et Hiro de manière assez douce et ce malgré tout ce qu’ils ont pu vivre auparavant. Un quotidien assez simple en soi étant donné que Mao est lycéenne et qu’Hiro travaille, mais le fait est que les voir apprécier de petites choses pouvant être considérées comme banales par beaucoup de gens fait un bien fou. Qui ne s’est jamais dit que manger en compagnie de quelqu’un était bien mieux que d’être seul dans un coin ? D’ailleurs, je suis bien d’accord avec la petite phrase présente au-dessus du résumé – et de la petite maison – se trouvant sur la quatrième de couverture qui est : « Une romance poétique où l’optimisme apaise les blessures de l’âme » parce que c’est réellement le cas. L’optimisme peut changer tellement de choses dans une vie et souvent par petites touches au début. La maison du soleil le prouve assez bien et je me demande ce que nous réservera la suite de cette série en 13 tomes. Ce qui est certain c’est que l’optimisme présent dans l’histoire fait du bien au moral, un peu comme lorsque le soleil brille, et que ma curiosité me poussera à tenter le tome 2 !

Et vous l’avez-vous lu ? Vous tente-t-il ?

Site de l’EditeurExtrait

 

Yo-Kai Watch – Tome 2

Coucou les matous ! Comment allez-vous ? De mon côté, je profite un peu avant d’étudier, à nouveau, psychomotricité. J’ai déjà revu ce cours pendant la période de Blocus alors plus qu’à le relire comme il se doit et ça ira ! Ceux qui me suivent sur Twitter doivent voir au jour le jour comment je pense que mes examens ce sont passés, je sais que ce n’est pas captivant pour certaines personnes mais ça m’aide aussi à garder une trace de mon ressenti sur le moment.

Cette semaine j’ai reçu par la poste, de la part de Kazé et d’Anita que je remercie grandement, le tome 2 de Yo-Kai Watch ce qui me permet de vous en parler bien plus vite. Je sais que j’aurai dû finir mon avis sur Shirayuki aux cheveux rouges avant, mais j’ai un peu sauté sur le pauvre tome dès que j’ai eu une pause. Êtes-vous prêt à rejoindre Nathan, Whisper et Jibanyan ?

« Yo-Kai Watch »

 

yokaiwatch_t2_3d_0x600

6€79 – Kodomo – 192 pages

Les Yo-kai sont des entités surnaturelles responsables de tous les petits tracas du quotidien…

Nathan est un écolier comme les autres. Mais un jour, il découvre une Yo-kai Watch, un objet fabuleux qui lui permet de révéler la présence des Yo-Kai habituellement invisibles aux yeux des humains… Le voilà désormais accompagné de Whisper, un Yo-kai majordome, et de Jibanyan, un Yo-kai qui hante un carrefour de la ville !

Ne manquez pas ce nouveau volume bourré de créatures loufoques et de gags hilarants !

Dans ce second tome de Yo-Kai Watch nous retrouvons Nathan et Whisper qui continuent leurs rencontres avec d’autres Yo-Kai lors de différentes petites aventures vécues par le seul humain pouvant les voir. Comme dans le volume précédent, chaque rencontre permettra d’avoir une petite mésaventure et une morale mais également de découvrir de nouveaux Yo-Kai tous très différents les uns des autres. Ces Yo-Kai ne sont pas tous des créatures toutes mignonnes et adorables, bien que certains le soient (J’aime bien Bababou, il est assez simple mais je le trouve juste trop chou ), et l’on se rend compte qu’énormément de problèmes ayant lieu sont provoqués par les Yo-Kai. Oui, comme nous l’avions apprit dans le tome 1.

L’histoire, de ce fait, reste encore assez facile à suivre vu qu’un chapitre est une nouvelle mésaventure, mésaventure menant à la rencontre avec un nouveau yo-kai. Ceux-ci montrent des tempéraments très différents les uns des autres et collant, en même temps, aux problèmes qu’ils amènent dans la majeure partie des cas. (Même si Malmidal m’aura vraiment fait rire) Nous découvrons également que certains yo-kai ne deviendront pas obligatoirement des alliés, ce faisant peut-être reviendront-ils plus tard pour mettre des bâtons dans les roues de Nathan. Tout est possible après tout.

L’humour présent dans le volume précédent est également de retour, le pauvre Jibanyan souffre pas mal quand on y pense (Bon Whisper aussi, mais lui ce n’est pas tout le temps *fuit*) et les gags en quatre cases sont toujours de la partie. Dans ceux-ci nous retrouvons les personnages précédemment apparus et ils peuvent, dans certains cas, faire suite au chapitre lu. Certaines situations peuvent également surprendre, même si j’aurai dû me souvenir que les Yo-kai ne peuvent pas mourir (Bah oui… ils sont déjà morts… Baka Neko >.<)

Les dessins restent tout rondelets et assez simples, mais également agréables surtout lorsque l’on repense au public cible. Les Yo-kai apparaissant sont, une nouvelle fois, extrêmement variés et  ils ne se ressemblent pas les uns les autres jusqu’à présent. Pour ce qui est des rares humains que l’on aperçoit, ils restent également reconnaissables et il est impossible de confondre Matt, Balaise et Nathan. Sur la couverture nous voyons Jibanyan, le yo-kai détestant les voitures et ressemblant à un chaton, et à l’arrière les différents Yo-kai apparaissant dans ce volume. Comme pour le tome 1, si l’on retire la jaquette une petite surprise nous attend à la fin.

L’édition proposée par Kazé est toujours aussi agréable à tenir en main, il n’y avait aucune bavure dans le volume et je n’ai pas vu de fautes. Comme le premier tome, il y avait un petit cadeau qui accompagnait le manga mais ce n’était pas un médaillon Yo-kai cette fois. Non, nous rejoignons les albums Panini pour cette fois étant donné qu’avec le volume 2 nous recevions un booster de stickers ce qui est toujours pratique pour débuter ou continuer sa collection !

Au final, la lecture de ce tome m’a fait passé un bon moment et m’a permit de me changer les idées après une rude période d’examens. Retrouver Nathan, Whisper, Jibanyan et les autres Yo-kai (ainsi que les humains lorsqu’ils apparaissaient) était vraiment agréable surtout parce que, bien que Jibanyan soit le plus présent, nous retrouvions les personnages apparaissant précédemment. J’aurai bien aimé revoir Lulugubre par contre, mais peut-être reviendra-t-elle dans la suite.

Un tome encore remplit de bonne humeur qui plaira aux petits et aux grands qui possèdent encore une âme d’enfant. Les morales présentes à la fin de chaque chapitre sont faciles à comprendre et à déceler, ce qui plaira sans trop de problèmes aux plus jeunes lecteurs. Jibanyan sera sûrement le Yo-kai préféré de la plupart pour le moment, de part son design et ses attitudes rigolotes mais, comme les Pokémon ou les Digimon, les autres yo-kai ne sont pas en reste et trouveront sûrement des personnes pour les aimer également !

Je me demande quelles surprises nous serons réservées dans le tome 3, les Yo-kai qui y apparaîtront et les événements qui s’y dérouleront. Il y en a encore tellement à découvrir et avec l’apparition d’un des « boss » du jeu dans ce deuxième volume, je me dis que d’autres viendront d’ici peu (Kyubi *-* J’ai hâte de le voir !) Alors avançons aux côtés de Nathan et partons à la rencontre de nouveaux yo-kai dans ses prochaines aventures, parce que oui je compte bien continuer cette série !

Je remercie une nouvelle fois Kazé et Anita de me faire confiance cette année encore et de m’avoir envoyé le volume pour que je puisse vous en parler assez rapidement. *fait une courbette de remerciement*

Et de votre côté, qu’avez-vous pensé de ce second tome ? Y-a-t-il un Yo-kai que vous préférez ?

Site de l’EditeurExtrait du tome 1

Q-[Kou] – Tome 3

Hey ! Comment allez-vous les matous ? Personnellement, je suis toujours en plein blocus résultat j’étudie tranquillement – façon de parler – tous les jours jusqu’au 10 janvier. Enfin… Jusqu’au 9, vu que le 10 je débute mes examens avec les mathématiques. Mais on va positiver, cela se passera bien ! Et quoi de mieux pour se mettre de bonne humeur et se donner du courage que de lire un manga ? Comment ça, c’est pour se déconcentrer et ne plus se remettre au boulot ? Mais non !

Pff… N’oubliez pas de ne pas regarder le ciel lorsque vous sortirez. On ne sait jamais qu’un Demi nous tombe sur la tête et je n’ai pas trop envie de combattre ou de devoir me cacher dans un coin. Vous si ? Et bien rejoignons Q alors. Ah et n’oubliez pas votre sac de Donuts sur un banc !

Q-[Kou]

q-ku-3-ki-oon

7€90 – Seinen – 192 pages

Voilà Rem en route pour Yokohama où il a la surprise de retrouver les Q Rangers ! Objectif de la mission : protéger la population de redoutables demis de catégorie 3 et 4 pendant l’évacuation de la zone. Grâce à l’aide de Q, le jeune homme parvient à éliminer les trois monstres et à libérer la commune.

Mais pour s’en sortir, il a été obligé d’utiliser le Kuga, une arme qui lui avait été confiée lorsqu’il faisait partie des U7. Il reçoit donc la visite de Yuen, qui repart fort mécontente devant son refus de réintégrer l’équipe. Shinobu, un autre membre du groupe, décide de se débarrasser des indésirables… déclenchant la terrible colère de Q lorsque la petite Kino reçoit à sa place une blessure fatale !

Comme vous vous en doutez, nous retrouvons Q et Rem juste après le cliffhanger se trouvant à la fin du tome 2. Mais juste avant de retrouver notre duo habituel nous nous trouvons un très court instant du côté des U7 où un entraînement à lieu. Nos deux amis – oui, oui, on est de retour sur notre amoureuse des Donuts et Rem – se retrouve dans une situation assez compliquée. Comme vous vous souvenez sûrement, Kino – l’une des fillettes – s’est prit l’attaque de Shinobu de plein fouet alors que celle-ci ne lui était pas dédiée.

Sur cet état de fait, les états d’âme de Rem et Q ne sont plus les mêmes. Voir quelqu’un dont on est proche ou dont on prend soin mourir sans que l’on ne puisse faire quoi que ce soit n’est pas ce qui mettrait du baume au cœur, seule la souffrance peut apparaître. Souffrance et envie de se venger dans la plupart des cas. Q nous le montrera bien, elle qui n’est pas si humaine que cela – comme nous nous en doutions déjà – ressentira des émotions que nous pourrions ressentir si cela arrivait. Du côté de Rem, ce sera une bonne grosse remise en question et des choix qui changeront en partie sa vie. Oui, comme vous le lisez ces deux personnages sont tout aussi humains que nous et je suis certaine que l’un ou l’autre derrière son écran se laisserait envahir par les émotions ou réfléchirait sur ce qui lui semble le mieux à faire.

Nous retrouvons également d’autres personnages, ceux-ci reprenant une place dans la vie de l’un ou l’autre. Les U7, Irya, les orphelins, Mana et j’en passe parce que la liste risque de s’allonger un peu de trop. Tous sont là, tous continuent de grandir dans ce monde post-apocalyptique. Les choix posés par les uns peuvent mener à d’autres et ainsi de suite, c’est ainsi que tous évoluent petit à petit. L’impact des rencontres, de ceux qu’ils côtoient au quotidien reste présent et se remarque également dans ce volume. Confiance, peine, souffrance, ne sont que des exemples de ce que certains ressentiront dans ce troisième tome.

L’histoire en elle-même est bien plus « sombre » que dans les tomes précédents. Elle avance sans nous laisser de véritables temps morts et nous ne nous ennuyons pas une seconde. Nous découvrons également bien plus d’informations sur Solaris, sur le passé de Rem et Mana, mais nous nous demandons également si Solaris – justement – est véritablement un ennemi, une créature sans foi ni loi ne désirant que la fin de l’humanité. Tout cela apparaît dans ce troisième volume, dans ce tome qui nous mène vers la fin et nous fait espérer. Si Solaris finissait par être vaincu – ou si ce n’était pas le cas – que ce passerait-il ? Que deviendrait le monde où vivent tout les gens que l’on a suivit ? La réponse viendra sûrement dans le tome 4, le final, et l’on espère tout de même que tous les sacrifices ayant eu lieu au fil des tomes n’étaient pas pour rien. Mais est-ce que l’humanité possède une chance face à quelque chose qui la dépasse ? Je ne peux le dire pour le moment et seul l’auteur connait la réponse, réponse que nous découvrirons dans le dernier volume.

Les dessins sont toujours aussi jolis et les scènes d’actions – fort nombreuses – bien réalisées. Nous comprenons sans trop de problème ce qu’il se passe sous nos yeux, ce que ressentent les personnages et les lieux où ils se trouvent. La couverture, de son côté, reste vraiment très agréable à voir dans ses teintes mauves-roses et possède, comme les autres de la série, un petit effet pouvant ressembler à une sorte de petit feu d’artifice. (Oui, je n’ai aucune idée du nom que je peux lui donner *tousse*)

Pour ce qui est du papier et de la traduction, ils restent tout deux de bonnes qualités. L’ayant relu pour écrire mon avis, je n’ai pas aperçu de fautes durant ma lecture (enfin relecture) et le manga ne se pliait pas jusqu’à un angle étrange. Il tenait également très bien en main et le blanc des pages était bien présent, ne tirant pas vers le gris ou le beige. Il n’y a pas eu de souci d’encre qui fini sur les doigts non plus ou de transparence, ce qui est franchement agréable à la lecture !

Comme les tomes précédents, ce troisième volume se débrouille merveilleusement bien en faisant en sorte que l’on ne s’ennuie jamais. Tatsuya Shihira s’en sort vraiment bien dans cette courte série et la seule espérance que l’on pourrait avoir est que le tome 4 soit tout aussi bien que les autres. Pour ce faire vous ne le saurez que lorsque j’aurai écrit l’article sur celui-ci (et l’avis général également, faut pas l’oublier lui 😀 ) mais pour le moment, Q-Kou reste une bonne série agréable à lire et à découvrir et ce n’est pas le tome 3 qui me fera dire le contraire ! Je suis ravie que Ki-Oon ait licencié ce manga qui fut une très belle surprise en 2016 ♥

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Comptez-vous débuter la série ?

Site de l’éditeur – Extrait

Les achats du mois de… Décembre

Coucou les matous ! Le mois de Décembre c’est bien passé ? Vous avez reçu plein de cadeaux ? Personnellement, j’aurai découvert la bibliothèque se trouvant à Namur et je suis bien contente de m’être perdue un peu en ville sur le coup ♥ Cela me permettra de lire certains mangas que je ne trouve peut-être pas obligatoirement ou d’en essayer d’autres avant de me lancer… En tout cas, ce qui est sûr c’est que niveau découvertes cela devrait aller !

L’année vient de débuter, mais qui dit début d’une nouvelle année dit… Nouveau mois. Voici donc le récap’ de tout ce que j’ai eu entre les mains le mois passé (et que j’ai acheté dans la plupart des cas) Pour ceux que ça intéresse un bilan pour l’année 2016 est sortit le 1 janvier (et pour ceux ne l’ayant pas encore lu, c’est que beaucoup l’ont déjà vu)

Service presse :

♫ 1 petit arrivant. ♫

black-clover-1-kaze

  • Black Clover (KazéTome 1)

La suite arrivera également dès que cela sera possible au fil des semaines 😀

Suites :

♫ 8 achats pour deux séries terminées ♫

  • Food Wars ! (Delcourt/Tonkam – Tome 14)
  • Food Wars ! L’étoile (Delcourt/Tonkam – Tome 2)
  • Magdala Alchemist Path (Ototo – Tomes 3 & 4) [Terminée]
  • Magi The Labyrinth of Magic (Kurokawa – Tome 24)
  • Q-Kou (Ki-Oon Tomes 3 & 4) [Terminée]
  • Save Me Pythie (Kana – Tome 5)

Vous vous demandez sûrement la raison pour laquelle je ne mets pas [Terminée] à côté de Save Me Pythie et bien c’est tout simple… J’ai tout lu, mais n’ai pas tous les volumes à la maison. Alors, je dois encore les acheter >.< *veut la collection complète*

Nouveautés :

♫ 2 achats ♫

  • Shirayuki aux cheveux rouges (KanaTome 1)
  • Yo-Kai Watch (KazéTome 1)

J’aurai presque chroniqué toutes mes nouveautés du mois de décembre quand on y pense oo’ Bon bah, Shirayuki aux cheveux rouges arrivera sûrement dans le courant du mois de janvier si tout va bien !

Emprunts :

♦ 4 petits emprunts ♦

  • Golden Kamui (Ki-Oon – Tomes 1 & 2)
  • Sorcière&Ténèbres (Komikku – Tomes 1 & 2) [Terminée]

Deux univers très différents sur le coup. Une série toujours en cours alors que l’autre est déjà finie. Vous vous doutez que je vais vous en parler sur le blog dès que possible après tout, tout est déjà écrit dans mon cahier spécial chroniques ! De jolies découvertes en tout cas !

Cadeaux de Noël :

♦ 7 mangas (qui en feraient 14 s’ils étaient en tomes simples) et 1 Blu-ray ♦

  • L’Attaque des Titans (7 Doubles tomes Belgique Loisir = 14 tomes Pika)
  • Baccano (Blu-ray)
  • Bravely Second (3DS)

L’Attaque des Titans ou le manga que je n’avais pas du tout essayé lors de sa sortie et que ma mère a décidé de m’offrir pour Noël. Le carton les contenant pesait une tonne n’empêche, je comprends mieux pourquoi le facteur avait du mal, ahaha. Comme je les lis pour le moment je peux dire que c’est une agréable surprise ! Pour Baccano, c’est mon père qui me l’a offert, pareil pour Bravely Second, et j’en avais envie depuis un bon moment ♥ Ah et je n’ai mit qu’une couverture sur deux en image par simple facilité *tousse*

Goodies :

  • Peluche – Zeus poulet (Save Me Pythie)
  • Figurine – Komajiro [+ médaillon] (Yo-Kai Watch)
  • Médaillons – Jibanyan fureur du chaton (Yo-Kai Watch)

Deux goodies provenant de mangas, c’est-à-dire la peluche vraiment trop, trop douce et adorable qui trône non loin de mon lit à présent et le médaillon de Jibanyan. Pour moi qui en achète lorsque cela est possible c’était une aubaine ♥


En soit, pas mal de découvertes durant le mois de décembre. Entre un nouveau lieu – parce que non, je ne situais pas du tout la bibli’ – et des mangas par-ci par-là, il faut avouer que c’était assez vivant ! J’ai ajouté une partie « Goodies » vu que j’en avais pour une fois (dont l’un est, encore, un cadeau de ma mère ♥) Passons rapidement à la suite à présent !


Que vais-je terminer dans les prochains mois ?

12 achats plus que probables dans les mois qui suivront afin de finir l’une ou l’autre série.

  • Library Wars – Love and War [Glénat ; 15 tomes][Il me manque 5 tomes]
  • Alice au royaume de Joker [Ki-Oon ; 7 tomes][Il me manque 4 tomes]
  • Save Me Pythie [Kana ; 5 tomes][Il me manque 3 tomes]

Que vais-je, probablement, débuter ?

  • Orange [Akata ; 5 tomes]
  • Card Captor Sakura [Pika ; ?][Si l’édition Anniversaire/2017 sort enfin **]
  • Baby-sitters [Glénat ; ?][Envie redonnée par MinehaOtaku sur Twitter]
  • Space Brothers [Pika ; ?][L’envie de le débuter a été donnée par Nintenn (Le Dévorêve)]

Pfiou 😀 J’aurai pas mal écrit sur le coup malgré moi oo’

Et vous, qu’avez-vous lu ou découvert ? Qu’avez-vous reçu comme cadeau ? Avez-vous des titres à conseiller ? ^o^

Bilan 2016 – Une année riche en nouveautés

3196660743_1_12_odwqczlu

Alice – Pandora Hearts

Coucou les matous, 2016 aura été une année riche en découvertes et ce dans tous les domaines ! C’est cette année que j’ai ouvert mon blog, cet endroit où vous lisez mes avis sur différents mangas ainsi que mes bêtises. Je raconte de temps en temps ma vie de tous les jours, également, dans les introductions avant de vous laisser avec mon avis. Cette année aura également été la fin de ma tentative universitaire et aura été mon début en haute école dans une section où je n’aurais jamais pensé mettre les pieds auparavant. Et 2016 vient de prendre fin, laissant place à 2017 et ses nouveautés, ses mystères et rêves. Je me demande ce que nous réservera cette nouvelle année et j’espère qu’elle sera pleine de merveilles ♥

Mais revenons-en au blog… Il m’aura permit de me lancer un peu plus sur Twitter, de découvrir des gens différents avec qui je commence petit à petit à discuter et cela n’a pas de prix. Je suis heureuse de découvrir chaque jour de nouvelles personnes, curieuse de voir leurs univers aussi variés les uns que les autres. Il y a tant de gens différents, des gens qui vivent souvent loin de chez moi et avec qui je partage malgré tout des points communs. Je suis heureuse d’avoir pu découvrir tant d’univers et de personnes en si peu de temps en réalité. C’est également cette année que j’aurai eu mon tout premier service-presse, une véritable surprise qui m’avait laissée pantoise durant un bon moment devant mon écran tellement je n’y croyais pas. C’est de cette manière que j’ai pu découvrir Kuroko’s Basket Extra Game et Black Clover grâce aux éditions Kazé, à Anita et à leur confiance envers moi. Merci à eux, vraiment ♥

J’aurai eu une magnifique surprise sur Twitter en arrivant aux 100 abonnés cette année. Je ne m’y attendais pas, pas du tout même, et surtout pas aussi vite. C’est grâce à vous tout ça, à vous qui me suivez un peu partout et je vous en remercie ! Des commentaires ont également commencés à apparaître sur le blog, vos propres avis sur tel ou tel manga ainsi que vos curiosités par rapport à l’un des titres. C’est un vrai bonheur de pouvoir vous répondre, par ici ou sur les réseaux sociaux, et de discuter avec vous. Et c’est grâce aux contacts avec ces différentes personnes que je découvre chaque jour quelque chose de nouveau. Rien que pour vos passages, vos messages, vos réactions un peu partout : Un énorme merci !

tumblr_o6b0cghm9t1qkjqefo1_500

Dazai – Bungou Stray Dogs

Et des surprises, 2016 en aura eu ! Que ce soit en manga ou en anime, je ne m’attendais pas à accrocher à certains titres. Vous vous demandez lesquels ? Et bien, la réponse arrive dans quelques instants. Les mangas auront été présents durant toute mon année et j’en aurai lu des titres (surtout si je me fie à mon cahier ._. Le pauvre aura bien souffert) Ceux étant sortit du lot, à mes yeux, durant les 12 mois écoulés touchent à différents domaines.

Mais avant de vous parler des titres en questions, je vais vite fait citer ceux que j’aurai enfin terminé cette année mais qui furent un vrai régal durant mes lectures également. Certes, ce n’est qu’une pauvre énonciation mais ils ont également leur place je trouve car ils auront fait vivre mon année au même rythme que les autres. Ainsi, Monochrome Animals (Glénat), Pokémon la Grande Aventure (Kurokowa), Kuroko’s Basket (Kazé) et Pandora Hearts (Ki-Oon) ont été le quatuor que j’aurai fini durant le courant de 2016. Pour Pokémon, c’est seulement le premier arc et je compte bien me lancer dans les suivants lorsque cela sera possible. Monochrome Animals était un cadeau de ma mère, il y a déjà pas mal de temps et j’avais franchement envie de le continuer (et de le terminer). C’est chose faite et j’en suis vraiment ravie ♥ Kuroko’s Basket était mon premier manga de sport, celui qui m’a lancée dans la cour de ce genre 🙂 J’avais déjà vu l’anime et revivre les événements en version papier était franchement sympathique ^^ Et enfin, Pandora Hearts… Comment dire que je me suis retrouvée devant mes camarades de classe à pleurer durant ma lecture du dernier tome ? Mais vraiment chialer… Je me souvenais parfaitement de ce qu’il s’était passé avant, de tout ce que les personnages avaient endurés et je ne voulais pas les quitter. J’avais passé tant de temps en leur compagnie…

Et avant de passer aux mangas coups de cœur, je vais juste mentionner un peu avant le Light Novel qui m’aura le plus plu cette année (Pas de remarque sur le « Mais tu n’en as lu que trois !!! ») et c’est, sans conteste, Durarara ! Je connaissais déjà l’anime – et j’ai une peluche d’Izaya – donc je savais dans quoi je me lançais de base, mais je suis retombée amoureuse de l’histoire ♥ Elle est franchement bien foutue et lorsque l’on arrive à la fin du premier tome l’envie d’avoir le second se fait déjà sentir ! Second tome que je n’ai malheureusement pas encore vu que j’ai fini l’année fauchée TT’

tumblr_o9wcuqpjhf1tfaycno1_500

Ochako – My Hero Academia

Pas mal de titres lus, viennent des éditions Ki-Oon comme vous vous en rendrez compte et nous commençons avec A Silent Voice que j’avais débuté… A la bourre. Oui, c’est fréquent avec moi… Ce manga m’aura réellement touché par les thèmes abordés et ses personnages. Aux côtés de ce manga j’aurai également beaucoup aimé Père et Fils qui fut un vrai coup de cœur dès son premier tome. L’histoire est réellement adorable et j’aurai fondu dès les premières pages. Dans un domaine un peu – beaucoup – différent, il y a également deux autres mangas que j’ai franchement apprécié. L’un nous parle de super-héros et l’autre est de la SF. Vous devinez ? Oui, je parle bien entendu de My Hero Academia et de Q-Kou. Dans le premier cas, l’achat n’était même pas pour moi mais pour ma mère… Sauf qu’à force de les acheter bah je les ai lu et j’ai franchement bien accroché à l’univers. J’ai hâte de pouvoir acheter le tome suivant ♥ Pour ce qui est du second cas, c’est la couverture qui m’a intriguée – au début – et je me suis lancée dans cette petite série en 4 tomes (qui est terminée depuis décembre… Voui, je suis en retard dans mes chroniques, ahaha ^^’ ) Et bien que la fin paraisse miraculeuse et me donne l’impression de passer trop vite (j’en voulais plus !!!!), j’ai passé un très bon moment en compagnie de Q et des autres.

Mais il n’y a pas que chez Ki-Oon que j’ai acheté des mangas, mais également chez Komikku où mes deux coups de cœur vont sans problème à The Ancient Magus Bride et Arte. Deux univers assez différents sur le coup, mais qui me plaisent énormément. The Ancient Magus Bride est vraiment magnifique et tout ce qui entours l’univers présent se comprend petit à petit. Pour Arte rien que l’héroïne est attachante ! Tout ce qui touche cette époque, ce que vit Arte au quotidien, ne peut pas laisser de marbre. En plus les dessins sont tout aussi beaux que ceux de The Ancient Magus Bride. Je les ai commencé un peu plus tard que leurs sorties initiales, ayant depuis un moment une longue liste d’achats.

Du côté de chez Ototo, je n’aurai pas fait beaucoup d’achats… Seul Magdala Alchemist Path aura rejoint ma bibliothèque durant l’année écoulée. Pourtant ce ne sont pas les titres qui m’intéressent qui manquent ;_; Heureusement, j’accroche vraiment au titre, aux dessins et à l’ambiance présente. Même s’il n’est pas sortit cette année, je ne l’ai découvert qu’en 2016 (et terminé en 2016 ^o^) et je suis ravie de l’avoir essayé.

Pour ce qui est Doki-Doki, mon coup de cœur va sans aucun problème à Dédale ! Découvert lors de sa sortie, ce manga en deux tomes était vraiment captivant. Pour un Survival Game, il changeait vraiment des autres de ce genre et c’était un vrai régal. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où je l’ai relu. Si vous rechercher un survival game différent de d’habitude, n’hésitez pas du tout à tenter Dédale où l’on se rend compte qu’il n’y a pas toujours qu’une ou deux solutions !

Et chez Glénat, deux titres sont présents (et un m’attire à force de le voir passer, mais ça vous le saurez plus loin) : Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine et Les Enfants de la Baleine. L’un est plutôt historique alors que l’autre nous plonge dans un univers proche de Nausicaä. Le premier est un One Shot qui n’attirera sûrement que ceux qui apprécie un minimum l’histoire (celle de France dans le cas présent 🙂 ) là où le second pourrait toucher plus de monde. J’attends toujours avec impatience la sortie d’un tome de Les Enfants de la Baleine car je veux ardemment connaître la suite et que les couvertures sont magnifiques ♥

Enfin, il me reste deux maisons d’éditions à mentionner ici. La première à arriver sera Kana. Bien que j’adore Black Butler, ce ne sera pas ce titre qui aura fait battre mon cœur mais Letter Bee. Cette série en 20 volumes que j’aurai débutée grâce à une connaissance sur Twitter et à sa découverte dans un magasin d’occasion. Un vrai coup de cœur et c’est dommage que mon portemonnaie soit vide sinon j’achèterais la suite (parce que non, je ne l’ai pas fini ^^’) dès que je me trouverai en magasin. Suivre ces « facteurs » un peu spéciaux dans le monde où ils sont est un vrai régal tant pour les yeux que pour l’histoire se trouvant dans le manga ♥

Pour terminer, réellement, ce listing dite bonjour à Akata. Je n’avais… Jamais acheté de manga chez eux dans mes souvenirs et bien les essais ont été fructueux, seul Ugly Princess doit encore me convaincre *tousse* ! Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka a été l’un de mes One Shot coup de cœur quant à Perfect World le josai /shôjo qui m’aura le plus plu durant 2016. Bon, vous me direz que je n’en ai pas lu beaucoup durant cette année, mais quand même !

tumblr_static_filename_640_v2

Chisé & Elias- The Ancient Magus Bride

Pour ce qui est des animes, il y en a beaucoup moins qui me viennent en tête mais celui que j’aurai réellement préféré durant 2016 est – et ce n’est pas une surprise – Yuri ! On Ice. Oui, il est fréquemment cité et ce n’est pas par hasard ! J’ai vraiment apprécié l’OST, les graphismes et surtout l’évolution de Yuri au fil des épisodes. Évolution qui le touche autant lui que sa relation avec Victor, relation qui n’est pas qu’une simple amitié (ou alors vous êtes aveugles o_o’ ) Mais bon, je ne vais pas m’épancher ici vu que je tente désespérément d’écrire un article dessus sauf que comme c’est le premier sur un anime… Je bloque ;_; C’est affreux ! Alors que Yuri ! On Ice est vraiment le numéro 1 de l’année pour moi parmi les animes.

Mais il n’est pas le seul que j’ai vu – ce serait triste quand même – et suit Bungou Stray Dogs débuté à cause d’une amie cette fois. Amie qui m’avait légèrement appâtée… Et comme une nouille j’ai mordu à pleine dent à l’hameçon ;_; Bon, j’ai bien fait vu que je me suis enfilé tous les épisodes pratiquement à la suite mais mes heures de sommeil ont beaucoup moins appréciés, elles. Les différentes scènes d’actions, les pouvoirs présents et l’histoire sont en réalité tout ce que j’aime – oui, oui, on s’en doutait à peine n’est-ce pas ? – pourtant, allez savoir pourquoi je n’osais pas me lancer…

La troisième place revient à du sport, encore, à du volley même. Dites bonjour à Haikyû! dont j’ai vu les trois saisons et revu la première en DVD. Les retrouver durant la troisième saison était un régal et comme d’habitude je les encourageais derrière mon écran. Oui, je suis une fangirl… Mais on ne peut pas nier que les animations sont fabuleuses *-* Par contre, j’ai toujours pas envie de recevoir l’une de leurs balles, je pense que mes mains et mes poignets hurleraient ;_;

rtcmjvccevgt91q9_qdp3vzo_e8

Yuri/Yurio Plisetsky – Yuri ! On Ice

 

Pour finir cet article, qui dit nouvelle année dit… Bonnes résolutions *tousse* et par rapport au blog je compte bien poster un article minimum par mois vu que l’an passé je l’ai laissé à l’abandon pendant deux/trois mois le pauvre ;_; Bon, je n’allais pas bien mais j’aurai au moins pu laisser un petit message. Mis à part cela, je compte vous parler anime de temps en temps (comme vous l’avez vu plus haut avec Yuri! On Ice), mais également films d’animation. A voir quand cela débutera, je ne préfère pas donner de date. Les autres articles reviendront également et promis je tenterai de vous trouver des bonnes adresses en France (vu que j’ai remarqué que la plupart de mes visiteurs étaient français *est belge*)

IRL, au niveau des bonnes résolutions il y a tout simplement avancer dans les séries mangas que j’ai longtemps laissée de côté. Ainsi je vais me forcer à au minimum acheter un tome durant l’année de Chobits, Yu-Gi Oh, Shaman King, Fushigi Yûgi et Hikaru no Go en sachant qu’à côté je continuerai mes séries habituelles et que je voudrai faire des découvertes également. Tant que nous y sommes en terme de découverte, il y a deux séries datant de 2016 – si je ne me trompe pas – que je veux découvrir : L’Ere des Cristaux et Orange. Mais Ano Hana et Demokratia me tentent énormément également. Ah… Le pire dans tout ça ? Je suis certaine d’acheter tout, sauf ça lors de mes achats avec ma mémoire de poisson rouge ;_;

Il faut également que je rattrape mon retard dans les animes, Shirayuki aux cheveux rouges m’attire énormément par exemple (et j’ai le premier tome à la maison), mais je suis tellement en retard dans certains animes que je n’ose pas en lancer d’autres… Par exemple, je n’ai toujours pas terminé, en anime, l’Attaque des Titans (et je l’ai débuté en manga… Le 25 décembre *info inutile bonjour*) et j’ai Hunter X Hunter en cours également… Bon, je peux le faire !

Mais le plus important, à mes yeux, pour 2017, c’est que vous passiez toujours un bon moment en vous rendant sur mon blog et en découvrant mon univers. J’espère également que tous les petits matous qui me suivent iront bien et que tout se passera bien pour eux, même si je sais qu’il y a toujours des couacs qui apparaissent au fil de l’année. Alors à chacun des matous qui me lit en ce moment :

Je vous souhaite une bonne et merveilleuse année 2017, remplie de merveilleuses surprises et pleine de découvertes en tout genre. Qu’elle soit unique comme l’a été 2016, mais remplie de bonheur aussi divers que variés. Et, encore une fois, je vous remercie réellement de me lire, de me donner vos avis, de discuter de temps en temps avec moi par l’un des réseaux sociaux ou l’espace commentaire, de passer tout simplement. Rester comme vous êtes surtout et je n’ai qu’une hâte, voir ce que 2017 réservera à chacun d’entre nous !

tumblr_n7xd2ouoqr1r6jeoio1_500

L’équipe de Karasuno – Haikyuu