Les enfants de la baleine – Tome 1

enfant-de-la-baleine-1-glenat

Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce. À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde. Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre.

Miaouuuuuuuuuu ! Bonnes fêtes de Pâques à tous les petits lapinous perdus sur le blog et profitez de cette période pour vous reposer un petit peu. Cela ne fait pas de mal après tout… Vous vous demandez de quoi je vais vous parlez aujourd’hui ? Et bien j’hésitais entre vous présenter « A Silent Voice », « Q – [Kou] » ou « Les enfants de la baleine ». Trois univers très différents en soi, n’est-ce pas ?

En tant que Neko attitrée des lieux, j’ai joué à l’éternel petit jeu « Pif, paf, pouf, c’est toi l’andouille » afin de faire mon choix et… Nous partons sur un bateau voguant sur le sable, celui-ci nommé « La Baleine de glaise » dans l’histoire. Vous voyez où nous sommes ? Gagné ! Nous sommes partis dans le monde « Les enfants de la baleine » et plus précisément dans son tome 1 – j’étais fauchée pour me prendre le 2 en même temps, la faute aux cookies que j’ai acheté juste avant – où nous rencontrons le protagoniste que nous allons plus que probablement suivre dans les prochains tomes.

Chakuro est un jeune homme atteint d’hypergraphie faisant partie des « Marqués » et le scribe de la baleine de glaise. Du haut de ses quatorze ans, il n’a pas l’air de réellement maîtriser son « Saimia » – un pouvoir naissant des émotions – faisant de lui un « destructeur » sans qu’il ne le veuille. Mais sur la Baleine de glaise, il n’y a pas que les Marqués. Une minorité ne possède pas le Saimia et ces gens sont nommés, tout simplement, « Non Marqués ». Ces personnes se retrouvent à la tête du navire en le dirigeant et peuvent entrer, après un certain temps, dans le conseil composé des seules personnes connaissant la véritable histoire de la Baleine de glaise.

Au fil des pages nous découvrons un univers réellement magnifique de part ses dessins et son environnement. Les personnages ne se ressemblent caractériellement pas les uns les autres, impossible de confondre Chakuro et Samy par exemple ou et nous n’avons pas l’impression de tourner en rond. Les décors montrent un monde extérieur où la nature semble avoir disparue, le sable entoure la baleine de glaise et l’île qui apparaîtra peu après. Le vaisseau est, réellement, magnifique et pourrait ressembler à certains bâtiments construis à des époques reculées par rapport à la nôtre avec son architecture atypique, mais composée de tout ce qu’une petite civilisation a besoin.

La découverte d’un autre être humain chamboulera le monde de la Baleine de glaise, redonnant le goût de l’aventure à certains « habitants » de ce vaisseau. Le groupe des « taupes » en est un bon exemple, dirigé par Ohni et désirant ardemment découvrir autre chose que ce qui les entoures au quotidien. Le monde est vaste, l’espérance que d’autres humains existent étaient grandes et venait d’être réalisée… Tout ce qu’il faut pour avoir l’envie de mettre les voiles et/ou d’en apprendre plus sur ce qui se trouve autours de soi.

Le lecteur découvre également un lieu où les émotions trop fortes sont régulées, par les mains jointes sur la Baleine de glaise et part quelque chose qui n’a rien d’humain sur l’île de « Lycos ». De plus, dans ses écrits Chakuro ne peut pas y retranscrire d’émotions, retranscrire ses sentiments étant interdit alors que le jeune homme semble être relativement sensible dès le début de l’histoire contrairement à « Lycos » qui ne ressent, à l’origine, aucune émotion. Les deux personnages s’opposent parfaitement, se complètent et c’est par le biais de « Lycos » que le lecteur découvrira que tout n’est pas dit. Tout n’est pas si idyllique au fond et c’est a la fin du tome 1 que nous nous en rendons réellement compte. Une fin donnant envie d’avoir le tome 2 sous la main…

Le seul souci que j’ai eu était au tout début de ma lecture, Chakuro était-il une fille ou un garçon ? Son design assez androgyne s’avérant assez trompeur sur le coup, mais nous avons la réponse à cette question dans le tome. Chakuro est bel et bien un personnage masculin.

Le monde existant dans « Les enfants de la baleine » n’a strictement rien à voir avec le nôtre aux premiers abords et s’en approche pourtant. Nous ne connaissons pas l’époque à laquelle se déroule l’histoire, si cet univers pourrait être lié à notre monde de près ou de loin, mais la magie opère et donne envie d’en savoir plus, de satisfaire notre curiosité et de découvrir tout ce qui entoure la Baleine de glaise.

Publicités

C’est lundi, que lisez-vous ? – #2

Erm, oui je suis en retard d’un jour mais je n’étais pas chez moi hier et étant sans ordinateur là où je me suis rendue je ne savais rien mettre sur le blog… Mais le voici quand même >.< Tant pis si on est mardi, miaou !

Un petit rappel, qui sera présent chaque semaine : Ce rendez-vous a été créé par Mallou et repris par Galleane ^^ Vous pouvez vous y rendre facilement en cliquant sur les pseudos.

Les lectures finies zuste avant la sieste :

yona-11-pikaenfant-de-la-baleine-1-glenatQ-1-ki-oonPandora_Hearts_7pandora-hearts-manga-volume-8-simple-46119image-1416503805a-silent-voice-manga-volume-2-simple-223105a-silent-voice-manga-volume-3-simple-226526a-silent-voice-manga-volume-4-simple-226527a-silent-voice-manga-volume-5-simple-231565a-silent-voice-manga-volume-6-simple-238794

Les lectures du moment dans le panier :

 Je relis le tome 21 de Black Butler *tousse*

Les futures lectures qui attendent sur la chaise :

Rien du tout, je verrai où le chemin me mène.

Et vous quelles sont vos lectures ? Qu’avez-vous lu ? Que comptez-vous lire ? 8D

Cours de japonais – Bonne(s) adresse(s) #1

Miaou ! Bon, bon, comme je n’ai rien posté mardi à cause de ce qu’il s’est passé en Belgique je tente de me rattraper aujourd’hui. Je ne vous promets pas des articles chaque jour, étant à la fac cela risquerait d’être assez compliqué, mais je tenterai d’être assez constante. Je vous le promet sur ma tête de Neko >.<

Ce ne sera pas une chronique cette fois, celle suivant la première étant encore en cours de correction/rédaction, mais un article bonne adresse du web. Bah ouip, c’est toujours utile à avoir sous la patte, Où est-ce que je vous entraîne aujourd’hui ? Sur Youtube ! Non, on n’y trouve pas que de la musique et des vidéos de chats *tousse* Ce genre d’article sera assez court contrairement à d’autres, mais j’espère que vous découvrirez quelques petites perles.

Vidéo de présentation des cours de japonais de Julien Fantanier

La chaîne en question porte le nom, tout simple, de « Cours de japonais ! ». Ceux-ci sont réalisés par Julien Fontanier et mit en ligne assez régulièrement. Les vidéos durent entre 6 et 26 minutes, en fonction de ce que l’on trouvera dans le cours, et sont très complètes. Il ne faut pas hésitez à avoir un cahier spécialement créé pour ce cours à vos côtés, que vous compléterez au fil du temps. La vidéo ci-dessus présentant les cours vous expliquera très bien – et même mieux que moi – comment cela se passera 8D

N’hésitez pas à aller voir quand vous aurez une minute ou deux afin de vous faire votre propre avis surtout si vous vous intéressez à la langue japonaise ou que vous désirez l’étudier.

Père & Fils – Tome 1

pere-fils-1-ki-oon

Torakichi, apothicaire ambulant, passe la majorité de son temps sur les routes pour visiter ses clients. Résultat : il n’a quasiment jamais vu son fils de 3 ans, Shiro… À la mort de sa femme, il prend une décision qui changera sa vie : celle d’emmener le petit garçon avec lui sur les routes ! Mais si Torakichi est incollable sur les plantes médicinales, il n’y connaît rien en éducation et est loin d’être un père modèle… Pourquoi Shiro pleure-t-il ? Pourquoi se réveille-t-il en pleine nuit ? Entre les soucis du quotidien et son travail éreintant, le jeune papa est complètement dépassé… Les aléas du voyage et les rencontres diverses l’aideront-ils à reconstituer le lien perdu avec son fils ?

Et c’est repartit pour un article tout… Pas chaud ou tout juste sortit du four (._. ça se met au four un article ?) Il est prêt depuis avant-hier en réalité et n’attendait que le véritable lancement du blog. Comme vous l’avez vu dans « C’est lundi, que lisez-vous ? », j’ai feuilleté et lu dans mon p’tit panier en osier tout en écoutant du SPYAIR – qui seront en concert, normalement, à Paris ce 26 mars – le manga « Père & Fils ». Non, il n’y aucune logique entre la musique et le manga, j’avais juste besoin d’une mélodie à ce moment là pour bien m’isoler.

C’est la première chronique du blog, alors j’espère me débrouiller un minimum…

« Père & Fils » nous entraîne dans un road-trip en compagnie de Torakichi et de son fils Shiro. Le père apprenant au fil des pages et des rencontres à s’occuper de son enfant, découvrant les différentes raisons le poussant à pleurer ou ce qui le touche. Torakichi est, en quelque sorte, un père en apprentissage depuis la mort de sa femme où il avait laissé Shiro chez sa sœur. Au fil des chapitres, racontant chacun l’une des rencontres liée au travail d’herboriste de Torakichi, on en apprend un peu plus sur les plantes encore utilisées de nos jours et sur l’évolution des protagonistes.

Il est difficile de ne pas fondre devant la bouille craquante de Shiro, difficile de ne pas compatir avec les nuits blanches de Torakichi. Ils sont humains et extrêmement touchants dans leurs manières d’êtres. Les moments plus sérieux sont souvent suivit par ceux l’étant moins grâce au petit Shiro et les personnages composant le récit permettent tous une avancée de l’herboriste et son fils. Être père n’a rien de simple, surtout quand on voyait peu son enfant, et Torakichi le montre parfaitement dans sa manière d’être, son désemparement face à certaines situations ou à ses explications envers le petit Shiro. C’est un apprentissage autant pour lui que pour nous ou pour Shiro qui, au fond, n’était pas habitué à passer tant de temps avec son papa.

Dans ce Japon traditionnel et n’ayant, pourtant, jamais existé nous retrouvons des valeurs humaines et une mythologie nippone que l’on apprend au fil des pages. Les Jizo qui se trouvent sur les routes et auxquels Shiro dépose des fleurs pour sa mère, Ieji qui n’est pas un rapace que l’on côtoierait tous les jours dans notre monde et une représentation de la fête des morts. Voir les détails apportés aux différents décors et aux personnages du manga sont un régal pour les yeux tant ceux-ci sont somptueux et nous entraînes aux côtés de ce duo hors du commun.

La couverture est, également, très belle dans ses teintes douces et au touché très agréable. On y retrouve Shiro et Torakichi dans un moment de complicité que l’on retrouverait aisément à notre époque et les voir sourire est un véritable baume au cœur. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à retirer la jaquette afin de retrouver une petite surprise en dessous : De petites cases toutes aussi mignonnes les unes que les autres avec nos deux nouvelles rencontres.

Ce manga composé de chapitres tranches de vie est un vrai régal tant au niveau de l’édition papier, très bien réalisée par Ki-Oon, que par son histoire et ce qu’il nous apporte au fil de ses pages. Diverses émotions peuvent nous traverser, être en contradiction et nous aussi nous pouvons nous demander ce qu’a Shiro à tel ou tel moment. On s’inquiète pour lui, comme Torakichi, et on se prend d’affection pour le père et le fils au fil des pages tournées.

Cette lecture a été un véritable coup de cœur, que ma mère c’est empressée de m’emprunter, et je continuerai volontiers la suite afin de voir l’évolution de notre petit duo. C’est avec douceur que j’ai refermé ce premier volume et avec l’envie de faire un câlin à ce petit bout de chou de quatre ans qui n’existe que sur papier malheureusement. Je suis ravie d’avoir osé l’acheter, de ne pas avoir trop tardé.

C’est lundi, que lisez-vous – #01

Deuxième article et déjà un « C’est lundi ». Non, ce n’est pas parce que je n’ai pas de « chroniques », je ne les ai juste pas sous la patte. Ce qui est assez embêtant sur le coup, vous ne trouvez pas ? J’ai donc le choix entre essayer de me téléporter chez moi – ce qui sera excessivement compliqué, le panier téléporteur n’existe pas encore – ou improviser tant que je suis à la bibliothèque. Ouip, un chaton au milieu des livres anciens, y a un peu de poussière un peu partout et j’ai envie de faire « Atchi » mais c’est normal. Surtout si je veux me faire passer pour l’un des vôtres !

Il faut savoir que le « C’est lundi, que lisez-vous ? » est un rendez-vous hebdomadaire, vous l’aurez donc chaque… Miaoudi ! Hein ? Qu’est-ce que j’ai dis ? Ah zut, déformation professionnelle… Je voulais dire « Lundi » bien sûr. Ce rendez-vous a été créé par Mallou et repris par Galleane où vous pouvez vous rendre en cliquant sur leurs pseudos, c’est rapide et même moi je ne me perd pas sur le trajet alors que je suis une quille en orientation.

Il faut, normalement, répondre à trois questions : « Qu’est-ce que j’ai lu la semaine dernière ? », « Qu’est-ce que je suis en train de lire ? » et « Qu’est-ce que je compte lire ensuite ? ». Vous êtes prêt ? C’est partit alors !

Les lectures finies zuste avant la sieste :

pere-fils-1-ki-oon

Père & Fils – Tome 1

food-wars--,-tome-9-739185

Food Wars SnS – Tome 9

pandora-hearts,-tome-6-582080

Pandora Hearts – tome 6

Les lectures du moment dans le panier :

image-1416503805                                                             Q-1-ki-oon

Les futures lectures qui attendent sur la chaise :

A Silent Voice (t-2 à t-6)

Et c’est tout oo » Je mettrai les liens pour rejoindre les articles chroniqués une fois que cela sera fait. En espérant que votre journée sera bien remplie et pleine de découvertes variées. N’hésitez pas à laisser un petit message, j’y répondrai dès que possible à l’aide de mes papounes tapotant sur le clavier.

Et tant qu’a faire j’ai une question pour vous, enfin deux ._. Oui, je suis un chat indécis et alors ? Les voici !

  • Préférez-vous que je mette aussi des images dans la partie « les futures lectures qui attendent sur la chaise » ? Oui, c’t’une question importante nan mais !
  • En avez-vous lu ou entendu parler pour certains ? Avez vous un avis sur l’un d’entre eux ? Est-ce qu’ils vous tentent ? Hm… Comment ça, cela fait trois question en une ? Mais non…

Voili voilou, à la prochaine petits êtres qui n’ont pas encore de noms !

Ohayo !

YzelAdtlLUQVDk9ITevdXvZa6ZE

Le premier article, les premiers mots d’un blog et ce qui nous casse pas mal la tête au fond quand on ne sait pas quoi dire, quand on se creuse la tête jour et nuit sans avoir d’idées pour ce malheureux petit article qui n’a pourtant rien demandé. Pourtant, il a le mérite d’exister et d’être le premier né d’une, espérons le, longue série d’articles en tout genre.

Il y aurait l’option de se présenter, de dire qui je suis, mais cette partie va tellement vite… Alors autant improviser un peu. Commençons comme n’importe où avec le « Je suis », non en fait « Je ne suis qu’une jeune femme pas encore dans la vie active et se débattant à l’université, je ne suis qu’une personne comme toute les autres qui se débrouille pour vivre et regarde le monde changer petit à petit. Je ne suis que moi, une pauvre petite Neko perdue parmi la population humaine. ».

En fait vous avez le choix dans la manière de me nommer, mais Neko est celui qui revient le plus souvent et même mes amis animaliers me nomment ainsi. J’ai même ma paire d’oreilles quelque part chez moi, mais chut, faut pas le dire sinon l’existence d’être comme moi et mes amis serait réduite à néant. On veut pas finir en rats de laboratoire !

Vous vous demandez pourquoi j’ai ouvert ce blog ? Ce qui s’y trouvera ? Et bien, c’est principalement un blog sur les mangas – j’en lis énormément – mais en fonction des périodes je pourrais très bien parler d’un anime, d’un film d’animation, de musiques ou tout simplement de bonnes adresses – internet ou IRL – qui pourraient être intéressantes pour tout le monde.

J’espère vous revoir assez vite et connaître vos goûts et envies. En tant que Neko, je suis à l’écoute de tout ce qui vous passe par la tête tant que cela reste dans mes cordes – Et non, je n’irai pas chasser les souris chez vous.